MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à nos décideurs


Par Dr Kathia CADINOUCHE Médecin de terrain, régulatrice SAMU. - Publié le Dimanche 22 Mars 2020 à 22:44 | Lu 1115 fois

La Possession, le 22 Mars 2020


Mme La Sénatrice, 
Mr le Président du Département, 
Mmes, Mrs les élus 

Mmes, Mrs les forces vives de notre île 

La vague meurtrière arrive, les institutions sont sourdes ou défaillantes, et notre peuple tout entier est pétrifié devant l’incurie du discours étatique. 

Un drame est en train de s’écrire sous nos yeux, nous ne savons sans doute aucun, que nôtre île se réveillera dans l’incrédulité, la stupeur et les larmes. 

Actuellement, peu importe les raisons qui ont mené à ce désastre sanitaire qui est à l’œuvre – le temps viendra -, nous, soignants, hurlons à vos oreilles de nous venir en aide. 

Cette pandémie étant un événement de l’ordre de l’impensable, nous mesurons tous les jours la difficulté de notre population, des autorités, et des acteurs de terrain à en prendre l’entière mesure. 
Médecin généraliste de base, régulatrice au SAMU depuis 2003 , j’ai œuvré très tôt et de toutes mes forces au renforcement de la régulation libérale au SAMU , en soutien au débordement prévisible de nos collègues hospitaliers , message qui a mis un certain temps à être entendu , mais qui l’est enfin , et ce , avec un total engagement des médecins libéraux régulateurs .

Nous pouvons observer ce même processus d’incompréhension et de déni à l’œuvre au sein de toute la société, tant ce qui nous arrive dessus est inimaginable. 

La Réunion, et Mayotte plus encore que nous devons porter avec nous, protéger, est un territoire unique, magique, intense, mais tellement loin de tout, avec une telle pauvreté, précarité, promiscuité, et avec des comorbidités si nombreuses, une population si souvent cruellement démunie, que nous pouvons nous attendre à des taux de mortalité plus élevés que ceux en métropole. 

Nos gramounes, déjà éprouvés par une vie de misère, invisibles pour beaucoup, aux yeux de tant, mais qui sont d’une telle richesse intérieure, nos piliers, nos racines, notre lien fragile avec un passé si récent, en dépit des efforts de nos élus, seront les premiers à payer le prix de l’incurie de cette politique de santé. 

Au milieu de nos gramounes, nous retrouverons des femmes, des hommes, peut-être hélas quelque uns de nos enfants et toute notre chaîne de soignants dévoués à leur mission; nous retrouverons les pompiers, les forces de l’ordre et tant d’autres corps de métier dont nous devons prendre compte avec le même engagement .

Considérant les prises de positions de ce jour de l’ARS et la continuité de la gestion du peu, 
Considérant la question des masques distribuée au compte-goutte et ce en dépit de promesses à venir ;
Considérant qu’il est toujours urgent d’élargir notre vision et la prise en charge TOTALE des soignants en première ligne, qui ne peut se limiter à quelques masques ;
Considérant que la sécurité des soignants en ville n’est toujours pas assurée ; 
Considérant que l’appel lancé sur les médias pour que le privé et les élus nous soutiennent dans l’urgence est en train d’être entendu ;
Considérant que l’épidémie flambe et que nous avons fort peu de temps ;
Considérant que nul n’a pris en compte les besoins de l’ensemble de la chaîne ;

Nous, soignants de base, avons collecté les remontées des transporteurs sanitaires, des taxis, des ambulanciers qui sont des maillons essentiels de la chaîne de soins, ainsi que ceux des IDE sur le terrain, et des libéraux, de façon spontanée et informelle 

Rassemblés en un collectif informel, mené par les professionnels de terrain, nous avons établi les besoins de l’ensemble de la chaîne pour traverser de façon la plus sécurisée possible ce premier mois d’épidémie à venir; nous avons les fournisseurs, l’intermédiaire, et la logistique pour faire venir à La Réunion l’ensemble des fournitures dont nous avons encore besoin, à savoir les masques FFP2 si indispensables à l’hôpital et devenant subitement inutiles en ville ou alors « 3 par jour », les gants, charlottes, visières, surblouses, désinfectants, etc. 

Nous aurons encore à nous organiser en particulier, pour les besoins en oxygène des ambulanciers, des centres COVID dédiés que nous avons commencé à ébaucher sur une partie de l ‘île.

Aussi, Mme La Sénatrice, Mr le Président du Département, Mesdames et Messieurs les élus, vous toutes les forces vives de notre ile, qui vous manifestez depuis notre appel sur les ondes, mais aussi depuis avant.

Nous vous sollicitons pour prendre en charge EN TOTALITE cet effort de guerre que nous menons de tout cœur et en pleine conscience des risques, et que vous ne sauriez nous imputer. 

Nous avons fait sauter les verrous étatiques en quelques jours et avons été entendus par Mr le Préfet.

Nous avons tous ensemble infléchi la politique de l ‘ARS, mais ce n ‘est pas suffisant.

Il nous reste à organiser en extrême urgence le maillage du territoire, en facilitant la création de centres COVID dédiés et les initiatives de terrain, la prise en charge à domicile des patients que l’hôpital saturé ne pourra prendre en charge. Nous avons commencé à recenser et mobiliser l’ensemble des prestataires de soins à domicile. 

La communauté des Soignants s’est mise en ordre de marche de façon incroyablement accélérée aujourd‘hui, le phénomène s’amplifie grâce à ces âmes vaillantes et invisibles qui couvrent notre territoire, et nos propositions ont été ce jour reprises mot à mot à la télévision ce jour par Mme Bareigts:  il faut croire que nous sommes entendus au-delà de nos groupes de travail...

Aujourd’hui, toutes et tous ensemble, nous avons concrètement obtenu la mise à disposition à La Possession du gymnase Daniel Narcisse pour la mise en place d’un centre COVID dédié; nous avons été entendus sur le territoire du Port (Halle des Manifestation); nous sommes en contact avec la mairie de St Paul pour investir les locaux de GM dès que le CHOR aura donné son accord. Nous avons été entendus par Mr Gonthier de Bras Panon qui se met à notre disposition, et par le cabinet de Mr Melchior. Nous avons commencé à réfléchir avec leurs forces vives à l’organisation ambulatoire de Cilaos.

Le temps nous a manqué pour continuer ainsi à étendre la mobilisation, mais nombre de nos confrères comme SOS St Pierre et beaucoup de cabinets de ville sont déjà parfaitement organisés. 

Nos soignants s’organisent sur les bassins de vie, sublimant tout clivage, toute appartenance syndicale pour continuer à prendre en charge notre population. Ce n’est que le début de notre combat, nous avons à établir des liens solides ville hôpital, mobiliser nos spécialistes, les kinés, créer des chaînes de prise en charge des patients COVID suspects de phase 3 sur tout le territoire. 

La consigne de Mme Ladoucette (Directrice Générale de l’ARS) indiquant à nos patients de ne plus aller dans les cabinets de ville, alors qu’un examen clinique peut s’avérer nécessaire, continue de témoigner de la déconnexion totale de la réalité du terrain et des besoins de nos patients. Si la téléconsultation est un outil, elle n’est pas toujours une solution.

Nous nous levons donc pour faire rempart de nos vies à ces inepties, et nous vous le redemandons : entendez notre appel dans sa totalité !! 

Je transmettrai dans les heures à venir au Département et à Mme La Sénatrice l’évaluation chiffrée de nos premiers besoins. Nous nous organiserons avec nos URPS qui sont au travail, pour la répartition intelligente et sécurisée du matériel ainsi acheminé dans l’urgence. Nos URPS prennent le relai, mais en nous entendant, ce jour, Mesdames et Messieurs les décideurs, les puissants, vous, la société civile, vous nous aiderez comme un seul corps à faire barrage à l’épidémie, et à sauver toutes ces vies qui nous sont si chères. 

Toutes et tous, rejoignez-nous, nous sommes en train de créer quelque chose d’immense, de vivant, d’inédit qui redessine les territoires, dépasse les corporatismes, fédère les bonnes volontés ; la mobilisation incroyable, la beauté et la générosité de nos soignants transcende la menace. De toute notre vigueur, de toute nos forces, nous ferons rempart, pour vous sauver et vaincre. 

Soyez des nôtres …

Nous tenons vos vies au plus près de nos cœurs, comme vous tenez les nôtres en vos mains. 

Au nom des centaines et milliers de soignants anonymes de l’Ile de La Réunion, et en n’oubliant pas Mayotte dans nos préoccupations, MERCI.




1.Posté par La télé rend fou le 23/03/2020 07:14 (depuis mobile)

Y en a qui s’écoute et se voit trop beau. Y en a qui profite de la crise pour faire parler d’eux. Y en a qui font leur boulot et n’ont pas besoin de comique mais juste qu’on les aide. La télé rend fou et certaines sont frappées par ce syndrome.

2.Posté par Nivet le 23/03/2020 08:46

Bravo !

A.N.

3.Posté par République le 23/03/2020 09:02

En cette période difficile que vit la France et la Réunion, et bien d’autres pays du monde, il est à craindre que certains n’aient une envie de saisir ces circonstances dramatiques pour élargir leur habituelle stratégie de déstabilisation des instances officielles, même s’ils prennent soin d’aligner de vrais manquements des décideurs pour faire face à une épidémie qui secoue beaucoup de pays du monde. Oui, il faut essayer de tout prévoir, même s’il n’est pas facile de le faire… À se demander si dans d’autres circonstances, telles que la chute d’un bolide venant de l’espace sur la terre (cela s’est déjà produit, par exemple dans les forêts nordiques de la Russie, par exemple), ou d’un déchainement volcanique avec de grands séismes (la probabilité n’est pas nulle), les mêmes ne s’appliqueraient pas à mettre en place leur stratégie habituelle – les autorités en place n’ont rien prévu, il ne faut pas rater l’occasion de les déstabiliser politiquement, y compris dans le champ départemental. Notre technostructure de santé est lourde, un peu trop fonctionnarisée, des manquements pèsent toujours, il faut les signaler et faire des propositions pour mieux résister. Et même proposer la mise en place des structures d’évaluation pérennes, tout en sachant bien que les chiffres peuvent être contestés, mais que l’approche scientifique est incontournable. Et c’est un débat inévitable qui doit s’appuyer sur une pédagogie constante en direction de l’opinion. Mais monter des « collectifs » fussent-ils informels, tisser des liens avec les différentes catégories professionnelles de santé, rechercher un élargissement de l’opération, y compris avec certains élus, et déclarer une stratégie de « prise en charge totale de cet effort de guerre », cela revient à créer un COVID-politique en vue de déstabiliser notre démocratie. Une épidémie, ça suffit !

4.Posté par La télé rend fou le 23/03/2020 14:49 (depuis mobile)

A Nivet: Bravo à moi ou à ce texte promotionnel de Sainte Cadinouche ?

5.Posté par SITARANE le 23/03/2020 15:21

Depuis quelques jours, tous les intervenants du monde de la santé ne font que geindre, et depuis quelques mois, ils ne font que de se plaindre................Nous sommes aussi saturés , agissez au lieu de vous mettre en avant................

6.Posté par Janus le 24/03/2020 08:23

Je n'ai pas tout compris à ce message ...

Pourquoi ne s'adresser qu'a une seule sénatrice ?
Savez-vous Docteur qu'il existe d'autres sénateurs à La REUNION ?
Pourquoi ne pas vous adresser à nos députés, qui sont sensés être des "hommes", ce qu ne sont pas les sénateurs ?

"Soyez des nôtres" nous dites-vous ... Je croyais que nous étions déjà tous ensemble dans la difficulté ...

Votre message manque de clarté et finit par en perdre son sens ... C'est dommage.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes