MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre ouverte au Conservatoire du Littoral


Par M. Jean-Marie IAFARE Collectif des propriétaires Cap la Houssaye-Eperon - Publié le Mardi 17 Mars 2020 à 17:55 | Lu 412 fois

Suite à l’avis négatif, du commissaire enquêteur concernant la double enquête publique sur le projet d’expropriation Cap la Houssaye-Eperon, le délégué national Outre-Mer du Conservatoire Littoral, que nous saluons cordialement, a choisi de présenter sa position, sur ce sujet sensible et complexe, à 2 semaines du 1er tour des élections municipales. 

Nous pourrions y relever des contre-vérités, des propos orientés, inutilement blessants et injustes, et exprimer instinctivement une colère légitime … ce n’est pas la voie que nous avons choisie.

Un avis négatif du commissaire enquêteur sur un tel sujet est une situation rare. La situation est d’autant plus exceptionnelle qu’une motion de « retrait du projet pour ouvrir un dialogue public plus approfondi avec la population », notamment les propriétaires, a été signée par l’ensemble des acteurs politiques d’absolument toutes les sensibilités et de toutes les zones géographiques de la Réunion(sénateurs, députés, Maires, conseillers régionaux, conseillers départementaux, majorités des membres du CA du Conseil des Rivages Lacustres, responsables politiques,…), les acteurs économiques et sociaux (Chambre de Commerce, Chambre des métiers, Chambre d’agriculture, Conseil de la Culture de l’éducation et de l’Environnement,…), ainsi que des pétitions signées par de nombreux réunionnais. Elles ont été remises au Préfet de la Réunion le 19/12/2019. 

Au-delà de tous les travaux effectués, des financements engagés, nous considérons qu’Il n’y a ni victoire, ni échec, dans ce dossier complexe, mais l’impérieuse nécessité de transparence, de justice et de vérité, que nous devons à tous nos concitoyens. 

Ce résultat impose à tous, un temps de pause nécessaire pour travailler ensemble avec les scientifiques (tous les scientifiques), les élus, les techniciens, les membres du Conservatoire du Littoral, les services de l’Etat, les propriétaires publics, les propriétaires privés et la population de la Réunion. Le sujet est d’importance : comment préserver, restaurer, valoriser nos espaces naturels sensibles ?
Pourquoi donc un avis négatif du commissaire enquêteur et un tel rejet du projet présenté ?

Le Conservatoire du Littoral, possédant déjà 200 ha de foncier sur la zone Cap la Houssaye-Eperon, semble vouloir en acquérir 150 ha de plus. Pour justifier ce projet, deux objectifs sont visés : empêcher une urbanisation potentielle et lutter contre le développement de pestes végétales. Une méthode semble choisie, celle de mobiliser les usagers de la savane, de fait contre les propriétaires exclusivement privés.

1-) l’objectif d’empêcher l’urbanisation potentielle dans les espaces naturels sensibles est atteint car tous les espaces naturels concernés sont classés en zone Nerl au SAR de 1995, puis de 2011, soit totalement inconstructibles. L’expropriation de propriétaires privés ne se justifie pas sur ce motif. Il existe la police de l’urbanisme (Mairie), le contrôle de légalité (Etat), la police de l’environnement (DEAL), les brigades de l’environnement (TCO), la police municipale, la police nationale, la gendarmerie, pour faire respecter la loi.  

2) Les scientifiques considèrent que leucaena leucocephala (cassia ou cassis, mosa ou mimosa) avait un « statut de plante domestique dans ces espaces » puisqu’il procurait fourrages et pâturages aux troupeaux de centaines de cabris et bœufs, bois pour le feu domestique dans les foyers…. Pendant toutes ces années « il était sous contrôle », « n’était pas considéré comme une peste végétale ». Depuis une vingtaine d’année, il est dépeint comme « une des pires exotiques envahissantes de l’île dont le contrôle s’est évanoui avec la perte d’usage agricole de ces espaces » (Boullet 2018 page 2-3) Depuis 1995 au SAR, ces zones de tout temps agricoles ont été déclassées en zone espaces naturels (Nerl). Réglementairement de nombreux usages et activités n’ont plus été possibles. Les scientifiques parlent « d’espèce délaissée dans un espace délaissé ». Il est choquant de rendre exclusivement responsable les petits propriétaires privés du déséquilibre de l’écosystème. Des expérimentations de brulage (écobuage) sont pratiquées, même si les scientifiques reconnaissent que l’usage du feu n’est pas la solution seule. Pourtant réservé aux zones agricoles, la réintroduction de l’élevage (bœufs et cabris) en zone « espace naturel » est devenue nécessaire. Nos chercheurs (de toutes disciplines) travaillent, font des expérimentations sur les 200 ha du Conservatoire du Littoral. Des moyens et du temps semblent encore bien nécessaire, avant d’apporter les réponses adaptées.

3)- La méthode consistant à tenter de mobiliser les usagers, de fait, contre les propriétaires privés est une démarche pour le moins inadaptée. Pourquoi créer des conflits d’usage là où il n’y en a pas ? Outre les 200 ha que possède le Conservatoire du Littoral, c’est sans contrainte, ni clôture que l’ensemble des usagers (marcheurs, sportifs, militaires, VTT,…) utilisent librement, depuis des dizaines d’années, les terrains des propriétaires privés. 

Le Collectif des propriétaires Cap la Houssaye-Eperon réaffirme vouloir s’inscrire dans l’objectif de préservation, de restauration et de valorisation de ces espaces et souhaite travailler en partenariat notamment avec le Conservatoire du Littoral et les services de l’Etat. Des solutions techniques et juridiques existent bel et bien. Le 10/12/2019 au parlement, le Ministre Julien Denormandie au nom du gouvernement, en réponse à une question d’une députée de la Réunion, s’est engagé au dialogue avec les propriétaires en affirmant « je peux vous assurer que les services de l’Etat maintiendront dans les prochains mois les contacts avec les auteurs des observations formulées, afin de définir le meilleur chemin vers cet objectif partagé qu’est la préservation de la savane et de son écosystème ».Nous réitérons notre invitation à rencontrer M. le délégué Outre-Mer du Conservatoire Littoral et ses collaborateurs, pour ouvrir un dialogue sans contrainte, sans engagement, en totale liberté.



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes