MENU ZINFOS
Economie

Logements sociaux : Quatre constructions "test" pour venir en aide aux entreprises locales


Bernard Picardo, président de la Chambre de métiers et le président de la CAPEB, Cyrille Rickmounie, ont présenté ce vendredi matin une étude axée sur les solutions visant à améliorer la transparence sur la formation des prix dans le logement social. Objectif : favoriser un partenariat gagnant-gagnant entre les différents acteurs de la chaîne de construction, des artisans aux bailleurs, en passant par les entreprises.

Par - Publié le Dimanche 16 Août 2020 à 17:22 | Lu 3361 fois

Afin de pouvoir louer moins cher, il faut construire moins cher. Et le problème, pour les entreprises locales, est bien là. Les logements sociaux, bien que nécessaires à La Réunion, ne sont pas rentables. Beaucoup ne veulent pas répondre aux appels d’offre des bailleurs sociaux, et ceux qui le font ne sont pas gagnants. C’est en tout cas ce dont se plaignent de nombreuses entreprises de construction réunionnaises. Une enveloppe serait en effet figée deux ans avant la réalisation du projet, sans prendre en compte l’évolution de l’économie et donc l’augmentation des prix de la main d’œuvre et des matériaux. Au moment de la réalisation, les entreprises se retrouveraient donc perdantes. 
 
La Chambre de Métiers et d'Artisanat, en partenariat avec la CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) ont tenu une conférence de presse ce mardi pour annoncer l’objectif d’une étude en cours, dont les résultats seront dévoilés en fin d’année. Financée par la Région et pilotée par le bureau d’étude Élan, l’étude recueille les données des entreprises "afin de mieux comprendre la machine" et "trouver des solutions pour que les entreprises puissent en vivre et éviter les bagarres sur le marché", affirme Bernard Picardo, président de la Chambre de Métiers.
 

En effet, le décalage entre l’enveloppe fixée et la réalité économique serait de 30% pour le gros œuvre et 10% pour les matériaux. Et "face au manque de réponses aux appels d’offre, les bailleurs sociaux se dirigent vers les multinationales comme GTOI ou Vinci", ajoute le président de la CAPEB, Cyrille Rickmounie. "Dans ce secteur, l’administration locale n’accompagne pas les entreprises et il n’y a pas une concurrence saine". 
 
Pour rappel, les logements sociaux représentent 20% du chiffre d’affaires du secteur du bâtiment. Elles sont 7800 entreprises dans le bâtiment avec une majorité de TPE. Plus de 2200 d’entre elles sont des employeurs. Avec 40% des Réunionnais vivant sous le seuil de pauvreté et le taux de chômage étant à 30%, Bernard Picardo insiste sur l’importance de la construction de logements sociaux. 
 
Les entreprises priées de participer
 
Afin de continuer à mener l’étude, le bureau Élan demande une transparence des entreprises et la participation à quatre constructions "test" avec des détails de prix afin de mieux comprendre comment se constitue le coût de construction d’un logement social. "Il a fallu beaucoup convaincre et expliquer pourquoi on voulait mettre l’étude en place", avoue Bernard Picardo. 87 entreprises ont déjà répondu à l’appel d’offre pour 28 logements à Trois Bassins. Il reste désormais des projets à Saint-Denis, la Plaine des Palmistes et un autre à Trois Bassins. 
 
Les possibles solutions
 
Si l’étude n’est pas encore achevée, le bureau soulève plusieurs points qui pourraient laisser une meilleure chance aux entreprises locales : notamment une appréciation de l’économie locale lors du conventionnement entre l’État et les bailleurs sociaux, la production de matériaux (grâce aux carrières, par exemple) pour encourager la concurrence et monter des coopératives.

Pour plus d'informations: capeb.st-denis1@orange.fr ou henri.wilmann@cma-reunion.fr


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par justedubonsens le 16/08/2020 18:07

Il aura fallu si longtemps pour qu'enfin la réalité économique et financière des coûts des logements sociaux soit enfin débattue ? Car si on a souvent parlé du prix des terrains, (qui sont bien souvent mis à disposition des bailleurs sociaux par les mairies) il n'a jamais été mis en place publique cet aspect majeur.

2.Posté par La réponse est dans l article le 16/08/2020 19:02

Il faut regarder les choses en face. Comme d habitudes les mesures, les aides, et les subventions publiques ne bénéficient pas à l intérêt général. Le souci c est les matériaux et qui a le monopole !!!! 2 sociétés raflent plus de 80 % du marché. Alors pourquoi voulez vous que les prix baissent. Ses mêmes entreprises se retrouvent dans les organisions patronales voire dans les 2 chambres consulaires. CQFD. Donc soit vous vous attaquez au vrai problème soit zot i ferme zot bouche. Pas question de mettre encore de l argent public pour créer des situations de rente dans une économie assistée et sous perfusion d argent public c est à dire nos impôts. Merci.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes