MENU ZINFOS
Zot Zinfos

Lutte Ouvrière présentera une liste aux prochaines municipales à Saint-Benoît


Par Jean-Yves PAYET - Publié le Lundi 13 Janvier 2014 à 11:12 | Lu 284 fois

LUTTE OUVRIERE VEUT FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS

Lutte Ouvrière présentera une liste aux prochaines municipales à Saint-Benoît
Lutte Ouvrière présentera une liste aux prochaines municipales à Saint Benoît.

Cette liste composée de travailleuses, de travailleurs en activité, au chômage ou à la retraite a pour unique ambition d'être la porte-parole des classes populaires qui subissent la politique du patronat et du gouvernement à son service.

Nous voulons profiter de ces élections pour dénoncer les attaques contre les classes populaires et le monde du travail, mais aussi populariser les revendications pour lesquelles les travailleurs devront se battre pour sortir de cette situation absurde où l'explosion de la courbe chômage, de la misère et des licenciement sont parallèles à l'enrichissement des plus riches qui ont vu leur richesse augmenter de 25% par an et doublé sur les quatre premières année de crise.

Comme n'importe quel chef de gouvernement au service de la bourgeoisie, HOLLANDE continue à faire des cadeaux par milliards au patronat, milliards qui se retrouvent directement dans les poches des actionnaires et de tous les parasites que compte le système capitaliste. 20 milliards par an au nom du crédit d'impôts compétitivité. Et pour financer ces cadeaux aux actionnaires, cette gauche caviar, a décidé d'augmenter les impôts des classes populaires (TVA, impôts locaux...). Cette situation est de plus en plus insupportable pour les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les petits planteurs, les petits commerçants...

La TVA est l'impôt le plus injuste payé et frappe autant les travailleurs, les chômeurs, les SDF que les millionnaires. Or, le gouvernement a décidé d'augmenter encore cet impôt pour financer ses cadeaux au patronat et lui-même le dit aussi crûment que je le dis.

La seule politique fiscale juste du point de vue des exploités serait la suppression des impôts indirects, la suppression de toutes ces taxes, de la TVA au TIPP. L'impôt sur le revenu ne doit pas s'appliquer sur les salaires, les retraites.

L’impôt sur le revenu ne doit s'appliquer que sur les véritables revenus, c'est à dire à l'argent qui est retiré de l'exploitation par le biais du capital.

La seule politique fiscale juste serait de faire payer les capitalistes sur les profits tirés de l'exploitation.

Le gouvernement nous dit que ses augmentations d'impôts sont nécessaires. Mais nécessaires pour quoi et pour qui ?

Pour financer les industriels de l'armement ?

Les guerres au Mali et ailleurs, n’ont pour seule objectif que défendre les intérêts financiers des grands groupes français exploitants le sous-sol de ses pays ? Nous y sommes résolument opposés.

En fait, tous les milliards prélevés dans les poches des classes laborieuses le sont pour payer les 60 milliards par an aux banquiers, au nom de la charge de la dette, dette crée par ailleurs par ces mêmes banquiers qui ont plongé toute la société dans la crise ?

Mais le véritable combat pour les travailleurs, c'est le combat contre les licenciements, contre la surexploitation.

Là encore, il ne faut pas compter sur le gouvernement pour s’y opposer. Les travailleurs ne doivent compter que sur eux-mêmes et sur leurs luttes.

Les luttes de travailleurs contre les licenciements existent. Nous avons vu les travailleurs d'Inovest faire grève une semaine contre le licenciement d'un collègue, les travailleurs de Citroën faire 47 jours de grève pour stopper la politique de surexploitation de leur direction.

Mais pour peser, il faut que les travailleurs fassent de toutes ces luttes, un seul et même combat contre les licenciements, les surexploitations, les bas salaires...

Le chômage est insupportable. Pas une famille réunionnaise des classes populaires ne possède son ou ses chômeurs, ou ses futurs chômeurs. Il faut mettre un coup d'arrêt à cette politique, c'est une question vitale.

Ce combat est un combat indispensable pour tous ceux qui vivent de leur travail.

Les travailleurs doivent mener cette lutte avec leurs propres revendications.

Depuis 1995, Lutte Ouvrière dit qu'il faut un plan d'urgence pour interdire les licenciements, partager le travail entre tous sans diminution de salaire. Pour résorber le chômage, il faut des embauches partout où le personnel manque, où les cadences de travail et les horaires sont devenus insoutenables, partout où les salariés ne peuvent plus poser de congés, il faut de vrais emplois avec des salaires pleins et entiers. Oui, il faut arrêter de concentrer le travail sur des travailleurs de moins en moins nombreux. Mais au contraire imposer de le répartir avec un salaire plein et entier parce que le salaire est la seule richesse des travailleurs. Le revendiquer est un droit légitime !

Les patrons font de leurs profits la priorité ? Les travailleurs doivent faire de la lutte pour leur emploi et leur salaire leur priorité. Les grandes fortunes, les gros actionnaires et les banques doivent être mis à contribution pour atteindre cet objectif. Les travailleurs n'ont pas à subir seuls une crise pour laquelle ils ne portent aucune responsabilité.

Pour que chacun vive dignement, il faut porter le SMIC à 1700 euros nets. Et tous les salaires doivent être indexés sur les augmentations des prix. Il faut qu’ils augmentent au même rythme que les loyers, le gaz, l'électricité, les mutuelles, les assurances. Et ce qui est valable pour les salaires doit l’être pour les retraites et les minima sociaux.

Les heures supplémentaires, le travail le dimanche, la surexploitation acceptés par beaucoup salariés sont dû à la faiblesse des salaires.

Bien sûr, le patronat, criera comme à son habitude à la catastrophe. Sourds à ces jérémiades les travailleurs devront au contraire exiger de pouvoir exercer leur contrôle sur les comptes et les décisions des entreprises.

A ceux qui nous disent que ce n'est pas possible, nous devons répondre, pourquoi la richesse des plus riches augmente de 25% par an alors que la crise est là, pourquoi des PDG touchent 200 ou 300 fois le SMIC, pourquoi des actionnaires parasites détournent des milliards pour spéculer ou se payer des fantaisies de riches ?

Le contrôle des comptes par tous est possible, la levée du secret bancaire et commercial montrera à tous que les richesses sont disponibles, extraites de la peine des travailleurs.
Pour défendre leurs intérêts, leurs conditions d'existence, les travailleurs doivent avoir le programme que je viens de décrire - : interdiction des licenciements, indexation des salaires sur les prix et contrôle sur les comptes de la bourgeoisie.

Et c’est ainsi que les travailleurs entraîneront derrière eux les autres catégories sociales qui vivent de leur travail sans exploiter personne.

Ce sont bien les ouvriers, les exploités qui doivent prendre la tête du combat, car ils sont les seuls à n’avoir aucun intérêt à garder cette société d’exploitation. Ils sont les seuls à pouvoir contester la dictature de la bourgeoisie et le système qui ruine toutes les classes populaires.

Il ne faut pas tomber dans le piège de la propagande de la compétitivité du patronat et du gouvernement.

La compétitivité est la raison d’être des capitalistes, pas des travailleurs ! La bourgeoisie veut impliquer les travailleurs dans la guerre économique qu’elle mène contre ses concurrents. Mais les travailleurs n’ont aucune raison d’être attachés à cette économie aucune raison d’accepter de se sacrifier pour une économie basée sur leur propre exploitation et basée sur leur appauvrissement !
Non les travailleurs n’ont pas à se laisser prendre au piège de la propagande sur la compétitivité. Ils doivent revendiquer leur dû sans se soucier des conséquences sur la compétitivité ou sur les profits, sans se soucier de gêner les affaires de la bourgeoisie. La seule perspective pour la classe ouvrière est de se battre pour ses intérêts propres, pour sa survie quoiqu’il en coûte au patronat.
Si la bourgeoisie et ses serviteurs politiques ne sont pas capables d’assurer le minimum vital aux travailleurs, si le système capitaliste n’est pas en mesure de garantir aux exploités leur droit élémentaire à avoir un emploi et à vivre, qu’il laisse la place !

Les municipales constituent la première possibilité électorale de rejeter la politique de Hollande et du PS au service du patronat.

Ces élections sont locales, mais la signification qu’on donnera aux votes aura un caractère national. Et c’est dans l’ordre des choses, car les problèmes qui se posent à la population en général, et aux classes exploitées en particulier, ne sont pas des problèmes locaux ou municipaux.
Oui, il faut rejeter la politique du gouvernement mais en mettant en avant les intérêts des travailleurs.
Il ne suffit cependant pas d’exprimer sa colère contre les marionnettes, il faut viser aussi ceux qui tirent les ficelles, la bourgeoisie, les financiers, les gros actionnaires. Il faut viser les licencieurs, les exploiteurs, les parasites qui s’engraissent sur le travail de tous.
Il s’agit de reprendre le combat mené par des générations de militants pour doter la classe ouvrière d’une conscience de classe, pour l’armer politiquement.
Au regard de cette perspective immense, se présenter aux élections municipales ou aux élections européennes peut sembler bien mince. C’est peu, mais c’est aussi beaucoup. Car c’est à travers des combats politiques, y compris à l’occasion d’élections, que peut émerger et se forger un parti politique qui représente les intérêts des travailleurs, un véritable parti communiste.
Alors, je fais appel à toutes les bonnes volontés, à tous ceux qui voudraient apporter leur pierre que ce soit à l’occasion des prochaines élections ou au travers de nos différentes activités.
Dans cette élection, partout où nous le pourrons, nous aurons à cœur de donner aux travailleurs et aux classes populaires les armes indispensables, pour ne plus subir.



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes