Faits-divers

Madagascar : Des vols d'enfants présumés entrainent une émeute

Vendredi 13 Juillet 2018 - 16:43

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Mercredi, la population du village de Manohisoa, au Nord de Betafo, s'est embrasée. En cause : une suspicion de vols d'enfants, attribuée à une équipe d'opérateurs miniers (des chercheurs de pierres précieuses). Dix petits garçons auraient en effet disparu depuis l'installation des mineurs, qui opèrent sous le couvert d'une association humanitaire.

Des habitants ont capturé deux conducteurs de 4x4 de l'association, et les ont conduits à la gendarmerie, d'où ils ont rapidement été libérés, faute de preuve. Une libération qui a fait voir rouge à la population de Manohisoa, qui s'est ruée vers le siège de l'association, après s'en être pris au véhicule de gendarmerie. Des renforts ont été appelés des communes avoisinantes, et des coups de feu auraient été tirés, en l'air selon la police, dans la foule selon certains témoignages.

Le procureur du district a diligenté une enquête, et les locaux de l'association ont été perquisitionnés, en vain. Selon les premiers éléments de l'enquête, narre L'Express de Madagascar dans ses colonnes, les témoignages concordent, dix enfants ont disparu. L'un d'eux aurait réussi à s'échapper récemment, provoquant l'ire des habitants. 
B.A
Lu 4944 fois



1.Posté par Rakoto Rabe le 13/07/2018 22:48

Amusant, quand on habite sur les lieux, de voir comment le journaliste brode à partir d'un article, de plus en illustrant Betafo qui est à 1400 m d'altitude, par une photo de village de la Côte avec des filaos ...
Si le journaliste qui signe BA avait des renseignements précis sur le fait que cette association chrétienne n'est qu'une couverture pour des opérateurs miniers, la gendarmerie de Betafo ou d'Antsirabe serait très intéressée.
Ce n'est pas parce que c'est loin qu'il faut broder à ce point, car vous êtes lus aussi à Betafo ...

2.Posté par le lépreux cette photo prétendue illustrative de Betafo le 14/07/2018 08:25

à vérifier__cette photo prétendue illustrative de Betafo est apparue en premier sur l'Express de Madagascar . Les cotiers ont été les premiers malgaches à entrer en contact avec les européens mais ils sont restés les derniers à construire leurs maisons avec des feuillages et des herbages .

3.Posté par Shaan le 14/07/2018 10:25

La dernière "chasse aux sorcières" malgache s'est terminée par la torture et l'immolation par le feu de 3 innocents.

4.Posté par Jp POPAUL54 le 14/07/2018 12:10

La plèbe abêtie s'en prend elle aux véritables sorcières ? Ce ne serait pas le première fois.

5.Posté par Jp POPAUL54 le 14/07/2018 12:29

Quant à la photo illustratrice, cela ressemble vraiment au village de Mangily (trentaine de kms au nord de Tuléar)

6.Posté par Rakoto Rabe le 14/07/2018 21:17

Suite de l'affaire : c'est vraiment pas clair ! Le prétendu témoin et victime refuse de coopérer avec les enquêteurs ...

Rédaction Midi Madagasikara 14 juillet 2018

" Même si la perquisition dans la base de l’association soupçonnée de rapts de personnes à Antsahondra dans le district de Betafo était jusqu’ici infructueuse, l’enquête se poursuit au niveau de la gendarmerie. Par contre, cette procédure risque de capoter car le déclarant témoin refuse de coopérer.

S’appuyant sur les témoignages du dit jeune bouvier qui a affirmé avoir été séquestré avec cinq enfants dans une cave dans ce village, des habitants de la commune d’Ambohimasina ont poursuivi hier, la fouille du lieu mais en vain. La gendarmerie affirme continuer l’enquête pour éclairer cette affaire qui risque de provoquer la rébellion. Selon les informations, les habitants d’Ambohimasina réclament le rasage immédiat du hameau de Valavato à Antsahondra, lieu d’implantation de l’association. Ils insistent sur cette idée malgré l’intervention du Préfet d’Antsirabe et le Chef de Région de Vakinankaratra qui se sont rendus sur place jeudi, pour tenter d’arranger la situation. En effet, ils étaient près d’un millier de personnes qui se sont déplacés à Antsahondra. Compte tenu de leur effectif, les forces de l’ordre qui se chargent de la sécurisation du lieu ont dû les faire entrer dans la zone 10 par 10 pour limiter le dérapage.

Parallèlement à cette démarche, les huit membres de l’association qui étaient tenus en otage par le fokonolona au bureau de la commune d’Ambohimasina, ont été transférés à la brigade de Mandoto pour être auditionnés. Ayant obtenu un mandat délivré par le Tribunal, les enquêteurs procèdent actuellement à la fouille minutieuse de toutes les maisons d’habitations dans le village d’Anstahondra et ses environs. Un appel à manifestation au cas où il y a disparition d’enfants est également lancé aux habitants des régions limitrophes comme Menabe et Amoron’i Mania. Quoiqu’il en soit, les enquêteurs de la gendarmerie affirment avoir de problème dans l’accomplissement de leur mission. L’avancement de l’enquête dépendra de l’audition du jeune bouvier qui prétend être une victime et un témoin dans cette affaire. Selon les informations, les habitants refusent de livrer ce dernier à la gendarmerie pour être auditionné. Face à ce refus de coopérer, la question se pose alors si le témoignage de ce jeune homme n’était qu’un canular. C’est la raison pour laquelle, le Préfet d’Antsirabe a déclaré aux habitants d’Ambohimasina, qu’il est impossible de rayer de la carte un village entier sans aucune raison valable. "

7.Posté par ali le kafhir le 14/07/2018 22:23

soit c'est votre ignorance de vos racines
soit c'est réchauffement climatique
soit recensement des lecteurs zanatany

8.Posté par Mi le 15/07/2018 00:25

Mais oui, c'est Mangily ...
A part ça, j'ai RIEN compris à la Rédaction Midi Madagasikara du 14 juillet 2018.
Et vous ????

9.Posté par la cata le 15/07/2018 09:18

Lorsque l'on posséde qu'un neurone ??

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >