Océan Indien

Madagascar: Des nationalistes attendent François Hollande de pied ferme

Jeudi 17 Novembre 2016 - 14:49

Madagascar: Des nationalistes attendent François Hollande de pied ferme
Plusieurs associations et partis politiques envisagent de manifester durant le sommet de la francophonie à Madagascar. Selon le journal Midi Madagasikara, des nationalistes veulent s’en prendre directement à François Hollande à propos de la restitution des îles éparses, lors de sa visite officielle dans une dizaine de jours. 

"L’opposition et les partisans des différents mouvements œuvrant pour la restitution des Îles Éparses envisageraient également une forte mobilisation. L’Association Nosy Malagasy (ANM), l’Otrikafo et des associations membres de la Société civile prévoiraient de profiter de la venue du président français François Hollande pour réclamer la restitution des Îles ", rapporte le quotidien local. 

D’autres mouvements, tels le Mouvement pour la liberté d’expression, comptent aussi sur la venue de la trentaine de chefs d’État pour se faire entendre. Ce collectif regroupe une majorité de la presse et médias locaux ainsi que des opposants au régime en place. 

Des membres de la société civile ainsi que des groupements apolitiques annoncent dans le journal leur intention de publier par voie de presse des " grands dossiers démontrant l’implication des dirigeants actuels et de leurs proches dans les trafics illicites des ressources naturelles ". Ces militants prévoient des banderoles et d’autres supports visuels sur les trajets des délégations étrangères. 

De son côté, la gendarmerie a affirmé mercredi que 4000 gendarmes seront déployés durant l’événement. Les responsables de la sécurité ont laissé entendre que les manifestations qui pourraient porter atteinte à l’image du pays ne sont pas les bienvenues durant le rendez-vous international. 
Lu 3497 fois



1.Posté par valère le 17/11/2016 15:20

comme ci ces gendarmes pourront calmer ces gens si on leur a promis quelques choses et qu' ils ont pas eu, je pense pas. hollande t' aurai tu rester chez toi au chaud.

2.Posté par Pamphlétaire le 17/11/2016 17:42

Francophonie : Un budget minimum de 4,2 milliards pour la sécurité

Une source proche des Forces armées a laissé entendre que chaque élément devrait percevoir des indemnités variées entre 100 000 Fmg à 250 000 Fmg par jour.

Au cours de sa dernière rencontre avec la presse, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général de Corps d’Armée Paza Didier Gérard a fait savoir que 7 000 hommes composés d’éléments de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police nationale seront mobilisés durant le Sommet de la Francophonie pour assurer l’ordre et la sécurité. Des éléments venant des régions seront même appelés en renfort. Une source proche des Forces armées a laissé entendre que chaque élément devrait percevoir des indemnités journalières variées entre 100 000 Fmg à 250 000 Fmg. Si on fait le calcul, les indemnités des agents des forces de l’ordre nécessite donc un budget de 700 000 000 Fmg par jour. Le budget total des indemnités des militaires, des gendarmes et des policiers qui seront mobilisés durant les six jours du Sommet s’élèveraient donc à 4 200 000 000 Fmg (840 000 000 Ariary). Il convient de noter toutefois que cette somme ne reflète pas le budget total réservé pour la sécurisation du Sommet. D’autres dépenses liées à la même rubrique sont encore à prévoir. Il convient de rappeler aussi que l’Etat a recruté 340 éléments civils par Arrondissement pour sécuriser les quartiers et collecter des renseignements sur les risques et les menaces qui pourraient provoquer des troubles durant le Sommet. Certains éléments des forces de l’ordre, à l’exemple de ceux qui assurent la garde rapprochée des hautes personnalités seront également payés au minimum 250 000 Fmg par jour.

Transparence. Pour l’heure, l’on remarque un manque de communication de la part des responsables par rapport aux dépenses prévues pour l’accueil du Sommet de la Francophonie. Pourtant, le respect de la transparence est de mise dans l’organisation de ce genre d’évènement. Joint au téléphone hier et questionné sur le budget alloué à la rubrique sécurité, un haut responsable au niveau du Ministère de la Défense nationale a fait savoir que les forces armées ne gèrent aucun budget par rapport à la sécurisation du Sommet. « Notre mission consiste uniquement à l’exécution des mesures de sécurité », a-t-il martelé avant de renvoyer la balle dans le camp du Comité d’organisation du XVIe Sommet de la Francophonie. De son côté, Hugues Ratsiferana, président du Comité d’organisation a affirmé ne disposer d’aucune information sur le budget réservé à la sécurité. Il a toutefois réitéré que le budget utilisé pour ce XVIe Sommet est le plus petit budget par rapport aux précédents sommets organisés dans d’autres pays. Il convient de rappeler que l’Etat malgache a dépensé 7 millions de dollars pour l’accueil de cet évènement. De leurs côtés, les membres du Comité d’organisation insistent sur les retombées économiques que le XVIe Sommet de la Francophonie apportera pour la Grande Ile. Face aux menaces de manifestations et de mobilisations lancées par les anti-Sommet et par les partisans de l’opposition, le renforcement de la sécurité est de mise surtout aux alentours des sites qui accueillent les délégations. Une forte mobilisation des forces de l’ordre est donc attendue durant les six jours de réunions.

Davis R

3.Posté par Pamphlétaire le 17/11/2016 17:49

Mouvement pour la Liberté d'Expression (MLE) et Îles Eparses : Des manifestations prévues durant le Sommet

Des banderoles pourraient être exposées à l’extérieur des sites qui accueillent les délégations.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a organisée hier à Ankadilalana, le Commandant de la Circonscription Interrégionale de la Gendarmerie Analamanga (CIRGN), le Général Florens Rakotomahanina a réitéré que 4 000 gendarmes seront mobilisés durant le Sommet de la Francophonie pour assurer le maintien de l’ordre (voir article par ailleurs). Des éléments spécialisés se tiendraient même prêts à intervenir en cas d’attaque et/ou de débordement. Une manière à lui d’annoncer que les autorités prendront toutes les mesures nécessaires pour éviter des troubles et pour assurer le bon déroulement du sommet. En tout cas, le risque de « sakoroka » n’est pas à écarter. De nombreuses manifestations de contestations sont prévues durant le Sommet de la Francophonie. Interdits de manifestation pendant les trois années de pouvoir du régime HVM, plusieurs associations et groupements politiques et apolitiques prévoient de profiter de la venue des délégations étrangères dans la Grande Ile pour se faire entendre. Pour ne citer que le cas du « Mouvement pour la Liberté d’Expression » (MLE) qui a déjà annoncé que mis à part la publication par voie de presse, de grands dossiers démontrant l’implication des dirigeants actuels et de leurs proches dans les trafics illicites des ressources naturelles, des manifestations sont également prévues pour dénoncer le non-respect de la liberté d’expression et pour dire non au forcing du régime lors de l’adoption du Code de la Communication médiatisée.

Forte mobilisation. D’après les informations, l’opposition et les partisans des différents mouvements œuvrant pour la restitution des Îles Eparses envisageraient également une forte mobilisation. L’Association Nosy Malagasy (ANM), l’Otrikafo et des associations membres de la Société civile prévoiraient de profiter de la venue du président français François Hollande pour réclamer la restitution des Îles Eparses. Des banderoles pourraient être exposées à l’extérieur des sites qui accueillent les délégations. A en croire nos sources, des réunions préparatoires auraient déjà eu lieu depuis la semaine dernière. Pour le moment, l’on ne peut pas affirmer si les organisateurs envisagent ou non des descentes dans la rue. A travers les réseaux sociaux, les opposants au Sommet de la Francophonie et les anti-Rajaonarimampianina appellent la population pour une grande mobilisation. Certains n’hésitent même pas à encourager les Malgaches à se verser dans la violence pour se faire entendre. Reste à savoir si les tananariviens vont soutenir ces projets machiavéliques qui risquent de ternir davantage l’image de la Grande île vis-à-vis du reste du monde.

« Fihavanana ». Face à ces menaces, les hauts responsables au sein des forces de l’ordre ont décidé de renforcer les dispositifs de sécurité. Nul n’ignore en effet que partout dans le monde, l’accueil d’un grand évènement comme le Sommet de la Francophonie fait toujours des heureux et des mécontents, et engendre toujours des mouvements de contestations. C’est le cas notamment à New York durant les assemblées générales des Nations Unies, ou dernièrement au Brésil lorsque le pays a accueilli le Mondial du Football. Pour ce qui est de la Grande île, cette situation ne devrait pas porter atteinte à la solidarité des Malgaches connus mondialement pour le sens du « Fihavanana ». De leur côté, les autorités et les forces de l’ordre ne devraient pas prendre des mesures démesurées pour éviter les affrontements.

Davis R

4.Posté par KLOD le 17/11/2016 19:46

le monde géographique et "historique" comme il va ...................... na un jour la vérité géographique et historique sera ............... malgré les "tribulations" de deux trois certains et "leurs discours" justifiant l'injustifiable .............c'est simple pourtant .................. mais bon , il reste encore des "relents" du "bon vieux temps" ............... ben . one by one .

pas de repentance diront les plus comiques ............... i , je dirais : l'histoire "face à face" ............ sans partie pris selon "les frontières artificielles" mais juste "l'Histoire" .................. la route est longue , mais "la prudence" se fera , one by one . certains y croivent , sans "acrimonies" aucune , juste "le bon sens prés de chez vous" .la route est longue , mais "en marche" !!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >