MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à Madame la Garde des sceaux… des pistes de réflexion sur des réformes judiciaires à envisager


Par quisyfrottesypique - Publié le Mercredi 18 Juin 2014 à 09:28 | Lu 288 fois

Lettre ouverte à Madame la Garde des sceaux… des pistes de réflexion sur des réformes judiciaires à  envisager
Je vais vous énoncer ici deux faits étalés dans le temps :

-*Article du 14 juin de Z’info « C'est en décembre 2013 qu'il déclare une fausse agression et un faux vol à la gendarmerie de Plateau-Cailloux afin de toucher une petite somme. Il accuse un délinquant du quartier d'avoir volé sa voiture et ce dernier se retrouve en prison. »
Il semble que des enquêteurs n’aient pas lâché l’affaire et le jeune homme a pu être innocenté en 2014.

-*En 2009, un homme signe une autorisation de sortie du territoire pour ses enfants avec leur mère. Vraisemblablement Alzheimer qui s’ignore, il porte plainte. La mère est sanctionnée. Il récidive une dizaine de fois et la mère sanctionnée. Impunité et immunité totale jusqu’à ce jour !

Les casseroles de ce type à la Réunion, résonnent depuis le fin fond de l’univers. Combien d’autres personnes ont été victimes de cette poignée d’individus ? Au XXI ième siècle, les magistrats sont encore engagés dans un combat à mort pour le maintien de leur pouvoir et privilèges en entretenant une omerta sur la profession, en se déresponsabilisant de manière subtile et intelligente, et en donnant en pâture le citoyen lambda au voyeurisme que l’on qualifie « au nom de l’information ». Vos magistrats vivent dans un monde parallèle et cultivent les dérives où MALTRAITANCE (pourtant l’objet de nombreuses campagnes) ET INSTITUTION NE FONT PLUS QU’UN .

Les magistrats comme il a été mentionné à maintes reprises ne sont pas au-dessus des lois. « Il faut dégraisser le mammouth ». La citoyenne que je suis victime également ne peut s’empêcher de vous interpeller une nouvelle fois, cette fois –ci en terme de réformes.

Je vous suggère quelques pistes de réflexion qui passent par :
- L’établissement de contrats d’objectifs, de contrat de performance, de CONTRATS DE RESULTATS.
- Un engagement de la responsabilité autant civilement que pénalement du magistrat en charge de dossier dont il a la charge ( c’est-à-dire qu’il est sanctionné quand le boulot a été mal fait et que l’intégrité d’un individu a été atteint) ce qui est légitime. Les magistrats ne doivent pas être exclus de pénalité quand des bourdes et l’intégrité d’individu ont été bafouées.

Pourtant personnalité garante des droits et des libertés de chacun des citoyens, je suis surprise que de telles pratiques ne soit pas sanctionnées et que l’intégrité d’innocents soient ainsi le fruit de la roulette russe.

L’une des devises de la République est « Liberté, Egalité Fraternité ». Accepteriez-vous de donner pleinement ses lettres de noblesse au mot « EGALITE » dans toutes ses dimensions, de mettre en chantier un dépoussiérage de l’Institution avec parlementaires et quelques partenaires.

Toute omelette ne se fait pas sans casser des œufs, il est plus que temps de renouer avec la transparence.

Nous n’allons pas être ni hypocrite, ni jouer la langue de bois. Nous allons être explicites pour le commun des mortels. Votre dilemme ce jour pour la Réunion est le suivant : quelle est en termes de maltraitance institutionnelle la décision à prendre pour qu’il y ait le moins d’impact en termes de souffrance sans mettre à mal le climat social : les victimes potentielles qui ne sont autres que le citoyen ( ou les « gueux » manipulables à souhait en raison de notre misère du quotidien), les magistrats ( un certain nombre + grisés par pouvoir), le procureur Muller ( 1 personne impacté)? Chercher l’erreur. Le citoyen est à nouveau « le pigeon ».Il semblerait qu’« à l’insu de votre plein gré » vous deveniez quelque part complice de ces dérives qui n’ont cessées d’êtres dénoncées depuis au moins une décénnie.

En vous remerciant de votre attention, veuillez recevoir Madame la Ministre Garante des droits et des libertés mes respectueuses salutations.
Une victime de l’Institution judiciaire,




1.Posté par " UN NAïF " le 19/06/2014 13:05

MONSIEUR OU MADAME AVEZ VOUS ADRESSÉ VOTRE LETTRE OUVERTE A L'ADRESSE PARISIENNE DE MADAME LA GARDE DES SCEAUX ?? LIT-ELLE, CHAQUE JOUR , LA PRESSE -PAPIER ET LA PRESSE EN LIGNE DE TOUTES LES RÉGIONS ???

2.Posté par noe le 19/06/2014 13:32

La garde des sots n'est qu'une marionnette sans plus .... dans le système judiciaire où ceux et celles qui soi-disant "rendent la justice" en leur âme et conscience n'ont pas d'âme et conscience zéro !
Ce ne sont que des "Corbeaux en soutane noire" juste bons à faire rire un vampire aveugle !
Ils ne savent qu'écraser les "petits" qui ne peuvent se défendre au dépens des "gros macros" plein de fric !
Lamentable et dégueu appareil judiciaire !

3.Posté par njr le 19/06/2014 13:37

Ces guignols qui rendent la justice ne sont que des carriéristes sous les cocotiers !

Mais le manque évident de moyens alloués à la Justice n’est pas le seul handicap dont souffre l’institution : la politisation des juges, le poids du syndicat de la magistrature, l’échec de l’Ecole Nationale de la Magistrature ainsi que le phénomène de plus en plus courant d’hypermédiatisation doivent amener à repenser le système.

La neutralité du juge est une des conditions de la confiance que le justiciable peut avoir en lui, ni juge de droite, ni juge de gauche, mais juge de justice ! La fonction hautement symbolique de la justice ne peut s’acoquiner avec l’engagement politique partisan.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes