MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre ouverte aux biens pensants - Recrutement d’une nantaise sur le poste de Sudel Fuma 


Michel Latchoumanin répond à l’université de Nantes.

Par Michel Latchoumanin - Publié le Lundi 30 Mai 2016 à 10:11 | Lu 975 fois

Lettre ouverte aux biens pensants - Recrutement d’une nantaise sur le poste de Sudel Fuma 
Monsieur le directeur de l’UFR d’histoire et cher collègue

Professeur des universités, vice président du Crefom Réunion et ancien doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’université de La Réunion de 1997 à 2007, je suis profondément attristé par la liberté que vous vous êtes octroyée d’interférer dans une décision relevant du conseil d’administration de notre université. Le ton et le contenu de votre lettre au président Rochdi témoignent d’une pratique que je me garderai bien de qualifier. Je préfère consacrer l’expression de mon ressenti au mobile hypothétique à l’origine de votre intrusion dans cette affaire. En effet, à moins de considérer votre prise de position comme un soutien indéfectible à une candidate originaire de Nantes, ce qui vous placerait  sur le même plan que le Crefom , accusé de soutenir une candidature réunionnaise au nom de la préférence régionale, je ne vois vraiment pas ce qui aurait pu la motiver.

Que je sache, il ne s’agit pas d’une enseignante de votre université candidate à une mutation, mais bien d’une personne engagée à titre personnel et en toute indépendance dans un concours, comme c’est le cas pour les postulants locaux au poste de Sudel Fuma.
Je ne crois pas non plus avoir lu dans les courriers du CREFOM à destination du président de l’université de La Réunion, des élus et de la presse une quelconque allusion à l’université de Nantes.

En quoi donc le fait de déclarer qu’une candidate nantaise au dossier scientifique moins étoffé, disent les historiens de l’université, que celui d’un Réunionnais de surcroit titulaire du CAPES et de l’agrégation  également candidat sur le poste mis au concours, porterait-il atteinte à l’image de l’université et de la ville de Nantes jusqu’à nous valoir une leçon de morale d’une agressivité déconcertante?

Serait-ce  un aveu concernant l’éventuel  soutien qu’aurait bénéficié la candidate de l’université et de la ville de Nantes ?
En revanche, vous seriez en droit de me faire remarquer que le CREFOM n’aurait  pas plus de légitimité à faire ce qui vous est reproché en termes, sous entendus, d’ingérence ?

Certes, mais à cette différence près que Sudel Fuma, l’historien disparu qui occupait le poste à pourvoir, jouissait d’une immense popularité  dans le contexte local et régional due non seulement à ses travaux d’universitaire mais également à sa proximité avec le monde associatif sur les thématiques (engagisme et esclavage) au cœur de ses actions partenariales sur le terrain que les historiens ont d’ailleurs fait figurer dans la définition du profil du poste mis au concours?

Dès lors, personne, hormis vous, sans doute, ne devrait s’étonner que la société civile exprime ses inquiétudes en souhaitant que son œuvre trouve une continuité avec une garantie que seul pourrait apporter un chercheur réunionnais du même laboratoire que Sudel, bien au fait de ses travaux et dont la compétence ne souffre d’aucune contestation.

Partant de ce constat le CREFOM Réunion a cru devoir en informer les Réunionnais avant d’évoquer les dysfonctionnements qui auraient entaché le déroulement du concours de l’avis des spécialistes de la discipline présents à  l’université de La Réunion.
Nous n’en citerons qu’un qui trouvera un écho certain chez le directeur de l’UFR d’Histoire, spécialiste, j’en déduis, de la discipline. Comment expliqueriez-vous le choix du président de l’université de La Réunion de ne retenir que 6 des 8 collègues proposés par le département et le centre de recherche en histoire (propositions validées par le conseil de la Faculté des Lettes et des Sciences Humaines) pour constituer un comité de sélection à 12 membres? (Pour mémoire sachez qu’il en a nommé 6 dont le président qui dispose d’une voix prépondérante).

Si vous trouvez injurieux les propos du CREFOM concernant un problème propre au contexte réunionnais jusqu’à les considérer comme une mise en cause de l’intégrité de votre université, de ses personnels et de la qualité de vos formations que devrait-on dire de l’université de La Réunion, de la qualité de ses formations et de son personnel quand des docteurs sortis de nos laboratoires, qualifiés par le CNU, sont systématiquement écartés des postes à pourvoir dans de nombreuses disciplines et, depuis deux ans, en histoire à La Réunion.

Si vous trouvez injurieux la position du Crefom vis-à-vis de la candidate pour laquelle vous ne manquez pas de qualificatifs dithyrambiques et exemplaires de " l’objectivité " dont vous vous réclamez par ailleurs, je vous cite " richesse du dossier scientifique ", " expertise reconnue sur le plan national et international ", " remarquable investissement pédagogique ", " investissement enthousiaste dans l’animation et l’administration de la recherche " etc., on ne peut que s’étonner que vous ne l’ayez pas recrutée depuis 2010 qu’elle candidate sans succès.

Que dire encore de l’université de La Réunion qui se permet de publier un poste de professeur trois années consécutives pour favoriser la mutation d’un enseignant de votre université  en sciences de l’éducation ? " Clientélisme ou réflexe identitaire " : pour encore puiser dans  vos propos  grandiloquents ?

Et pour en finir, alors que le Crefom convoque deux expressions fortes (insulte et provocation) pour exprimer le sentiment de la société civile, sans vouloir porter atteinte à la personne de la candidate concernée, comme vous l’insinuez,  vous en faites une surenchère étayée de commentaires ahurissants, que les réunionnais devraient considérer, non pas comme insultants mais, venant de votre autorité supérieure par essence, comme élogieux à leur égard, je vous cite :  " intéressement mesquin ", " médiocrité argumentative ", " bassesse argumentative ", " vocifération ", " réflexe identitaire " …

Il ressort de tout cela, d’un point de vue qui n’engage que moi, que de tels agissements sont, tout simplement, indignes de la déontologie professionnelle propre au milieu universitaire. Je vous avoue avoir de plus en plus de mal à reconnaitre dans ces pratiques le devoir de servir, que j’ai hérité de mes professeurs, les vrais que j’ai connus dans les amphis surchargés de l’UER de psychologie de l’université d’Aix-en-Provence, et que j’ai mis un point d’honneur à appliquer au cours de mes deux mandats successifs à la direction de la FLSH dans une université alors en plein essor qui faisait la fierté d’une communauté universitaire unie et de La Réunion.

Il est vrai que j’ai eu le privilège de fréquenter cette école de pensée qui avait depuis longtemps renoncer à une science sans conscience présentée comme vérité universelle qui, à une époque douloureuse de notre histoire, justifiait le devoir de civilisation que s’est imposé l’occident pour étendre au monde un impérialisme économique et culturel dont les conséquences se mesurent aujourd’hui à l’anomie généralisée qui caractérise aussi bien les anciennes colonies que les sociétés post esclavagistes.

" Savoir que l’on ne sait pas est le début de la connaissance " disait Confucius. Conscient de l’immensité de mon ignorance j’en suis encore au stade du questionnement dans les modestes contributions que j’ai  plaisir à partager avec quelques rares collègues qui font de la perplexité et de l’humilité les remparts de leurs activités de recherche.

Je ne saurais clore ce propos sans dire un mot de mon engagement dans le combat que même aujourd’hui le Crefom dans un département affecté par un chômage chronique qui hypothèque gravement l’avenir des jeunes. Plus de 60% des 16-25 ans sont au chômage et désespèrent de pouvoir s’insérer surtout lorsque des emplois existent pour lesquels ils sont qualifiés mais qui, pour des raisons inavouables, leur passent sous le nez.

Entendre dire par ailleurs que le Crefom prône une préférence régionale assimilable au racisme est une accusation sans fondement dont usent ceux qui tirent parti et profitent d’une situation que leur aveuglement ne cesse d’aggraver. " A compétence égale, il devient urgent de faire une place aux réunionnais " : c’est le discours auquel j’adhère et que chacun en toute honnêteté devrait partager au nom de la solidarité et du respect qui ont permis à la France de devenir une grande nation et au monde de construire l’humanité.

Michel Latchoumanin
Le 30 mai 2016




1.Posté par lesseps le 30/05/2016 13:01

Encore une preuve que même les diplômes et une pseudo-expertise ne protègeront jamais des idées racistes (des 2 côtés d'ailleurs) ou d'un sentiment de persécution paranoïaque ... On a pas le cul sorti des ronces avec des crétins pareils ...

2.Posté par Pfff le 30/05/2016 13:35 (depuis mobile)

De toute façon l'histoire de la réunion est parfaitement connue, donc plus besoin d'inutiles historiens. L'esclavage est un passé dépassé, tournons nous vers l'avenir et ne soyons plus esclaves de notre passé ! Embauchons plutôt un futurologue...

3.Posté par Zozossi le 30/05/2016 16:30

Un aveu de plus de l'influence détestable qu'exercent indûment des "associations" spécialisées dans la fabrication de repentance anti-française à coup de subventions françaises.

Le numéro 2 de l'assoce venu épauler le numéro 1 en difficulté confirme la médiocrité de l'argumentation, la méconnaissance des qualifications requises et des procédures, et surtout la préséance donnée à l'idéologie partisane sur la connaissance universitaire désintéressée.

Ce CREFOM n'existe que par les subventions scandaleusement élevées que lui verse l'Etat et par le copinage idéologique politico-médiatique.
Plus vite il retournera à son néant, mieux cela vaudra pour l'outre-mer français en général et la Réunion en particulier.

Quant à l'auteur de cette "lettre ouverte", "psychologue" spécialisé dans cette pseudo-science que sont les prétendues "sciences de l'éducation", on le prendrait peut-être plus au sérieux s'il ne truffait sa prose de grossières fautes de langue:

-"biens pensants" au lieu de "bien pensants" (on connaît des gens qui pensent bien mais pas des biens qui pensent),
-un professeur qui "candidate" (cet affreux néologisme, injure faite à l'étymologie de notre langue, est indigne d'un universitaire: on dit "postuler" et non "candidater"),
-"le soutien qu'aurait bénéficié la candidate", au lieu de "le soutien DONT aurait bénéficié la candidate").

Mais peut-être s'agit-il, là aussi, de spécificités d'un certain outre-mer revendiquées par le CREFOM?...

4.Posté par ANIN le 30/05/2016 20:29

Très bien cette mise au point ! il y en a marre de ces donneurs de leçons venus d'ailleurs, les réunionnais aussi sont capables d'écrire leur histoire !! N'oublions pas que Nantes a été un port négrier, l'esclavage est terminée, et nous ne devons plus accepter ce type de discours ! Nous n'avons rien contre les nantais, sauf ceux qui veulent nous donner des leçons, ce temps est révolu messieurs ne vous en déplaise, attention si cela continue ça va péter ici aussi comme en corse où les continentaux ne font plus la loi depuis un moment !!

5.Posté par De La Giroday le 31/05/2016 19:05

De toute évidence, ce recrutement comporte des vices de procédure que les juridictions administratives devraient sanctionner en invalidant le recrutement de Madame Chaillou Altrous.
La procédure sera longue mais elle devrait aboutir.
En 2008 déjà, le Conseil d'Etat avait censuré un recrutement frauduleux de maître de conférences dont s'était rendu coupable le prédécesseur de Monsieur Rochdi, alors même que celui-ci était déjà vice-président.
Il convient par ailleurs de mentionner les liens qui unissent de proches parents de Madame Chaillou (notamment Christophe Chaillou, un hiérarque du PS, maire de Saint-Jean de La Ruelle) à Jean-Marc Ayrault, ancien premier ministre et actuellement ministre des affaires étrangères.
"Pire qu'un crime, une faute", pour paraphraser Talleyrand.
Le scandale est éminemment politique et met en évidence de singuliers procédés.
A terme, les conséquences devraient être catastrophiques pour Si Mohammed Rochdi, quand surviendra l'alternance et que les parapluies se replieront.

6.Posté par Sugar974 le 01/06/2016 10:54 (depuis mobile)

Monsieur de La Girauday a visiblement de grosse lacunes concernant la recherche généalogique.
Ce qu''il avance est purement mensonger. Une pièce de plus pour l''avocat de madame Chaillou.

7.Posté par Soubramaniam le 01/06/2016 12:27

Quelques rappels :

Je suis effaré de l’ignorance des gens qui s’expriment sur ces forums.

Premièrement, le poste en question est un poste de maitre de conférences et non de Professeur.
Deuxièmement, le CAPES et l’agrégation sont des concours du secondaire. Le concours de
l’agrégation externe (est-ce le cas de notre candidat réunionnais agrégé en fin de carrière, j’en
doute…) est un gage d’excellence mais n’est pas obligatoire pour enseigner à l’Université…D’ailleurs,
M. Sudel Fuma n’était pas agrégé…ni M. Propser Eve. Bon nombre d’excellents enseignants dans les
universités de l’hexagone n’ont jamais passé l’agrégation.

Quand Patrick Karam affirme que le candidat agrégé serait automatiquement élu en métropole cela trahit son ignorance du milieu universitaire. Jamais un candidat n’a été nommé maitre de conférences à 59 ans en métropole. Les maitres de conférences sont de jeunes chercheurs qui doivent construire des projets sur la longue durée en vue de passer une HDR et de devenir Professeur des Universités. De plus, une expérience dans un collège, si longue soit-elle, n’est absolument pas la voie royale pour une nomination à l’université.

Personne ne mentionne un détail qui n’en n’est pas un dans le cv de la candidate nantaise. Elle a
effectué un post-doctorat. C’est une formation après la thèse et c’est un vrai gage d’excellence. Les
postes de ce type sont rares et les meilleurs candidats sont recrutés. Cela implique également que la
candidate nantaise travaille déjà dans des laboratoires prestigieux et possède une expérience de
« chercheur » après la thèse.

Arrêtons de laisser la parole à des ignorants…

8.Posté par ti fleur fanée le 01/06/2016 18:05

Belle réponse pleine de bon sens monsieur Latchoumanin. Le combat pour la préférence régionale est honorable. J'attire votre attention sur le double combat qu'un universitaire comme vous se doit de mener dans ce dossier de recrutement. D'abord celui de faire valoir les Réunionnais diplômés dans leur département d'origine. Mais aussi et surtout, la valorisation des docteurs, titulaires d'un doctorat avant de mettre en avant des diplômés du secondaire. Une agrégation en vaut pas un diplôme universitaire en recherche. Allez jusqu'au bout de ce combat, valorisez les Réunionnais et le monde de la recherche. Les deux vont de paire. De nombreux doctorats, diplômés sortent de l'université sans jamais y revenir.

9.Posté par polo974 le 02/06/2016 08:39

Populisme idiot de la part d'un petit machiavel péi...

10.Posté par Monsieur "Perles" le 02/06/2016 13:54

à post 3 : Zozossi le 30/05/2016 16:30

BRAVO !!! BRAVO DE REMETTRE À SA PLACE CE PÉDANT PRÉTENTIEUX ! JE VOUS CITE :
« on le prendrait peut-être plus au sérieux s'il ne truffait sa prose de grossières fautes de langue:
-"biens pensants" au lieu de "bien pensants" (on connaît des gens qui pensent bien mais pas des biens qui pensent),
-un professeur qui "candidate" (cet affreux néologisme, injure faite à l'étymologie de notre langue, est indigne d'un universitaire:
on dit "postuler" et non "candidater"),
-"le soutien qu'aurait bénéficié la candidate", au lieu de "le soutien DONT aurait bénéficié la candidate"

DOMMAGE QUE VOUS VOUS SOYEZ ARRÊTÉ EN SI BON CHEMIN ! - PETIT FLORILÈGE DE SES « FÔTES » :

Biens pensants au lieu de « BIEN-PENSANTS » = double faute !...

Réunionnais de surcroit ( SURCROÎT) titulaire du CAPES

l’éventuel soutien qu’aurait ( DONT aurait) bénéficié la candidate

en termes, sous entendus, (SOUS-ENTENDUS) d’ingérence ?

la Faculté des Lettes (LETTRES) et des Sciences Humaines

depuis 2010 qu’elle candidate (POSTULE) sans succès - Néologisme contesté et refusé par l’Académie Française

cette école de pensée qui avait depuis longtemps renoncer (RENONCÉ)
Ce cuistre ignore « LE TRUC » pour un bon accord : « qui avait BU » ?... ou « qui avait BOIRE » ?...

devoir de civilisation que s’est imposé l’occident (L’Occident = civilisation) - « occident » = couchant, ponant, ouest

les sociétés post esclavagistes (POST-ESCAVAGISTES)

dans le combat que même (MÈNE) aujourd’hui le Crefom (Sigle : Toujours en majuscules = CREFOM )

A ( À ) compétence égale,

en sciences de l’éducation (Sciences de l’Éducation)

de plus en plus de mal à reconnaitre (RECONNAÎTRE) dans ces pratiques

aussi bien les anciennes colonies que les sociétés post esclavagistes (POST-ESCLAVAGISTES)

COMMENT PRENDRE AU SÉRIEUX UN TEL ZIGOTO BORNÉ. RADOTEUR ET DONNEUR DE LEÇONS ?...

DITES-MOI QUE JE RÊVE !... J’allais oublier les «références » du gugusse... oublieux des plus élémentaires bases de l’écriture. (Accents circonflexes, accent grave sur le A, tirets obligatoires, mise en majuscule des initiales des noms propres, confusion entre les terminaisons É et ER...) STUPÉFIANT !... On pourrait croire que cette bafouille indigeste est due à la plume malhabile d’un jeune étudiant de l’Université légèrement allumé, un tantinet attardé, un chouïa xénophobe... QUE NENNI ! Le signataire de cette diatribe n’est autre que l’un des plus hauts « IRRESPONSABLES » de l’Université de La Réunion pendant des lustres :

« SON EXCELLENCE » Michel Latchoumanin : Professeur des universités, Maître de Conférences. Directeur du Département des Sciences de l'Éducation de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'Université de la Réunion (en 1996). Directeur du Centre de Recherches sur les Sociétés de l'Océan Indien (en 2006), ancien Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de La Réunion de 1997 à 2007 et ...
... cerise sur le gâteau... VICE-PRÉSIDENT DU CREFOM Réunion, la succursale locale du lobby du vindicatif et démagogique fantoche Patrick « Karam-Élysée » d’Antilles-sur-Seine qui, d’Île-de-France, prétend dicter SA LOI à l’Île de La Réunion, en quelque sorte de RECOLONISER ET RÉGENTER EN « GRAND GOUVERNEUR »TOUT L’OUTRE-MER DEPUIS PARIS !

« MichLatch » : LA-MEN-TABLE marionnette du Bébête Show manipulée par la doublette des tireurs de ficelles SACRI / KARAM.

Monsieur « Perles »

11.Posté par Monsieur "Perles" le 02/06/2016 16:01

à post 3 : Zozossi le 30/05/2016 16:30

BRAVO !!! BRAVO DE REMETTRE À SA PLACE CE PÉDANT PRÉTENTIEUX ! JE VOUS CITE :
« on le prendrait peut-être plus au sérieux s'il ne truffait sa prose de grossières fautes de langue:
-"biens pensants" au lieu de "bien pensants" (on connaît des gens qui pensent bien mais pas des biens qui pensent),
-un professeur qui "candidate" (cet affreux néologisme, injure faite à l'étymologie de notre langue, est indigne d'un universitaire:
on dit "postuler" et non "candidater"),
-"le soutien qu'aurait bénéficié la candidate", au lieu de "le soutien DONT aurait bénéficié la candidate"

DOMMAGE QUE VOUS VOUS SOYEZ ARRÊTÉ EN SI BON CHEMIN ! - PETIT FLORILÈGE DE SES « FÔTES » :

Biens pensants au lieu de « BIEN-PENSANTS » = double faute !...

Réunionnais de surcroit ( SURCROÎT) titulaire du CAPES

l’éventuel soutien qu’aurait ( DONT aurait) bénéficié la candidate

en termes, sous entendus, (SOUS-ENTENDUS) d’ingérence ?

la Faculté des Lettes (LETTRES) et des Sciences Humaines

depuis 2010 qu’elle candidate (POSTULE) sans succès - Néologisme contesté et refusé par l’Académie Française

cette école de pensée qui avait depuis longtemps renoncer (RENONCÉ)
Ce cuistre ignore « LE TRUC » pour un bon accord : « qui avait BU » ?... ou « qui avait BOIRE » ?...

devoir de civilisation que s’est imposé l’occident (L’Occident = civilisation) - « occident » = couchant, ponant, ouest

les sociétés post esclavagistes (POST-ESCAVAGISTES)

dans le combat que même (MÈNE) aujourd’hui le Crefom (Sigle : Toujours en majuscules = CREFOM )

A ( À ) compétence égale,

en sciences de l’éducation (Sciences de l’Éducation)

de plus en plus de mal à reconnaitre (RECONNAÎTRE) dans ces pratiques

aussi bien les anciennes colonies que les sociétés post esclavagistes (POST-ESCLAVAGISTES)

COMMENT PRENDRE AU SÉRIEUX UN TEL ZIGOTO BORNÉ. RADOTEUR ET DONNEUR DE LEÇONS ?...

DITES-MOI QUE JE RÊVE !... J’allais oublier les «références » du gugusse... oublieux des plus élémentaires bases de l’écriture. (Accents circonflexes, accent grave sur le A, tirets obligatoires, mise en majuscule des initiales des noms propres, confusion entre les terminaisons É et ER...) STUPÉFIANT !... On pourrait croire que cette bafouille indigeste est due à la plume malhabile d’un jeune étudiant de l’Université légèrement allumé, un tantinet attardé, un chouïa xénophobe... QUE NENNI ! Le signataire de cette diatribe n’est autre que l’un des plus hauts « IRRESPONSABLES » de l’Université de La Réunion pendant des lustres :

« SON EXCELLENCE » Michel Latchoumanin : Professeur des universités, Maître de Conférences. Directeur du Département des Sciences de l'Éducation de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'Université de la Réunion (en 1996). Directeur du Centre de Recherches sur les Sociétés de l'Océan Indien (en 2006), ancien Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de La Réunion de 1997 à 2007 et ...
... cerise sur le gâteau... VICE-PRÉSIDENT DU CREFOM Réunion, la succursale locale du lobby du vindicatif et démagogique fantoche Patrick « Karam-Élysée » d’Antilles-sur-Seine qui, d’Île-de-France, prétend dicter SA LOI à l’Île de La Réunion, en quelque sorte de RECOLONISER ET RÉGENTER EN « GRAND GOUVERNEUR »TOUT L’OUTRE-MER DEPUIS PARIS !

« MichLatch » : LA-MEN-TABLE marionnette du Bébête Show manipulée par la doublette des tireurs de ficelles SACRI / KARAM.

Monsieur « Perles »

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes