MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lettre de Saint-Paul aux Réunionnais


Par Georges POTOLA (Donald) Fondateur du collectif BAC+974 - Publié le Lundi 16 Mars 2015 à 21:14 | Lu 502 fois

le temps de l’espérance

Lettre de Saint-Paul aux Réunionnais
Chers amis, la campagne électorale bat son plein, les voitures sonos sillonnent les quartiers, les réunions s’enchainent, c’est le temps de l’espérance, demain sera peut être meilleur.
Un ami candidat m’a invité à sa réunion publique, sur place, la sono débitait un séga, les sympathisants étaient présents, l’ambiance était bonne, les gens tapaient dans leurs mains, d’autres discutaient, ils étaient tous là, debout, pleins d'espoir.

Soudain, une agitation, quelques voitures, voilà le candidat, celui qu’ils attendaient, celui pour lequel ils vont voter, lui accorder leurs confiances pour 6 ans. Le premier orateur prend la parole sous les applaudissements, je n’écoutais plus, je me parlais à moi-même, je me posais des questions. Combien parmi cette foule ne travaillaient pas ? Combien attendaient un logement ? Combien vivaient du RSA ? Chaque semaine, je reçois un certain nombre de nos concitoyens et connaissant la situation financière de nos collectivités, les difficultés de nos entreprises, je dis alors, oh! mon Dieu! viens à notre aide, aidez-nous à nous entendre, à trouver une solution pour tous ces gens qui sont présents ici ce soir, pour la Réunion …

Voilà, bientôt 4 ans, que je me bat, que j’interpelle les représentants de l’état sur la situation de nos chômeurs, de nos jeunes, de nos ainés retraités isolés qui vivent dans la misère. Je quémande, je supplie, je me fais jeter, on m'humilie, je me rabaisse, mais, je ne lâche rien, je m’accroche à ceux qui ont le pouvoir, les politiques, les acteurs économiques, pour une aide d’urgence ou encore pour décrocher un contrat pour les plus fragiles qui viennent me voir. Je ne suis ni élu ni candidat, et je ne souhaite pas être, une seconde à leurs places. Peut-on rester insensible aux souffrances de ceux qui nous entourent?

De plus, dans les médias, il y a cette info 74 000 emplois détruits en France en 2014 dans le secteur marchand, je cherche un coupable, un nom, un visage impossible dans ma tête tout est confus, embrouillé, j’entends même plus le discours du deuxième orateur, ma mémoire remonte au 21 avril 2002 Jospin battu par le front national au 1er tour et pourtant la France n’allait pas si mal à cette époque, tous les pays industriels ont connu l'effet "an 2000" avec sa formidable croissance, le bilan de Jospin était très positif, jamais un gouvernement n'a présenté un tel bilan en fin de mandat, jamais un Premier ministre à fait la totalité d'une mandature:

Tous les comptes sociaux étaient équilibrés ou excédentaires y compris les caisses de retraite ainsi que la balance de nos échanges le chômage avait baissé comme il n'a jamais baissé depuis 30 ans, et l’activité économique de la France était la meilleure des pays européens.

Mais nous les Français, nous n’avons pas voulu entendre le mot réforme, alors même qu’il fallait profiter de cette embellie conjoncturelle internationale pour réformer.
Je me dis c’était la faute du gouvernement de l’époque pas assez courageux, les syndicats qui menaçaient de faire grève, nous les citoyens nous avons cru que la fête allait durer, comme les paroles de cette prière "c’est ma faute, c’est ma très grande faute, c’est pourquoi je supplie… ", je supplie qui?

Je supplie tous les élus de notre Département de s'assoir autour d’une table sur un véritable projet pour la réunion. Tout est encore possible, un tonner d’applaudissement me ramène dans le meeting, le maire arrive on applaudi la sono est à fond, j’ai un pressentiment, j’appréhende de ce qu’il va dire que va-t-il raconté? il prend le micro, il dit sa joie d’être la ce soir malgré son emploi du temps bien chargé, me voilà rassuré…et tout à coup il lâche un chiffre que la plupart des gens n’ont même pas fait attention, 400 logements prévus cette année alors que la demande s’élève a plus de 7000. Lui le maire, il est en première ligne, sur le front, il sait les conséquences de cette négligence de l’état, il sait que le pire est devant nous, il appelle les électeurs à se mobiliser pour faire réagir le gouvernement, nos parlementaires.

Je retombe dans mes pensées, je revois cette dame que j’ai reçu ce matin même, qui dorme dans sa voiture avec son bébé, de cette famille mahoraise qui vit dans des conditions indignes d’un pays tel que la France ou encore ce dossier 24 personnes entassées dans un 3 pièces. Tous s’enchainent dans ma tête le chômage, le mal de vivre de ce jeune de 26 ans qui me parle du suicide, d’un monde meilleur, de cette mère qui travaille et n’arrive plus à joindre les deux bouts étranglé par les impôts.

Mes chers amis quand les sonos se seront tu, quand les élus seront en place le défi à relever sera énorme et la tache difficile, mais pas impossible. Quant à notre collectif nous continuerons à lutter pour une société plus juste et humaine, nous n’aurons pas d’autre choix que la révolution.

Georges POTOLA (donald)fondateur du collectif BAC+974



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes