Océan Indien

Madagascar : Six morts de la peste bubonique

Vendredi 16 Novembre 2012 - 10:02

Madagascar : Six morts de la peste bubonique
Alors que les premières pluies de l'été austral ont commencé à s'abattre sur la Grande Ile, Madagascar recense déjà depuis un mois des victimes de la peste bubonique.
 
Six personnes sont décédées après avoir contracté la maladie.
 
Plusieurs régions de l'île sont touchées par ces cas mortels foudroyants, dont celle de Bongolava dans le centre du pays où la situation sanitaire est alarmante.

L'insalubrité et la promiscuité de certains habitats au cœur de villages reculés attirent une forte population de rongeurs, ainsi que les puces des rats qui transmettent la maladie.

Source: http://www.indian-ocean-times.com/
Fabrice François
Lu 1901 fois



1.Posté par noe le 16/11/2012 09:49

C'est extrèmement grave cette maladie !

Madagascar se trouve à quelques km de la Réunion , et quand on voit que beaucoup de réunionnais y vont là-bas pour "affaires" ...on peut se demander s'ils ne vont pas emmener les microbes chez nous ....

Ne peut-on faire désinfecter tous les gens qui arrivent de Madagascar ?

2.Posté par pas cool le 16/11/2012 10:20

Pas besoin d'aller plus loin , ici même à la Réunion,les gens jettent de tous ,n'importe où et si ça continue nous finirons par connaître cet épidémie , il y a déjà des cas d'infections ,petit nombre pour le moment mais avec les mentalités qui ne changent pas, la production d'objets diverses , notre consommation ....faîtes-en une opinion .C'est dans le royaume des aveugles, que les fous sont rois....

3.Posté par Dr Anonyme le 17/11/2012 15:37

C'est le moment d'acheter le livre sur YERSIN le découvreur afin de comprendre le rôle de la puce du rat, et d'avoir une pensée émue pour l'INSTITUT PASTEUR GIRARD ET ROBIC de TANANARIVE; on croyait la peste éradiquée !

4.Posté par Dr Anonyme le 18/11/2012 15:02

Médecin en retraite, je ne voudrais pas jour les cassandre mais je vous soumets mes craintes.

Je viens de de lire que toutes les espèces de chauve-souris du monde sont porteuses de paramyxovirus (ici Coleura afra). Elles sont à l’origine de familles d’agents pathogènes qu’elles entretiennent étant porteurs sains et elles constituent aujourd’hui un réservoir infectieux de vecteurs restés sains devant de multiples infections contre lesquelles elles sont immunisées.

Or j'ai fait, cette nuit, un rêve étrange et pénétrant, le cauchemar d'une reprise violente, cet été, à la seule ile de LA REUNION, de trois épidémies, venant toutes les trois ensembles, lors des prochaines pluies.

Celle du Chikungunya (Comme en 2005, mais en pire), celle de la filariose de Bancroft (Comme en 196,5 oubliée, mais, déjà, en grande partie centrée sur les ravines de l'Ouest), celle du paludisme (comme en 1945), mais, cette fois, sous les formes résistantes du paludisme.

Je voyais dans ce cauchemar mes collègues hospitaliers, accablés, malades eux-mêmes, ne sachant plus où mettre les milliers et des milliers de malades.

Chacun sait que les rêves sont des sortes d'assemblages disparates de faits vus et enregistrés dans la mémoire, des événements vécus dans les jours précédents, retravaillés la nuit ; parfois de façon décousue ; parfois sur un thème cohérent qui ne vous quitte, et encore pas ici, qu'au réveil. Qu'ai-je donc vu, ces derniers jours, comme faits qui puissent m'inquiéter à ce point concernant l'état sanitaire de notre ile ?

Les faits. En fouillant avec une branche souple des trous de crabe dans une des ravines de l'ouest de LA REUNION, à 200 mètres du bord de mer, à 300 mètres des premières habitations, j'ai vu des nuées de moustiques monter en colonne par centaines jusque 60 cms au point que je me suis sauvé, les jambes à mon cou ; mais je n'ai pas vu de crabe !

Quelques instants plus tard, quelque peu ragaillardi, mais aussi très curieux de ces faits assez inhabituels, je suis monté, un peu plus haut, dans une caverne de la même ravine, attiré par une odeur étrange et très forte d'ammoniac. J’y ai alors vu des milliers de chauve-souris au plafond de cette caverne avec un mètre de déjections : source des odeurs animales (Urines depuis des siècles).

Or ces chauve-souris sont insectivores en particulier de moustiques (Mormopterus acetabulosus). J'ai, alors, relu les rapports du DIREN sur ces animaux mal connus depuis la description de HERMANN (1804) et j’ai noté que cette caverne n’avait pas été explorée en 2005.

Les vérifications sanitaires de ces troupes de chauve-souris ne sont pas tout à fait satisfaisantes : contrôle à la jumelle et vérification, sur une dizaine de prises, de l'apparence d'un bon état sanitaire à l’examen visuel. Cela ne suffit pas: il nous faut savoir si elles ne seraient pas des porteurs sains de virus, de parasites, de germes. Est-ce réalisé ? Non à ma connaissance !

Or les moustiques ne peuvent guère voler plus que quelques dizaines de mètres. Ils peuvent piquer au voisinage de cette ravine des hommes, mais aussi du bétail et autres animaux dont un vétérinaire m’a affirmé qu’il était atteint lui aussi du Chikungunya en 2005.

A l’époque on avait imaginé que des singes importés avaient été les vecteurs sains de cette maladie. Ne serait-ce pas ces chauves-souris qui seraient les vecteurs sains ? Je soulève une discussion sanitaire et j’attends vos avis.

5.Posté par Dr Anonyme le 23/11/2012 14:30

Pas de suite ! Dois-je en parler à la DDASS ou à la MAIRIE ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 19:17 Maurice : Un requin pêché à Grand Gaube