Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à monsieur Bernard Grondin, président indépendantiste auto proclamé

Dimanche 26 Novembre 2017 - 18:12

Lettre ouverte à monsieur Bernard Grondin, président indépendantiste auto proclamé
Monsieur le Président, j'ai bien l'honneur de vous saluer.

Je vous ai vu à la télévision, j'ai lu ce que disaient les journaux au sujet de votre souhait d'une Réunion indépendante.

Notre Constitution française vous accorde le droit d'avoir vos idées et de les défendre ouvertement sans en être inquiété tant qu'elles ne troublent pas l'ordre républicain. Vous ne troublez apparemment rien. A moins que vous n'ayez des armées secrètes très nombreuses en réserve, prêtes à prendre le maquis mais j'en doute.

Je respecte vos opinions et je le dis sans arrière-pensée. Vous les assumez avec courage, ce qui est loin d'être le cas de tous les faux-jetons camouflés derrière leurs faux-semblants et leurs pseudos. Cela mérite un franc respect.

Il est évident que je ne les partage aucunement, même si un grand coup de pied dans la fourmilière  des contraintes et dans le cul des contraignants me paraît urgent. Où serait le plaisir de la discussion si nous étions tous d'accord ?

Je dois cependant rectifier une grave erreur dans votre argumentation. Erreur qui ne peut qu'être contagieuse si l'on n'y prend garde. Mais vous le savez, n'est-il pas ? Je ne vous ferai pas l'injure de vous prendre pour un idiot... que vous n'êtes apparemment pas. Voici de quoi il s'agit :

Dans vos propos rapportés ce matin par la presse, vous placez notre île sur le même plan que les autres colonies, Antilles, Algérie, Madagascar, j'en passe.

Ceci est faux !

La Réunion a effectivement été ce que l'on appelait "une des quatre" ; une des quatre possessions administratives d'outremer, devenue colonie après n'avoir fait partie QUE de "Madagascar et dépendances". Mais cette assimilation est hâtive et erronée. Je précise : lorsque la France a jugé bon de s'installer à Madagascar, aux Antilles, en Nouvelle-Calédonie, en Indochine que vous citez à juste titre, elle y est allée avec armes et bagages. Surtout avec armes. Cela a abouti aux guerres et massacres que l'on sait et que je déplore : qu'allions-nous faire chez ces peuples qui n'avaient rien demandé ? Leur apporter la civilisation ? Comme si la nôtre était supérieure.

Rappelons que l'empire de Gao, au Niger, possédait déjà une civilisation florissante, autrement avancée que la nôtre... qui en était encore au pré-Moyen Âge !

Pour en revenir à La Réunion, cette île était parfaitement déserte lorsque les navigateurs en prirent possession "au nom du Roy de France". Si l'on excepte les tortues, le dronte, les perruches de Bourbon (ces bavardes n'ont d'ailleurs pas disparu du tout : on en rencontre à chaque coin de rue !) et quelques chacouates et autres zoiseaux verts.

Personne n'a alors été "envahi" ni encore moins spolié.

Vous placez la langue créole comme prémisse à toute discussion. Je vous rappelle que Maurice, indépendante depuis 1968, a TROIS langues officielles, le créole mauricien, le français et l'anglais. Le créole réunionnais, si on veut bosser en Allemagne, me paraît "un peu court, jeune homme".

Enfin, je ne partage pas du tout votre opinion concernant les Zoreils. Voyez donc combien de petits ou grands chefs créoles se comportent de façon odieuse avec leurs collaborateurs !

Je vous souhaite très sincèrement, monsieur le Président, de continuer à défendre vos idées. Mais rien ne vous empêche de mettre de l'eau dans votre charrette.

Bien sincèrement vôtre,
Jules Bénard
Lu 1122 fois



1.Posté par Boa Bill le 26/11/2017 18:23

Jules Bénard... Vous m'énervez ! :-)

J'ai pris mon temps pour mettre au point un petit courrier pour répondre au Président de l' Etat réunionnais ! Vous m'avez coupé l'herbe sous les pieds !

Merci quand même parce que vous l'avez dit bien mieux que je ne l'aurais fait, n'est pas plume d'excellence qui veut !

Congratulations !

2.Posté par Créole 1600 le 26/11/2017 19:52

Les Utopistes , ça existe partout , mais comme ceux-là , y en n'a pas de plus comique. Si cette région devait devenir indépendante demain ,, ils rêvent, ce ne seront surement pas eux les dirigeants mais on verrait plutôt un comorien qui leur demanderait vite fait bien fait de dégager l'espace et d'émigrer vers la Rhodésie. en Guyane il y a des indépendantistes bien plus hargneux et ferraillés que ces petits bonshommes qui ont probablement vécu dans la soie . A mon sens faudra sérieusement qu'ils se mettent à faire des études plus poussées pour réussir à mieux réfléchir l'avenir de la Reunion et s'ils veulent prendre madagascar comme exemple ils devraient produire quelques photographies du désastre dans ce pays exemplaire.

3.Posté par JORI le 26/11/2017 20:15

"ce qui est loin d'être le cas de tous les faux-jetons camouflés derrière leurs faux-semblants et leurs pseudos", nombreux sont les écrivains ou artistes à écrire ou à oeuvrer sous des pseudos!!. Les traitez vous aussi de "faux jetons"??. "Mais rien ne vous empêche de mettre de l'eau dans votre charrette.", comme vous dîtes si bien!!. MDR

4.Posté par Jean marie le 26/11/2017 22:49 (depuis mobile)

Si à un moment la réunion i devient indépendante,bah le boyo un tas i moule déjà poivre!! 😂 Le ti chanson i dis : sak la pas planter li va fait pitié 🤣 mdr sera juste retour des choses.casser ce système babylonien qui devient invivable.

5.Posté par Titi or not Titi le 27/11/2017 02:17

Trés Bien Résumé M.Bénard ! 👏👍

ANouLa©®

6.Posté par y.féry le 27/11/2017 09:23

"vous placez notre île sur le même plan que les autres colonies, Antilles, Algérie, Madagascar, j'en passe. "

Beaucoup n'ont pas compris cela.

7.Posté par Patrik le 27/11/2017 09:33

Dans votre lettre à Mr Grondin, on fait que constater que vous passez d'une posture de colonisé à celui d'un colonisateur et vous êtes devenue un colonialisme, car vous êtes un collaborateur.

8.Posté par Nono le 27/11/2017 20:09

Le président Grondin ne semble pas comprendre que le pouvoir économique et politique est depuis longtemps entre les mains de ses compatriotes 100% purs Créoles, certains descendants d’esclaves, d'autres d'esclavagistes, l'état Français n'assurant ici tant bien que mal ses fonctions régaliennes, en évitant soigneusement de se mêler de tout ce qui pourrait lui retomber dessus.

Donc, on tape sur les automobilistes qui ont bu ou qui font des excès de vitesse, par contre, les transporteurs qui bloquent les routes, débrouillez vous entre Créoles, on ne s'en mêle pas.

9.Posté par Saint Chamond le 28/11/2017 11:53

Le pseudo empire de Gao date de la fin du moyen age, du 15 éme siècle...époque ou l'on connaissait en Occident l'amérique, avions bâti des cathédrales, maîtrisions depuis longtemps écriture et imprimerie///j'en passe et des meilleures.....alors qu'en afrique on ignore encore l'usage de la roue et on attend l'arrivée des berbéres et des arabes pour découvrir l'écriture, l'école version islamique, on vit du trafic de chair humaine, du sel et de quelques mines.


Même les gaulois étaient bien plus avancés que ce pseudo empire, alors affirmer que ces gens nous devançaient de plusieurs siècles c'est carrément dire n'importe quoi et reprendre une propagande gauchiste à la mode par ignorance ou par paresse intellectuelle..


https://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_de_Gao


Concernant l'histoire de la ville, exceptées quelques épitaphes en arabe sur des pierres tombales découvertes en 1939 au cimetière de Gao-Sané, à 6 km à l'est de la ville1, ou 2,3,4, il n'existe pas d'écrits locaux antérieurs au milieu du xviie siècle5. Les informations concernant l'histoire ancienne se trouvent dans les écrits des géographes arabes du Maroc, de l'Égypte et de l'Andalousie, qui n'ont jamais visité la région.
Les auteurs font références à la cité sous les nom de Gawgaw ou Kuku. Les deux chroniques clés du xviie siècle, le Tarikh es-Soudan (« Histoire du Soudan ») et le Tarikh el-fettach (« Chronique du chercheurnote 1 »), proposent des informations sur la ville à l'époque de l'empire songhaï, mais elles ne contiennent que quelques vagues indications sur les temps antérieurs7. Ces chroniques, en général, ne citent pas leurs sources8 et leurs comptes rendus pour les périodes anciennes sont probablement basés sur la tradition orale et, pour les événements d'avant la seconde moitié du xve siècle, ils sont peu fiables, d'autant qu'en la circonstance les deux chroniques donnent parfois des informations contradictoires.


Hi hi hi, sans pitié le wiki, si seulement certains pouvaient le consulter avant de balancer n'importe quoi d'un ton péremptoire et pédant !

10.Posté par JANUS le 28/11/2017 14:15

Il faut arrêter avec tout çà ...

Cette faculté que nous avons dans notre île de mettre systématiquement en opposition une partie de la population contre une autre ... Parfois même en utilisant des morceaux de notre passé ...

Colonisés contre colonisateurs ... Une situation du passé qui n'existe plus ...
Esclaves contre esclavagistes ... Une situation du passé qui n'existe plus ...
Créoles contre zoreils ... Un discours du PCR d'il y a 50 ans ...

Nous avons la chance de vivre aujourd'hui dans un état de Droit ou chacun a la même capacité de réussite s'il le souhaite ...

Alors pourquoi gâcher son énergie dans ces querelles stériles qui ne servent qu'à nous diviser ...

11.Posté par yabos le 28/11/2017 18:50

Pourquoi donner autant d'importance à ce farfelu ?

12.Posté par MICHOU le 29/11/2017 09:49

A Janus, oui il faut arrêter ces guéguerres stériles qui ne mènent à rien , par contrela chance de vivre dans un état de Droit ou chacun a la même capacité de réussite s'il le souhaite, on en reparlera car quand on recherche une location, on veut s'inscrire à l'école supérieure etc on s'aperçoit vite que ce n'est absolument pas le cas

13.Posté par Patrik le 30/11/2017 08:48

A Janus, la Réunion na jamais été un état de droit, la société réunionnaise à été construit sur des principes d'inégalités et d'injustice et sa depuis la période coloniale en passant par la départementalisation jusqu'à aujourd'hui, et c'est avec notre ignorance et notre soi disant vivre ensemble qu'on croit qui existe, en réalité, même le peu d'humanité que nous avions n'est plus, aujourd'hui on est dans la persécution individualisme dans ce continuum c'est notre perte qu'on est entrain de construire. On en reparlera si on est encore vivant dans 30ans pour voir le grand remplacement se réalisé si on se mobilise pas maintenant pour barrer la route à ce processus pour que les Réunionnais réapproprié son pays.

14.Posté par vincent Caramante le 06/12/2017 18:46

Mon Cher Ami Julot,

J'ai bien apprécié ton courrier adressé à Monsieur Bernard Grondin, indépendantiste.
Je partage et je te félicite pour la marque de respect vis à vis des idées de ce compatriote qui aime son île par dessus tout. Qu'il est profondément blessé par ce marasme économique et social qui génère tant de misère, ( plus de la moitié de la population vivant sous le seuil de pauvreté, 37 % de chômeurs, dont 47 % chez les moins de 25 ans, 120 000 illettrés, la politique de déportation de notre jeunesse intellectuelle et des forces vives réunionnaises).
Comme lui nous sommes blessés par tant d'injustices causées par un abandon total de nos potentiels en faveur des monopoles et des chaînes de distributions asservissantes.
Comme toi, Julot, je ne suis pas sûr que le chemin vers l'indépendance soit la meilleure solution pour briser les fers de la colonisation et du néocolonialisme.
A partir d'un constat sur la réalité coloniale, donc de colonisation, il existe forcément des colonisateurs et des colonisés, sauf, si l’évidence est volontairement écartée. Que ce régime fabrique des "Commandeurs", d'apparences plus coriaces que les maîtres,( le syndrome de l'imitation ...).
En revanche, il est important que nous nous focalisons sur ce qui nous réunit, pour casser ce système inique et prendre la route de la dignité.
Peu importe que La Réunion ait été habitée ou non. -Il semblerait que des recherches accréditent la thèse de la présence d'une certaine population- ... Le fait colonial est bien réel, ainsi que la gouvernance par la Compagnie des Indes. Que la traite des Noirs, l'esclavage et l'engagement sont des éléments historiques incontournables, indélébiles, malgré la Départementalisation de 1946. Notre fonctionnement régional n'est toujours pas conforme et identique à celui de la Métropole.
J'ajouterais, sans une défaite de Napoléon, nous serions les sujets de sa Majesté Britannique, les Mauriciens, des Citoyens Français.
Il faut qu'on en discute devant un bon cari, mon frère.

15.Posté par Myri le 21/02/2018 14:45

Bon, je ne sais pas dans quel intérêt cette lettre a été écrite, mais exposons les "faits". Aujourd'hui les jeunes réunionnais n'ont plus leur place chez eux à la Réunion, simplement parce que si l'on veut y avoir un emploi, les portes leurs sont fermées. Pourquoi? Parce que les institutions françaises ont mis en place un système d'éducation qui fait que si tu veux faire des études, passer des concours, tu dois rejoindre la métropole. On nous sort: "Il n'y a pas de place de place pour vous à la Réunion." Pourtant chaque année un bon nombre de vieux métropolitains fonctionnaires proches de la retraite se voient affectés à la Réunion, pour vivre une retraite dorée. Quand tu vois des offres d'emploi où le métropolitain sera mieux payé qu'un réunionnais. Les gens préfèrent fermer les yeux... Suivre des médias qui eux mêmes ont été influencés, sans aucune neutralité. Quand tout le monde va dans un sens, et que toi tu vas dans un autre, tu es écrasé, et marginalisé. Apprenez un peu à raisonner par vous-mêmes. Il y a des injustices qui ont lieu, le système politique français et européen y participe. On vous chie dans la bouche et pourtant vous vous laissez faire. Les gens ont peur de perdre leur petit confort, quitte à y perdre un bras. L'indépendance, pourquoi pas? La Réunion est pleine de ressources, et nous ne sommes pas moins intelligents que les élites européens. Qui connait mieux les besoins et la situation de la Réunion que les réunionnais eux-mêmes? Bien sûr ça ne peut se faire du jour au lendemain. Un plan sérieux doit être mis en place. Notre intérêt n'est aucunement pris en compte dans les décisions de l'état. On est là passif et on subit, par paresse, ou par peur. A chaque grande décision historique il y a eu débat et opposition, mais beaucoup de ces décisions ne sont aujourd'hui plus remises en questions.
Au passage, si nos ancêtres n'ont pas été colonisés à la Réunion, ils l'ont été en Afrique, en Inde.. Non seulement colonisés mais déportés. Pas seulement déportés, mais acculturés et asservis. Le néocolonialisme existe aussi, et si nous ne demeurons pas aujourd'hui la "propriété" de l'état français que sommes-nous?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?