Océan Indien

Madagascar : Dix morts dans des affrontements entre villageois et dahalo

Mercredi 13 Février 2013 - 17:32

Madagascar : Dix morts dans des affrontements entre villageois et dahalo
Plus de 1.200 zébus ont été volés à Ifota et Elonty, samedi et dimanche derniers, dans le Sud de Madagascar, par une centaine d’hommes armés de Kalachnikov et de fusils de chasse. L'opération militaire du gouvernement pour lutter contre les dahalo (voleurs de zébus) ne semble pas intimider ces derniers...

Les villageois assistent depuis plusieurs mois à ces razzias qu'ils tentent d'empêcher souvent au péril de leur vie. Les accrochages de ce week-end entre villageois et dahalo à Ifota et Elonty ont fait 10 morts, dont sept parmi les voleurs de zébus.

Lancés rapidement à leur poursuite, les gendarmes ne les ont toujours pas repéré dans une brousse que les dahalo connaissent comme leur poche.

Remenabila, leur chef historique et considéré comme l'ennemi public n°1, n'a toujours pas été arrêté par les autorités malgaches. Il continue toujours sa cavale dans la zone de Fort Dauphin, dans le Sud de la Grande Île.

Symbole de virilité avant le mariage, le vol de zébus trouve son origine dans les traditions ancestrales malgaches. Mais certaines bandes l'ont détourné de son usage premier et en on fait un trafic géré de façon mafieuse.
S.I
Lu 1827 fois



1.Posté par J-L Gajac le 13/02/2013 19:10

Ce doit être un trafic interne à Madagascar, car le Ministre de l'Elevage vient de publier un argumentaire sérieux et donc intéressant sur l'impossibilité matérielle d'exporter ces milliers de zébus volés. Voici cet argumentaire recueilli par Judicaëlle Saraléa qui mérite qu'on l'étudie à fond. Le Ministre explique que ce qui génère ces vols est davantage à rechercher dans le manque de boeufs mis sur le marché légal. Il dit que les malgaches font trop d'élevage dit "contemplatif", c'est à dire de possession et pas assez d'élevage pour la vente. Agir sur le nombre de boeufs pour approvisionner le marché tarirait à terme ces crimes et exactions faute de débouché pour les recéleurs d'animaux volés.
Ce qui n'empêche pas bien sûr la lutte contre les dahalo qui est à court et moyen terme seulement.

Express du Samedi 09 fevrier 2013:

Techniquement impossible. Le ministère de l'Éle­vage a démenti une bonne fois pour toutes les rumeurs sur les exportations illicites de bovins. Le directeur général du ministère, le docteur Raymond, lors d'une rencontre avec la presse dans la matinée d'hier à Ampan­drianomby ,a apporté des explications techniques pour prouver que cette pratique (l'exportation), ne peut être effectuée dans la Grande Île.
« Les pays importateurs exigent toujours des certificats sanitaires. Sans cela, ils ne laisseront pas les animaux entrer dans leur pays comme quoi l'exportation doit toujours suivre le circuit légal. Pour ce qui est du trafic, le transport des bœufs nécessite des navires bétaillers, qui peuvent transporter jusqu'à 4000 têtes. Il nécessite ainsi un grand port pour accoster. Si nous prenons la théorie du ravitaillement via boutre, cela peut prendre une semaine et ne passera pas ainsi inaperçu », indique le directeur général.
Il rajoute que l'autre moyen de transport possible est le bateau à fond plat qui peut transporter 200 à 300 bœufs, mais pour les animaux qui ont besoin de manger. Il estime que transporter ou prendre le foin en masse peut attirer les curieux, or les animaux ne peuvent pas rester sans manger au delà de 48h.

Une durée de trajet valable uniquement pour Mahajanga-Comores. Le technicien a également démontré que l'exportation des viandes congelées et fraiches ne peut non plus se faire, faute d'équipement.

Cette question d'exportation illicite a toujours été indiquée comme l'une des causes de vols de bovidés à Madagascar. L'exportation légale a été suspendue pour la même raison. Le ministère de tutelle ne semble pas partager la même théorie. Le ministre de l'Élevage, Ihanta Randriamandrato a toujours soutenu que les vols résultent en partie de la pratique d'élevage contemplatif à Madagascar. Le vol est nécessaire pour approvisionner le marché. Des efforts sont toutefois menés pour mieux contrôler les circuits. Et afin d'approvisionner le marché local et procéder à la fois à l'exportation, le ministère travaille sur les moyens pour multiplier le nombre des bovidés.
« Un centre de multiplication de géniteurs bovins sera mis en place à Fianarantsoa. L'État jouera le rôle de facilitateur, mais c'est le privé qui assurera la gestion. Il devrait être fonctionnel cette année », rapporte Jean Michel Rakoto, directeur des ressources animales auprès du ministère.


ALLEZ LES RAVALOMANIAQUES, APPORTEZ VOS ARGUMENTS CONSTRUCTIFS SI VOUS ETES CAPABLES DE SORTIR DE VOS OBSESSIONS PRIMAIRES d' ANTI- LAPIN ?

2.Posté par pipoteur le 14/02/2013 07:51

Faut arrêter la paranoïa Monsieur!
Je ne vois pas ce que les Ravalomaniaques ont à voir dans cette affaire.
Perso, je trouve l'explication intéressante et crédible.
Je ne suis ni Ravalomaniaque, ni Dj :-): je suis observateur extérieur!

3.Posté par J-L Gajac le 14/02/2013 09:12

Merci pour le "Monsieur", çà change un peu des habitudes ! Aucune paranoïa, pipoteur, face à l'obsessionnalité d'un groupuscule de français taratasy ravalomaniaques à qui je lance une perche tout simplement parce que ces gens là ont monté toute une histoire de propagande sur la question des dahalo qu'ils utilisent, comme chaque évènement malheureux à Madagascar, pour salir systématiquement tous ceux qui ont viré leur patron du pouvoir dictatorial. Ils ont actionné l'ONG (qui est 100% gouvernementale, sa directrice US étant l'ex bras droit de Clinton !) Amnesty pour tenter de faire croire que la HAT commettait un génocide dans le Sud !
Ils sont incapables de donner un seul argument autre que d'accuser leurs ennemis (c'est à dire la majorité des malgaches) de tous les maux qu'ils ont eux-même contribué à installer durablement dans le pays depuis l'indépendance : pauvreté systémique, corruption, népotisme, enrichissement personnel, braderie de la souveraineté et des richesses nationales aux groupes industriels (etc )étrangers ...
Je faisais remarquer que ces gens se taisent dès lors qu'on aborde un sujet qui n'est pas juteux en polémique.
Si le sujet est polémique et les fait saliver de haine, ils utilisent toujours la même stratégie de rabaisser et d'insulter la personne du posteur qui dénonce la responsabilité de leurs idoles dans l'état lamentable de Madagascar, non pas depuis 2009 mais depuis 50 ans, afin de détourner le sujet du débat au lieu d'argumenter sainement. Voilà l'explication. Je m'attends à chaque post sur Madagascar aux agressions obsessionnelles et insultantes du groupuscule des larbins de Dada de la Réunion qui ne tardent jamais. Par contre, lorsque je n'interviens pas, les posts restent lamentablement vides de réactions, ils ne s'y intéressent plus ! On retombe alors dans les petites réactions épidermiques des yaka-fokon nostalgiques de la colonisation ou des trucs dans ce genre.

4.Posté par Faux, ....... !!!! le 16/02/2013 10:09

Quand on me cherche, on me TROUVE !!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter