Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à Charles Marimoutou

Mercredi 21 Août 2019 - 15:26

Monsieur le Recteur,

Un tabloïd nous a fait part récemment d’interrogations sur l’enseignement du créole réunionnais.

Il est du devoir de notre association de faire office de poil à gratter dans ce dossier.

Tout d’abord, il importe de préciser -et c’est primordial- que le créole spécifique réunionnais ne comporte même pas 2 500 mots, soit moins que le vocabulaire d’une bonne concierge parisienne.

Avec un corpus de mots aussi réduit, essentiellement oral, parlé uniquement à La Réunion, cet idiome n’est pas une langue régionale à proprement parler comme le breton (37 000 mots) ou l’occitan (80 000 mots) mais un patois parmi tant d’autres sur le territoire national.

Ensuite, la graphie retenue n’est autre que du petit-nègre, une insulte à l’origine quasi-totalement française de nos mots créoles. 95 % des mots réunionnais proviennent des patois de l’Ouest de la France. Les mots indiens, malgaches et chinois ne comptant que pour seulement 5 %.

Ce parti pris idéologique d’extrême gauche de la graphie phonologique ne pourra que contribuer efficacement à l’enterrement en première classe de notre patois si sympathique.

C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons concevoir qu’une écriture étymologique ou analogique des mots de notre vocabulaire réunionnais.

Et puis, que représentent les écrits en créole ?

Ou, plutôt, en « kréol » !

Car les grands poètes réunionnais (Leconte de Lisle, Lacaussade, Parny, Dayot, Albany) ont écrit en français.

Quel niveau les textes proposés « an kréol » aux élèves de LCR ?

Vous y avez jeté un œil ? Moi, oui !!!

Enfin, comment peut-on proposer un Capes de « kréol », une agrégation de « kréol », un doctorat d’État « an kréol » avec un vocabulaire aussi réduit et pas d’ouvrages littéraires (ou si peu) à se mettre sous la dent ?

Et qui, en Europe, désirera embaucher un enseignant agrégé de « kréol » ?

Son seul horizon sera l’enseignement du « kréol » à La Réunion !

Vaste programme !
Armand GUNET « Réagissons ! »
Lu 2295 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

91.Posté par Lodiab le 08/09/2019 19:28

Au Gunet du post 90, ami de Satan.

Puisque vous me donnez du "mon ami", vous ne m'en voudrez pas si je déclare : Gunet, Satan l'habite !

3 messages pour dire à Lodiab qu'il délire.
5 messages pour lui affirmer qu'il ne lui répondra plus.
Satan a montré que Gunet n'a plus d'argument.
Ça tend à montrer que Gunet n'a plus d'argument.

Lé pa malizé pou konprann akoz... Lodiab la mèt son kozman sannsudsou ! A li ansanm son konpér Jeanneau, inn la rèt kamu, lot la rèt kwak !!!

90.Posté par A Satan (post 87 et 89) le 08/09/2019 09:24

Vous délirez de plus en plus, mon ami.
Et vous persistez à rédiger en créole petit-nègre !
Impossible donc, de dialoguer avec vous.
A. Gunet

89.Posté par Lodiab le 06/09/2019 11:02

Au Jeanneau du post 88, se prenant pour le grand Jules.

Depuis qu'il a franchi le Kanal bishik qui lui sert de Rubicon, le Cesar de pacotille de La Possession ne sait plus comment "anparé" les "kou d zok" de Lodiab ! Il s'attache à des détails qu'il voudrait transformer en monstres...

Il n'y a pas que les écrivains qui s'égarent. Certains "néo-commandeurs", nostalgiques de la belle-époque-coloniale-où-les-dominés-restaient-à-leur-place, se sentent supérieurs et le font savoir. Deux de ces énergumènes viennent d'en faire les frais !

Ils n'ont plus qu'à aller se faire voir chez les Hellènes...

88.Posté par Gérard Jeanneau le 06/09/2019 09:22

Lodiab continue à s'endiabler. Il y a des écrivains qui s'égarent parfois; leurs rares errements syntaxiques ne sont pas paroles d'évangile. Aragon a écrit de belles choses. Il a déraillé parfois, comme le montre votre exemple.

C'est au linguiste de faire la part des choses. Grévisse puise chez tout le monde, écrivains, journalistes. Sa grammaire, dans l'ensemble, est descriptive et non normative.


Lodiab s'endiable à "loubardiser" sa petite syntaxe. Le moindre subjonctif est un monstre qui lui fait peur. Et pour ce diable des cocotiers, montrer que l'on a un peu de culture, c'est être pédant.


Alea jacta est !

87.Posté par Lodiab le 05/09/2019 13:20

Au Jeanneau du post 85 qui, privé de carotte, revient vers le bâton.

Trouvé sur le net :

[ Chateaubriand : Bien que sa corruption ne lui nuirait point,...

Aragon : Bien qu’après tout, Blanchette est libre.

Un certain nombre de linguistes, et non des moindres, Brunot, les Le Bidois, Grevisse dans ses Problèmes de langage, ont pleinement admis ces exceptions. C’est pourquoi aujourd’hui le Grand Robert souligne que l’indicatif est parfois employé après bien que pour marquer la réalité ou l’éventualité. ]

Je n'ai donc pas souhaité égaler votre pédantisme en usant de l'imparfait du subjonctif. Contentez-vous de l'indicatif... et de mes indications concernant votre attitude face aux Réunionnais.
Car ce qui pue, voyez vous, c'est la morgue que vous affichez et qui rappelle le discours colonialiste qui a prévalu sur notre île et dans lequel vous allez puiser, vous et votre mentor Gunet, des expressions telles que "créole petit-nègre" ou "diplôme des cocotiers".

86.Posté par Lodiab le 05/09/2019 12:29

Au Gunet du post 84 qui n'en finit plus de ne plus répondre.

Dépité de constater que Lodiab, simple pratiquant de la langue créole le pousse dans ses retranchements, déconfit par la mise en évidence de son ségrégationnisme linguistique, déstabilisé par
les questions auxquelles il n'a pas de réponse, désappointé par la révélation de son inculture créole, Gunet jette l'éponge !

Kan k Lodiab i mèt son défo o solèy, Gunet i tinn tout, i travérs !

Tansion li mor kouyon, Lodiab va ésplik a li le 3 kozman lot fwa.

" Poz sink lèv sis i aprann pa dann katésis. " Devinette dont la réponse est : voleur.
Poser 5 doigts sur un objet et repartir avec cet objet, comme si la main comptait 6 doigts, ça ne s'apprend pas au catéchisme, c'est un péché.

" Gramoun i déshir la twal en lér-la. " Devinette dont la réponse est : Dieu. ( Lodiab se plaît évidemment à nommer Dieu " Gramoun la o ".)
Le tonnerre gronde, mais au moment où jaillit l'éclair, on entend parfois un craquement qui n'est pas sans rappeler le bruit provoqué par un drap que l'on déchire.

" Manj makadam tranpé " signifie manger de la vache enragée. Le macadam était un revêtement de chaussée extrêmement dur anciennement utilisé sur les routes réunionnaises.

Cette dernière expression illustre assez bien l'état actuel du sieur Gunet...

85.Posté par Gérard Jeanneau le 05/09/2019 10:03

Quant à votre acolyte Jeanneau ( je n'ai pas écrit "alcoolique", bien que sa référence au rhum arrangé aurait pu m'y inciter), il ne fait pas preuve d'un grand respect envers Axel Gauvin, que je sache.


Au diable, Lodiab !


bien que sa référence… eût pu m'y inciter ?

Grosse faute du diable endiablé, sans doute à cause du rhum arrangé !

84.Posté par Au sujet du petit diablotin du post 83 le 05/09/2019 08:28

Ce zinfonaute persiste dans ses délires et dans son petit-nègre. Sans oublier son mépris et ses insultes.
Comme promis, je ne lui réponds plus.
A.Gunet

83.Posté par Lodiab le 04/09/2019 17:14

Au Gunet du post 82 qui se prend pour Lodiab...

L'auteur du post 80, c'est vous ! Ne mélangeons pas torchons et serviettes, on n'a quand-même pas gardé la langue créole ensemble !

Qui veut me donner des leçons de lecture ? Celui qui ne sait ni lire, ni écrire le créole parlé par la majorité des Réunionnais ? Celui qui n'a jamais entendu ni les mots, ni les expressions que j'ai cités et figurant dans un dictionnaire d'expressions créoles ?
Tout lecteur ayant la patience de relire nos échanges pourra constater que la phrase " Et, continuellement, ne retient pas de mes commentaires ce qui ne va pas dans son sens." correspond à votre habitude détestable de vous défausser !

Et pour faire diversion, tout comme le Jeanneau, votre chevalier servant retourné dans son terrier, vous déblatérez sur un Axel Gauvin que je ne connais que de loin mais qui a dû vous voler quelque chose, (la raison, peut-être) tant votre haine est tenace à son encontre.

An tout lé ka, oubli pa sa zot 2 : Rant an bef méshan ensanm Lodiab, sé sort an biftèk sénian !!!

82.Posté par Au sujet du petit diablotin du post 80 le 04/09/2019 08:02

Cet internaute qui sait bien écrire ne sait malheureusement pas aussi bien lire.
Et, continuellement, ne retient pas de mes commentaires ce qui ne va pas dans son sens.
Il persiste encore dans son post 80 à écrire en kréol petit-nègre et c'est donc lui qui me contraint à stopper net nos échanges.
Il porte aux nues M. Axel Gauvin, lequel ne maîtrise pas aussi bien que moi le créole réunionnais dont il se fait pourtant l'ardent défenseur auto-proclamé.
A. Gunet

81.Posté par Lodiab le 03/09/2019 14:22

Au Gunet du post 80 déclaré vaincu sur abandon

Fay-fay la tué gro bef !!!

Votre P. S. me va droit au coeur. Je vous remercie doublement, en tant qu'ancien élève et ancien enseignant !

Néanmoins, je constate avec tristesse que le démon du mensonge continue à vous hanter... Non seulement vous ne répondez pas directement et simplement à mes questions, tentant à chaque fois de noyer le poisson, mais vous ne répondez pas non plus aux nouvelles questions de mon dernier post !
Pour ce péché véniel, vous me copierez 5 fois le texte de la chanson " Kansa " de Danyèl Waro.

Quant à votre acolyte Jeanneau ( je n'ai pas écrit "alcoolique", bien que sa référence au rhum arrangé aurait pu m'y inciter), il ne fait pas preuve d'un grand respect envers Axel Gauvin, que je sache.
Eh bien qu'il se rende compte que : " Ravaj le gèp sé giny gro tèt."

Le fait qu'il soit " latiniste et helléniste " ne lui confère pas le droit d'étaler son mépris et sa suffisance envers ceux qui luttent pour que la langue créole ne subisse pas le même sort que les patois ou langues régionales disparus faute de pratiquants et faute de références écrites.
De plus, Jeanneau est un vantard.

Hilaire Maillot avait dit lors d'un de ses discours qu'il était souvent le seul à comprendre : " Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a des puces !" C'est un peu ce que vous faites avec le prétexte que vous invoquez, mais il fallait bien que nos échanges prennent fin un jour !
La question que je me pose est : " Le recteur Marimoutou a-t-il lu votre lettre et les commentaires qui ont suivi ?"

80.Posté par Au petit diablotin du post 79 le 03/09/2019 10:16

Vous êtes irrespectueux et même insultant envers un lettré latiniste et helléniste qui, en matière littéraire, en sait infiniment plus long qu'Axel Gauvin qui est un scientifique.
De surcroît, vous ne lisez tjrs pas entièrement mes réponses et me reposez les mêmes questions.
Enfin, je vous avais prévenu que si vous persistiez à m'écrire en kréol petit-nègre, je ne dialoguerai plus avec vous.
Je regrette donc de devoir mettre fin ici à cet échange avec vous.
A. Gunet
P.S. : Vous maîtrisez bien le français écrit, preuve que l'Education nationale fait du bon travail à La Réunion.

79.Posté par Lodiab le 02/09/2019 19:41

Au Jeanneau latin du post 78

Ti bouj ankor, don ?
Je vous croyais parti "o diab" !
Alors comme ça, votre ami le grrrrand lamontrėr la lang kréol n'a pas pu vous traduire trois petites expressions qui peuvent se trouver dans des ouvrages créoles dignes de ce nom ?
J'y vois la preuve que sa sensibilité créole est bien émoussée ( soit par l'âge, soit par les cloisons qui lui servent d'oeillères ) car elles ne sont pas très difficiles à décrypter pour un Créole normal...

Décidément, la fixation que vous faites sur Axel Gauvin tourne à l'obsession ! Ou lé plu pir k'in karapat su tété bef !

"... ni licence de lettres modernes, ni diplômes en linguiste." (SIC)

À vous lire, on peut se demander si ce n'est pas plutôt vous, "lo goré" qui se serait trop saoulé de rhum arrangé...

Alé, artourn a ou dormi. Lė ler pou ou, la !

78.Posté par Gérard Jeanneau le 02/09/2019 18:13

Lodiab s'endiable à nous baratiner. Qu"il continue à débiter sa logorrhée, si grand bien cela lui fait, si cela soulage son état d'esprit.

De mon côté, pour faire court, j'ajoute juste cette très courte réflexion : n'oublions pas qu'en haut lieu, on a eu l'idée géniale d'intégrer dans le jury du KREOL l'illustre Axel Gauvin qui n'a, dans ses bagages, ni licence de lettres modernes ni diplômes en linguiste. C'est assez dire qu'en haut lieu on accorde un grand crédit à ce diplôme des cocotiers ! Bref, un diplôme arrangé au pays du rhum arrangé !


Alea jacta est !

77.Posté par Lodiab le 02/09/2019 16:59

Au Gunet du post 76, pour qui ça sent l'ail...

Ce qui est très clair, c'est que vous cherchez une échappatoire en menaçant de ne plus me répondre ! C'est le propre des gens de mauvaise foi de trouver des prétextes fallacieux...
Vous vous êtes déjà contredit une fois en acceptant le débat, après avoir déclaré : "je n'accepte de défi que de personnes qui ne se cachent pas derrière un pseudo."
Depuis, vous m'avez adressé dix messages...
Allez-vous vous contredire une deuxième fois ?

En tout cas, je n'ai pas l'intention de remplacer mon créole que vous qualifiez de "petit-nègre" (terme colonialiste par excellence) par votre créole "gros Yab" en référence à mon grand-père qui en était un. Et je ne vais pas me priver de fleurir mes réponses adressées à un créole, de ces expressions imagées auxquelles je tiens tant et que, pour certaines au moins, vous semblez ne pas connaître, vous le grrrrand léspésialis de notre langue...

À part cela, je trouve qu'on avance. Ti pa, ti pa, na rivé ! De "TOUS" (en majuscules, s'il vous plaît !), vous êtes passé à "99%". Encore un effort d'honnêteté et vous atteindrez les 95%, puis, en écoutant parler la génération qui nous a succédé, 80%, la génération suivante, 70 %,...

" Pour les métis, g déjà répondu." Ah bon ? Et où ?

" Eric Boyer, son père, Mémona Affeejee, Nassimah Dindar et le RP René Payet ne sont ni Cafres ni Malabars.
Vous délirez, là."

En effet, j'ai confondu René Payet et un autre curé dont le nom ne me revient pas.
Eric Boyer est un métis kaf/Yab. J'ai connu presque toute sa famille, je n'ai aucun doute là-dessus.
Beaucoup de Zarab de la génération de mes parents disaient "ze" pour "je". Les exemples que j'ai pris sont donc pertinents.
Vous noterez que je n'ai cité que des personnes célèbres, car si je vous parlais de mes voisins ou amis, vous auriez tôt fait de me dire qu'ils " sortent tout droit de mon imagination"...

Je peux donc conclure que même si vous reconnaissez du bout des lèvres quelques exceptions, votre théorie ne se vérifie pas dans la population réunionnaise actuelle.
Cet échange sur la prononciation se soldant par un échec de votre théorie, je reviens à votre post 74.

Votre tirade " C'est bien une idéologie gauchiste......... jamais le contraire " étant confuse, mal énoncée voire incompréhensible, je réponds à la phrase suivante qui semble la résumer :

"Nos enfants réunionnais n'ont nullement besoin du créole ou du kréol pour apprendre le français."

Mais ce n'est pas ce que je dis ! Entendons-nous bien. Je n'ai jamais enseigné le créole et n'ai jamais prétendu qu'il fallait l'enseigner à l'école primaire. Pour moi, c'est dans le secondaire, en option, et à l'université que l'étude et la pratique du créole écrit ont toute leur place.
En revanche, j'ai toujours accepté, surtout en ZEP, qu'un petit Créole s'exprime "comme à la maison" plutôt qu'il se taise, quitte à lui faire répéter la version française de son expression. Je n'ai rien trouvé de mieux pour faire "tomber les barrières" et mettre les élèves en confiance. Et ce n'est pas parce que vous et moi avons "réussi" notre apprentissage du français que tous auraient pu le faire.
La shans ti poul la pa la shans ti kanar !

" Nos enfants mahorais qui parlent très bien le français et pas du tout créole ne voient pas d'un bon oeil, et à raison, l'usage du créole dans les cours de récréation."

Tu m'étonnes, Litone !
Ça ne m'arrange pas non plus, quand je vais aux USA, de constater que personne autour de moi ne parle français ! Eh bien je m'adapte !
Et croyez-moi, les petits Mahorais, comme la plupart des autres enfants, s'adaptent très vite à la langue de la majorité !

Enfin, concernant Danyèl Waro dont vous écrivez le nom d'artiste comme j'écrirais "Jauni à l'idée", pourriez-vous, si vous daignez encore me répondre, me préciser ce que vous entendez par "c'est un Noir d'honneur" ?
Et pourquoi "très anti-Français MALGRÉ sa peau blanche" ?
C'est un métis Kaf/Yab comme Eric Boyer. Certes, un peu moins à droit politiquement...
Diriez-vous d'Albert Ramassamy ou de Louis Virapoullé qu'ils étaient pro-Français MALGRÉ leur peau noire ?
Waro a été indépendantiste, comme Gandhi. C'était son droit. J'aurais pu l'être aussi, à sa place. Aujourd'hui il ne l'est plus. Il fait une tournée métropolitaine chaque année et rassemble des milliers de personnes de tous horizons.
Au Barachois, vous avez été "victime" de sa malice...
Je vais vous rassurer. Je suis allé le voir en concert à Toulouse. Il s'est adressé au public en français. Bon, ce n'était pas du D'Ormesson, je vous l'accorde. En même temps, Jean d'Ormesson chantait beaucoup moins bien le Maloya !!!

Mais une chose est sûre : en tenant compte de sa chanson "kansa", modèle de tolérance, hymne au vivre ensemble, et de votre ségrégationnisme linguistique, si je me retrouvais entre vous deux
au bar à choix, le mien serait vite fait !

Kosa i fé, Gunet, ni artrouv ?

76.Posté par Au petit diablotin du post 75 le 01/09/2019 20:27

Vous ne lisez pas mes réponses et je le déplore.
Ou vous les lisez mais ne tenez aucun compte de ce qu'ai écrit.
La totalité des Cafres et des Malbars (99 %) moins qq exceptions qui confirment la règle.
Pour les métis, g déjà répondu.
Eric Boyer, son père, Mémona Affeejee, Nassimah Dindar et le RP René Payet ne sont ni Cafres ni Malabars.
Vous délirez, là.
Et, avant de reprendre votre plume, sachez que si vous écrivez une phrase de plus an kréol petit-nègre, je ne vous répondrai plus.
Ai-je été assez clair pour vous ?
A. Gunet

75.Posté par Lodiab le 01/09/2019 16:35

À l'auteur du post 74 dont le (gu)nez commence à s'allonger à force de mensonges.

Vous n'avez pas répondu à mes questions embarrassantes, signant par là l'insignifiance de vos propos. Mais, beau joueur, je vous donne une dernière chance de vous en sortir...

Puisque vous avez affirmé que "TOUS les Cafres et les Malabars ici disent "li" à la place de "lu", "si" à la place de "chi" et "ze" à la place de "je" ", je vous pose à nouveau les questions :

- Est-ce que Albert Ramassamy disait " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Jean-Paul Virapoullé dit " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Louis Virapoullé disait " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Charles Marimoutou dit " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Carpanin Marimoutou dit " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Michel Tamaya dit " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Cyrille Amilcaro dit " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Éric Boyer et son père disaient " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Jean-Baptiste Ponama disait " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que le Père René Payet disait " Z'aime manzé sinois " ?
- Est-ce que Mémona Interman et Nassimah Dindar disent " Z'aime manzé sinois " ? ( Car de nombreux "Zarab" sont dans ce cas.)

C'est simple. Soit vous répondez oui et chacun peut vérifier, par exemple en consultant des vidéos que vous avez tout faux, soit vous répondez "non, je me suis trompé, c'est Lodiab qui a raison" et Lodiab vous ouvre volontiers les portes de l'enfer pour que vous en sortiez, "kulot dan la min" !
Certes, vous aurez le feu aux fesses, mé in bak lo fré i atann a ou dann purgatwar... Ben oui, vous ne croyez tout de même pas que vous irez au ciel avec vos idées fleurant bon la xénophobie !

Autres questions déjà posées :

- Si tous les non-Blancs prononcent comme vous dites, comment leurs enfants métis prononcent-ils ces phonèmes ?
- Et si le métissage se poursuit, qu'en est-il des générations suivantes ?
- Est-ce que vous comprenez enfin qu'il est impossible de tenir des raisonnements définitifs dans ce domaine par définition fluctuant et évolutif ?

Après vos réponses, je vous parlerai volontiers de la suite de votre post 74.

74.Posté par Au petit diablotin du post 73 le 31/08/2019 18:56

Si, si, j'ai bien répondu à vos questions. Relisez mes commentaires !
Il manquerait UN MOT dans une de mes phrases ? Mais, lequel ?
C'est bien une idéologie gauchiste qui ne repose sur strictement rien que d'affirmer que la connaissance et la pratique du kréol petit-nègre peut aider de quelque manière que ce soit les jeunes enfants créoles à mieux appréhender le français.
Moi, premier de ma classe en français en classe de première, je n'ai jamais eu besoin du kréol pour avoir d'excellentes notes dans cette matière et mes camarades de classe non plus.
Les enseignants de kréol LCR qui ont besoin de cet axiome (mensonger) pour vivre n'affirmeront jamais le contraire.
Nos enfants réunionnais n'ont nullement besoin du créole ou du kréol pour apprendre le français.
C'est une faute pédagogique lourde !!!
Est-ce que dans le Berry, les instits enseignent le français grâce au berrichon petit-nègre ?
Est-ce qu'en Auvergne, ils l'enseignent grâce à de l'auvergnat petit-nègre ?
Est-ce que, dans les autres départements français, on utilise le patois écrit en petit-nègre pour favoriser l'enseignement du français ?
Enseigner le kréol à l'école pour qu'il ne meure pas ? Encore un délire gauchiste !
Ce n'est pas le rôle de l'Education nationale d'enseigner la trentaine de patois en France et dans l'outre-mer.
Le propre des patois est de s'éteindre un jour.
La patois de la vallée de la Bruche (sud-ouest de Strasbourg) a disparu il y a une vingtaine d'années, qui s'en plaint à Strasbourg ???
Par ailleurs, nos enfants mahorais qui parlent très bien le français et pas du tout créole ne voient pas d'un bon oeil, et à raison, l'usage du créole dans les cours de récréation.
Vous répondez à l'écrit en kréol, mais à qui ?
Moi, personne ne m'écrit en créole ou an kréol !
Et quand je vois, dans Zinfos, des commentaires intégralement écrits "an kréol", je zappe immédiatement !
Enfin, Daniail Ouarho est un Noir d'honneur, très anti-Français, malgré sa peau blanche.
Il m'a affirmé une fois, au Barachois, qu'en métropole il parlait créole uniquement et que c'était aux métropolitains de s'adapter à lui !
Sans commentaires !!!
Armand GUnet

73.Posté par Lodiab le 30/08/2019 17:56

Au Gunet l'esquiveur, post 72

A moins que nos commentaires ne se soient croisés, ( terme choisi à dessein pour un catho ) je remarque que vous ne répondez toujours pas directement aux questions embarrassantes du petit diablotin !
Je pensais que vous aviez réponse à tout, je suis fort déçu, mais pas mécontent de constater le contraire.

Certes, "L' écriture d'un mot n'a pas vocation première de refléter sa prononciation". ( Il manque un mot dans votre phrase... Si en plus je dois corriger votre français...)
Mais dans le cas qui nous préoccupe, il me semble impératif qu'elle ait cette fonction, pour deux raisons.

Premièrement la proximité des deux langues constitue une difficulté majeure dans l'apprentissage du français chez les enfants réunionnais. Les créolismes sont nombreux et les élèves ont tendance à mélanger les deux langues. Je l'ai vécu en tant qu'élève et en tant qu'enseignant dans l'île.

Deuxièmement, compte tenu des apports véhiculés par la mondialisation de la communication ( télévision, réseaux sociaux,
médias, productions artistiques...), la langue créole risque fort d'être étouffée si elle n'est pas pratiquée quotidiennement à l'oral comme à l'écrit. Car une langue qui n'est pas écrite disparaîtra à court terme.

STFA ( sa k té falé amontré ).

Par ailleurs, j'écris mes phrases comme je les prononce et ne rejette aucune prononciation. Kaf, Malbar, Yab, shinwa, zarab, Zorèy, Maoré, toutes origines confondues, s'expriment naturellement. Je leur réponds par écrit comme je leur répondrais à l'oral. C'est aussi simple que ça. Il n'y a pas d' "obstacle majeur", mis à part le temps de s'habituer à une nouvelle écriture simplifiée compte tenu des circonstances particulières héritées d'une histoire dont aucun Réunionnais vivant n'est responsable.

Pour conclure, plutôt que l'image funeste d'une tombe à creuser, je vous suggère d'écouter la chanson de Danyèl Waro " Kansa " que je choisirais personnellement comme hymne de La Réunion, s'il devait y en avoir un.

72.Posté par Au petit diablotin le 30/08/2019 13:46

Contrairement à votre assertion, la graphie kwyz ne vise qu'à refléter la prononciation cafro-malabare.
La prononciation créole blanc est impitoyablement rejetée.
Il suffit de lire vos propres phrases "an kréol" pour s'en convaincre.
L'Anglais écrit "Leicester"et prononce "lesteu"
L'Américain écrit "Iowa" et prononce "a-i-eu-ou-eu".
L'écriture d'un mot n'a pas vocation première de refléter sa prononciation.
Malgré toutes les tentatives vaseuses pour la justifier, cette graphie demeure l'obstacle majeur à la compréhension de notre patois écrit par certains.
C'est le meilleur moyen de creuser la tombe du créole.
Armand Gunet

71.Posté par Lodiab le 30/08/2019 12:07

Au Gunet du post 70 ségrégationniste

Gramoun la di : "Très pa shabouk pou koup out fès !"
Akoz ou la pa ėkout a li, Gunet ?

De plus en plus fort ! Tellement fort que j'ai du mal à qualifier vos propos. Déraison ? Provocation gratuite ? Racisme ordinaire ? Simple bêtise ? Je m'interroge sur l'origine de vos énormités.

Comment pouvez- vous être aussi affirmatif sur des choses que vous ne connaissez pas ?
"À lire votre prose, je devine que vous n'êtes pas un Créole blanc." dîtes-vous.
Vous avez tout faux encore une fois. J'ai la peau blanche, Gunet ! Comme vous ! Ce n'est pas de ma faute, mes parents l'avaient aussi... Et tenez-vous bien, je pratique à l'oral le même créole que JP Virapoullé, Malbar notoire maîtrisant parfaitement la langue française et la langue créole ! Pas de "si" à la place de "chi" ou de "ze" à la place de "je" dans sa bouche, pas plus que dans la mienne.

En plus, vous êtes de mauvaise foi ( un comble pour un catho ! ) car si vous relevez à juste titre mon erreur sur la couleur de peau d'Huguette Bello ( que je ne cotoie pas, en effet ), vous vous gardez bien de me répondre à propos des autres personnages publics que j'ai cités et dont la couleur de peau contredit vos affirmations péremptoires. Je pourrais d'ailleurs multiplier les exemples, à commencer par Charles Marimoutou que vous interpelez ci-dessus, son père André qui ne parlait pas moins bien le français que vous, j'en passe et des meilleurs. Mais votre malhonnêteté intellectuelle vous interdirait de le reconnaître.

Vous pensez m'avoir remis à ma place avec votre traduction de mes phrases en fransé-koshon, alors vous aurez certainement une réponse aux questions suivantes :
Si " TOUS Les cafres et les Malabars disent "li" à la place de "lu", "si" à la place de "chi" et "ze" à la place de "je", comment TOUS les métis prononcent-ils ces phonèmes ? Et leurs enfants, comment les prononcent-ils ? Et dans quelle catégorie allez-vous encore placer les uns et les autres ? Et quelle difficulté de diction commune allez-vous encore leur trouver ?

On voit bien que votre théorie ne tient pas debout car la société réunionnaise n'est pas compartimentée comme vous tentez de le faire croire. Gunet, nous sommes au début du 21ème siècle, pas du 20ème ou les différentes communautés réunionnaise vivaient cloisonnées avec chacune sa façon de parler. Il faut vous y faire !

Au fait, de Jeanneau, pas de nouvelles, Gunet ?
( Jeu de mots destiné à me faire sourire un peu, quand-même ! )

70.Posté par Au diablotin du post 69 le 29/08/2019 22:01

Si vous n'avez jamais remarqué que TOUS les Cafres et les Malabars ici disent "li" à la place de "lu", "si" à la place de "chi" et "ze" à la place de "je", c'est que manifestement vous ne vivez pas à La Réunion ou que vous ne les côtoyez jamais.
Je vous ai remis à votre place en vous montrant que vos phrases soi-disanr rédigeables qu'en petit-nègre peuvent être facilement écrites étymologiquement.
Et ce n'est pas pcq vs avez enseigné en métropole que vous aimez la France.
Votre graphie en petit-nègre que vs appelez pompeusement KWZ et dont vs ne sauriez vs passer témoigne du contraire.
Huguette Bello, que vs semblez ne pas connaître, étant une Créole blanche, vs ne l'entendrez jamais dire "li", se" ou "ze".
A lire votre prose, je devine que vous n'êtes pas un Créole blanc.
Effectivement, étant Créole blanc et n'ayant aucune difficulté de prononciation, je dis "jord'hu", "chinois", "je joue" (et non pas "ze zoue").
Je ne blâme pas pour autant les Cafres et les Malabars pas plus que je ne blamais un ami universitaire américain qui disait "ou" à la place de "u".
A. Gunet
PS : Votre écriture kwyz tue l'avenir du créole mais vos larges oeillères idéologiques vous empêchent de le voir.

69.Posté par Lodiab le 29/08/2019 14:48

Au Gunet discriminant du post 68

Alors ce post, Gunet, il est énorme !!!
Rassurez- moi, ça vous arrive encore de sortir de chez vous ? Savez-vous qu'on est en 2019 et que les clichés dans lesquels vous semblez vous vautrer sont éculés ?
La majeure partie de la population réunionnaise est métissée, ne vous en déplaise. Donc votre phrase : " Les Créoles blancs disent "Jord'hu" et les Blacks "Zordi" !" est complètement dépassée, pour ne pas dire débile. Écoutez les gens parler et vous écrirez moins d'âneries ! Beaucoup de ceux que vous appelez Blancs disent tout simplement " ojourdui " avec une prononciation variable. Idem pour d'autres Réunionnais de couleur de peau différente. Évidemment, " zordi " continue à se dire en parallèle.
Je n'avais d'ailleurs jamais remarqué que Gilbert Annette, Albert Ramassamy, les frères Virapoullé, Huguette Bello, ... disaient " zordi ", mais je vous promets de réécouter leurs discours ! À moins qu'ils ne disent " zordi " que dans leur intimité...
Du reste, je laisse " Les kafs et les Malbars qui ont des problèmes de diction " apprécier votre affirmation.
Passons à votre phrase concernant le rejet de la France. J'ai volontairement enseigné pendant une vingtaine d'années en Métropole. Je n'ai eu pratiquement que des petits élèves français. Comme partisan du kréol censé " rejeter tout ce qui a trait à la France ", on fait mieux, non ?
Au passage, je précise que je ne privilégie aucune prononciation, contrairement à vous. C'est d'ailleurs ce qui fait votre malheur, car de moins en moins de gens prononcent comme vous le voudriez !
C'est en quelque sorte une prononciation de fin de race !
Moi, j'accepte toutes les prononciations car elles peuvent toutes être transcrites en ZKW.

Concernant mes trois phrases et expressions, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je réserverai la primeur de mes éventuelles explications à la personne à qui elles étaient adressées.

Kom Kréol i di, asiz pa desu le nay la pa lèv pou ou !

En revanche, répondez plutôt aux questions prėcises que je vous ai posées concernant les nombreuses omissions et bizarreries de votre lexique.

68.Posté par Au diablotin des posts 66 et 67 le 29/08/2019 09:22

Monsieur sans nom (ce n'est pas une preuve de grand courage),
Le Créole réunionnais dit "lu". Les Kafs et les Malbars qui ont des problèmes de diction disent également Z à la place de J.
Les Créoles blancs disent "Jord"hu" et les Blacks "Zordi" !
Bien entendu, les partisans du "kréol" privilégient la prononciation du Kaf et du Malbar car tout ce qui a trait à la France doit être impitoyablement rejeté.
Vous ne m'avez pas du tout corrigé ni trouvé des erreurs par pelletées.
Vous nous citez trois phrases dont on ignore combien de locuteurs les utilisent, ni leur sens.
Quant à la phrase "Poz sink lèv sis i aprann pa dann katésis.", là encore, c'est du petit-nègre que vous affectionnez tant mais pas du créole. Que signifie, en français "Poz sink lèv sis" ? C'est sans doute du kréol sorti tout droit de votre imagination, non ? Même en français, c'est incompréhensible : Poser cinq et lever six ne s'apprend pas au catéchisme". Si c'est un jargon parlé par 200 ou 300 personnes, ça ne peut pas faire partie intégrante d'un lexique créole réunionnais.
Enfin, vous écrivez "gramoun". Cela vient de "grand monde" et donc devrait être écrit "grandmoune" ou "granmoune".
Vous ne faites pas l'effort ou ne savez pas écrire une seule phrase en créole, c'est toujours du petit-nègre. Et vous voulez défendre notre patois ? Vous en êtes le pitoyable fossoyeur !!!
Armand Gunet

67.Posté par Lodiab le 28/08/2019 17:58

Pou Gunet, pos 64, tortiyé dann grif Lodiab

Combien de personnes à La Réunion disent : " dire a lu " ?
Une toute petite minorité. L'écrasante majorité dit " di a li ".
Vous voudriez donc imposer à tous une graphie ne correspondant qu'à l'expression d'une infime minorité et éloignée de l'oral ? Le résultat est connu d'avance : presque tout le monde dira " di a li " et presque personne n'écrira " dire à lu ". Donc presque personne n'écrira en graphie étymologique, donc en créole. Donc le créole disparaîtra. C'est peut-être ce que vous souhaitez ! On le retrouverait au musée, comme toutes les langues mortes... et dans votre lexique ! Alors que moi, je souhaite qu'il soit dans les rues, les maisons, les bouches, les forums, bref, là où il vit et évolue !

66.Posté par Lodiab le 28/08/2019 17:20

Au Gunet, post 63, correcteur professionnel et grand réhabilitateur de l'étymologie de la langue créole, la patrie reconnaissante, etc etc.

Si vous avez corrigé "énormément" d'erreurs dans les travaux des Chaudenson, Baggioni et Armand, et que moi, simple pratiquant de la langue créole, corrige "énormément" vos erreurs alors que j'en sais bien moins que les auteurs cités, j'en conclus que vous avez corrigé "énormément" d'erreurs qui n'en étaient pas !
Autrement dit : " Si kouyon té rouv pa son gèl, kisa té koné si li té kouyon ? " Désolé, c'est le proverbe qui m'a paru le plus approprié.

Vous allez encore me trouver mesquin, mais si "maman" est un terme français, "manman", "monmon" et "momon" sont bien des termes créoles. Ils auraient donc dû figurer comme entrées dans votre lexique !
Et si vous n'avez choisi que des termes typiquement créoles, comme vous le prétendez, pourquoi avez-vous choisi "farder (se)" ?
C'est un mot français ! Et il signifie la même chose !
Des tas d'erreurs, je vous dis !
Par pint, par goni, en poundiak, mi di a ou !!!

65.Posté par Lodiab le 28/08/2019 16:36

A Gérard Jeanneau, post 62

Ce Jeanneau-là peint ne risque pas de se réconcilier avec Axel Gauvin, je crois l'avoir compris.
Pour autant, je doute que vos études classiques ne vous soient d'un grand secours pour appréhender la langue créole telle qu'elle se pratique partout dans l'île. Cette sensibilité nécessaire, à mon sens, à l'appréciation de toute langue, vous risquez de ne jamais l'avoir, tant vous semblez prisonnier de vos préjugés et sans doute de vos fréquentations... si vous voyez de qui je veux parler !
On fait un test ?
Par exemple, si je vous dis : "Poz sink lèv sis i aprann pa dann katésis." Ou bien : " Gramoun i désir la twal an lér la." Ou encore : "Manz makadam tranpé." Qu'est-ce que cela vous inspire ?

La torture des mots dont vous parlez s'est d'abord faite à l'oral, principalement et involontairement par des êtres humains obligés de s'adapter à une langue qu'ils ne connaissaient pas. La transcription écrite qui en découle est une reconnaissance de cette nouvelle langue dérivée principalement du français.
En d'autres termes, tant que ce ne sont que des mots que l'on torture... Vous me suivez ?
Dernière remarque, histoire de mettre les points sur les i. Ajoutez un i à votre "palmer" si vous voulez que la vanne opère !

64.Posté par Au diablotin du post 60 le 28/08/2019 12:24

[Un exemple : "Lès a mwa dir a lu sa k mi pans" peut devenir "Lès a mwin di a li kosa mi pans" ou encore "Kit a mwin di a li mon dé kozman "... Trois créoles s'exprimant différemment mais utilisant la même graphie. ]i
Tout cela peut et DOIT être écrit de façon étymologique : "Laisse à moin dire à lu ça que mi pense", "Laisse à moin dire à lu quo ça mi pense" et "Quitte à moin dire à lu mon causement".
Vous voyez bien, notre créole étant du français régional peut et même DOIT être écrit étymologiquement.
A. Gunet

63.Posté par Au diable du post 59 le 28/08/2019 10:02

Vous faites preuve de mesquinerie en cherchant quelques petites bêtes dans mon travail au lieu de me féliciter et remercier pour avoir rendu au créole réunionnais ses lettres de noblesse et son étymologie.J'ai recensé dobout', debouté et adbout' dans la même entrée. J'ai effectué mon travail de correcteur professionnel en réalisant mon lexique. A savoir corriger les ouvrages de Chaudenson, Baggioni et Armand. J'ai donc énormément corrigé de fautes. S'il en reste 3 ou 4, ce n'est pas un malheur.
Quant à maman, étant donné que ce n'est pas un mot créole mais un mot bien français utilisé ici, il n'a pas à figurer dans mon lexique.
A. Gunet

62.Posté par Gérard Jeanneau le 28/08/2019 09:24

Mon bon Lodiab, il ne faut pas s'endiabler : mes références, ce sont mes études classiques, pas celles de Lofis La Lang Kréol où l'on torture office et langue, alors qu'office est gardé tel quel au pays d'Albion. Pourquoi torturer à ce point le vocabulaire. L'auteur, Axel Gauvin, a appris la sémantique et l'étymologie le temps qu'il faut pour siroter une petite tasse de café. Ce n'est pas mon cas, et son oeuvre littéraire ne vole pas bien haut; on a peine à déceler quelques figures de style. Mais cela plaît sous les palmers. Laissons-lui une palme !


Un kréoler a eu l'idée de demander la suppression de l'étymologie pour les CAPES et agreg. créoles. Je le veux bien, mais avec ces deux diplômes bâtardisés, on ne doit pas enseigner le français.


Un coup d'oeil sur mon site de latin.

61.Posté par Lodiab le 27/08/2019 17:49

A Gérard Jeanneau, post 53

Si c'est Margie Sudre votre référence concernant la langue créole, cela en dit long sur votre appréciation... Je crois qu'elle est (était) meilleure anesthésiste que kréolér et que sa fameuse boutade avait comme objectif de nous endormir !

J'avais lu votre anecdote, à l'époque, et j'avais déjà noté que votre directeur avait eu la sagesse de ne pas vous sanctionner ni même vous gronder pour avoir "dit comme dans votre patois". Ce qui n'a pas été le cas de bon nombre d'enseignants réunionnais qui, jusqu'aux années 60, interdisaient la pratique du créole dans la cour de récréation !

Je note aujourd'hui qu'en l'espace de sept ans, votre "rapel" a perdu un p et s'écrit presque comme en kréol, à un accent près. Comme quoi, les choses évoluent ! Ça, c'était pour la plaisanterie.
Plus sérieusement, quelle importance que le créole n'ait pas de subjonctif ? Quelle importance qu'il ait laissé tomber les prépositions ? Est-il moins pertinent pour autant ? Ai-je besoin d'une préposition pour me faire comprendre par n'importe quel créole ?
"Mèt pa piman desu boushon siouplé." Et le vendeur aura parfaitement compris.
D'ailleurs, votre exemple n'est pas bien choisi, car la préposition existe bien parfois.
"Ou ve de lo" ? "Non, mi ve pa de lo, mi ve kafé."

Vous devez comprendre que la langue créole n'a pas vocation à être aussi riche que la langue française, loin s'en faut, qu'il n'y a pas de compétition, mais juste un besoin d'exister ( c'est fait pour l'oral) et d'être analysée, expliquée et écrite afin de perdurer.

60.Posté par Lodiab le 27/08/2019 17:06

Au Gunet du post 58

Bien sûr que je comprends, mais cette analogie n'a pas lieu d'être !
Les jeunes Français n'ont pas à écrire différemment de ce qui existe déjà ( bien qu'ils ne s'en privent pas à l'occasion) puisque tout est en place. Ce qui n'empêche pas l'évolution de la langue et de l'orthographe en particulier. Mais les créoles n'ont pas un tel répertoire à leur disposition. Du moins il existe, mais à l'oral. Il faut donc basculer d'un oral très pratiqué à un écrit spontané et, j'insiste sur ce point, le plus proche possible de la façon de parler de chacun. Ce qui est impossible dans la graphie que vous soutenez et qui est facilement réalisable avec le "ZKW". Un exemple : "Lès a mwa dir a lu sa k mi pans" peut devenir "Lès a mwin di a li kosa mi pans" ou encore "Kit a mwin di a li mon dé kozman "... Trois créoles s'exprimant différemment mais utilisant la même graphie.
Allez, I have a dream : si la graphie pouvait être ce qui nous réunit !

59.Posté par Lodiab le 27/08/2019 16:32

Au Gunet du post 57

Eh bien on avance ! Bravo !
Si vous reconnaissez l'oubli d'une centaine de mots, vous me surprenez... bien que vous soyez encore loin de la réalité. Je pourrais vous en citer bien plus, mais si les quelques mots courants que j'ai indiqués vous sont inconnus, il me semble inutile d'aller " founayė" dans les recoins de notre langue si imagée et si créative.
Kisa i koné pa zoumin' avèk zérb kabo, té ?
Par ailleurs, pourquoi écrivez-vous "dobout" et pas "debout" (en prononçant la lettre finale) ?
Les deux sont usités et mon père me disait "Debout a ou, la fini tar, la !" Les deux mots auraient dû figurer dans votre lexique. Tout comme la traduction de "ton", "ta", "votre", "vos", totalement inexistante dans votre ouvrage. Le Créole dit "out", "ot", "vot", et même "o" au pluriel : "Trap o zafér é fout le kan !" (créole dit "des hauts"). Eh oui, bien plus subtil qu'on peut le croire, notre créole !
Et pourquoi n'y a-t-il aucune entrée pour le mot "maman" ??? Lui non plus ne serait pas très utilisé à La Réunion ?
Pourtant, à la page 19, vous donnez comme exemple : "Alà moin là momon !"
Et "manman", "monmon", vous ne l'avez jamais entendu autour de vous ?
Kosa i fé ? Mi ansèv, sansa mi éstop avan ou kri tir ?

58.Posté par Au diable du post 56 le 27/08/2019 10:09

Le problèm, voyé vou, sé la fason don vou zékrivé le patwa kréol.
Randé-vou kont ke si les skolèrs fransé aprené la lang de Molièr de sèt manièr, il seré déstabilizé.
Vou konprené ?
A. Gunet

57.Posté par Au diable du post 54 le 27/08/2019 09:54

J'ai recensé 2 320 mots typiquement créoles.
J'ignore les mots que vous me citez, j'ignore également s'ils sont authentiquement créoles et combien de personnes les utilisent à La Réunion.
En supposant que j'en aurais oublié 100 (ce qui serait énorme !), cela ferait 2 420 mots créoles spécifiques.
Pas de quoi affirmer que notre patois est bien une langue.
A. Gunet

56.Posté par Lodiab le 27/08/2019 01:45

À Jean le Monstre, post 14

Je reviens sur ce que vous disiez à propos de la mort programmée du kréol.
D'abord, tout ce qui nous entoure disparaîtra tôt ou tard et nous avec. Est-ce une raison pour ne pas garder, entretenir le plus longtemps possible ce que nous aimons ?
Ce n'est pas l'école en temps que telle qui sauvera la langue créole, mais les écrits en créole !
Or l'école est un lieu privilégié pour l'apprentissage et la pratique des langues. Au même titre que la poésie et la littérature.

55.Posté par Lodiab le 27/08/2019 01:27

Je profite de l'occasion pour remercier Bertel de vacoa qui, périodiquement et méthodiquement, remet les choses à leur juste place sur ce sujet. Il permet à notre langue de se laver des souillures dont certains voudraient la couvrir.
Rèzman nout langaz lé byin dobout é la pa domin la vèy li lé pou lès solèy marsh si son vant !!!

54.Posté par Lodiab le 27/08/2019 01:15

Oups... Vous avez raison, Gunet, il y un zéro de trop, et je ne parle pas de vous en le disant...
Mais si vous avez répertorié tous les mots créoles dans votre lexique, où sont les mots " bourant " (coup de pied), " zoumin' " (herbe tenace), " tonm katak " (avoir une attaque), "founayé" (fouiner), é tout le bastring (et caerera)... Je pourrais vous en citer des dizaines comme ça !
En réalité, comme votre créole est relativement pauvre, vous décrétez qu'on ne peut pas aller bien loin avec cette langue. Mais vous la sous-estimez largement !

53.Posté par Gérard Jeanneau le 27/08/2019 00:08

R A P E L :

Oui, le créole réunionnais est un patois bien sympathique, comme l’a dit Margie Sudre et comme le pense Armand Gunet, président de l'association "Réagissons". Un joli patois bien sympathique, grand cousin de mon bon patois vendéen, ma langue maternelle si riche en termes médiévaux !

Qu’est-ce qu’un patois ? Avant tout, un langage oral qui se caractérise par la simplification à l’extrême de la syntaxe. Pas de subjonctif dans mon patois vendéen, ni non plus en créole. Conjuguons par exemple ceci : "mi veux ou vien, mi veux li vien, mi veux zot i vien". En plus de l’économie du subjonctif, un gros monstre difficile à dompter, on se passe volontiers de la conjonction "que" et on traîne partout la même forme verbale vien. Ajoutons, pour pimenter ce raisonnement, l’expression "bonbon la fesse". Là, c’est la préposition qui a fondu comme un suppositoire placé "ou sa zot i coné". Même type d’évaporation dans la tournure "lofis la langue" de l’éminent linguiste Axel Gauvin, qui a appris la linguistique en sirotant une tasse de thé !
Et à propos de ce lofis, parlons écriture ! Pourquoi l’écrire ainsi alors que ce mot nous vient du latin "obficium", puis, après assimilation toute logique, "officium". Les deux ff sont justifiés depuis des siècles. Et la finale ce se prononce toujours de la même façon ? Tuer l’origine des mots, c’est tuer les mots eux-mêmes, tuer leur paternité, leur histoire ! Qui dit mieux ? Les soi-disant philologues, sémanticiens et lexicologues, Gauvin, Prudent and C°, sont des révisionnistes péi ! On irait jusqu’à tuer père et mère pour laisser croire qu’on sort de la cuisse d’un ange avec un langage tout nouveau qu'on a pour mission de répandre sur terre, sous les cocotiers ! Pour parodier Boris Vian, ils pourraient dire en choeur : "Cette langue est vraie, puisque je l’ai inventée" !

Et pis, pour pimenter son discours angélique, Axel Gauvin nous chante que le créole est cause d’un gros complexe d’infériorité, et cela dans un gros ouvrage où il s’est appliqué à délayer son idée, comme on le fait quand on veut faire monter sa mayonnaise. Pardon, dame Concision ! En une seule phrase, on peut soutenir le contraire : un langage, quel qu’il soit, ne donne aucune maladie ! Si complexe il y a chez l’enfant, c’est que ce malaise est à trouver dans le milieu familial. Inutile de recourir aux soins d’un Diafoirus linguiste ! Un psychologue fera l’affaire à condition qu’il n’ait pas l’esprit contaminé par ce même malaise !

Ne laissons pas s’échapper trop vite le docteur Diafoirus, spécialiste de la fouére et autres maladies et qui a pour célèbre papa, Molière ! J’étais dans la cour de récréation, dans mon école primaire de Saint-Amand-sur-Sèvre. J’avais six ou sept ans. Le directeur, le Frère Paul, un grand homme, me demande pourquoi mon frère n’est pas venu en classe, et ma réponse a fusé instinctivement en patois vendéen : "La fouére" ! Et il est parti, perplexe, sans rien dire d’autre ! Pourquoi cette perplexité ? L’envie de me corriger et de m’apprendre la langue de Molière ? Le mot diarrhée dont j'ignorais l'existence ? Qu'importe ! En tout cas, il a respecté mon royaume : ma cour de récréation, où l'on parle comme on veut ! Malgré le bruit des bottes allemandes, le patois vendéen et le français de Paris se côtoyaient sans se chamailler, l'un enseigné à la maison et l'autre seulement en classe et chez monsieur le curé ! Et mes vaches étaient bien gardées !

Gérard Jeanneau
La Possession, le 18 octobre 2011

52.Posté par Au post 50 le 26/08/2019 22:14

Non, désolé, je n'accepte de défi que de personnes qui ne se cachent pas derrière un pseudo.
Par ailleurs, si moi, j'ai répertorié moins de 2 400 mots de créole spécifique, je ne vois pas comment d'autres auteurs auraient pu en trouver cinq ou six fois plus.
Je vous informe que l'intégralité des mots créoles contenus dans Baggioni, Armand et Chaudenson sont intégralement répertoriés dans mon Grand Lexique créole.
Le dico d'Armand affiche 15 000 mots, comment pouvez-vous en trouver 150 000 ???
A. Gunet

51.Posté par Bertel de Vacoa le 26/08/2019 17:24

50.Posté par Lodiab le 26/08/2019 16:20

JAMAIS il n'acceptera ! Il a la science infuse .... il est la science ! Lol

50.Posté par Lodiab le 26/08/2019 16:20

Et vous, Gunet, accepterez-vous de répondre à mes questions concernant les erreurs, omissions et illogismes que j'ai relevés dans votre " Grand lexique créole " ?
Vous avez refusé par le passé, prétextant que je m' adressais à vous en "petit-nègre"... Sur une terre qui a connu l'esclavage, bravo !
Aujourd'hui je m' adresse à vous en français. Alors, accepterez-vous de répondre, histoire de démontrer que comparé aux dictionnaires de Honoré (80 000 mots), Armand (150 000 mots) et autres Chaudenson, autant de grandes orgues de la culture réunionnaise, votre lexique de moins de 2400 mots ne se résume pas à un simple petit pipeau..?

49.Posté par Au post 45 le 25/08/2019 20:03

L'ordonnance d'août 1539 de Villers-Côtterets impose l'écriture des actes administratifs "en langage maternel francoys".
Mais dès le XIIIe siècle , les notaires royaux utilisaient le français qui n'était pas miraculeusement tombé du ciel ni n'était la combinaison d'orléanais, normand, picard, champenois etc
Vous n'avez pas été en capacité de me répondre : ce sont bien d'éminents scientifiques qui ont crétinement affirmé que le linceul de Turin était un faux, non ?
Armand Gunet

48.Posté par JORI le 25/08/2019 19:03 (depuis mobile)

45. Jean le monstre. Parce que selon vous tous les linguistes penseraient la même chose?. Pourquoi n'en est-il pas de même pour l'économie ou la politique par exemple ??.

47.Posté par JORI le 25/08/2019 17:40 (depuis mobile)

Et aucun de nos "éminents scientifiques" n''avait prévu la crise de 2008!!!.

46.Posté par JORI le 25/08/2019 17:30 (depuis mobile)

44. Les "éminents scientifiques" disent tout court que dieu existe et que jésus serait son fils.

45.Posté par Jean Le Monstre le 25/08/2019 16:27

Donc les linguistes sont tous des crétins.
Seul Armand GUNET sait.
Point final!

44.Posté par Au post 42 le 25/08/2019 15:48

Monsieur, cela ne vous choque donc toujours pas, après mon post 38, d'écrire que d'éminents linguistes n'aient pas trouvé de traces écrites d'un idiome forcément uniquement parlé ?
Ne sont-ce pas d'éminents scientifiques qui ont crétinement affirmé que le linceul de Turin était un faux du Moyen-Age ?
Il faut croire que le bon sens le plus élémentaire manque cruellement à ces pseudos scientifiques dont je me glorifie de ne pas en faire partie !
Ce sont également d'éminents universitaires rénioné ki on déklaré ke le patwa kréol été une lang totalman étranjèr au fransé
Permettez-moi de me désolidariser de ces pseudos scientifiques de la linguistique qui vont essayer toute une vie de prouver qu'un idiome oral n'a pas eu de traces écrites et que, par ce fait même, il n'a pas existé.
Armand GUNET

43.Posté par Jean Le Monstre le 25/08/2019 15:10

Deux autres commentaires d'origine différente, mais toujours pas de dialecte parisien (ou de patois, ou de langue vernaculaire, ou d'idiome, ou etc.) !

(Revue de Linguistes de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense).
Tout au long du XXe siècle, le terme francien, bien qu’évité par la plupart des dialectologues, a été largement utilisé dans les manuels d’histoire de la langue (…).
Lorsque, à la fin du XIXe siècle, la grammaire historique a fait prendre conscience de la diversité diatopique du français au Moyen-Âge, le prestige de la capitale parisienne était tel que certains grammairiens ont développé l’idée que le français moderne ne pouvait être issu que du dialecte parisien et pour corroborer leur idée ont inventé le francien.(...)
Or, le mot francien n’apparaît dans aucun texte français du Moyen-Âge, où il est en revanche régulièrement question du picard, du champenois, du normand ou du poitevin. En réalité, le terme «francien» est un mot valise pour ‘français ancien’ inventé à la fin du XIXe siècle. Et si nous retournons à la carte des dialectes français du Moyen-Âge, nous constatons que le francien n’y est pas représenté.

Mescladis e còps de gula
(blog dédié aux cultures et langues minorées en général et à l'occitan en particulier.)
Ordonnances de 1539, François Ier aurait explicitement prohibé l’emploi juridique des langues régionales, ce qui ne résiste nullement à une analyse historique un tant soit peu sérieuse. Il en va de même de cette autre légende, selon laquelle le français serait, depuis l’an 1000 ou peu s’en faut, la langue de Paris et de l’Île de France, région qui en serait le berceau, où il aurait acquis d’emblée sa pureté et sa perfection essentielles ; son lieu primordial et unique de diffusion. Cette légende, réduite généralement à l’idée selon laquelle le français serait, depuis toujours et par vocation, la langue de Paris, la langue de la domination parisienne, est prise pour argent comptant par beaucoup de ceux qui dénoncent le sort fait aux langues régionales. Ils y voient une sorte de preuve du destin centralisateur et tyrannique du français.

Pensez-en ce que voulez, mais évitez de vous exprimer sans avoir pensé.

42.Posté par Jean Le Monstre le 25/08/2019 13:41

Monsieur, vous êtes méprisant pour les linguistes qui ont travaillé et travaillent toute leur vie pour étudier l'origine du Français.
Votre tigre et votre léoparde sont peut-être chattement soutenables, mais linguistiquement insensés.
D'autre part ce n'est pas moi qui ai ces interprétations "d'une imagination débordante", bien que j'aie suffisamment de connaissances en linguistique, mais je me contente de vous reproduire ce que je trouve de plus récent sur internet et certifié par des linguistes. Vous aussi pouvez le faire !
Mais si vous en savez plus, tant mieux ! Publiez, publiez ! bien sûr avec des arguments qui ne dépendent pas seulement de vos impressions, avec des arguments linguistiques.
Et cependant le patois d'Île de France restera une illusion !

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Septembre 2019 - 11:34 Good luck mister Gorsky