Océan Indien

Madagascar : Encadrer la croissance démographique pour diminuer la pauvreté

Lundi 19 Novembre 2012 - 15:14

Madagascar : Encadrer la croissance démographique pour diminuer la pauvreté
Plus des trois-quarts des Malgaches vivent aujourd’hui avec moins de 1,25 dollar par jour (0,97 euro). La Grande Ile est en proie à une pauvreté grandissante, exacerbée par la crise politique qui touche de plein fouet le pays depuis 2009.
 
Avec une croissance démographique toujours élevée, 4 à 5 enfants par femme, la pauvreté n’est pas prête d'être endiguée au sein de la population. Le taux de fécondité des adolescentes est également l’un des plus élevés d’Afrique.
 
Une femme sur cinq souhaite néanmoins espacer voire limiter ses grossesses, mais faute de moyens de contraception modernes ou de structures de conseil sur place, les jeunes mères enceintes renoncent à leur projet initial.
 
Madagascar avec ses 22 millions de bouches à nourrir aura doublé d’ici 25 ans
 
Au rythme actuel de la courbe des naissances, la population de Madagascar et ses 22 millions de bouches à nourrir aura doublé d’ici 25 ans.
 
Chaque année, mi-novembre, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) publie un rapport sur l’état de la population mondiale. Un rapport qui prône pour la Grande Ile une meilleure politique de planification familiale, à mettre en œuvre de toute urgence, au risque de voir la pauvreté gagner encore plus de terrain.
 
Autre préconisation importante, la forte augmentation des financements liés au planning familial qui plafonnent aujourd’hui à 1% du budget du ministère de la Santé.

Source : http://www.indian-ocean-times.com
Lu 985 fois



1.Posté par Jean-Loup Gajac le 20/11/2012 08:41

C'est justement parce que la situation sociale décrite ci dessus empire de façon continue depuis l'indépendance, que la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies à Madagascar / PNUD FATMA SAMOURA vient de pousser un coup de gueule pour dire aux politiciens qui, au lieu de servir leur pays, se servent d'abord eux-mêmes : "Cà SUFFIT !"

En effet, les mouvances des anciens présidents n'ont de cesse de manoeuvrer depuis trois ans pour retarder les élections qui ont été finalement fixées au 13 Mai 2013, afin de prolonger la crise politique qui paralyse les institutions. Ils veulent que le pays s'effondre afin de pouvoir ensuite se placer en sauveurs de la Nation et reprendre le cours de leur système mafieux.
Mais c'est sans compter sur la ténacité des dirigeants de cette Transition qui ne dévient pas d'un pas leur trajectoire vers ces élections, malgré qu'ils aient été forcés par le clan néo-libéral international à intégrer dans le gouvernement des politiciens véreux pour mettre le ver dans le fruit, tenter de la gangréner de l'intérieur et l'abattre.

Extraits de l'injonction de Fatma Samoura aux politiciens hostiles aux élections (parce qu'elles se feront bien entendu sans Ravalomanana, définitivement inéligible en Droit et à plusieurs titres) :

« 3 ans et 7 mois de crise, çà suffit !
.../... Pour ceux qui réclament l'ajournement , j'aimerais bien savoir sur quelles bases. Quand je saurai sur quelles bases ils remettent en cause le calendrier, je pourrais répondre.../...
Moi je regarde droit devant moi. Et j'appelle tous les Malgaches à en faire autant. Les querelles du passé n'ont plus de raison d'être dans ce pays. Trois années et sept mois de crise, çà suffit ! Et si ce sont les élections qui doivent ouvrir la voie vers ce retour à l'ordre constitutionnel ; vers ce retour de Madagascar sur l'échiquier international ; vers l'emploi des jeunes ; vers la réduction de la pauvreté ; vers la réduction des vulnérabilités ; vers l'augmentation de la résilience de la population, alors il faut aller aux élections
»

vidéo de ce coup de gueule salutaire (1'43):

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues