Océan Indien

Madagascar: Le difficile travail des secours

Mardi 6 Mars 2012 - 15:19

La Plate-forme d'Intervention Régionale Océan Indien publie un communiqué dans lequel elle fait un bilan de l'intervention à Madagascar suite aux passages de Giovanna et Irina.


Photo: Piroi
Photo: Piroi
Sous l’effet conjugué de la tempête tropicale Irina qui a traversé Madagascar au Nord le 27 février et d’une zone de convergence intertropicale (ZCIT), de fortes précipitations continues sur une dizaine de jours ont causé d’importantes inondations dans plusieurs régions de Madagascar, en particulier sur le Sud-Est de l’île.
 
Le bilan officiel hier à 15h00 fait état de 65 morts et près de 73 000 sinistrés, notamment dans les districts de Farafangana et de Vangaindrano.
 
Madagascar a déjà été touché par le cyclone Giovanna le 14 février dernier, en particulier  les districts de Brickaville et de Vatomandry sur la côte Est, et la capitale Antananarivo. Le dernier bilan officiel suite au passage de Giovanna fait été de 35 morts et plus de 245 000 sinistrés, 70 000 habitations ayant été totalement ou partiellement détruites. (source BNGRC 02/03).
 
Le BNGRC coordonne les secours au niveau national, appuyé par le système des UN, la CRM et autres ONG.
 
Compte-tenu de l’importante monté des eaux et des prévisions météo annonçant de la pluie pendant la prochaine semaine, le BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques de Catastrophes) a émis une recommandation de déclaration d’état de catastrophe pour 3 régions : Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, et une partie de l’Anosy (la zone se trouvant aux alentour de la Commune rurale de Manantenina). Plus de 7 000 habitations auraient été inondées.
 
La plupart des acteurs sont déjà mobilisés pour répondre au cyclone Giovanna et les capacités disponibles sur place sont limitées. En particulier, un manque de médicaments et de kits WATSAN (seaux, jerrycans, savons, chlore) a été relevé.
 
Les accès par voies routières, ferroviaires et fluviales sont très limités (RN 25 coupée à plusieurs endroits, voie ferrée côte est coupée également), canal des Pangalanes plus au nord des zones inondées). Pas d’accès à partir de la capitale. Rétablissement de l’accès par voie routière estimé à plus d’une semaine.
 
La Croix-Rouge Malgache participe aux 1ers secours et évaluations d’urgence sur le terrain, elle mène des activités de sensibilisation sur l'hygiène et l'utilisation d'eau potable et soutien le gouvernement pour la gestion des centres d’hébergement d’urgence.
 
La PIROI, qui a déjà soutenu les opérations d’assistance en acheminant 50 tonnes d’abris temporaires le 19 février dernier, reste vigilante sur l’évolution de la situation en lien avec la Croix-Rouge Malgache et la Fédération Internationale de la Croix-Rouge.
Lu 1168 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 19:17 Maurice : Un requin pêché à Grand Gaube