MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Les retraités toujours actifs


Par Eric Ducroux - Publié le Mardi 22 Mars 2022 à 14:40

Les retraités toujours actifs
A l'heure où le scandale des Ephad privés vient à émouvoir la population, il est nécessaire  de s'interroger sur l'origine de ce désastre. Depuis plus de 10 ans, la volonté des gouvernements successifs, d’appliquer les règles de la rentabilité à des domaines où l'humain est au centre, produit toujours les mêmes effets : diminution du personnel – pour faire des économies-  précarisation des nouveaux contrats- pour plus de flexibilité- et embauche de nouveaux personnels peu ou pas qualifiés. Le résultat d'une telle politique est la diminution du temps accordé aux personnes, et une moindre qualité de l'accompagnement, vécus au quotidien par les gramounes en perte d'autonomie.

Les Ephad ne doivent  pas rester des lieux où le profit est la règle, mais des structures publiques où la qualité de l’accompagnement et des soins constitue l'essentiel de leur mission.

La récente crise sanitaire a mis en évidence, si besoin en était, la nécessité pour une société humaine de services publics de qualité, notamment pour la santé.

Il faut stopper la gestion managériale des unités de soins qui soumet les personnels aux règles de la rentabilité, à un travail toujours plus productif, en contradiction  avec la qualité des soins.

Certes, les retraités ne sont pas les seuls concernés mais en vieillissant, ils sont de plus en plus nombreux à avoir recours aux structures de soins. Comme le reste de la population, les retraités veulent vivre dans la dignité et le respect de leurs droits, notamment les droits d'accès aux soins gratuits et de proximité, aux services sociaux, aux transports... 

En fermant des services pour les regrouper dans de grands centres hospitaliers le gouvernement prend la décision d'éloigner un service public pour nombre de personnes. Le Député de la 4ème circonscription David Lorion parle de « Désert chirurgical » dans le Sud. Selon la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) il n'y aurait que 5,3 salles d'opération  disponibles pour  100 000 habitants dans cette zone  de l'île. A titre de comparaison dans la région Paca 17 blocs sont accessibles pour 100 000 habitants. (le Quotidien 12 mars 2022)

En diminuant la capacité d’accueil,  le nombre de lits disponibles à l’hôpital est spectaculairement en baisse- moins 1700 lits en 2021, 17900 sur le quinquennat-, le chemin est tracé pour le gouvernement : favoriser le secteur lucratif de soins. Ainsi, les populations les plus pauvres se verront cantonnées à l’hôpital, aux moyens toujours diminués, quand d'autres, au pouvoir d'achat plus conséquent, pourront bénéficier d'un service de meilleure qualité, mais payant.

Les services publics sont le patrimoine de ceux qui n'en n'ont pas

La perspective de soins et de la perte d'autonomie ne constituent pas, heureusement, la seule  perspective des retraités ! Ils revendiquent  d'être considérés comme  des individus à part entière dans la société.Ils ne sont pas un coût- leur  pension n'est que la résultante d'un droit obtenu par les cotisations versées tout au long de la vie. Leur investissement dans diverses associations, dans l'accompagnement des enfants et petits-enfants, autant sur le plan affectif  que financier, ainsi que par leur consommation constitue, pour la société, une richesse.

Depuis 2014, cependant, le pouvoir d'achat des pensionnés est en baisse continue.

La revalorisation des pensions est particulièrement faible : moins de 1% avec un gel  en 2014 et 2016. L'augmentation de 1,1% en janvier 2022 ne pourra pas compenser, et de loin, l'augmentation des dépenses contraintes de l'énergie, des produits alimentaires, auxquelles s'ajoute l'augmentation des tarifs des complémentaires santé, hausse qui pourrait atteindre 7 à 10% selon la fédération des mutuelles indépendantes.

C’est  un rattrapage des pertes de pouvoir d'achat et un  retour à l'indexation des pensions sur les salaires dont les retraités ont besoin.

Il est inadmissible  dans un pays riche comme le France qu'il y ait, à la Réunion,  plus de la moitié des retraités du privé qui  perçoivent une pension inférieure au seuil de pauvreté  (1102€/mois). Autrement dit, plus de 52000 retraités sont des retraités pauvres !
La Fédération Générale des Retraités revendique qu'aucune pension soit inférieure au SMIC.

C'est pourquoi la section de la Fédération Générale des Retraités-Fonction publique- de la Réunion appelle tous ceux qui veulent se faire entendre, et manifester leur colère, à venir participer au rassemblement où seront portées les revendications des gramounes,  le 24 mars 2022 devant la mairie de Saint-Pierre à partir de 10 h.




1.Posté par MICHOU le 22/03/2022 16:11

Et oui 2003 n'est pourtant pas si loin et les différents articles et commentaires ne cessent d'alerter sur le mépris envers les personnes retraitées valides ou non. la fonction publique sera revalorisée, quid des retraités de la fonction publique ?

2.Posté par retraité dégouté le 22/03/2022 18:40

et pourtant la majorité d'entre nous vote pour le président sortant, même si il diminue nos retraites avec une CSG augmentant régulièrement (bien qu'à l'origine, ça devait être provisoire) pour des montants en dessous du seuil de pauvreté. et toujours plus de cadeaux aux copains milliardaires qui le recompenserons très généreusement dans 5 ans (comme Sarkosy administrateurs de chaînes d'hôtels, de banques etc etc malgré aucune compétence dans ces domaines)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes