MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à Monsieur le Premier ministre


Par Joé BEDIER, Conseiller municipal de Saint-André - Publié le Mardi 2 Juin 2015 à 10:02 | Lu 478 fois

Lettre ouverte à Monsieur le Premier ministre
Monsieur le Premier Ministre,

A l’occasion de votre visite à La Réunion les 11 et 12 juin prochains je me permets cette lettre ouverte afin d’attirer l’attention sur des réalités ou sujets dont parleront peu les discours officiels que vous entendrez, soit parce qu’ils dérangent pour diverses raisons tenant notamment au bilan des politiques publiques mises en oeuvre, soit parce qu’ils obligeraient chacun à s’interroger sur un statu quo qui est devenu un dogme particulièrement partagé dans le monde politique local.

Ce que vous entendrez pendant ces deux jours à La Réunion

Chaque visite officielle au plus haut niveau est ponctuée par le même discours unanime de nos représentants politiques et institutionnels qu’on peut résumer ainsi :
"Nous avons à La Réunion une économie dynamique malheureusement handicapée par le problème démographique et son corollaire social, qu’on doit gérer avec des moyens d’autant plus insuffisants que l’Etat baisse nos dotations…Nos atouts sont importants : une position stratégique y compris sur le plan économique, un relais pour la France dans l’océan indien et vers l’Asie, un secteur touristique appelé à devenir concurrentiel, un potentiel de développement des énergies renouvelables considérable…, et nous avons des projets de développement prometteurs.

Les conditions sont réunies aujourd’hui pour un décollage économique. Il suffit pour cela que l’Etat nous accompagne, en continuant à financer de grands chantiers, en maintenant les outils dont nos entreprises ont besoin, en particulier le régime de défiscalisation, en mettant en place des quotas d’emplois aidés tenant compte de notre situation particulière…".

Une réalité sensiblement différente

La réalité est que nous entendons la même chose depuis trente ans.
Nous en sommes malheureusement toujours au même point par rapport à un taux de chômage qui oscille de manière durable entre 25 et 30 %, avec une jeunesse à 60 % désoeuvrée ! 42 % de la population vivent sous le seuil de la pauvreté. Affirmer que nous avons une économie structurellement déséquilibrée comme pour justifier cette situation ne suffit plus. Nous n’avons pas de politique de développement économique à la hauteur des enjeux. La part relative de notre secteur productif n’a pratiquement pas bougé en trois décennies, le tertiaire non marchand garde un poids déterminant dans le secteur des services, notre secteur touristique piétine malgré ses atouts.

La situation est aussi préoccupante en matière d’éducation et de formation. 35 % des 20-39 ans ont en 2010 un niveau inférieur au CAP-BEP, soit deux fois plus qu’en métropole (17%). On estime à 116 000 le nombre de Réunionnais en situation d’illettrisme en 2011, soit 23 % des personnes âgées de 16 à 65 ans (7% en métropole).

Force est de constater que les milliards d’aides nationales et européennes affectées depuis trente ans à notre développement régional n’ont pas eu l’efficacité attendu. Notre Indice de Développement Humain (IDH), selon le Programme des Nations Unies pour le Développement, montre un retard de plus de vingt ans sur la métropole !

Un modèle de développement à revoir

Une économie qui reste basée uniquement sur les transferts (1), la consommation(2) et les grands chantiers ne peut nous permettre de sortir de la situation actuelle.

Nous devons faire du territoire un espace de création d’activités et d’emplois et attirer activement des investisseurs extérieurs. Cela suppose notamment d’aller plus loin en matière de dérogations fiscales et douanières afin d’être plus compétitifs. Affirmer que ce n’est pas possible en raison de la règlementation européenne– l’Europe deviendrait ainsi paradoxalement un obstacle à notre développement - ne tient pas, comme le rappelle le rapport de la Mission commune d’information outre-mer du Sénat,"Les DOM, défi pour la République, chance pour la France", de juillet 2009. La prise en compte des spécificités locales est d’une manière générale une voie insuffisamment utilisée dans tous les domaines du développement du territoire.

Il me paraît souhaitable par ailleurs que soit rappelées une fois pour toutes les responsabilités respectives de l’Etat et des collectivités territoriales en matière de développement économique et d’emploi. Répéter en permanence "l’emploi c’est l’Etat" c’est renvoyer toute la responsabilité à ce niveau. Il s’agit là d’une ambiguïté entretenue à dessein.

La question de l’emploi local

Elle a donné lieu à une mission parlementaire confiée au député Patrick Lebreton.
Permettez-moi de souligner en préalable l’important travail réalisé par M. Lebreton et son engagement réel sur ce dossier. Il y a toutefois le sentiment qu’en dehors de l’évolution légitime des règles de mutation des policiers, il n’y a pas de suite au rapport du député.
Je n’ignore pas les aspects juridiques.

On ne peut cependant, dans le contexte social que connaissent La Réunion et les collectivités d’outre-mer en général, par ailleurs handicapées par leur éloignement sur le plan de la mobilité du travail, ne pas prendre en considération ces paramètres dans la gestion de l’emploi local. Qu’on le veuille ou non la question d’une certaine priorité locale en matière de recrutement se pose ici en permanence. Elle crée des frustrations parce qu’il y a le constat, dans le public comme dans le privé, d’un recrutement « métropolitain » important, interprété comme une préférence métropolitaine qui vient à rebours des impératifs sociaux locaux.

S’agissant du secteur privé, sans instaurer des contraintes bureaucratiques de recrutement il convient de donner à Pôle Emploi tout son rôle dans la lutte contre le chômage local et d’y associer les chefs d’entreprises. La signature d’une charte avec le patronat local a été évoquée par Monsieur le Président de la République lors de sa visite en novembre 2014 et elle doit être sérieusement et rapidement étudiée. Que l’on considère le secteur public ou privé, il n’est pas question enfin de fermer La Réunion à tout recrutement extérieur.

(1)Autour de 6 milliards nets de transferts annuels de l’Etat et des organismes sociaux
(2)Le taux de couverture des importations par les exportations est de 6,5 %

Une autre gouvernance

Vos hôtes vous diront, Monsieur le Premier Ministre, qu’il n’y a pas de problème de gouvernance à La Réunion, que la question institutionnelle ne se pose pas, il n’y a que des problèmes de moyens (que l’Etat doit fournir bien sûr, au titre de la solidarité nationale). Il est intéressant de noter que nous avons failli oublier l’intangible droit commun et revendiquer la spécificité institutionnelle afin de préserver notre régime de double assemblées, lorsqu’il a été question au niveau national de suppression du département …

Je prétends qu’il y a un problème de gouvernance à La Réunion au moins sur deux plans.
D’abord un refus de principe de toute réflexion sur un système qui a montré son incapacité à nous sortir d’une situation qui dure et qui mènera inévitablement à une crise sociale grave. Toute interrogation sur notre gouvernance actuelle et notre organisation institutionnelle est considérée, par un personnel politique qui a su imposer ses vues au reste des élus, comme une menace pour notre ancrage dans la nation. On joue sur les peurs. Cela peut ressembler aussi à une volonté de préserver un statu quo confortable : nous ne sortons pas du niveau de la gestion et restons dans une sorte de pilotage automatique, en finissant par oublier que nous sommes au milieu de turbulences qui ne cessent de monter. Sur ce dernier point L’Etat et les collectivités territoriales partagent les responsabilités.

Un deuxième problème est celui de notre organisation en région monodépartementale à double assemblée. J’insisterai sur trois points : malgré les affirmations proclamées de coordination entre les deux assemblées, la réalité, tout le monde le sait, est différente, pour des raisons à la fois de rivalités politiques et de fonctionnement de deux entités jalouses de leur autonomie. La situation de La Réunion exige ensuite la définition et le pilotage d’un projet global et cohérent de développement que la séparation actuelle ne rend pas possible. Enfin la dispersion des responsabilités pose un réel problème de lisibilité et de difficulté de partenariat avec l’extérieur.
*
Voici quelques réflexions dont je tenais à vous faire publiquement part, Monsieur le Premier Ministre. Beaucoup d’entre elles relèvent de compétences décentralisées. L’Etat pour autant ne peut être totalement extérieur aux choix qui sont faits ici, soit qu’ils sollicitent le budget national, soit qu’ils s’inscrivent dans des politiques nationales – est-il normal qu’une communauté de communes supprime pour des raisons purement politiques une opération de TCSP, alors que la région s’est engagée à promouvoir ce mode de transport dans le cadre du protocole de Matignon financé par l’Etat ? -, soit que les conséquences sociales de ces choix nous concerneront tous demain dans le contexte d’une population et d’une jeunesse aujourd’hui plus qu’inquiètes pour leur avenir ou en désespérance.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma respectueuse considération.

Joé BEDIER, Conseiller municipal de Saint-André
Président de l’union Démocratique pour Saint-André.




1.Posté par noe le 02/06/2015 12:03

Le 1er Ministre vient prendre quelques heures de repos bien méritées à la Réunion ...
Il faut le laisser tranquille apprécier les caris de notre île...
Il est inutile de l'enquiquiner avec plein de charabias ... de demandes idiotes comme les ti marmailles qui gagnent pas tété !

2.Posté par Margareth le 02/06/2015 12:16

Persuadé que Noe poste 1 laisse des commentaires sans prendre la peine de lire. En effet, après lecture il s'avère que justement l'auteur de la lettre ne pleure pas et ne demande pas la charité, c'est d'ailleurs rare qu'un politique tient un tel langage.

3.Posté par Dipadutout! le 02/06/2015 19:24

D'ailleurs très peu de gens s'amusent à lire noe, moi pour ma part quand je vois son com je passe direct au suivant.

4.Posté par KLD le 02/06/2015 19:46

analyse intéressante et lucide , cela change du "on est content de nous et ne changeons rien ou si peu"" des autres zébus politiques du landerneau local : bravo !

5.Posté par djibril le 02/06/2015 20:30

Si seulement il était entendu je pense que la Réunion avancerait mieux et plus vite. Sincères félicitations pour votre réflexion.

6.Posté par Gérard Jeanneau le 03/06/2015 01:29

Bravo ! mais on ne nous dit pas tout, dirait Anne Roumanoff, qui n'a pas une langue de bois.

A La Réunion, on trouve encore des mamans qui ont près de 10 enfants et même plus... et des maris qui concurrencent sans problème les prouesses du lapin, dans leur foyer ou ailleurs. Peut-être serait-il bon de dire haut et fort : aide-toi, le Ciel t'aidera !

On manque de crèche, mais on manque pas de personnel masculin qui va de case en case ! L'amour lé doux dans la case en paille sous les Tropiques !

7.Posté par EKOLO le 03/06/2015 13:59

Bravo.
J'ai pas lu tout, mais c'est bien écrit.
C'est pour les prochaines régionales ?

8.Posté par Kader le 03/06/2015 21:34

Objectif et lucide, sachez tout de même que personne ne veut que les choses changent. Restez droit dans vos bottes, peut-être qu'un jour les jeunes comprendront et iront dans votre sens. L'espoir fait vivre !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes