Océan Indien

Madagascar : Le gouvernement de transition est constitué

Lundi 9 Novembre 2009 - 07:47

Un accord a été signé à Addis Abeba entre les quatre principales mouvances de la Grande Ile ce week-end. Un compromis a été trouvé : Andry Rajoelina exercera la fonction de chef de l'État jusqu'aux élections présidentielles prévues avant fin 2010, mais sera assisté d'un Conseil présidentiel.


Source : Sobika.com
Source : Sobika.com
"Le président de la Transition est validé. Il s’agit de Andry Rajoelina" a t-il lui-même annoncé d'un air radieux samedi dernier vers 22h, selon le journal en ligne lexpressmada.com. Les quatre mouvances ont convenu d'un commun accord la suppression du poste de vice-président, qui était occupé par Emmanuel Rakotovahiny. Par contre, TGV sera assisté au sein d'un "Conseil présidentiel" par Emmanuel Rakotovahiny et Fetison Andreanirina, respectivement de la mouvance Zafy, et celle de Ravalomanana. Le Conseil présidentiel se réunira toutes les semaines. Les accords à la tête de l'exécutif devront être co-signés.

Pour Tiébilé Dramé, émissaire de l’Organisation des Nations unies (ONU), "c’est une étape importante et décisive" qui est franchie. "Les parties sont parvenues à un accord. La signature était prévue pour hier soir. Le processus de la Transition est sur les rails. Andry Rajoelina est le président accepté par toutes les mouvances".

Le gouvernement est constitué de 31 membres, soit six pour les principales, c'est-à-dire la mouvance Rajoelina, la mouvance Ravalomanana, celle de Zafy et celle de Ratsiraka, et sept autres émanant d'autres sensibilités. Le Conseil supérieur de transition se compose de 65 membres, à savoir 13 par mouvances principales et autant qui représentent les mouvances minoritaires. Eugène Mangalaza devrait rester premier ministre .

Les accords signés à Addis Abeba font partie intégrante de l'accord et de la charte de la Transition signés à Maputo le 9 août dernier. Rester à la tête du gouvernement de transition est important pour Andry Rajoelina qui bénéficiera d'une légitimité auprès de la Communauté internationale. Pour Marc Ravalomanana, c'est un retour digne sur la scène politique malgache.
Karine Maillot
Lu 3211 fois



1.Posté par Joseph le 09/11/2009 10:47

Ok pour le compte-rendu, auquel j'apporterais deux "nuances" d'importance :

1- il ne s'agit pas d'un accord librement consenti, mais d'un compromis arraché sous la menace constante et des pressions permanentes du GIC. L'Europe aussi a participé à la curée en envoyant un émissaire la veille pour menacer que si la signature de ce compromis IMPOSE par la SADC, l'OIF, l'ONU et l'UA n'était pas signé le lendemain, les financements suspendus seraient carrément supprimés. Cà s'appelle un compromis extorqué sous la menace d'un chantage à l'argent, argent dont Ravalo a rendu dépendant le pays contre des avantages certains pour son régime (et non pour les Malgaches).

2- il n' y a aucun "retour digne" de Ravalomanana qui reste en fuite. S'il rentre, il sera sous le coup d'une inculpation pour ses crimes de sang à Ambohitsorohitra. Ne parlons pas des procès sans fin qui ont déjà commencé et ne sont pas près de s'arrêter pour toutes ses exactions politico-financières.

La Justice malgache, il faut l'espérer, prendra de plus en plus son indépendance avec l'avènement de l'Etat de Droit et personne hormis les Clans Ravalo et Ratsiraka n' acceptera une amnistie complète de ces deux là. Leurs crimes et délits financiers sont désormais trop connus de tous. La tentative pitoyable de la part de la SADC et consorts d'imposer aussi l'amnistie pour le propriétaire de l'empire Tiko qui a proliféré sur la paupérisation des Malgaches n'a rien donné. Les victimes ou leurs familles veillent et les corrompus peuvent se faire du souci.

Le bras droit de Ravalo, Fetison Andrianirina, celui qui traitait encore de concert avec son maître, il y a quelques jours Rajoelina de "putschiste" infréquentable, se trouve fort honoré de siéger désormais à ses côtés, mais il sera sans nul doute étroitement surveillé.

La prochaine étape du plan SADC-AGOA-Ravalo sera de tenter de remettre la main sur les média de masse, sur les Ministères sensibles, car les élections vont être un enjeu énorme pour eux. Une guerre totale va commencer, il ne faut pas être devin pour le comprendre. Les intérêts financiers sont trop importants et antagoniques pour que ces serviteurs des anciens régimes corrompus ne soient pas uniquement concentrés sur des stratégies de reconquête. Ils emploieront les seules méthodes qu'ils connaissent depuis la décolonisation : népotisme, achat des consciences, ingérences, complots divers, déconsidération de l'ennemi, mensonge, confusion etc ...

Il faudrait être naïfs par manque d'information comme l' est le Vahoaka (le Peuple) pour croire que la période qui s'ouvre sera celle de la "réconciliation" ! Mettez Le Pen au pouvoir avec Sarko, Aubry et Besancenot et rappelez moi dans un mois pour me dire de quoi ce monstre à 4 têtes a accouché. Sûrement pas d'une démocratie ! Vraiment pervers et trop affligeant le plan Ravalo-SADC !

Je doutais parfois encore du rôle de guide démocratique de la prétendue "Communauté Internationale", au nom des contradictions internes qui existent entre les différents membres de ces groupements de dictatures plus ou moins éclairées. Maintenant c'est une certitude, ces gens roulent pour le système politico-économique de la dictature à visage démocratique :

Tout l'art de ce mode de gouvernement est d'avancer les pions de l'Ultra-libéralisme, de la privatisation des Services Publics, de la dérèglementation, de la braderie des ressources minières, halieutiques, agro-alimentaires aux groupes étrangers, du maintien d'un seuil de pauvreté suffisant pour que le pays ne se développe surtout pas par lui-même, et tout cela sous l'apparence d'une démocratie : faire élire, donner une légitimité démocratique aux hommes d'affaire ou à leurs agents en employant l'argent de la corruption, voilà le but ultime de TOUTES les tractations actuelles.

Mais pour la première fois à Madagascar, un mouvement de réforme en profondeur de ce système est né et je crois savoir qu' un point de non retour a été atteint. C' est pour cette raison que je ne crois absolument pas au "retour digne" de Ravalomanana. Il ne peut revenir que pour rentrer en prison. Il n'y a pas d'autre alternative pour lui que la fuite ou la prison. Les Malgaches en ont assez de la dictature et même si on peut tromper un peuple entier longtemps, le jour où la majorité des gens a compris le sale jeu en question, il n'y a plus de retour possible au passé.

2.Posté par Caton2 le 09/11/2009 14:31

Joseph, je vous remercie pour cette analyse, qui donne l'espoir qu'il n'y aura pas de retour au passé. Puissiez-vous dire vrai. La "communauté internationale" préfère sans doute une dictature à visage démocratique car pour elle, c'est synonyme de stabilité. C'est du réalisme politique parfaitement cynique. Mais reconnaissez que sans la pression de cette "communauté" il n'y aurait pas eu de compromis.

3.Posté par Madone le 09/11/2009 17:53

madagascar est le pays type dont les dirigeants ne peuvent s'accorder que lorsque les bailleurs de fonds font du chantage aux financements ---- le reste ils S'EN FOUTENT !!!

4.Posté par virago le 09/11/2009 19:41

Merci Joseph pour ce commentaire éclairé!

5.Posté par Pippey le 09/11/2009 19:47

Pendant qu'on assiste à la gueguerre de quelques têtes à claques qui cherchent à décupler encore une fortune dont ils ne sauraient pas dépenser le centième des intérêts, j'assiste à distance à la dégradation de la société malgache au niveau local. J'apprends par ma femme qui revient tout juste d'Antshohihy, qu'un taxi a été braqué la semaine dernière à la sortie de la ville par des brigands déguisés en gendarmes. Le chauffeur et les passagers réticents ont été bastonnés, une femme a eu la main coupée pour voler ses bijoux, un passager a été dépouillé de 30 mio FMG qu'il destinait au tombeau d'un aieul. Les marmites sont volées dans les petites gargotes, les concessions ne sont plus cultivées car les fruits sont volés avant d'être murs, les oeufs proviennent de Tana car on n'ose plus élever des poules, la clinique d'Ambanja a été fermée suite à son cambriolage.

C'est cette réalité qui m'alarme le plus car elle condamne le peuple à la famine plus surement encore que le vol des milliards par les gouvernements successifs.


A Antsohihy, comme partout ailleurs dans l'Ile je crois, on va à grand pas vers la famine en terre fertile, l'Enfer au Paradis.

J'en appelle au peuple et aux Fokotany à lutter contre cette criminalité stérilisante, par la surveillance et la solidarité. Lorsque la nourriture locale sera à nouveau assurée, il sera toujours temps de régler les compte avec le gouvernement central.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >


Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop