Océan Indien

Madagascar : La grande prêtresse de l’ennemi public n°1 arrêtée

Mercredi 19 Septembre 2012 - 17:20

Photo de Lexpressmada.com
Photo de Lexpressmada.com
L’étau se resserre autour l’ennemi public n°1 à Madagascar. Depuis le 9 juin, où 20 militaires malgaches avaient été froidement abattu dans une embuscade tendue par les voleurs de zébus, l'insaisissable bandit Remenabila, le chef des dahalos, est traqué nuit et jour.

La tête du plus célèbre chef de bande de voleurs de zébu a été mise à prix pour 100 millions d’Ariary, soit 34.000 euros.
Une traque exceptionnelle qui mobilise de lourds moyens militaires, envoyés pour une chasse à l’homme, au cœur de la brousse malgache, dans le Sud de la Grande Ile.

Pour l’instant, nulle trace du chef de bande Remenabila qui s’est évaporé dans la nature, dans des zones inaccessibles du grand Sud de Madagascar, mais l’étau se resserre.

Un succès de taille contre Remenabila

Andry Rajoelina, président de la Transition, a dépêché dans la région de Betroka des forces spéciales d’intervention, avec notamment des hommes de la garde présidentielle, pour combattre l’insécurité grandissante face aux attaques répétées des voleurs de zébus.

Avec un succès de taille pour les autorités malgaches. La grande prêtresse de Remenabila a été arrêtée ce samedi, à 40 kilomètres de Betroka, selon le site madagascar-tribune.com, brisant un maillon logistique et "spirituel" de soutien au chef de bande mafieux. Interrogée sur l’endroit où se cachait Remenabila, la prêtresse est restée muette comme une carpe.

Le vol de zébus est une ancienne tradition malgache, un rite ancestral pour prouver sa virilité avant le mariage. Une pratique coutumière détournée de son origine par des voleurs de zébus qui alimentent un marché parallèle mafieux très lucratif, vers la capitale Antananarivo.
Lu 2084 fois



1.Posté par Gajik le 19/09/2012 22:32

Voilà un courrier intéressant sur ce sujet, écrit dans la Gazette de ce jour par Solo Raharinjanahary
(Ancien Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines Université d’Antananarivo).
Il y exprime une vérité de fond sur l' arrestation de cette femme qui semble assise à terre et handicapée et qui brandit son petit drapeau de l'époque de la Royauté : il critique à juste titre l'atteinte à la dignité de cette personne par des soldats narquois et en pleine santé. Il faudrait enquêter sur ce que font les soldats dans le Sud qui semblent incendier des villages et ne pas se soucier des dégâts collatéraux à leurs interventions, qui restent bien sûr nécessaires et courageuses, vu l'armement lourd dont ces bandits disposent avec la complicité de probables leaders politico-mafieux dans l'ombre :

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 13 Octobre 2018 - 18:38 Madagascar : Nouveau kidnapping d'un Karane