Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à Monsieur Marc Debarbat, président de la Ligue du Football Amateur

Lundi 15 Octobre 2018 - 23:08

Monsieur le Président,

Nous avons appris qu'une délégation importante que vous conduisez, composée de Monsieur Vincent NOLOGUES, Vice-Président de la LFA et du directeur général Pierre SAMSONOFF, sera parmi nous cette semaine. Permettez-nous tout d'abord de vous souhaiter la bienvenue parmi nous.

Le football réunionnais connaît en ce mois d'octobre une attention particulière des instances dirigeantes fédérales, allant des techniciens, des élus et des administratifs. Les uns diront que c'est une très bonne nouvelle surtout après le sacre récent de notre sélection tricolore, d'autres ne manqueront pas de dire (des esprits chagrins) vaut mieux tard que jamais.

Toute visite d'une instance suprême est sujette soit à une attention particulière ou à une reconnaissance du travail accompli. D'ailleurs, le titre du journal le Quotidien ne s'est pas trompé en annonçant : "Comme une sorte de reconnaissance".

Se pose la question suivante : Cette reconnaissance est due à quoi ! Qu'est ce que le football réunionnais a fait de gratifiant ? Peut-être la pré-sélection en équipe de France de notre idole Dimitri PAYET !

L'article se veut plus disert : Concernant la Direction Technique Nationale sa visite était tant attendue depuis plusieurs mois. "Maintes fois reportée, officiellement pour des raisons d'agenda. Mais vraisemblablement en raison de l'instabilité qui frappait la Ligue ... Aujourd'hui les relations sont réchauffées.." dixit le journaliste.

Monsieur le Président revenons à cette instabilité.

En effet, le football réunionnais a traversé beaucoup de turbulences pendant ces quatre dernières années, allant d'une décision de justice en annulation de l'élection de la Ligue (décision unique dans le football français) tout comme la mise sous tutelle d’une administration judiciaire, à l'élection d'un nouveau Comité Directeur.

Et pourtant, jamais ! oh grand jamais ! la Fédération Française de Football, ou la Ligue de Football Amateur, pourtant qui sont notre référence, de l'aveu même de Monsieur Yves ETHEVE le souligne fort justement : "A la Fédération, la Ligue Amateur, c'est notre référence". "Ce sont des gens très à l'écoute et qui ont une vraie volonté d'aider et de changer les choses en Outre-Mer" n'ont cru bon de faire ce déplacement pendant les périodes si délicates que le football réunionnais a connues.

Ne serait-ce que lors de la mise en place des administrateurs judiciaires, dont sa représentante confesse ne connaître rien dans le domaine du football. Leurs compétences se limitaient plus à une gestion économique et humaine de l'institution...

N'en parlons pas de la gouvernance du Président Noël VIDOT, pourtant élu démocratiquement. Un soutien n'aurait-il pas été plus opportun, en cette période d'alternance qui amenait à la tête de la Ligue Réunionnaise de Football une équipe nouvelle n'ayant que très peu d'expérience. N'est-ce pas là le rôle des organes de tutelle d'apporter aides et accompagnement ? Le droit de neutralité ne doit il pas être assuré à l'égard d'une équipe élue sans exception ? Les licenciés réunionnais ayant déterminé un choix librement placé sous le contrôle d'une commission impartiale, ne méritaient-ils pas plus de considération ?

Monsieur le Président, les tergiversations ou silence ont causé du tort au football réunionnais. On ne vous apprend rien que Monsieur Yves ETHEVE en chef de file et ses amis n'ont cessé de jouer la politique de la terre brûlée.

Le comble du cynisme a été atteint quand votre prédécesseur, silencieux depuis plus d'un an, qui dans une missive s'est permis de s’immiscer dans une motion de défiance un mois, jour pour jour, après l'élection.

Enfin permettez-nous de vous rappeler, Monsieur le Président, l'épisode malheureux que fut l'élection de décembre 2016, où la Délégation Fédérale présente, agissant en pays conquis, a réalisé un "hold- up" en organisant le retour de Monsieur Yves ETHEVE. A ce jour, aucune réponse n'a été apportée à cette situation. Pouvez-vous apporter à l'ensemble des acteurs du football réunionnais des éclaircissements ?

Même s'il est vrai que les instances fédérales du football ont toujours raison quelles que soient les circonstances... Le constat, à ce jour est que le football local doit se reconstruire. Monsieur Yves ETHEVE lui-même le reconnaît. La baisse importante de licenciés, fermeture des clubs faute de moyens financiers et humains. Hausse des prix de cotisations de licence de manière excessive, les dettes des clubs....

Les collectivités, surtout les municipalités, sont les principaux bailleurs de fonds des clubs de football. Un bref récapitulatif : chaque saison, pas moins de dix millions d'euros sont dévolus pour quelques deux cent vingt clubs. La Ligue elle-même sur un budget (ref. prévisionnel 2018) deux millions deux cents soixante dix mille euros. La quote-part des clubs est de un million cent vingt cinq mille euros (licences, frais changement de club, assurances, cotisations, participations, engagements, droit d'appel, amendes, recettes compétitions...)

Le conseil Départemental intervient à la hauteur de quarante cinq mille euros (fonctionnement, manifestation exceptionnelle, opérations jeunes). La participation du Conseil Régional est beaucoup plus conséquente, le montant s'élève à trois cent trente sept mille euros (formation cadres, perfectionnement d'athlètes, manifestation exceptionnelle (clubs), C.P.S., section sportive, Pôle Espoirs, matériel pédagogique et beach soccer)

Autre fait, une désorganisation dans les domaines de formation: depuis plus de trois ans aucune formation n'a été initiée. A qui la faute ? La Direction Technique Nationale ne portait-elle pas une part de responsabilité ? La Fédération comme la Ligue d'Amateur doivent veiller aux respects de ses obligations, n'est-ce pas ?

L'embauche de Monsieur Jean Marc NOBILO comme DRH-DTR ne peut pas à lui seul suffire à porter caution à ces carences. Le football réunionnais ne sort pas du "le fenoir" comme il le laisse entendre à maintes reprises pour justifier sa nomination. Dans un passé pas si lointain, nos éducateurs locaux ont démontré leurs engagements et compétences.

Le football réunionnais n'a pas que six mois d'existence. C'est faire injure aux éducateurs et cadres locaux qui se sont investis sans compter. Un maillon faible, les jeunes et les tous petits souffrent d'un manque d'organisation et d'ambition. L'alignement du calendrier sur le scolaire était l'occasion de faire un pas en avant. Cela s'est déroulé avec quelques craintes, mais les embûches ont été surmontées. Le contexte climatique souvent pris comme alibi, n'était qu'un épiphénomène, puisque sitôt revenu aux affaires, l'instauration d'un championnat sur six mois, une première dans le football français, a été jugée possible par vos instances fédérales.

Monsieur le Président, oui, ce sont ces luttes intestines qui ont miné notre discipline. Avec un président profitant de ses soutiens, y compris de la Fédération, à une certaine époque a régné "en maître" et le mot n'est pas fort, mais les temps changent, les hommes aussi, ceux qui étaient tolérés avant ne peuvent plus l'être à ce jour. Et inévitablement, l'instabilité s'installe.

Ce sont les mêmes aujourd’hui qui après avoir joué aux pompiers pyromanes, crient au feu et demandent de l'aide aux instances fédérales.

Monsieur le Président, votre visite comme celle de la Direction Technique Nationale est tout à fait légitime et louable, mais le contexte actuel nous incite à nous interroger. Peut-on voir cela comme "un sauvetage" de Monsieur Yves ETHEVE ? Nous espérons que ce n'est pas le cas.

Nous souhaitons que cette armada lourde dépêchée dans l'île soit et reste strictement dans le domaine sportif. Qu'aucune autre considération extra-sportive puisse interférer lors de cette visite, sinon cela serait regrettable et scandaleux.

Si l'on se réfère au dernier évènement : A l'initiative du Comité Régional Olympique Sportif le week-end du 22 et 23 septembre où il a été décidé d'un "week-end no sport". Mot d’ordre soutenu par l'ensemble du mouvement sportif local, l'Association des Maires de la Réunion, la quasi totalité des communes et intercommunalités. La Ligue de football après avoir été solidaire, Monsieur Yves ETHEVE a pris la décision de faire bande à part.

La décision unilatérale s'est faite sous fonds de pressions et menaces, première discipline en nombre de licenciés, des moyens financiers colossaux, a été jugée cavalière et peu appréciée.

Le mouvement avait un deuxième objectif, c'est de dénoncer la baisse des subventions destinées à la préparation des Jeux des Îles de L'océan Indien 2019. Pour la première fois la Ligue de Football avec à sa tête Monsieur Yves EHEVE a été marginalisée, faute de jouer collectif, un comble. Il est à ce jour hors jeu.

Monsieur le Président, il nous semble que vous irez à la rencontre des institutions locales. Est-ce pour obtenir des moyens financiers supplémentaires ou pour rétablir des liens distendus ?

Ces objectifs seraient malvenus. Le football français auréolé de son titre champion du monde, la riche fédération comme l'indiquent les rapporteurs de la Cour des Comptes dans son rapport de février dernier, vient solliciter nos collectivités financièrement, ce serait indécent.

Surtout, comme cité ci-dessus pas moins de dix millions d'euros (toutes aides confondues) sont investis annuellement pour vingt cinq mille licenciés. Les autres disciplines sportives regroupées en collectif afin de défendre leurs intérêts, beaucoup moins lotis financièrement scruteront avec attention cette visite.

Dans le cadre de la Mission Fédérale la Ligue de Football convie les Présidents des clubs à une réunion le jeudi 18 octobre, réunion jugée obligatoire et suivie d'une remise exceptionnelle d'équipements.

Nous souhaitons qu'à cette occasion, il y ait des échanges et des écoutes, que toutes les problématiques liées au fonctionnement des clubs seront abordées (baisse des contrats aidés dans l'encadrement, baisse des cotisations et obligations en faveurs des clubs...) et d'une redistribution équitable des ressources.

Monsieur le Président, ce plaidoyer semble sévère, mais il est à la hauteur des ressentis, d'une certaine défiance envers des instances fédérales quand elles foulent le sol réunionnais.

Montrez-nous que notre éloignement géographique ne doit plus être un handicap. Que le football réunionnais soit l'affaire de tous mais pas d'un "clan".

Ne sonnez plus la fin de la récréation, mais tout simplement prônez l'apaisement. A vous, Monsieur le Président, de nous faire mentir.

Bon séjour chez nous.
Des Utopistes bienveillants
Lu 1680 fois



1.Posté par klod le 16/10/2018 21:24

je n'y connais rien en foot .............. mais la dénomination "Des Utopistes bienveillants" , y a t'il un "copyright" ............ trop joli ! peut on le réutiliser ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?