MENU ZINFOS
Océan Indien

Madagascar : Une femme de ménage raconte le calvaire qu'elle a vécu au Koweït


Par S.I - Publié le Mercredi 27 Mars 2013 à 14:07 | Lu 3781 fois

Madagascar : Une femme de ménage raconte le calvaire qu'elle a vécu au Koweït
Une mère de famille malgache, Juliette Andrianarison, s'est confiée à lexpressmada.com sur le calvaire qu'elle a vécu au Koweït en tant que femme de ménage. Âgée de 41 ans, elle a été victime de sévices et de harcèlement de la part de la femme de son employeur.

Si ce dernier l'a traité avec empathie, ce n'est pas le cas de sa femme, qui lui a montré son vrai visage quelques semaines après l'arrivée de Juliette dans l'émirat. Elle profitait de l'absence de son mari pour faire étalage de toute sa cruauté.

"Fin février, lorsque je ne l’ai pas entendue m’appeler, elle s’est déchaînée sur moi avec de l’eau bouillante… C’est surtout pendant les moments d’absence de son mari qu’elle se montrait odieuse", raconte, complètement traumatisée, Juliette.

Rentrée à Madagascar avec 30 kilos de moins, elle a été victime de brûlures au deuxième degré, et son corps, notamment ses mains, portent les cicatrices de sa maltraitance.

Mais ce n'est pas tout : elle était obligée de voler la nourriture qu'elle mangeait car sa patronne ne lui donnait que "des miettes de pain avec une tasse d'eau bouillante sucrée", déclare-t-elle, et ce, une fois par jour...

"Abandonnée à moi-même, je ne pouvais que dissimuler des aliments sous mon tablier troué... afin de pouvoir me nourrir, en cachette dans la salle de bain", ajoute la quadragénaire.




1.Posté par Esclavage moderne : ne dites pas que vous ne savez pas le 27/03/2013 18:11

Tout le monde sait que l'esclavage subsiste encore au 21ème siècle, et spécialement dans le monde arabo-musulman, dans certains pays d'Afrique, en Inde, et d'autres pays.

Et même à Madagascar !

2.Posté par J-L Gajac le 27/03/2013 23:13

Il ne s'agit pas d'esclavage mais d'engagisme moderne, le degré au dessous dans l'horreur de l'exploitation des humains par d'autres "humains". L'engagé vend sa force de travail pour un salaire de misère et souvent signe un contrat qui s'avère mensonger. Souvent ses papiers sont confisqués et les abus sur lui ou elle impunis.

Il y a sans doute aussi des esclaves ici ou là, c'est à dire des gens captifs, non payés et sans aucun droit, sans existence civile, sans papiers, sans droits de s'affranchir de cette captivité, soumis au travail obligatoire etc .....

Cependant, c'est important de faire la nuance, parce que ces femmes sont en fait victimes d'agences de placement avant d'être victimes d'employeurs engagistes.

Ce qui sous entend tout un système d'organismes de placement dont une partie est correcte et une autre est encore un moyen de tromper et de racketter les pauvres des pays "du Sud" pour les tromper et les envoyer dans des situations qui mettent leur santé et leur vie parfois en jeu.

Les pays arabes sont spécialistes, du Maroc au Liban, du Koweit à l'Arabie Séoudite, de la mise en semi-esclavage des travailleurs pauvres de l'Inde, de Madagascar, de l'Indonésie, des Philippines.

J'ai des amis Mauriciens dont la fille ainée a construit une maison pour sa mère et pour elle avec ce qu'elle a gagné au Liban, mais elle a eu de la chance de tomber sur des employeurs corrects. Ce n'est pas le cas de toutes.

Il existe un site sur facebook (en anglais) dédié à la dénonciation de ces crimes de la part des employeurs tortionnaires, violeurs, abuseurs. Je le mettrai en lien ici.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes