MENU ZINFOS
Océan Indien

Les tests Covid-19 en vigueur dans les aéroports : Madagascar et l’Inde concernés


Le dispositif a débuté hier dans les aéroports français. Les ressortissants français venus de 16 pays doivent présenter un test négatif, sans quoi les tests seront effectués à l’aéroport.

Par Aurélie Hoarau - Publié le Dimanche 2 Août 2020 à 15:28 | Lu 1738 fois

Les passagers en provenance de 16 pays, jugés à risque, devront présenter des tests Covid-19 négatifs à leur descente d’avion, sous peine de se faire dépister à l’aéroport. Le dispositif a été étendu à l’ensemble des aéroports français depuis ce samedi 1er août.


Cette obligation concerne les passagers venant d'Afrique du Sud, d'Algérie, du Bahreïn, du Brésil, des Émirats arabes unis, des États-Unis, de l'Inde, d'Israël, du Koweït, de Madagascar, d'Oman, du Panama, du Pérou, du Qatar, de la Serbie et de la Turquie. Les frontières étant fermées avec ces pays, seuls les ressortissants français ou des citoyens de ces pays qui disposent d'une résidence stable en France auront le droit de voyager vers la France.

Les passagers ne présentant pas ces tests seront dépistés à l’aéroport, avant de poursuivre leurs voyages. En cas de test positif, les voyageurs seront contactés par les autorités sanitaires et entreront dans le dispositif de "contact tracing". En cas de «violation des interdictions de se déplacer», une amende de 135 euros est prévue.




1.Posté par Zarin le 02/08/2020 17:21

Le vrai visage du Covid-19 : une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire

"La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. " (Florence Scovel Shinn)

2.Posté par mugabé le 02/08/2020 18:41

VIEUX MOTARD QUE JAMAIS

3.Posté par Tonton le 02/08/2020 23:48

La dictuature s'installe/.

4.Posté par parlamer le 03/08/2020 21:15

Appel des médecins et chirurgiens pour la levée du plan Blanc

L’académie de médecine[17], le BLOC[18] et autres représentants des chirurgiens de France ont adressé des mises en garde aux plus hautes autorités de l’Etat.

« Nous constatons chaque jour et de plus en plus l’aggravation des morbidités et de la mortalité des malades non COVID. Les patients présentent des états aggravés avec des retards diagnostiques et thérapeutiques lourds de conséquences. Toutes les spécialités médicales sont concernées ». Edicté pour lutter contre le risque COVID19, le plan blanc a maintenant des effets délétères pour la santé publique, alors même que l’épidémie est presque éteinte sur une grande partie du territoire. Son rapport bénéfice/risque est devenu catastrophique ». En vain.

Depuis le confinement, en trois mois, 90000 nouveaux cancers auraient dû être diagnostiqués et traités et ne l’ont majoritairement pas été. Alors que depuis des années, l’institut National du Cancer, la Haute Autorité de Santé et la ligue contre le cancer n’ont de cesse de rappeler l’importance cruciale des traitements précoces « plus un cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes » et qu’ils prônent sans arrêt tous les dépistages des cancers.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes