Océan Indien

Madagascar : Naufrage du "Gulser Ana", une catastrophe écologique

Lundi 2 Novembre 2009 - 16:28

Selon une étude financée par l'ONG WWF, le vraquier turc "Gulser Ana", qui figurait sur la liste noire des bateaux jugés dangereux au sein de l'Union Européenne et qui s'est échoué au large des côtes Sud de Madagascar au mois d'août dernier, a engendré des catastrophes en chaîne. Les habitants au large du Faux Cap, qui vivent notamment de la pêche, rencontrent aujourd'hui des problèmes de santé. Le rapport fait aussi état d'une eutrophisation du milieu aquatique.


Copyright : reunitoo.re
Copyright : reunitoo.re
La chaîne alimentaire est gravement affectée dans la région de Faux Cap au Sud de la Grande île. Le rapport, élaboré par une équipe pluridisciplinaire et financé par le WWF, sur le naufrage du vraquier turc "Gulser Ana" le 26 août dernier, fait état d'une catastrophe écologique. En 2009, neuf baleines se sont déjà échouées dans la région de Faux Cap, contre trois au maximum en temps normal. D'énormes plaques d'hydrocarbure ont souillé les plages sur 30 km à l'Est de Faux Cap.

Les effets collatéraux sont des maladies cutanées et diarrhéiques pour les 40.000 habitants, dont près de 40% vivent de la pêche. Comme elle est désormais interdite pour une période de trois mois, les familles n'ont pas d'autre moyen de subsistance...

Prolifération d'algues

Le vraquier transportait 39.000 tonnes de phosphate brut, 8.000 litres de lubrifiants, 568 tonnes de carburant et 66 tonnes de fuel qui se sont déversés dans l'Océan indien peu de temps après le naufrage, dans un couloir migratoire de baleine, de passage durant leur période de reproduction.

Les écosystèmes et la biodiversité marine et côtière sont victimes d'eutrophisation, ce qui signifie une dégradation du milieu aquatique aux abords du naufrage, liée notamment à un apport excédentaire de substances nutritives qui augmentent la production d'algues. Cette prolifération a pour effet d'asphyxier l'écosystème qui finit par mourir.

Selon les experts, les divers effets de cette catastrophe écologique au Sud de la Grande île ne seront complètement établis qu'après plusieurs années.
Karine Maillot
Lu 2113 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >