Océan Indien

Madagascar : Andry Rajoelina contraint de composer avec les anciens présidents

Mardi 14 Juin 2011 - 07:53

Madagascar n'est pas sortie de la crise. La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a décidé de modifier la feuille de route menant à des élections. Elle exige que la Haute autorité de transition (HAT) autorise le retour de tous les opposants en exil, y compris pour l'ancien président, Marc Ravalomanana.


Madagascar : Andry Rajoelina contraint de composer avec les anciens présidents
Hier, les différents dirigeants de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) ont exigé que la haute autorité de transition (HAT) de Madagascar autorise le retour de tous les opposants en exil, y compris pour l'ancien président, Marc Ravalomanana. " Le Sommet a exhorté (...) la Haute autorité de transition (HAT) de permettre à tous les Malgaches en exil pour des raisons politiques de retourner au pays sans conditions, y compris Marc Ravalomanana ", précise le communiqué de la SDAC à l'issue du sommet de Johannesburg.

En outre, la HAT d'Andry Rajoelina devra "développer et promulguer d'urgence les instruments juridiques en suspens afin d'assurer la liberté politique de tous les Malgaches dans le processus inclusif".

Par ailleurs, le sommet de la SADC a souhaité que la feuille de route soit modifiée. Le document devrait être entériné par la SADC une fois les amendements apportés. "Les dirigeants des mouvances Ratsiraka, Ravalomanana et Zafy ont été priés de parapher la feuille de route dans les meilleurs délais dès que les amendements nécessaires y auront été apportés".

Ces résolutions risquent de générer de nouvelles discussions entre les différentes forces politiques. Les premières réactions laissent penser que Andry Rajoelina n'acceptera pas ces nouvelles résolutions.

Madagascar n'est pas encore sortie de la crise.
Lilian Cornu
Lu 1905 fois



1.Posté par jean Jouhis le 14/06/2011 13:55

RAVA etait present a cette reunion ce qui est "SURPRENANT"

bon qu'il revienne .. on l 'attend
un mandat d'arrêt l'attend et direction le bagne pour 10 ans

on verra après , s il peut se présenter , en 2021 donc !

2.Posté par Gajik le 14/06/2011 22:44

Exhorter n'est pas EXIGER, loin de là. La HAT reste maîtresse de la démocratisation de Madagascar et personne, aucune autorité dictatoriale ne pourra plus jamais diriger la vie des malgaches. Un point de non retour est dépassé irrémédiablement et c'est ce que feignent de ne pas comprendre les petits potentats fachos africains de la sphère anglo américaine !

Ce ne sont pas quelques présidents corrompus pour la plupart, convaincu de viols comme Zuma et de crimes comme Mugabé, violeur de vierges "royales" comme Mswati, de bons camarades pour Ravalomanana, qui vont dicter au Malgaches leur choix de société.

La SADC n'est pas un bloc monolithique, des contradictions importantes s'y affrontent, il n'y qu'à voir la position de la COI au sein de cette SADC et de Arvin Boolel le Mauricien en faveur du changement.

Il faut savoir aussi que Ravalo commence à empiéter sur des secteurs de l'agro alimentaire sud-africain paraît il et pas mal de ces gens là aimeraient le voir se casser au plus vite, même au risque de risquer de provoquer une guerre civile à Madagascar.

Non que Ravalo ait autant de supporters qu'il le prétend, mais le danger ce sont ses alliés du moment, ennemis d'hier, qui attendent et espèrent un pourrissement de la situation pour se déchirer et se battre comme des chiens pour rétablir un pouvoir semi dictatorial et s'approprier l' Etat.

Rajoelina est à la tête d'une opération mains propres et les plus incrédules (les malgaches ne croient plus en rien après 50 ans de misère) vont bientôt se rendre compte que Madagascar est sorti d'une ère de soumission servile aux intérêts étrangers contre l'impunité de leurs présidents successifs.

Voici ci-joint le communiqué de la Présidence, qui vient à l'instant de sortir sur le sujet

3.Posté par Gajik le 14/06/2011 22:45

COMMUNIQUE DE PRESSE

Point de presse du Président de la Haute Autorité de la Transition
Comme annoncé, consécutivement au communiqué officiel publié à l’issue du sommet extraordinaire de la SADC sur la sortie de crise à Madagascar, le Président de la Haute Autorité de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a tenu un point de presse cet après-midi du Mardi 14 Juin 2011 au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra.
Après les résolutions prises par les Chefs d’Etats membres de la SADC, réunis en sommet extraordinaire à Sandton et après avoir entendu la voix de tout un chacun (population, politiciens et Forces Armées), ci-après le contenu de la déclaration du Président Andry RAJOELINA :
- « Tout d’abord, quoi qu’il en soit, nous tenons à remercier la Communauté Internationale, de surcroît la SADC, pour les efforts qu’ils ont déployé pour résoudre la crise malgache. Par ailleurs, le communiqué officiel de la SADC s’est surtout focalisé sur la Feuille de route, qui, rappelons-le, est une synthèse des différentes consultations menées au pays à travers diverses réunions telles la Conférence Nationale ou le Teny Ifampierana. Et cette Feuille de route, proposée par la SADC, a été paraphée par huit (08) entités politiques malgaches, le 09 Mars 2011.

- Dans son communiqué, la SADC a évoqué que la Feuille de route ne peut souffrir d’aucun amendement ni de veto. Ainsi, le régime transitoire continue et continuera l’application, sans aucune condition, de cette Feuille de route de la SADC, déjà paraphée.

- L’article 16 du communiqué de la SADC insistant sur le retour au pays des exilés volontaires, stipule que « le Sommet a exhorté également la Haute Autorité de Transition (HAT) de permettre à tous les Malgaches en exil pour des raisons politiques de retourner au pays sans conditions, y compris M. Marc Ravalomanana ». De ce fait, il est clair que les médiateurs notamment la SADC reconnaissent qu’’il est du pouvoir des autorités transitoires d’autoriser ou pas ce retour de ces exilés volontaires. Force est de noter qu’il incombe non seulement à la Présidence de la Transition mais aussi aux différentes institutions compétentes de la Haute Autorité de la Transition, notamment le Congrès et le Conseil Supérieur de la Transition d’en décider. Il a d’ailleurs été évoqué dans la Feuille de route que l’amnistie ne concerne pas et a clairement exclu ceux qui ont commis des crimes de sang et sur ce, personne ne peut nous en obliger ni imposer quoi que ce soit allant à l’encontre du texte en vigueur ». Pour ce qui est du retour au pays de l’ancien Président Didier Ratsiraka, il n’y a aucun problème. Par contre, concernant particulièrement le cas de Ravalomanana Marc, il ne faut pas oublier que la Justice malgache l’a condamné pour plusieurs dossiers et l’on ne peut aucunement cautionner l’impunité.

- Le régime actuel déploiera tous ses efforts et apportera ses aides et soutiens à la CENI pour des élections indiscutables, libres, justes et transparentes. En effet, tous les membres de la CENI et des autres Institutions de la Transition sont sollicités à prêter mains fortes au régime transitoire afin de tenir, très prochainement, les élections. Des équipements matériels seront ainsi remis à la CENI pour qu’on puisse organiser les prochaines élections avec nos propres moyens. Si la Communauté Internationale nous apportera ses aides, tant mieux. Toutefois, on ne peut plus attendre plus longtemps. Nous sommes déterminés à avancer vers des élections indiscutables et acceptées par tous ».


Ambohitsorohitra, le 14 Juin 2011
Le Chargé de la Communication
A la Présidence de la Haute Autorité de la Transition

4.Posté par Gajik le 15/06/2011 12:22

Voici une analyse très objective des faits commis par l'ex Président (en fuite volontaire et non en exil) qui justifient soit son maintien à l'extérieur, soit son emprisonnement.
L'armée, le gendarmerie toutes forces de sécurité confondues ainsi que le fils de l'ancien président Tsiranana et quantité d'autres malgaches patriotes ont réagi très fort contre cette "injonction" inique de la SADC de laisser Ravalomanana revenir, alors que tout le monde sait que ce serait un crime contre la paix sociale durement acquise après toutes les actions de déstabilisation que cet homme a financé es(tentatives de coup détat, bombes, manifs sans autorisation légale, etc ...). Les complicités venant de Mugabé, de Zuma, de Mswati etc ... sont évidentes. On y voit aussi la main des américains qui financent à milliards les dictatures à visage démocratique dès lors qu'elles sont favorables à leurs intérêts et à la finance internationale :

La SADC cautionne la mauvaise gouvernance
Mardi, 14 Juin 2011

Abus d’exonérations fiscales pour les entreprises du groupe Tiko, légitimation de décisions pour servir des intérêts personnels (comme pour la détaxation pour Tiko légitimée par la loi n° 2003-006 du 16 juillet 2003), série d’importations de vaches laitières au nom de l’Etat mais dont une grande majorité a servi Tiko farm… La liste est très longue si l’on doit énumérer les pratiques de mauvaise gouvernance du président démissionnaire Marc Ravalomanana. Celui-là même que la SADC veut faire revenir à Madagascar sans aucune condition. Il a beaucoup contribué à la pauvreté du pays et au blocage du secteur privé. Sous son régime, la pauvreté n’a guère reculé malgré des croissances ronflantes. Les Malgaches étaient toujours 2 fois plus pauvres qu’en 1983. Certes, il y a eu les routes mais l’ex président n’a fait que renforcer son empire économique. Les erreurs de gouvernance citées plus haut en sont les preuves. Rappelons que l’abus d’exonérations fiscales pour Tiko et le flou dans l’achat de l’avion présidentiel Force One II ont été à la source de la suspension des aides budgétaires en fin 2008.
C’était une sonnette d’alarme pour dénoncer les dérives de gouvernance. Pour une fois que les bailleurs de fonds ont daigné bouger officiellement le petit doigt pour dénoncer, ils l’ont fait mais sur le tard. Auparavant, Marc Ravalomanana a tout fait pour amasser le maximum de fortune en usant de mesures faussement légales ou non. L’on se rappelle, entre autres, le salaire royal offert aux deux dirigeants expatriés de la Jirama : en 2007, ceux-ci ont touché 590,6 millions Ar, soit un salaire annuel supérieur à celui du président français Nicolas Sarkozy. Ils ont été pourtant recrutés pour redresser une entreprise très mal en point. Evidemment, les bailleurs de fonds ont refusé de payer un tel salaire et l’Etat (et donc les contribuables) s’y est engagé avec à la clé des montants à partager dans la haute sphère politique malgache. En 2008, ce salaire a augmenté de 25 millions Ar alors que la situation de la Jirama était loin de s’améliorer.

Sinon, les agissements de l’ex président ont bloqué la concurrence dans des secteurs porteurs comme la production et la distribution alimentaire (filière lait, huile alimentaire, riz, farine, boissons hygiéniques). Un document écrit par un responsable de la Banque mondiale en 2010 précise : « Ces entreprises ont bénéficié de protection tarifaire relativement élevée (en général le maximum de 20%) et abusé de pratiques « coercitives » sur leurs réseaux de distributeurs et de fournisseurs. Ces entreprises de l’ex président ont même bénéficié d’une exonération fiscale consolidant encore plus la position dominante sur le marché domestique ». Ce n’est pas étonnant si la quasi-disparition de Tiko aux lendemains des violences politiques de 2009 a conduit à une baisse de 59% des prix de plusieurs PPN selon un document onusien jamais rendu officiel jusqu’ici. Le fait est irréfutable : les cartels de Ravalomanana ont beaucoup contribué à étoffer la fortune de ce dernier estimé actuellement à 750 millions de dollars, et ont pénalisé les consommateurs les plus pauvres. On n’oublie pas les spoliations de propriétaires terriens à Antsirabe, Ambatondrazaka… et de l’Etat à travers l’accaparation de terrains à Andohatapenaka, Antsiranana, Fort-Dauphin etc. Certes, le régime Rajoelina, les régimes Ratsiraka et Zafy ne sont pas blancs comme neige mais Ravalomanana a surclassé tout le monde en matière de mauvaise gouvernance. Avec sa décision, la SADC donne le mauvais exemple pour tout politicien africain : pillez votre pays, devenez riche et la prochaine crise vous lavera de tout soupçon pour vous permettre de mieux piller encore et toujours.

Fanjanarivo La Gazette de la Grande Ile

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >


Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop