MENU ZINFOS
Santé

Les robots chirurgicaux au service des Réunionnais depuis un an


La première intervention avec l'aide d'un robot chirurgical s’est déroulée au CHU Félix Guyon le 28 janvier 2020. Un an plus tard, la direction et son équipe médicale ont fait le point ce mercredi sur l'apport de cette technologie dans leur pratique.

Par Karine Tong-Yette - Publié le Mercredi 20 Janvier 2021 à 20:02

La 100ème intervention chirurgicale « robot assistée » s’est déroulée sur le site Nord il y a deux jours, ce 18 janvier 2021, soit presque un an jour pour jour après l'introduction de cette technologie à La Réunion. La direction du CHU et son personnel médical ont dressé le bilan d'une année de pratique. 

A ce jour, 102 interventions ont été réalisées à l'aide de robots. La 103ème était en cours ce mercredi, 22 interventions sont programmées au total en janvier. L’ensemble des interventions à l'aide de robots médicaux devrait dépasser les 200 en 2021.

Parmi les 100 patients opérés, une dizaine de jeunes enfants, les patients étaient âgés de 3 ans à 85 ans, pour un âge moyen de 47 ans.

Les organes les plus communément opérés sont l’utérus, le colon, les reins, la prostate et l’estomac avec une durée d’intervention de 3 heures 30 en moyenne. Le plus souvent, il s’agit de tumeurs. Grâce à ces robots, la durée moyenne d’hospitalisation est de 3 jours, là où un temps beaucoup long était préconisé avec l'utilisation de techniques traditionnelles.

« L’humain est très présent, et le robot reste un outil »

Au courant de l’année 2021, de nouveaux chirurgiens vont être formés, permettant ainsi d’élargir les spécialités éligibles aux interventions par robot, dont des interventions en ORL et en chirurgie pulmonaire. 

Le Dr Jean-Luc Michel, président du Conseil au bloc et du Comité robot, chef du service de chirurgie infantile nous explique que « les robots sont entrés dans la routine médicale après cette année de finalisation de projet. Les gestes médicaux se banalisent et c’est ce que l’on veut. L’humain est très présent, et le robot reste un outil. »

Magali Pellegrino, IDE (Infirmière Diplômée d’État) au CHU de la Réunion nous explique quant à elle l’importance d’une bonne communication, que les paroles échangées avec les chirurgiens en charge des robots chirurgicaux sont essentielles dans la cohésion d’équipe, et que leur rôle est important pour veiller à la sécurité du patient en assistant le chirurgien en un travail d'équipe.

« En améliorant les technique opératoires, et en réduisant les éventuelles complications post-opératoires, la chirurgie robotique s’ouvre également à des prises en charge ambulatoires, permettant au patient de passer moins de temps à l’hôpital et de rentrer plus rapidement chez lui », souligne Sabrina Wadel, secrétaire générale du CHU de la Réunion.

Au final, c’est toujours le chirurgien qui opère

Pour les patients, les bénéfices sont nombreux. Les gestes sont plus précis en raison de la vision et de l’ergonomie apportées par les instruments robotiques. La qualité des exérèses (extractions de parties organiques) et les résultats fonctionnels sont meilleurs, concernant par exemple l’incontinence ou la préservation des fonctions érectiles en urologie. Là où on réalisait classiquement une grande ouverture pour atteindre une tumeur, le robot permet d’opérer dans des espaces plus petits avec des gestes moins invasifs, d’une grande précision. Les saignements sont diminués, les cicatrices moins grandes, les douleurs moins importantes, et la reprise d'activité plus rapide. Cette technique permet d’augmenter la possibilité d’hospitalisation courte et ambulatoire. 

C'est un équipement de pointe que le CHU a décidé d’acquérir avec l’aide de l’ARS-OI, qui entre dans le cadre de ses missions tournées vers l’innovation et l’enseignement, et bien entendu un élément d'attractivité pour des chirurgiens de plus en plus familiarisés à la chirurgie robotique. Cette technique permet à l’ensemble des Réunionnais d’avoir accès aux prises en charge médicales de pointe. 

Au final, c’est toujours le chirurgien qui opère. Les robots sont des instruments complémentaires qui permettent d’améliorer les interventions chirurgicales avec une précision inégalée.







1.Posté par Dédélaminette le 20/01/2021 21:31

Dans une année y’a 365 jours, ils peuvent faire mieux que 100 ou 200 interventions avec 2 robots non? Au prix où ça coûte !!

2.Posté par jlr le 20/01/2021 22:01

@1) Oui , monsieur ; mon chirurgien m'expliquait que les opérations par cette technique étaient particulièrement éprouvantes et longues pour l'opérateur ( le chirurgien ) et ne pouvaient de ce fait être utilisées au-delà de 2 ou 3 opérations par semaine .
Mais je ne doute pas , vu vos réflexions , que vous seriez capable d'effectuer ainsi plusieurs opérations par jour .

3.Posté par cheche le 21/01/2021 10:57

La robotisation une avancée majeure pour le traitement de certaines tumeurs dont celles liées à la prostate.Mon gendre s'est fait opéré avec succes et aujourd'hui c'est encore mieux qu'avant!!
..

4.Posté par docteur Bob le 21/01/2021 14:35

et la courbe d'apprentissage ?il y aura de la casse sur les 24-34 premiers opérés ! mieux vaut attendres que les chirurgien ait dépassé cet apprentissage de gestes pas du tout naturels et qu'ils ne soit pas encore parti pour un autre DOM...

5.Posté par maikouai le 21/01/2021 21:27

Au départ (1970 période du plein emploi) l’homme était à la manœuvre, dans les usines, aux PTT, à l’hôpital...
Puis selon motivation imposée hiérarchiquement et large adoption complice de la base (farniente éphémère appréciée avant chômage de masse), les tâches et prestations de service automatisées…, étaient mises en place pour prétendument permettre aux agents de se dégager du temps libre, afin d’être affectés à des « tâches plus valorisantes », de s'adonner un peu plus à « la culture, aux loisirs... » Résultat en 2020/21, (en plus de « l’invention » du COVID, avec ses mesures et rebondissements « variant » pas si innocents), en tenant compte : du travail aidé, sous payé et bien souvent sous qualifié par rapport compétence offerte ; des formations, qui en général ne sont que « garderie pour adultes » car sans réel débouché, des chômeurs officiels…, officieusement il y aurait environs 10 millions de chômeurs
Après une quinzaine d'années d’étude et de formation le rôle principal du chirurgien se résumera de plus en plus, qu’à surveiller le déroulé d’une ou plusieurs opérations en cours derrière des écrans à proximité du bouton "Arrêt d'urgence". Faudra songer aussi qu’avec la généralisation des "télécabines médicalisées autonomes", qu’un doctorat pourrait ne plus protéger du chômage, pas mal comme perspective ?
Vive donc la technologie qui détruit le savoir-faire individuel, la liberté, tout en accentuant la dépendance, le chômage…
Summum de l’imprévoyance par obnubilation que technologique et financière : probabilité pas si utopique, si un orage magnétique solaire plus intense que d’habitude, ou l’explosion d’une bombe à neutrons en cas de conflit, se produisait, tout le numérique dans la zone concernée devrait se retrouver instantanément hors service. Conséquence comme l’homme « ne disposant plus directement la main » sur le fonctionnement de sa cité, Toute activité sous contrôle numérique devrait s’arrêter… ?
A-t-on déjà oublié les conséquences subies en région Parisienne (hiver78/9), par suite d’une simple panne électrique qui a duré que quelques heures, trains à l’arrêt en rase campagne ; ascenseurs bloqués… ?
Enfin évolution et application technologiques qu’au service de la productivité financière, par restriction de liberté : « la pa assé met’ encor’ ». Ainsi dans cette mouvance, vers ce futur du « AMEN généralisé », souhaité à priori par la majorité des citoyens, ne reste plus qu’à supprimer les numéraires et la liberté ne sera plus qu’un leurre.

Méli, mélo, hélas non, tout s’enclenche selon déjà un très vieux processus et là, la mémoire collective par effet du « miroir aux alouettes » vantés par des spécialistes combinards, marque de plus en plus le pas, ce qui est normal et navrant.
Peut-il en être autrement, avec ces « anges éducateurs de masse», proposés en permanence, pour détruite le libre arbitre individuel…?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes