MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Liberté globale contre sécurité globale


Par Une citoyenne CH - Publié le Mardi 15 Juin 2021 à 10:17

Liberté globale contre sécurité globale
Un droit de manifester bafoué en France déclare la nouvelle secrétaire générale d’Amnesty International le 7/04/2021 à des journalistes de France Bleu.

« L’espace de débat public, l’espace pour la réalisation des droits civiques et politiques est en train d’être réduit », prévient elle, elle pointe la dégradation depuis plusieurs années des conditions d’exercice du droit de manifester. Pour Agnès Callamard ce droit fait « l’objet de nombreuses restrictions ». Elle dénonce le fait que « la France continue d’utiliser le gaz lacrymogène, les grenades de désencerclement, les LBD 40 de façon abusive et ça, cette utilisation de la violence par la police, ça crée de la peur ». Pour la secrétaire générale d’Amnesty : « Le cadre juridique s’est renforcé mais contre les droits civiques et politiques : la loi de sécurité globale a renforcé le pouvoir des forces de l’ordre, a imposé une forme de surveillance. » 

Des manifestations interdites, d’autres empêchées de tout mouvement, encerclées par des cordons de policiers, ou bien nassées créant des tensions avec les manifestants dont certains sont pris violemment à partie par les forces de l’ordre. Criminaliser les manifestants, jeudi 10 juin 2021, le Conseil d’État a annulé deux dispositions dans le schéma de maintien de l’ordre : la technique des nasses, ainsi que la dispersion des journalistes en fin de manifestation ainsi que l’obligation de cartes d’accréditation.

 Dans notre île à la Réunion, on a pu observer une répression policière et judiciaire à l’encontre de militants de la défense de l ‘environnement, à Manapany, par exemple, des amendes et des travaux d’intérêts généraux ont été prononcées, ces derniers donnent lieu à une inscription au casier judiciaire pour une durée de 5 ans, ou encore,  à l’encontre des organisateurs de la vélorution du 24/04/2021, 5 organisateurs ont été convoqués au commissariat de police de St Pierre pour délit de déclaration incomplète  ou non respect des gestes barrières par les participants par exemple, Renseignements pris auprés d’avocats : Ce serait donc à la police de démontrer en quoi il y a eu volonté de détourner l'objet déclaré de la manif , détournement factuel en vue de tromper la puissance publique . aucun fondement juridique, motifs peu sérieux, intimidation, et  volonté de criminaliser les militants.
En résumé tout cela semble non seulement factice et pour tout dire pathétique. Un des conseils juridiques a conseillé de saisir le défenseur des droits pour entrave à la liberté de manifester 

Certes, le Conseil constitutionnel a censuré le fameux article 24 de la loi sécurité globale, et l’interdiction d’utiliser des drônes par la police, Le préfet Lallement a continué, dois-je le rappeler, de les utiliser jusqu’en décembre 2020 alors que le Conseil d’État en date du 18/05/2020 demandait à l’État de cesser, sans délai, de procéder aux mesures de surveillance par drone », dans le cadre du déconfinement , ainsi, en toute impunité, le pouvoir judiciaire a été bafoué.

Bafouer les décisions judiciaires par le pouvoir exécutif, un comble !

Le gouvernement  va certainement revenir à la charge pour réintroduire l’article 24 dans une future loi. L’attitude équivoque de partis politiques présents, lors de la manifestation du 19 mai de policiers factieux LR mais également des représentants du PS, PC, EELV, Olivier Faure s’est permis de dire que la police devrait avoir un droit de regard sur la justice, mise au pas de la justice par la police ??

cette concorde ne peut qu’encourager le gouvernement qui a cautionné cette manifestation par la présence de son ministre de l’Intérieur. 

Un syndicat de police a même annoncé qu’il fallait passer outre la constitution y a t-il eu des sanctions ?

Bafouer la séparation des pouvoirs garantie par la constitution art 16, sous l’œil bienveillant ministériel ?

Bafouer la liberté syndicale , une dissolution de l’UNEF a été envisagée ? Le Sénat a adopté l’amendement Unef permettant la dissolution par un décret en conseil des ministres des associations organisant des réunions non mixtes racisées.

Bafouer la liberté académique des chercheurs :La loi de programmation de la recherche décembre 2020 dont certains articles ont été retoqués par le Conseil Constitutionnel, réduit la liberté d'enseignement. Largement contestée, elle aggrave la précarité dans les universités, et s’attaque aussi aux libertés académiques et à l’indépendance des chercheurs.
La ministre de tutelle Fréderique Vidal a lancé une chasse aux sorcières, l’islamo-gauchisme dont le concept est des plus flous mais repris ad nauseam par les médias, exposant des chercheurs et chercheuses dont la chercheuse Anne-Laure Amilhat-Szary de sciences po Grenoble  via des plateaux télé et réseaux sociaux à des injures racistes et menaces de morts.

Enfin, la violence institutionnelle ne s’arrête pas à bafouer les droits et libertés, mais en s’attaquant à la dignité et à la sécurité des hommes et des femmes, l’État …..

Bafouer la santé publique en asphyxiant nos hôpitaux publics : Plan Ségur insuffisant, et la fermeture de lits toujours d’actualité. suppression de lits à Marseille, Nice, Caen, fermeture de l’hôpital Bichat et Beaujon pour le grand hôpital de St Ouen en seine Saint Denis avec une suppression de 100 lits.

Bafouer l’intérêt général en transférant de façon massive des fonds publics aux E. privées sous forme de CICE, de subventions, d’exonérations de charges sociales, d’externalisation des services publics sans que les bénéficiaires n’aient de compte à rendre ! 
 Cette année les super-riches se sont encore enrichis, les actionnaires se sont gavés ! Le tout avec la complicité du gouvernement : aides publiques et autres prêts garantis par l'État, octroyés sans la moindre condition sociale ou environnementale. Et on nous rebat les oreilles avec le remboursement de la dette qui va prendre des lustres et qui va TOUS nous concerner : moins de de droits pour les chômeurs, hôpitaux en souffrance, des minima sociaux gelés, réforme des retraites et de la protection sociale pensions dévalorisées, etc. Tout ceci participe au sentiment général d'injustice sociale et fiscale qui favorise le populisme et l'accès de l'extrême droite au pouvoir.

C’est notre vivre ensemble qui est largement bafoué ….




1.Posté par MICHOU le 15/06/2021 14:00

Et imposer des motifs impérieux drastiques pour imposer un vaccin déclaré non obligatoire c'est grave

2.Posté par Davidgoliath le 15/06/2021 15:30

L'habituel blabla de l'extrême gauche islamo compatible.

3.Posté par République le 15/06/2021 16:08

Le 15/06/21 - « La liberté des uns s’arrête ou commence celle des autres ». Et pour mieux traduire cette idée, la liberté des groupes révolutionnaires (et même les Blacks Blocs et autres) s’arrête où se manifeste celle de la majorité des citoyens issue de votes réguliers où le débat est libre. Où circulent en permanence les informations ! Et où il s’agit avant tout de convaincre !

4.Posté par République le 15/06/2021 15:06

Le 15/06/21 - « La liberté des uns s’arrête ou commence celle des autres ». Et pour mieux traduire cette idée, la liberté des groupes révolutionnaires (et même les Blacks Blocs et autres) s’arrête où se manifeste celle de la majorité des citoyens issue de votes réguliers où le débat est libre. Où circulent en permanence les informations ! Et où il s’agit avant tout de convaincre !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes