MENU ZINFOS
Communiqué

Lettre ouverte à Monsieur le procureur général près la Cour d’appel de St-Denis de La Réunion


L'UJA (Union des jeunes avocats) répond au procureur général près la Cour d'appel de Saint-Denis, suite à la conférence de presse tenue vendredi dernier concernant la grève des avocats.

Par Zinfos974 - Publié le Vendredi 28 Février 2020 à 11:29 | Lu 587 fois

Lettre ouverte à Monsieur le procureur général près la Cour d’appel de St-Denis de La Réunion
Monsieur le procureur général,

La croyance selon laquelle le mouvement qui anime actuellement l’unanimité des barreaux de France procèderait d’une vulgaire « prise d’otage » orchestrée pour la satisfaction d’un intérêt catégoriel « au détriment de ceux qui attendent plus de la justice » provient, pour paraphraser NIETZSCHE, soit d’une mauvaise vue, soit d’une mauvaise foi.

La première se corrige, la seconde se combat.

Vous comprendrez, à la lecture de ce qui suit, le parti choisi par l’Union des Jeunes Avocats du Barreau de Saint-Denis.

Epouser la profession d’Avocat, c’est embrasser une vocation ; dédier sa vie à une charge exigeante, difficile, quasi-sacerdotale. Cela ne se fait pas, Monsieur le Procureur général, sans être animé par l’idéal de Justice ; idéal que nous avons l’honneur de ne pas confondre avec une logique tristement comptable, et déshumanisée, de l’œuvre de justice.

Alors que vous déplorez par voie de presse la dégradation de vos précieuses statistiques, les barreaux de France luttent pour la survie d’une profession qui – ne vous en déplaise – constitue un rouage essentiel de notre démocratie en garantissant à tout un chacun, quelle que soit sa situation de fortune, la faculté d’accéder à ses juges pour faire valoir ses droits.

Il n’est de bonne administration de la Justice sans avocat et nous croyons pouvoir dire que l’essentiel des magistrats du ressort l’a compris en accédant massivement – ou en ne s’opposant pas – à nos demandes de renvoi.

Tout ceci en parfaite conscience des enjeux et quoiqu’il nous en coûte, à tous.

Car cette grève, quelles qu’en soient vos arguties sémantiques sur le sujet, serait nécessairement vouée à l’échec sans le concours déterminant des magistrats et greffiers de France.

Nous osons ici espérer qu’ils ont en l’occurrence compris que « l’essentiel est en cause » ainsi que le rappelait le Président de l’Union Syndicale des Magistrats en 2011 lorsque, concédant que les magistrats n’avaient pas le droit de grève, il justifiait toutefois leur décision de renvoi systématique des audiences, dans le contexte de l’affaire dite de Pornic, par l’impérieuse nécessité de se « faire entendre » par le Président de la République.

Un petit rappel de son propos nous paraît à ce stade utile :

« Le renvoi généralisé des audiences, qui pénalise nécessairement les justiciables, peut paraître comme une mauvaise solution, mais nous n’en avons pas vraiment beaucoup d’autres pour faire comprendre au président de la république que trop, c’est trop ».

Le Barreau s’était alors dressé, aux côtés des magistrats et greffiers, pour défendre l’essentiel.

Il n’en va pas autrement aujourd’hui et, comme par le passé, nous entendons lutter contre « le rouleau compresseur démagogique » que vous semblez résolu à mettre en œuvre en relayant les éléments de langage du Garde des Sceaux quant à l’absence de légitimité de notre protestation au moyen, si besoin, d’allégations parfaitement mensongères.

La présidente du Tribunal Mixte de Commerce a ainsi pu confirmer que les affaires dont elle a charge sont effectivement renvoyées, comme toutes les autres.

Notre grève n’a ici pas vocation à léser les justiciables les plus vulnérables à l’avantage des plus fortunés. Elle tend au contraire à permettre aux premiers d’être toujours accompagnés en dénonçant la violence infligée à l’économie de nos cabinets. Les inquiétudes de la profession sur le sujet, quoique vous en disiez, correspondent à la stricte réalité.

Notre grève ne tend pas davantage à saboter l’institution judiciaire. Elle sert au contraire à mettre en lumière la situation de déshérence absolue dont nous sommes, depuis trop longtemps déjà, les témoins silencieux et impuissants.

Il eut été heureux que l’entorse évidente que vous avez choisi de porter à votre devoir de réserve, en stigmatisant publiquement notre action en termes pour le moins indélicats, vous conduise également à dénoncer la pénurie dont l’institution souffre depuis des décennies.

Mais il est vrai qu’il n’y a point de courage sans indépendance.

De courage, le jeune Barreau de Saint-Denis n’en manque pas. Pas davantage que d’indépendance.

Soyez donc assuré, que c’est en parfaite connaissance de sa déontologie et des enjeux, qu’il persistera dans sa lutte pour conserver l’honneur d’exercer la profession au bénéfice de tous les justiciables, ceci avec conscience, indépendance et humanité.

Quant à notre dignité, nul ne nous l’enlèvera, pas même les propos consistant à tourner nos actions en dérision ou à nous assimiler à des « rigolos ». Ces propos pourraient d’ailleurs être interprétés comme traduisant une absence totale de considération pour la profession, au déport du devoir de respect et d’attention dû aux auxiliaires de justice que nous sommes.

La déontologie et le respect ne vont pas à sens unique.

Nous ne doutons pas que vous en conviendrez et appelons donc de nos vœux le maintien des relations de confiance, de respect mutuel et de solidarité qui concourent, plus que les statistiques, à l’œuvre de justice.

Ceci étant dit, veuillez recevoir, Monsieur le procureur général, l’assurance de notre vigilante considération.




1.Posté par Papapio, "Pères Amor" le 28/02/2020 12:35

Franchement, c'est très bien écrit, et très bien argumenté. Imparable pour tout dire.

les 90% de Pères et leurs Enfants sacrifiés de Genre aux JAFs, sous le silence complice de toutes les Professions qui en vivent, auraient aimé la même implication dans leurs dossiers, et surtout AUTANT la même DEONTOLOGIE exemplariste...

Mais la, on peut pas dire qu'on ne vous ai jamais entendu dénoncer publiquement notre sort, qui vous importe si peu, au regard des 60% de chiffre d'affaire du Tribunal Civile qu'il représente...

Mais quand on crie a la Parité (Légitime par ailleurs) y/c imposée dans les listes électorales, mais qu'on maintien cette situation sous silence complice et rémunératrice, on reste en phase avec sa déontologie ?

Vraiment ?!
réveillez vous, un jour ce seront VOS Enfants qui seront "vendus dans les TGI aussi" , et la votre retraite, vous vous en foutrez comme de votre première Robe...

2.Posté par justedubonsens le 28/02/2020 19:00

S'il est bel et bon l'argumentaire de ces jeunes avocats, ils devraient savoir que sagacité ne rime pas avec longueur.
Aussi pour être lu entièrement il faut éviter les redondances, l'exercice ici en est comble !
Ceci dit il est effectivement déplorable pour un magistrat tel que le PG d'employé des termes aussi réducteurs pour une juste cause. Sans doute que son traitement actuel lui laisse augurer d'une pension confortable et peu encline à le laisser sur la paille d'ici peu. Et puis en bon serviteur il est de son rôle (obligation ?) de porter la bonne parole.
Jeunes avocats n'abandonnez pas puisque les caisses de nos élus si grassemnt traités ne sont pas, elles, remises en cause !

3.Posté par Jambrosade le 29/02/2020 05:41

Arrêtez de dire que les pauvres sont aussi bien défendus que les riches. Arrêtez de dire que vous mettez autant d'ardeur dans un dossier ARAJUFA et dans un dossier d'un riche judiciable. En réalité vous défendez votre corporation et vous voulez garder des privilèges d'un autre temps.

4.Posté par joe le 29/02/2020 10:56

quand on est obligé de compter sur l'aide judiciaire pour se défendre,on doit se mettre en tête que l'avocat désigné ne consacrera que peu de son temps à notre dossier. j'ai mon dossier de divorce qui traîne en longueur depuis 2017. durant tout ce temps je n'ai eu de contact avec mon avocat que 4 ou 5 fois et pendant à peine 10 minutes à chaque fois.alors, non, les pauvres ne sont pas aussi bien défendus que les riches et encore moins si en face il y a un nanti en face qui peut payer 1 grand cabinet pour le défendre.

5.Posté par Jeanneau le 01/03/2020 12:20

L'avocat de service rédige de belles phrases, fait ses effets de manche et trace donc dans le ciel azuréen de grands zéro, mais il ne va pas au fond du problème : sa caisse autonome où se trouve amassée une jolie somme qui annonce une mirifique retraite. Silence absolue ! Une somme amassée grâce à une charge quasi-sacerdotale exercée auprès des justiciables. L'apôtre de service fait grève, comme ses confrères et consoeurs, pour garder le trésor. Mais c'est une grève où il ne perdra pas le moindre centime : les affaires sont interrompues, mais elles reprendront. Les justiciables verseront tôt ou tard à leur avocat respectif leur petite obole, comme on sait la verser au denier du culte, religieusement.

Pour l'instant - appelons un chat un chat - les justiciables sont bel et bien pris en otage. Voilà qui a été dit sans effet de manche.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes