Communiqué

Les propositions de GERéunion vers une écologie intégrale, démocratique et solidaire

Lundi 17 Décembre 2018 - 17:46

Intervention de Laurent Bridier, co-délégué départemental

Contexte :

L’urgence économique et sociale a été déclarée en France hexagonale. Dans les Outre-Mer et en particulier à La Réunion, la situation est depuis longtemps explosive compte-tenu du nombre de chômeurs et d’un tissu économique fortement dépendant du pétrole. La Ministre des Outre-Mer lors de sa venue en Novembre dernier a même affirmé : "La Réunion est le territoire français le plus inégalitaire de France".

Les "gilets jaunes" ont exprimé leur ras-le-bol de cette injustice en manifestant partout, à plusieurs reprises, leur besoin de vivre dignement, de justice sociale et de participation active aux décisions prises sur et pour leur territoire.

Les décideurs et responsables politiques, face à cette pression grandissante de citoyens de plus en plus éclairés et conscients, sont aujourd’hui dans l’obligation de revoir leurs méthodes, leur stratégie, leur vision, leur façon d’apporter des réponses à la pauvreté, au chômage de masse, aux différents enjeux d’aménagement, de logement ou d’énergie et face au défi du changement climatique. Mais concilier transition écologique et impératifs sociaux est-il possible ? OUI ! et GERéunion veut apporter des solutions concrètes qui pourraient être discutées dans le cadre des nécessaires concertations nationales et locales. En voici deux exemples. 

"Le solaire c'est moins cher"

Le 1er exemple concerne l’énergie solaire. Car décarboner progressivement l’économie réunionnaise des énergies fossiles vers des énergies renouvelables est non seulement une exigence environnementale face au réchauffement climatique et aux problèmes récurrents de santé mais aussi une opportunité économique pour notre territoire, pour les Réunionnaises et les Réunionnais.

En effet, l’économie réunionnaise est très dépendante du pétrole (83 % pour l’énergie par exemple) comme on l’a vu lors des barrages et le pétrole est le plus gros poste économique de l’île avec près de 500 M€ par an donnés par La Réunion à des grands groupes financiers. Alors que les tarifs des carburants ne cessent d’augmenter que le cours du baril malgré des baisses récentes connaîtra, par l’épuisement des ressources et leur extraction rendue de plus en plus difficile, de nouvelles hausses importantes de ces produits pétroliers sont à prévoir dans les années à venir. A l’inverse, le dernier rapport de l’Agence Internationale des Énergies Renouvelables (IRENA1) souligne que la forte baisse du tarif du Photovoltaïque – et de l’Éolien en mer – se poursuivra pour atteindre un coût de l’énergie produite inférieur à 5 ct€/kWh soit 3 fois moins cher que ce que nous payons aujourd’hui avec une électricité produite à partir des produits pétroliers (fioul lourd/léger, diesel).

C’est pourquoi GERéunion milite pour que l’achat de panneaux solaires soit défiscalisé et le recours au tiers-financement pour les foyers modestes généralisé. L’autoconsommation collective (dans des immeubles) doit elle aussi être encouragée par les bailleurs sociaux et l’État. Enfin, une réglementation thermique devra être mise en œuvre dans le tertiaire afin demander à tous les secteurs les mêmes efforts qu’aux citoyens.

"Brûler nos déchets, c’est détruire nos emplois"
 
Le 2ème exemple concerne les déchets. La réglementation européenne ainsi que nationale - Loi TECV2 notamment - impose une hiérarchie du traitement3 qui mise d’abord sur l’économie circulaire et la valorisation organique&matière (réutilisation / recyclage) avant toute incinération avec ou sans valorisation énergétique.
 
C’est pourquoi, outre les conséquences sur la santé des riverains que peut entraîner des rejets nocifs réguliers dans l’atmosphère pendant 30 ans, GERéunion est fermement opposée - même pour quelques MW d’électricité - à l’Incinération des déchets qui place comme solution ultime leur transformation en cendres, résidus très dangereux dont on ne sait quoi faire car très difficiles à stocker et très coûteux à exporter. D’autres pays ont fait d’autres choix, que ce soit sur la prévention ou le traitement des déchets, qui ont permis de deviser par 3 la production de déchets (prévention) et ont choisi des solutions innovantes comme la gazéification (traitement) des déchets non recyclables émettant moins de rejets et de résidus dangereux, tout en baissant le coût payé par le citoyen ; alors pourquoi pas nous ? La tarification incitative permettant de ‘trier plus pour payer moins’ peut être à ce titre une mesure intéressante, malgré certaines difficultés administratives de mise en œuvre.
 
En effet, un euro investit dans l’Économie de la Réutilisation, de la Réparation, du Recyclage dite Économie Circulaire produit 6 fois plus d’emplois que dans l’Incinération énergétique. Le Syndicat Mixte de gestion de Déchets du Sud-Ouest (ILEVA présidé par M. Le Maire de Saint-Pierre) porte aujourd’hui une grande responsabilité dans sa décision de Juillet 2018 d’attribuer à un grand groupe un projet pharaonique de 240 M€ dont 130 M€ uniquement pour cet Incinérateur.

Mais qui va payer ? Nous le savons tous : l’augmentation des taxes sera inéluctable, quoiqu’en disent les investisseurs intéressés par ce juteux contrat, sans compter que le tarif d’achat de l’électricité qui conditionne l’équilibre financier de ce projet d’Incinérateur énergétique n’est toujours pas garanti.

En conséquence, vu l’opposition manifeste de la population des 15 communes concernées (de Saint- Philippe à La Possession) à ce projet nuisible pour leur santé et pour leur porte-monnaie, nous demandons à ce qu’il y ait un moratoire sur la signature par M. Fontaine de ce marché attribué "en misouk" et dont d’ailleurs aucun citoyen n’a encore vu tous les détails. Puisque cet investissement funeste, si M. Fontaine persistait dans son entêtement jusqu’au-boutiste, serait également supporté par les générations futures (contrat de 30 ans), GERéunion demande que la population réunionnaise soit consultée par un Référendum citoyen sur cet enjeu majeur où l’avenir durable de La Réunion est en question.

Dans le prolongement de cette demande légitime d’expression, nous informons
les citoyens que GERéunion prendra toute sa part dans cette nouvelle démocratie participative que nous appelons de nos vœux et que des consultations via Internet et à travers des rencontres de dialogues/débats citoyens seront organisées dès Janvier 2019. La première sera consacrée à un " Pouvoir d’Achat Durable" ou, en d’autres termes, à une nouvelle Écologie, Intégrale et Populaire qui permette de répondre, au quotidien, aux aspirations légitimes de la population tout en préservant et en valorisant nos ressources, pour une Réunion innovante et durable, plus juste et équitable. 

Texte rédigé par Christelle Lallemand, co-déléguée départementale et lu par Laurent Bridier

"Gratuité des transports en commun"

GERéunion propose la mise en place d'une gratuité des transports en commun pour tous. Nous avons a la Réunion des tarifs de ticket de bus beaucoup trop chers pour les Réunionnais ; ce moyen de transport n'est pas accessible à tous et beaucoup de personnes, par leur isolement géographique ou par leur moyen financier, ne peuvent se déplacer correctement dans certaines villes.

Aujourd'hui, le coût du transport en commun peut être un handicap pour de nombreuses personnes , nous pensons à ces personnes n'ayant que ce choix pour leur déplacement pour aller travailler ou pour les jeunes (lycéens, étudiants) habitants les quartiers périphériques. La gratuité des transports en commun permettrait à de nombreux Réunionnaises et Réunionnais de s'insérer plus facilement sur les plans professionnel et social et de rompre cet isolement. 
 
Une des revendication des lycéens lors des manifestations est le transport qui est pour eux une priorité pour la poursuite de leurs études. Ces jeunes ne peuvent se rendre en ville quand ils le veulent ; ils ne peuvent pas sortir de leur quartier. Ils ont le sentiment d'abandon et d’être des laissés pour compte dans tous les domaines car ils résident dans des quartiers défavorisés. Pour se rendre à la plage, en ville ou pour exercer une activité ils doivent alors débourser 4 euros de transport, ce qui n 'est pas une petite somme lorsque qu'on est lycéen ou étudiant. Pour une personnes seule avec 3 enfants cela revient à 16 euros l'aller retour, ce sont 16 euros de moins à dépenser dans les commerces.

La fiscalité écologique doit être affectée au développement de nouvelles formes de mobilité (co- voiturage, transport collectif), pour la prime à la conversion pour l'achat d'un véhicule propre et pour les pistes cyclables.

La gratuité des transports en commun permet en outre de réduire les coûts d'équipement et les frais de personnel (contrôle) ; elle réduit également le temps d'embarquement aux arrêts quand les passagers achètent leur ticket auprès du conducteur donc un passage pus fréquent et plus fluide.

La gratuité et donc le développement des transports en commun permettra ainsi la réduction de la pollution de l'air, l’atténuation du réchauffement climatique et les problèmes lié à l’épuisement du pétrole. Le trafic routier sera plus fluide et l'usure des routes réduite.

Il faut redynamiser les centre villes et il est possible par le biais des transports collectifs propres d’atteindre cet objectif. Il faudra aussi demander à la grande distribution une participation car ce seront les premiers à en tirer un bénéfice. 

Intervention de Vincent Défaud,
membre du Conseil Exécutif, chargé de l’écologie de la mer et des Outre-Mer


"Pour une démocratie locale avec une participation citoyenne effective"

GERéunion milite pour une vraie démocratie locale participative, comme la loi du 27 février 2002 dite de  "démocratie de proximité" l’autorise, avec l’instauration de conseil citoyen et de comités de quartier qui valident ou non les décisions du conseil municipal (par exemple budget participatif) en amont. Nous pouvons envisager également la généralisation des référendums locaux sur tous les enjeux locaux (exemple incinérateur à Saint-Pierre). Il est possible aussi d’innover et de mettre en œuvre une démocratie digitale via des plate-formes internet qui permettent aux citoyens de donner leur avis et de voter sur tous les sujets, sans exclusive de la vie communale.

Aux élections municipales, GERéunion participera uniquement à des listes qui s’inscrivent dans cette démarche, dans ce nouvel exercice démocratique. Nous devons redonner la parole au peuple, aux citoyens dans leur territoire. 
 
"De l’octroi-de-mer à une fiscalité écologique"

Précisons en préambule que l’octroi-de-mer a été constitutionnalisé par une décision récente du conseil constitutionnel (ce 07 décembre 2018)
L’octroi-de-mer est aussi une question éminemment européenne, comme le montrent les 84 produits susceptibles d’être exemptés ou de bénéficier d'une réduction de l'octroi de mer selon une proposition de la Commission européenne du 14 Décembre 2018.

GERéunion entend participer sans tabou au débat sur la refonte de la fiscalité à La Réunion et donc de l’octroi-de-mer. Nous entendons bien mettre en avant cette problématique fiscale et de vie chère lors des élections européennes du 29 mai prochain.

C’est pourquoi GERéunion propose la transformation de l’octroi de mer en une redevance écologique.

Cette redevance devra assurer un meilleur pouvoir d’achat durable aux Réunionnaises et aux Réunionnais, d’assurer le développement d’un tissu industriel local par exemple en soutenant la production de barquettes en fibre végétale (canne ou banane) en substitution aux barquettes en plastique non recyclable ou encore en soutenant les filières de l’économie circulaire. Ainsi la mise en place de filières de recyclage bénéficiera à l’emploi local, en pénalisant les produits importés les moins écologiques (suremballage, produits de dégagement comme les poulets surgelés de mauvaise qualité ou d’origine incertaine) pour que les Réunionnaises et Réunionnais soient acteurs de leur consommation et aient accès à des produits plus sains et ‘Péi’. 

Propositions de Génération Ecologie Réunion pour un "Pouvoir d’achat durable"

Le mouvement des  "gilets jaunes" est un avertissement pour la classe politique entière.

GERéunion lance un appel au bon sens des manifestants qui bloquent la circulation en faisant preuve de bienveillance envers les services d’urgences et de soins, aux malades et aux familles avec des enfants. Ceux qui en profitent pour casser, nous les condamnons fermement. Le mouvement des gilets jaunes a été déclenché suite à une augmentation du prix du carburant donc du pouvoir d’achat, mais ne nous trompons pas de combat, la transition écologique et le réchauffement climatique sont des causes qui méritent la mobilisation de tous.

Nous devons sortir de la dépendance des énergies fossiles vers de nouvelles sources d’énergie durables et non-polluantes, il y va de notre survie. Chacun comprend que la transition écologique n’est pas le sujet de la grogne,
mais c’est davantage l’accumulation de fiscalité - le "racket fiscal " - tout azimut qui pose aujourd’hui problème.

C’est pourquoi GERéunion propose quelques pistes en faveur de la création d’emplois durables à La Réunion :

Proposition 1 : création d’un service public de l’environnement (financé par l’état sur le budget de la transition écologique et le reste par les collectivités locales). Ce projet permettrait de créer 10 000 emplois pérennes (l’entretien des espaces verts et les ravines, l’entretien des sentiers touristiques, la préservation de la biodiversité, l’économie circulaire, les transports collectifs, etc.). Il faut s’appuyer sur un réseau d’associations ou d’entreprises existantes ou à créer.

Proposition 2 : création d’un service public de service à la personne. Ce projet permettrait de créer 10 000 emplois pérennes à La Réunion. L’Insee a déterminé qu’il y a environ 10 000 personnes âgées à La Réunion qui méritent d’être prise en charge et qui ne le sont pas. Par ailleurs, l’accompagnement scolaire, l’alphabétisation, l’aide aux devoirs, l’accès aux loisirs pour tous, seraient d’autres emplois à créer. La mise en place d’une VAE [Validation des Acquis de l'Expérience] permettant un meilleur tremplin vers l'emploi marchand – l’Économie Sociale et Solidaire ou ESS comme facteur d'employabilité – lorsque l'on a fait une expérience solidaire4 est aussi une piste à privilégier.

Proposition 3 : Soutien à la création d’entreprises spécialisées pour la préparation de légumes prêts à cuire (nettoyer, éplucher, couper et livrer) destinées à tous les établissements publics (écoles, collèges, lycées, hôpitaux, restaurants collectifs). Cette proposition donnerait un vrai essor à la production locale (bio de préférence).

Proposition 4 : création d’une chambre régionale des associations. Les associations constituent 16 000 emplois à La Réunion mais elles sont de plus en plus fragiles avec les baisses des dotations où les collectivités doivent "sacrifier" ces associations avant toute chose. La création d’une chambre régionale devrait permettre d’assurer aux associations une stabilisation financière et plus de poids sur l’ensemble des sujets les concernant ; il s’agit davantage de sauver et pérenniser des emplois existants.

Proposition 5 : étendre à plus grande échelle les dispositifs type "pépinière d’entreprises" permettant aux demandeurs d’emploi ou salariés de pouvoir créer leur entreprise en gardant tous ses droits, en ayant un accompagnement et une formation. Le créateur continue de toucher ses indemnités (RSA, chômage, autres indemnités...) et/ou ses avantages (allocation logement, allocations familiales, AAH...). Ce dispositif existe déjà ; il suffit juste de le mettre en avant, de le renforcer et surtout de le multiplier à travers l’île.

En conclusion, ce sont 20 à 30 000 emplois qui pourraient être ainsi créés et permettraient à des milliers de Réunionnaises et de Réunionnais de bénéficier d’un réel pouvoir d’achat durable. 
Zinfos974
Lu 854 fois



1.Posté par klod le 17/12/2018 18:36

au mwin, c'est "détaillé" , c'es déjà ca ! ................ chacun se fera son "opinion"

meme si c'est défaud ..................... , le comique écolo de droite ............ lol .

2.Posté par Il est encore temps Président ROBERT: Débarassez-vous de ces sangsues le 17/12/2018 22:12

Voilà deux verts de cul qui ne manquent pas d'air. Tous deux fonctionnaires de la collectivité régionale, les voilà se posant en donneurs de leçons.

De chose l'une, soit ils se mettent en disponibilité pour faire leur politique, je dis bien leur politique et non celle du Président de région et sa majorité, soit ils se mettent au travail et se conforment aux missions qui leurs ont été confiées.

En quoi un Laurent BRIDIER soit dit en passant un gaucho de première qui faut-il le rappeler a participé à l'écriture du programme écologique et énergétique de la liste conduite par Madame BELLO lors des dernières régionales, serait aujourd'hui crédible.
Pas plus que son mentor vermoulu du Tampon qui a trahit son camp pour rejoindre la majorité régionale, qui depuis un moment ne sait plus où est sa place dans l'équipe régionale.

En quoi un Vincent DEFAUD, élu de l'Etang Salé, investit sur Saint-Leu, serait celui qui d'un coup, d'un trait détiendrait les clés d'une transition écologique acceptable par tous les Réunionnais.

De grâce, Monsieur Le Président de Région, SEPAREZ VOUS AU PLUS VITE de ces deux parasites. Ils sont entrain de vous discréditer aux yeux de l'opinion public.
FOUTEZ LES DEHORS SVP et faites confiance aux hommes et aux femmes qui depuis toujours tracent à vos côtés contre vents et marées

3.Posté par Fab le 17/12/2018 23:38

Voilà un programme qui permettra de redonner un réel pouvoir d'achat aux Réunionnais avec un souffle démocratique en plus ! Moi je dis bravo GE !

4.Posté par JOJO le 18/12/2018 06:09 (depuis mobile)

C'est décidé pour les élections européennes je vote écologiste, je vote Génération Écologie. Enfin un programme et une ligne politique globale. Le concept d'écologie intégrale me convient parfaitement. A quand des réunions sur le terrain ?

5.Posté par Verdki le 18/12/2018 09:01

Concernant Vincent Défaud, il fallait oser se la ramener, lui qui est au coeur et qui cautionne tous les abus de Didier Robert moyennant un poste de chargé de mission. Quant à l'autre, je tombe sur le cul, lui effectivement qui a soutenu Mme Bello aux élections régionales. Trop tard, il fallait penser plus tôt, vous ne pourrez pas pas, autant que vous soyez et ce payer par la région, redorer le blason du président de région qui a dépassé les limites de l'acceptable.

6.Posté par GIRONDIN le 18/12/2018 11:51

Ba ba!!!!!!



...... En conclusion, ce sont 20 à 30 000 emplois qui pourraient être ainsi créés et permettraient à des milliers de Réunionnaises et de Réunionnais de bénéficier d’un réel pouvoir d’achat durable......

C'est 20 ou 30 milles ????



Vous foutez quoi au cabinet de la région depuis 8ans avec votre patron didiX ???????

Vous êtes le prototype même du policard rejeté, LE PORTRAIT ROBOT !

7.Posté par JORI le 18/12/2018 11:53

Et qu'a fait v.defaud à l'Etang Salé où il est élu, pour argumenter ses propos??.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie