MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Les témoignages architecturaux de la commune de St-Leu


Comme hier, la commune de St-Leu poursuit P’tit pas à P’tit pas son chemin du développement, tout en gardant précieusement dans sa mémoire et des lieux, les empruntes de son passé que nous héritons. Autrement dit, bien ancrée dans le présent mais résolument tournée vers l’avenir.

Par Jean Claude COMORASSAMY - Publié le Mardi 19 Mai 2015 à 17:32 | Lu 833 fois

Les témoignages architecturaux de la commune de St-Leu

Ainsi, les archives qui ont été ma source indispensable à cet écrit, nous racontent que durant des décennies, la localité s’appelait " Boucan Laleu " puis " Repos Laleu ". La raison de cette modification, c’est que la Compagnie des Indes a jugé " inconvenant " le nom de " Boucan ". Il fut changé et on l’appela par la suite " Repos Laleu ", nom d’un certain Sieur Laleu. Mais ce n’est qu’en 1776 que l’endroit fut dénommé Saint-Leu, mais tout en faisant parti de la commune de St-Paul.

Par la suite, St-Leu a choisi de couper le cordon ombilical avec St-Paul pour accéder à une entité administrative propre et à part entière, en donnant naissance enfin à la commune de St-Leu, officiellement en 1790.

Toutefois, malgré que Saint-leu ait toujours été connu comme un endroit très ensoleillé et d’une étendue de savane bien sèche, sa terre était riche et fertile en saison des pluies. D’ailleurs, son sol était dévolu en grande partie à la culture. C’est ainsi que les plantations du café et du coton furent préconisées par la Compagnie des Indes, avec la création des entrepôts de la Marine pour stocker la marchandise. Ainsi, certains bâtiments sont encore bien visibles à côté de la mairie et à l’entrée de la ville : l’office de tourisme est un ancien magasin qui a servi d’entrepôt, comme l’ancien magasin du Roi construit vers 1770, puis devenu hôtel de la poste ou encore la Mairie et les bâtiments aux alentours, témoignent la période prospère de café, coton puis le sucre de la canne.

Cependant, afin de se protéger des conflits avec les anglais en 1809, les cultures seront mises entre parenthèses, et la population se dévouera à la défense de St-Leu, en surveillant les tentatives de débarquement des anglais dans la baie de St-Leu , qui ont été repoussées à l’aide des batteries de canon, installées au dessus de la Ville (batterie des Sans-Culottes) ainsi qu’une vigie dans le domaine de Colimaçon pour se défendre des attaques ou des abordages des navires anglais. Aujourd'hui, ce domaine qui a appartenu à la famille De Chateauvieux a été racheté par le Conseil Général, devenu par la suite Conservatoire National Botanique de Mascarin. Des lieux à St-Leu, qui font partis des sites touristiques presqu’incontournables, comme beaucoup d’autres.

Mais, la commune St-Leu connaitra encore une multiplicité d’épreuves de natures différentes durant son histoire avec même des cyclones dévastateurs ou des graves inondations de la Ville…. Se sera d’abord la révolte des esclaves de novembre 1811, un petit groupe s’est levé contre l’esclavage, à sa tête l’esclave Elie. Puis, se sera la terrible épidémie de peste et choléra de 1859, qui fit des milliers de morts à la Réunion. D’ailleurs, le curé de St-Leu de l’époque, le père Sayssac devant le grand danger de l’épidémie, promit d’ériger une chapelle en haut de la falaise, si sa paroisse était épargnée. Vœu exaucé, puisque la Chapelle de notre Dame de la Salette fut construite pendant l’épidémie et fut bénie par la suite. Ainsi, un petit sentier pavé permettait d’arriver à la chapelle mais aussi jusqu’à le chemin Diale à l’Etang. (La commémoration de notre Dame de la Salette se fait chaque année le 19 septembre avec un pèlerinage le plus réputé de l’Île).

Puis, se sera l’inauguration en 1882 du chemin fer, une ligne de St-Denis à Louis en passant à la gare de la ville de St-Leu, toujours visible (l’actuel poste au front de mer) avec trois grands ouvrages d’une quarantaine de mètres de hauteur, construits en moellons en forme de voûtes d’environ un mètre d’épaisseur, demeurent des monuments architecturaux majeurs (la petite Ravine et la Grande Ravine ainsi que la Ravine des colimaçon près du Kélonia).

Au final, notre héritage patrimonial est tellement riche, du conservatoire Botanique du Mascarin, la Ferme de Kélonia à côté du pont en moellons ayant servi de voie ferrée sur la Ravine des Colimaçons, la Batterie des Sans-culottes, le magasin du Roi ainsi que les nombreux entrepôts de la Marine, avec la gare ferroviaire de l’époque, le sanctuaire de notre Dame de la Salette, le four à chaux Meralikan, le Musée de sel de la Pointe au Sel pas loin des souffleurs aux nombreux jets d’embruns sous les coups de la houle, le Musée de Stella à côté l’ancien temple Tamoul et de la Distillerie, un peu plus distant la grande Cheminée gravée 1887, ancien vestige de l’Usine du Portail ….C’est une partie du patrimoine que la commune possède sur son territoire que des Femmes et des Hommes d’hier et d’aujourd’hui l’ont façonnés d’une certaine manière de leurs mains.

Ainsi, on sait qu’à présent et à travers ces témoignages architecturaux de l'époque, l’histoire des lieux et des hommes, que la commune de St-Leu recèle encore des petits trésors, qui font précisément cette singularité de la Ville, qui mérite un nouveau regard.

Jean Claude Comorassamy
 




1.Posté par maçonnerie le 19/05/2015 21:59

faudrait juste mettre en valeur nombre de ces "vestiges"..plutôt que de les laisser pourrir dans l'attente, pour certains d'entre eux, de projets immobiliers..

2.Posté par John le 20/05/2015 11:50

Malheureusement, est venu ternir l’image de St-Leu le clown Thierry Robert !
Autant, auparavant j’étais fier de dire que je venais de St-Leu, mais aujourd’hui j’en ai honte.

3.Posté par Maloki le 20/05/2015 19:11

Je pense que M. ROBERT Thierry fait peur à toutes les politiques dont le président du conseil régional, voilà pourquoi on l'attaque autant. C'est aussi le faire une publicité gratuite ! Cette citation d'un inconnu vaut bien à notre Député-Maire.

« On ne juge pas un homme sur le nombre de fois qu'il tombe mais sur le nombre de fois qu'il se relève. »

Né dans cette commune, je suis fier de notre Thierry ROBERT. D'ailleurs qui a vendu la distillerie Stella il y a 14 ans dont l'article parle ? C'est l'ancien maire Jean Luc P.

Merci pour l'article qui m'a fait rappeler quelques souvenirs "lontan". MERCI mille Fois.

4.Posté par pipoteur le 21/05/2015 13:21

@post 1 et 2: Vous êtes tellement obnubilés par Thierry Robert que vous l'attaquez sans rien vérifier! Tous les monuments cités par Mr Comorassamy sont soit déjà réhabilités, soit en cours comme le four à chaux Méralikan!!
Pauvre de vous...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes