Océan Indien

Madagascar : Recrudescence de la prostitution pour fuir la pauvreté

Jeudi 8 Novembre 2012 - 09:47

Madagascar : Recrudescence de la prostitution pour fuir la pauvreté
Les prostituées de la ville côtière de Tamatave, sur la côte Est de Madagascar, qui vendent leur corps pour une poignée d’ariary, sont de plus en nombreuses à arpenter le trottoir à la recherche de clients.

En 1993, elles étaient 17.000, en 2012 elles seraient 29.000 prostituées, soit une femme sur sept. Pour rappel, plus des trois quarts de la population malgache vivent avec moins d’un dollar par jour (0,78 euro).

La proximité des mines de cobalt et de fer à Ambatovy, où travaillent plusieurs milliers d’ouvriers étrangers, a fait exploser l’industrie du sexe dans la région de Tamatave. "La prostitution est devenue un phénomène normal à Madagascar. Le sexe est désormais un produit, un moyen de survivre", a déclaré un responsable des programmes jeunesse du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) à Madagascar, au site irinnews.org.

Dans le Nord-Ouest de Madagascar, à Antsohihy, le schéma se répète. Dès 2006 avec la réouverture de la route nationale vers Tananarive, la prostitution envahit là encore la ville et débarque avec de jeunes prostituées parfois mineures, en quête d’une vie meilleure.

"Je n’ai pas peur des policiers. Ce sont aussi mes clients"

Du haut de ses 15 ans, Nadine gagne 15 dollars (12 euros) par client et personne ne semble s’étonner de sa présence. "Je n’ai pas peur des policiers. Ce sont aussi mes clients", confie-t-elle au site d'information.

Face à la recrudescence du phénomène, les pouvoirs locaux à Antsohihy ont mis en place un système de cartes d’enregistrement pour les plus de 18 ans monnayant leurs services sexuels, pour les aider notamment à se soigner.

Un document officiel qui n’a pas fonctionné à Tamatave. Le "précieux sésame" avait pourtant été conçu, non pas comme un permis de travail, mais pour permettre l’accès de cette population fragilisée à certains soins médicaux.

"Les policiers utilisaient le système pour abuser de leur pouvoir sur les travailleurs du sexe. S’ils trouvaient une prostituée qui n’avait pas sa carte d’identité, ils l’amenaient au commissariat et la maltraitaient. Nous avons donc remplacé les cartes officielles par des livres rouges non officiels", souligne une responsable d’une association locale, œuvrant au quotidien aux côtés des prostituées.

Les ONG locales ne baissent pourtant pas les bras et font un gros travail pédagogique pour la promotion de l’usage du préservatif dans les lieux fréquentés par les péripatéticiennes.

Source: http://www.indian-ocean-times.com/
Lu 10035 fois



1.Posté par Gajik le 08/11/2012 09:14

Il est vrai que la Thaïlande et quantité d'autres pays n'ont aucune prostituée !

Je m'interrogerai toujours sur cet appétit des réunionnais pour ne rapporter sur Madagascar que ce qui va mal.

Mais au moins cette fois-ci, même s'ils ont parlé d'une augmentation du nombre de prostituées (le secteur informel aussi se développe forcément suite aux étranglements de la part de l'Europe et des USA), "IO Times" a eu l'honnêteté de citer 2006 comme année noire. Ils ne sont pas tombés dans le cliché, comme ils le font pourtant pour le bois de rose et pour la pauvreté, de la prostitution qui aurait commencé avec le départ de Ravalomanana en mars 2009 !

2.Posté par Hugues Neau le 08/11/2012 09:45

C'est un pays avec des richesses incroyables et ils ne s'en sortent pas...faut se poser les bonnes questions!

3.Posté par Gajik le 08/11/2012 10:21

Voici le dernier communiqué du SEFAFI de Madagascar, instance de réflexion et de propositions, qui n'est affiliée à aucun parti et qui analyse ici l'impunité et l'amnistie. C'est passionnant et tous ceux qui aiment Madagascar devraient avoir lu çà pour sortir des poncifes abondamment diffusés partout sur ce pays :

4.Posté par mina le 08/11/2012 13:15

ce qui est lamentable se ne sont pas les prostituées elles mêmes mais les touristes sexuels qui profitent de la situation !! les réunionnais surtout s'en donnent à coeur joie !!! c'est pas cher et on peut se faire de petites jeunes en toute impunités !!

5.Posté par Montfort le 08/11/2012 15:38

Post 3 : Merci pour le lien et effectivement il est trés intéressant, d'ailleurs concernant les amnisties je suis assez pour. Ca aide à la réconciliation par contre afin de mettre fin à ce qui pourrait être assimilé à de l'impunité il faut, et je le dis assez souvent, il faut interdire à tout(e) élu(e) ayant été condamné(e) dans l'exercice des ses fonctions de se représenter devant les électeurs. Ceci justement pour que le "peuple" ne confonde pas impunité et amnistie.

6.Posté par môvélang le 08/11/2012 21:58

""Recrudescence de la prostitution pour fuir la pauvreté "" !!!!!!!!! ""où travaillent plusieurs milliers d’ouvriers étrangers, a fait exploser l’industrie du sexe dans la région de Tamatave."

pourquoi ne pas tout simplement donner ce travail aux malgaches ?????????

7.Posté par Gajik le 09/11/2012 09:58

movélang, pourquoi ? simplement parce que Ravalomanana n'a jamais mis en place les centres de formation professionnelle qui auraient dû bien en amont accompagner le projet Ambatovy.

Mais il faut aller jusqu'au bout de la vérité, qui est qu'il y a environs 2500 employés à Almbatovy dont 85% de malgaches. Malheureusement certains contrats de la phase d'installation sont terminés et ceux qui se retrouvent (comme en France et partout ailleurs) au chômage sont en ce moment instrumentalisés par des voyous politiciens pour les monter contre l'Etat ou les manipuler contre les politiciens locaux en place dont ils veulent prendre la place.

Merci de regarder le site de Ambatovy et ses offres demploi sur le lien ci dessous :

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >