MENU ZINFOS
National

Macron, personnalité de moins de 40 ans la plus influente au monde selon "Fortune"


Par Zinfos974 - Publié le Samedi 19 Août 2017 à 11:23 | Lu 3493 fois

Emmanuel Macron arrive en tête du classement "40 under 40" de "Fortune". Le magazine américain répertorie les personnalités de moins de 40 ans jugées les plus influentes du monde. 

Le chef de l'Etat français vient ainsi détrôner Mark Zuckerberg, le PDG et fondateur de Facebook, qui se contente désormais de la deuxième place.

Dans un article consacré au Président français, "Fortune" le décrit même comme "le plus jeune leader français depuis Napoléon", et estime qu'il a remporté le second tour de l’élection présidentielle en "anéantissant le système bipartite qui gouvernait depuis des générations" dans notre pays.




1.Posté par La vérité si je mens ! le 19/08/2017 12:31

A ne pas oublier Macron One est de gauche , lui même l'a dit ?

Au 2nd tour les électeurs ont voté contre le système politique de marine lepen , FN par contre il n' y a pas eu d'adhésion à cette élection . Si on reste dans la logique Macron One est entrain coulé dans les sondages ces temps-ci

Ceux qui ont voté contre le système politique de Macron One doivent se dire ... heureusement not zeux lé T ouvert !!!

2.Posté par 51889 le 19/08/2017 14:10

Rien que de trés logique ! Vous ne voudriez tout de même pas qu'un magazine qui s'appelle "Fortune" dézingue un président de la République moulé à la louche cadré et cornaqué par la finance, éduqué par les banques, soutenu durant toute sa campagne par les milieux d'affaires...

Un peu de logique, voyons ! Moralité: la "Fortune" sourit aux audacieux. Surtout s'ils ont de puissants appuis...

3.Posté par Hugh le 19/08/2017 15:58

Macron ? Personnalité de moins de 40 ans la plus influente au monde selon "FORTUNE" ?

" Fortune magazine , qu'est-ce ? ". Le journal qui gère les plus grosses fortunes du monde d'un point de vue commercial ou d'un point de vue commerce.

Eh non, ce n'est pas la même chose. La différence entre commercial et commerce c'est vos lunettes, changez-en, ça coute cher. Le commercial c'est celui qui les vend aux commerces qui vous les vendent encore plus cher.

L'argent, tant qu'il y en a c'est bien, et surtout qu'il circule.

L'important c'est de des castes telles que ce magazine ne s'en fassent pas des chalenges.

Nous ne pourrions pas l'acheter, il est distribué dans les boites aux lettres des maison de plus de 1000 mètres carrés avec gardiens et hommes armés.

L'Élysée n'en est pas loin, ce n'est plus le palais présidentiel mais le palais de la bourse.


N'oubliez tout de même pas que si vous avez 500 millions d'€ sur votre compte, vous ne rentrez pas dans leur dico.

C'est un peu comme si vous rentriez dans l'annuaire de la noblesse et que vous vous appeliez " du Con de corvée de chiotte de matin de bonne heure. " et qu'on vous fasse en effet faire les chiottes.

Il faut au moins avoir 10000 euros de droit d'entrée . Pour du papier, ça donne réellement envie d'aller aux chiottes de matin de bonne heure.

Donc ! Macron a été élu avec notre argent que nous ne possédons pas autrement que par celui du peuple qui le reverse au gouvernement en déficience et qu'il ne possède pas non plus par son état déficitaire quant aux niveau international de la monnaie courante.

Dans monnaie "courante" n'y voyez pas les chiottes mais les épuisettes à essayer d'y chopper un Papillona Fortinus, une espèce en voie d'aspiration à condition d'éteindre la lumière. Comme fait le petit caporal du magazine " Fortune "

C'est cool; il a eu sa reconnaissance et son bonbon.

C'est ça les banquiers, ils se félicitent entre-eux comme les Césarisés du festival des oies ou des canards. Les Cannes ne font pas des connards, à moins que....

Les grandes banques ou les immenses fortunes ( Pléonasme ) et qui vous piquent votre argent ou vos petits arrangements, lorsque vous êtes à découvert et qu'ils disent savoir mieux vous proposer de mieux gérer vos sous mieux que vous.

" Vous avez besoin d'argent que vous souhaitez nous emprunter à qui ? ". Expliquez nous de quoi vous avez besoin et on vous expliquera comment vous en passer. Coluche et la Fille en robe rouge de chez Druckers.

Ok ! Mais dans une autre vue de magazine, Macron ne serait pas avec une ménagère de plus de 60 ans ?
je n'ai rien contre les hommes qui vivent avec une femmes plus âgée, j'ai bien passé mes dernières vacances à Marseille chez ma grand-mère et mon arrière grande tante, elles ne m'ont jamais placé devant un bureau.

Les vacances sont les vacances nan ?

Brigitte Macron ne mériterait-elle pas d'être élue ou reconnue dans le magazine "SERENGO " ou " SÉNIOR PLUS " comme la plus influente en matière de faire du crochet, ou vivre au crochet de l'état, d'où son bureau spécialement attribué au frais de l'état dans lequel il se trouve. Pas de sous, pas de travail, seulement moi, PRÉSIDENT, j'en ai trouvé deux. Un pour moi et un pour Brigitte.

Là, elle pourrait avoir une place de chroniqueuse mais avant elle va devoir clarifier tout cela avec de la poudre aux yeux ou de l'eau de Javel. ( Ça fait la même chose, ça fait mal au fesses et ça blanchi les culs terreux comme le miens qui paient des impôts )

karl lagerfeld a bien dit qu'elle avait les plus belles jambes de Paris, il s'est juste arrêté à son atelier de couture, logique il l'habillait, à moins que ce soit Gabrielle Chanel ( Vous êtes au parfum, elle est morte, elle s'est prise une noix de Coco sur la tête ).

À cette époque là, celui qui a retiré son corset à la femme n'était pas plus que MONSIEUR Paul POIRET, seulement Chanel lui a piqué sa mode, lui était au front et dans les tranchées.

Quoi qu'il en "soie", il est relatif qu'une femme ait de belles jambes, tant elle les montre. Et elle les montre bien.

Lorsque je dit " Montre ", ça n'a rien à voir avec celle que Sarko porte à son poignet.

Lui, avait dit, si ma mémoire est encore excellente: " Une Rolex si t'as moins de 50 ans et que tu en as pas, c'est que tu l'as perdu ou que tu te l'es faite volée... " Ou un truc dans le genre

Donc.... Pour réussir, pas besoin de serrer la main d'un blondinet aux cheveux blond vendeur de journaux "Fortune " et où même à l'instant du serrage de pogne lors d'un défilé du 13 Juillet ( Désolé, j'ai pas pris option "histoire " lors de mon cursus estudiantin ) , ils souhaitaient tout deux et uniquement savoir qui avait la plus grosse.

4.Posté par Dave le 19/08/2017 15:49

menteur comme tous le reste

5.Posté par PATRICK CEVENNES le 19/08/2017 19:01

fukcd473
Fortune, c'est le même magazine qui avait nommé la société Enron, la société américaine la plus innovatrice six années consécutives ? Alors mort de rire !

6.Posté par Dazibao le 19/08/2017 19:28

Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée, mais Macron porte les deux.


A quoi ça va nous servir ce classement? Il fera quoi pour le bien être des citoyens ?


7.Posté par Thierry le 19/08/2017 19:36 (depuis mobile)

... Il méprise le peuple.

Si encore il favorisait incitait au travail les bénéficiaires de RSA par exemple. Mais non il maintien le non travail rémunéré et contradiction il supprime le travail payé parce qu'il est aidé.

8.Posté par MACROOO le 19/08/2017 21:26

BOFFF..BEURKKK..LE DEGOUT CE MEC.....

9.Posté par zozimé le 19/08/2017 21:49

Le plus influent peut-être...le plus grand mentèr aussi!

10.Posté par Pamphlétaire le 20/08/2017 00:29

La directrice de la communication d’Emmanuel Macron dans l’œil du cyclone

11.Posté par Pamphlétaire le 20/08/2017 00:31

Baisse de popularité pour Macron : une chute inédite sous la Vème République

12.Posté par Babeuf le 20/08/2017 01:39

Un peu d'humour

Macron à dit à un Général soucieux de la bonne marche de l'armée qu'il était le CHEF !!
Du coup le Général a démissionné!

Fortune ayant appris que Macron était le chef a eu très peur et s'est dépêché de l'encenser pour ne pas être obligé de mettre la clefs sous la porte!

13.Posté par pffffff le 20/08/2017 11:14

qu'est ce qu'on s'en fout!

14.Posté par vazahakely le 20/08/2017 23:24

Monsieur MACRON
Ce n'est là que la juste reconnaissance de votre stature de Chef d'Etat
à laquelle vous faites honneur et dont nous avions besoin depuis si longtemps.
Votre haute qualité de Président de la République Française contribue au rayonnement
de notre pays dans le monde, ce que vos prédecesseurs n'ont pas été capables d'accomplir....

15.Posté par david le 21/08/2017 02:08

m'est avis qu'ils se trompent sur l'age, car les trognon/macreux se comptent en couple....et ca fait alors 100 ans environ et plus 40, n'est-ce pas...
c'est presque degoutant, toutes ces propagandes ou ils sont plus siamois qu'epoux, et ca donne plutôt envie de balaçer un sceau d'au froide pour les separer....

ras le bol
l'intelligence peut rendre riche
mais fortune ne rend pas intelligent !

16.Posté par populax le 21/08/2017 12:14

Tient, pour remettre un peu de sel dans l'actualité, voila qui ressemblerait bien à une bavure en bonne et due forme. Un type se fait tuer de plus de 15 balles pour refus d'obtempérer. Il serait toutefois étonnant que la justice envoie ces 5 policiers en prison. Pour ce qui me concerne, je suis curieux de connaitre le dénouement de cette affaire et les justifications des uns et des autres. Alors si tu pouvais faire un article dessus, je t'en remercie d'avance.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/loiret-un-homme-arme-d-un-couteau-abattu-par-la-police-en-tentant-de-fuir-19-08-2017-7202100.php



17.Posté par vanille le 22/08/2017 09:13

Post 13 Vaza

C'est pas de l'amour c'est de la rage ......

18.Posté par PITER ALPHU le 24/08/2017 13:48

100 jours?
Un nombre important de Français a placé dans ce nouveau président beaucoup d’espoirs : espoir d’un renouveau en politique, espoir d’une meilleure gestion des relations internationales, espoir de réformes structurelles essentielles dans le pays, espoir d’une meilleure communication entre l’État et le peuple. Quant au reste des Français, ceux qui votèrent pour lui par défaut plus que par envie, et ceux qui ne votèrent pas pour lui voire contre lui, eux aussi sont à l’affût des marques de différences avec les précédents quinquennats.
Il faut dire qu’on revient de loin.
Le quinquennat Chirac fut désastreux d’immobilisme en matière de réformes profondes. La France, sur ce sujet, sera véritablement placée en mode « pause », pendant que sur d’autres thèmes, environnementaux par exemple, la pédale d’accélérateur sera copieusement écrasée. Le principe de précaution, introduit en 2005 dans la Constitution, continue de faire des ravages encore aujourd’hui.
Le suivant, fébrilement secoué par Sarkozy, fut l’occasion pour le pays de voter pour un président qui entendait faire des réformes au pas de charge et aller chercher la croissance avec les dents, et qui concrétisera cette vibrante volonté électorale par une enfilade de bricolages millimétriques, des moulinets de bras et des mouvements de menton frénétiques, ainsi qu’une avalanche de taxes particulièrement puissante (rappelons au passage que cette avalanche est toujours choisie plutôt que l’explosion des impôts, car une explosion laisse des victimes qui couinent très fort là où l’avalanche ensevelit tout le monde dans un silence sépulcral).
Le quinquennat suivant aura été savamment abruti à coups de pantoufles chaudes par un Hollande aussi onctueux qu’inutile en termes de réformes. Préférant utiliser son temps présidentiel pour enfiler les déclarations consternantes, ridiculiser le pays à l’international et distribuer l’argent des autres en continuant les pluies de taxes et d’impôts que Sarkozy avait démarrées, le pédalomane blagueur ne trouvera jamais la force d’une quelconque remise à plat des épaisses couches législatives et, par paresse intellectuelle, laissera s’en ajouter de nouvelles.
Trois quinquennats pour rien ; quinze années pendant lesquelles les taxes, les impôts et la dette française auront grossi dans des proportions inimaginables. Seules les Trente Glorieuses, en propulsant la France dans l’opulence, lui auront permis d’éviter un effondrement complet à la vénézuélienne. Mais la trajectoire ne fait aucun doute.
Dans ce contexte, l’arrivée aussi inopinée qu’artificiellement médiatique de Macron laissait une lueur d’espoir : tout allait changer, évidemment.
Cent jours plus tard, on peut cependant rester dubitatif.
L’espoir d’un renouveau en politique commence à s’étioler
En fait de renouveau, on assiste à un simple renouvellement des têtes mais pas vraiment des pratiques. Au sein du nouveau parti, beaucoup d’adhérents et de militants reprochent déjà l’organisation très pyramidale et l’autoritarisme permanent de la structure mise en place pour propulser Macron à la tête de l’État et lui fournir une ribambelle de députés tout frais. Ces défauts sont suffisamment présents pour qu’un nombre croissant d’adhérents quittent le parti. Quand aux députés novices, ils ont accumulé les bourdes pendant ces trois mois.
Bref : en termes de renouveau politique, on a essentiellement renouvelé le flacon et changé son étiquette. Son contenu, en revanche, ressemble à s’y méprendre à ce qu’on trouvait dans la mignonnette « Modem », la gourde « Les Républicains » et le cubitainer « Parti Socialiste » à la précédente législature.
l’international
Si, fort heureusement, notre nouveau président n’a pas enquillé les maladresses et les approximations coûteuses comme jadis Hollande ou Sarkozy, il n’en a pas pour autant fait des étincelles mirobolantes. Rappelant un peu l’arrogance crâneuse de Sarkozy lorsqu’il déboulait dans les Sommets européens en prétendant piloter les discussions et diriger l’Union d’une main ferme, Macron a plusieurs fois tenté de faire croire qu’il pourrait imposer son agenda et les préoccupations franco-françaises à l’ordre du jour européen.
Las. La situation économique piteuse de la France ne lui a guère permis de concrétiser quoi que ce soit dans le domaine. Pour le moment, la Chancelière allemande aura poliment mais fermement rappelé le jeune politicien à l’ordre et les institutions européennes auront continué leur petite marche guillerette sans tenir compte le moins du monde des petits caprices du jeune premier.
Bien sûr, cent jours, c’est trop peu pour déceler une tendance en ce domaine mais la stature internationale de Macron, tout en marketing et en communication, et très légère en matière de leviers politiques, ressemble beaucoup à celles d’autres leaders attachants de naïveté (Justin Trudeau vient à l’esprit, mais pas seulement). En somme, on retiendra sa poignée de main virile avec Trump, mais pas pourquoi l’un et l’autre se la serraient. Un peu court.
La communication entre l’État et le peuple s’évanouit petit à petit
Une nouvelle (bonne) peut en cacher une autre (nettement moins) : en choisissant de trier très sélectivement (comme les déchets) les journalistes qui auraient accès à ses petites aventures, Macron montrait avoir compris que la presse ne serait pas forcément une alliée sur le long terme. C’était plutôt rassurant en ce que cela pouvait annoncer de grandes manœuvres (par exemple : des réformes !) généralement aussi peu populaires qu’elles sont nécessaires et pour lesquelles cette presse se serait empressée de brocarder le président. Du reste, le résultat global est satisfaisant notamment par contraposée avec ses prédécesseurs : Macron semble tenir sa stature. Hélas, la communication qui fut minutieusement choisie n’aura pas empêché que soit écornée son image par ses propres bévues, maladresses et autres boulettes pendant ces cent jours.
On pourra citer rapidement la gestion présidentielle des efforts budgétaires demandés à l’Armée, qui aura sérieusement amoché toute bonne entente qui aurait pu régner entre le président et ses soldats. On pourra rappeler la communication désastreuse (pour ne pas dire foutraque) de la baisse rikiki des APL et le brouhaha incompréhensible qui s’en suivra entre le président, son gouvernement et ses députés avant un rétropédalage pitoyable.
Ce qui se traduit inévitablement par une véritable dégringolade de sa popularité dépassée seulement par Jacques Chirac lors de son deuxième mandat, alors qu’il était déjà passablement émoussé par sept années d’exercice du pouvoir : Macron ne réunit maintenant plus que 36% d’opinions favorables.

Bref : espérons que ces ratés magistraux ne soient dus qu’à un apprentissage encore en cours sans néanmoins oublier qu’en matière de communication, ces 100 jours ont été décisifs pour les trois précédents quinquennats…
L’espoir de réformes structurelles
On passera rapidement sur les réformes fiscales : rapidement rejetées aux calendes grecques, de vraies et solides baisses d’impôts ne verront jamais le jour. N’en parlons plus.
Oui, certes, youpi, une loi de moralisation de la vie politique est en place. Mais entre ce qu’elle aurait dû être et ce qu’elle est, l’écart est monstrueux. Apparemment, réclamer un casier judiciaire vierge à nos parlementaires comme pour tout le reste de la fonction publique semble chose impossible…
Alors, oui, youpi, des choses semblent enclenchées avec ces ordonnances concernant le Code du travail, depuis trop longtemps obèse. Mais à l’évident écart entre ce qu’on aurait souhaité (des simplifications massives du Code, par exemple) et ce qu’on obtient (un peu de cosmétique sur les Prudhommes, des modifications finalement timides dans les définitions des contrats de travail, et quelques autres mesures certes pratiques mais finalement assez difficilement qualifiables de fondamentales), on sait déjà qu’un nettoyage vraiment impactant n’est pas à l’ordre du jour.
D’autant qu’il y a loin de la coupe aux lèvres : ces modifications diverses (et notamment le changement, modeste, de rapport de force entre les accords de branches et ceux d’entreprise) seront toutes critiquées et âprement combattues par les syndicats avec, à la clef, d’inévitables sessions de grillades de merguez et barbecues citoyens dans les rues de Paris.
Macron tiendra-t-il bon ou, comme pour les APL, mettra-t-il La République En marche Arrière et dos au mur ?
Cent jours se sont écoulés. Au contraire des précédents quinquennats, reconnaissons que ce ne sont pas trois mois de perdus : des discussions ont eu lieu, de la communication aura été fournie, des projets ont été lancés. Mais l’analyse de ces discussions, de ces communications et de ces projets montre encore une timidité maladive et un manque de courage particulièrement flagrant du Président et de son gouvernement.
Les réformes essentielles (et maintenant vitales) ne pourront se faire sans affronter la frange la plus radicale, immobiliste et passéiste du pays. Beaucoup trop peu d’éléments montrent que nos dirigeants ont pris conscience de cette réalité.
Ce n’est pas rassurant du tout.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes