Blog de Pierrot

Lutte de pouvoir à l'université, le président Miranville affaibli

Mardi 12 Juin 2018 - 11:15

Lutte de pouvoir à l'université, le président Miranville affaibli
Le 6 juin dernier, le Conseil académique restreint de l'université avait été contraint de se réunir à la demande du recteur qui avait invalidé les trois précédents CAC R au motif que le président Frédéric Miranville les avait présidés sans en avoir la compétence. En effet, même président, il n’est pas membre de la commission qui statue sur les carrières et le recrutement des enseignants.

Problème pour le président Miranville, les membres du Cac R l'ont mis en minorité lors de la dernière réunion du 6 juin. Ils ont refusé de recommencer toutes les procédures d'embauches d'enseignants pour la prochaine rentrée, tout comme ils ont refusé de régulariser les embauches -entachées d'illégalité- engagées par le président lors des trois CAC R précédents.

 
Pourquoi ce blocage ? Parce que chacun a sa petite cuisine à défendre. Les membres du CAC R qui souhaitent recruter leurs copains, tandis que le Président souhaite recruter les siens. Qui ne sont pas les mêmes.
 
Derrière tout cela, il n'y a donc qu'une lutte pour le pouvoir. Un président s’élit dans sa communauté. Plus il a de partisans, plus il recrute, plus il a la main sur l’élection, et a fortiori sur sa réélection.
 
Où est l’étudiant dans tout ça ? Nulle part !
 
La rentrée risque d’être compromise, et tout le monde s’en fiche. La seule chose qui compte, c'est de maîtriser la filière de recrutement pour caser ses petits copains.

Que fait le rectorat ? Et que fait le ministère ?
Pierrot Dupuy
Lu 3945 fois



1.Posté par jean claude le 12/06/2018 13:10

Rien de nouveau l a horizon et pendant ce temps nous formons des jeunes qui vont en pâtir

2.Posté par Alvin le 12/06/2018 13:14

Monsieur Pierrot Dupuy merci pour cet article. Mais vous connaissant vous n'êtes pas naïf ! Cela se passe comme cela à la Réunion, je suis sûre plus ailleurs. Monsieur Miranville ne fait qu'appliquer ce qui se fait aussi bien en politique, les collectivités, les hôpitaux, que dans le monde économique, associative, et les services de l'Etat les "mutations".
Ici c'est le piston, un prêté pour un rendu. la population n'est pas la priorité. Là notre jeunesse attendra et si certains sont bien né ou ils ont des relations eux aussi auront droit à cette faveur.
Que fait le rectorat ! Que font les services de l' Etat? Se sont des bonnes questions ?

3.Posté par Enseignant le 12/06/2018 14:09

M. Dupuy, arrêtez de mettre tout le monde dans le même panier, c'est dégueulasse pour les centaines d'enseignants et de personnel administratif qui font leur boulot correctement, souvent dans des conditions difficiles. Si vous connaissiez les procédures de recrutement, qui sont horriblement longues et compliquées à organiser, vous comprendriez que ceux qui les ont accomplies dans les règles s'opposent à ce qu'on les annule. Seules les commissions irrégulières doivent être annulées. Pensez à ceux qui ont sué pour recruter et être recrutés. Et pensez aux étudiants et à leurs parents, qui vont vraiment finir par croire que cette université est pourrie, alors que ce n'est pas le cas. Merci.

4.Posté par Raninianan le 12/06/2018 14:11 (depuis mobile)

Où est la place de l'étudiant des enseignants des chercheurs dans cette logique électoraliste ? L'université est devenue moribonde avec cette équipe demi céphale oui oui demi et non bi
Clientellisme !

5.Posté par Zorro le 12/06/2018 14:11 (depuis mobile)

Voilà une des nombreuses conséquences de la « préférence régionale »:
Clanisme et népotisme assumés
L’episode Paramé en fait aussi partie...

6.Posté par C''''est normal !!! le 12/06/2018 14:19

C'est malheureux et triste pour la Réunion. je n'ai rien contre ce monsieur, mais quel est le constat.
Un président minoritaire élu gràce a un appui politique; Il est donc redevable. La preuve, dans le journal du dimanche 3 juin nous apprenons que sa cheffe de cabinet est une élu de Saint Louis proche de l'appui politique qui l'a fait élire et c'est en remerciement de son vote dans le bonne direction lors de la présidence du conseil départemental de décembre 2017. .
Arrêtons de gràce de s'étonner de cette situation ; Les étudiants !!! C'est une blague !!! L'université est un haut lieu où l'on doit développer les compétences. L'exemple vient d'en haut !!!! triste image. C'est vraiment décevant. la politique politicienne est en train de mener la Réunion dans un mur. Dignité, exemplarité, équité. Un peu de valeurs s'il vous plait Messieurs les responsables. C'est pour notre jeunesse et l'avenir de ce territoire!!

7.Posté par Jo le 12/06/2018 14:26 (depuis mobile)

La question qui manque est que fais la présidence ? Toujours rien. Budget zéro. Campagne emploi zéro. Heureusement que les personnels travaillent pour les étudiants. Eux. Là haut ils ne pensent qu'à leur petites promotion à leurs petits avantages

8.Posté par JORI le 12/06/2018 14:57 (depuis mobile)

Étrange de la part de ceux qui semblent découvrir les faits alors que c'est ce qui se fait partout ailleurs et à tout niveau !!!. On appelle cela aussi du corporatisme. Tiens, en ce moment également avec nos transporteurs par exemple.

9.Posté par Jean noël le 12/06/2018 14:57 (depuis mobile)

Sa directrice de cabinet : juliana mdhoima fait quoi dont ???? Soit disant elle est une tres bonne directrice , diplômé et elle fait quoi dont ????

10.Posté par Maloki le 12/06/2018 15:35

Une vraie bande de gugusses dans cette université. Il ferait mieux de s'inquiéter de la réussite de leurs étudiants.

11.Posté par amelie le 12/06/2018 15:54

La loi de décentralisation de 1983 est aussi responsable de tous ces maux ,si on supprime l'amendement virapoullé ça va ètre pire.

12.Posté par miranville le 12/06/2018 16:50

Olivier Dumoulin dans mensuel 192
daté octobre 1995 - Réservé aux abonnés du site
Il y a dix ans disparaissait Fernand Braudel, le pape de la « nouvelle histoire ». Au milieu d'un concert de louanges, et entouré de l'admiration de ses disciples. Aujourd'hui, le jugement porté sur son œuvre, et sur les institutions qu'il a mises en place, se fait plus nuancé. Certains incriminent sa conception mandarinale des fonctions universitaires, d'autres estiment que ses ouvrages ont considérablement vieilli... En somme, on serait entré dans l'ère de l'« après-Braudel », et ce ne serait pas plus mal. Pour autant, faudrait il brûler l'homme et ses livres ?

PORTRAIT D'UN MANDARIN

Fernand Braudel ? Un immense historien, évidemment. Mais aussi un autocrate impérieux, un prince de la Renaissance qui aurait « égorgé beaucoup de gens », pour reprendre l'expression de l'un de ses anciens élèves. Enquête auprès des plus prestigieux de ses successeurs.

Comme Voltaire, Fernand Braudel a connu son apothéose de son vivant. Les 18, 19 et 20 octobre 1985, au centre culturel de Châteauvallon, près de Toulon, un aréopage d'historiens, d'économistes et de journalistes accourus du monde entier fêtèrent en sa présence le pape de la nouvelle histoire. Le vieil historien à la crinière blanche, rapportent les témoins,

13.Posté par Jordi le 12/06/2018 16:53 (depuis mobile)

Un président ?
Un président du CAC ?

L'université fonctionne très bien quand ils ne se mêlent pas du travail des personnels. Les étudiants étudient tout se passe très bien sans eux

14.Posté par Point de vue le 12/06/2018 18:43

L'opportunisme a ses limites !

L'article est très superficiel !

15.Posté par MDR ! le 12/06/2018 20:18 (depuis mobile)

Cet "étudiant" respire l''intelligence... MDR !!!
S''il y avait moyen de nous rappeler le CV de ce triste sire, un parcours exemplaire... MDR !!!

16.Posté par Jp POPAUL54 le 13/06/2018 07:25

Ce ne sont que les accents de la décentralisation.
Les revers de la préférence régionale.
Ce n'est pas singulier à notre île mais ici cela est devenu vraiment trop coutumier.
On en mesure tous les effets nuisibles.
It's no good et je serai calife à la place du calife!!!!

17.Posté par Jean le 13/06/2018 09:23 (depuis mobile)

La directrice de cabinet est elle payée a temps plein alors qu'elle est conseillere regionale ?

18.Posté par jerome le 13/06/2018 10:24

kap pakap ?

19.Posté par eric le 13/06/2018 11:49

Article très orienté... la politique du piston existe partout (y compris chez vos amis de la Région M. Dupuis)... c'est parfois dommage quand les pistonnés sont incompétents certes... mais pourquoi jeter le bébé avec l'eau du bain ??? l'Université fonctionne... les étudiants apprennent, les profs font leur boulot et les administratifs et techniciens autour font tourner la machine... merci de faire preuve d'un peu plus d'humilité et de professionnalisme.

20.Posté par DESAULNAY le 13/06/2018 14:10

Monsieur DUPUY, je suis membre de ce conseil dont vous entaché gravement la réputation avec des propos très largement erronés.
Primo, il n'a pas été question de mettre en minorité Monsieur MIRANVILLE, même si notre position peut tendre à l'affaiblir. Mais compte tenu de l'énormité de sa faute (présider 3 fois de suite un conseil qu'il ne peut présider alors qu'il a été alerté plusieurs fois auparavant), ce n'est qu'une moindre conséquence.
Secondo, notre Conseil (CAc restreint) n'a en aucun cas refusé de valider la campagne emploi entachée d'illégalité par la présence du président MIRANVILLE. Bien au contraire, une large majorité s'est dégagée pour sauver cette campagne emploi. Nous avons donc régularisé celle-ci par nos votes, décision par décision, avec un sens aigu de notre mission. Il n'a donc jamais été question de petits arrangements et de magouilles. Nous laissons cela à d'autres...
Tertio, vous devriez vous pencher plutôt sur un autre aspect des choses. Pourquoi la présidence de l'Université tarde-t-elle tant à convoquer un nouveau Conseil académique pour entériner cette fois les travaux des comités de sélection ainsi que les recrutements ? Une telle convocation permettrait de finaliser toute notre campagne emploi universitaire et ainsi résoudre définitivement la crise. Mais non, toujours rien à l'horizon...

21.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 13/06/2018 15:55

Lutte de pouvoir à l'université, le président Miranville affaibli
...........................

Affaibli ? Un coup de Mars et ça repart.

22.Posté par Démocrate le 14/06/2018 16:37

On sent effectivement chez M. DUPUY une volonté délibérée de dénigrer tout ce qui touche à l'
Université et à ses missions comme en témoignent les enquêtes bidons qu-il prétend effectuer sur cette institution, qu'il connait mal pour ne plus y avoir mis les pieds depuis 30 ans.
J'y vois deux raisons. Premièrement ces papiers lui procurent des clics et donc des rentrées d'argent. Zinfos n'est pas un organe d'information mais de communication et de propagande, rappelons-le.
Deuxièmement, ces écrits entièrement diffamatoires traduisent une haine des intellectuels courante chez certains descendants de "gros blancs" à La Réunion, voire dans l'extrême droite populiste réunionnaise, de laquelle le patron de ce site n'est pas très éloigné, quoi qu'il en dise. Heureusement que la grande majorité des journalistes de cette île se refusent à emprunter ces chemins nauséeux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter