MENU ZINFOS
Social

Les professeurs du lycée Jean Hinglo du Port manifestent devant le rectorat


Une quinzaine de professeurs du lycée Jean Hinglo du Port ont manifesté en début d'après-midi devant le rectorat, avant de pouvoir rencontrer le secrétaire général du rectorat qui a tenté de les rassurer.

Par - Publié le Jeudi 27 Avril 2017 à 19:15

Le lycée Jean Hinglo fait partie des 14 lycées sensibles de l'académie
Le lycée Jean Hinglo fait partie des 14 lycées sensibles de l'académie
Les professeurs avaient deux types de revendications. D'abord, ils entendaient protester contre les conditions dans lesquelles la Région procède actuellement à la réfection du lycée. Si tout le monde s'accorde sur la nécessité des travaux, les enseignants contestent les conditions dans lesquelles ils se déroulent.

"Une grue à flèche est positionnée entre deux bâtiments et le moteur qui permet à la grue de fonctionner est à trois mètres seulement de la salle dans laquelle j'enseigne", témoigne un professeur. "On a enregistré du bruit à hauteur de 84 décibels. A 85 décibels, la loi dit que l'on ne peut pas rester exposés plus d'un quart d'heure"... Impossible selon eux d'enseigner dans ces conditions.

Selon Mickaël Table du CNES, ces conditions de travail, qui devraient durer encore quelques mois, ne font que s'ajouter aux handicaps d'un lycée classé Rep+, une classification qui recense les établissements dans lesquels les inégalités sociales sont les plus criantes.

Francis Fonderflick, le secrétaire général du rectorat, se dit conscient des problèmes. Il s'est même déplacé il y a 48h jusqu'au Port pour se rendre compte par lui même des difficultés rencontrées. Il reconnait avoir répertorié un certain nombre de problèmes liés au chantier qui ont été signalés à la Région, qui se serait engagée à les résoudre.

Le blocage persiste

Mais si le rectorat aime s'appesantir sur les difficultés liées aux travaux, les professeurs préfèreraient eux mettre l'accent sur le manque de moyens de leur lycée, malgré son classement en Rep+. Là encore, Francis Fonderflick reconnait les problèmes, mais affirme que le rectorat a déjà fait les efforts nécessaires en accordant 18h de cours et 20 heures supplémentaires, afin de dédoubler certaines classes.

Cet argument fait sourire -jaune- les professeurs qui mettent en avant des manques criants qui ne datent pas d'hier. Selon eux, ces heures supplémentaires ne font que permettre -tout juste- de revenir au niveau de l'an dernier, qui était déjà notoirement insuffisant.

Le blocage persiste donc et les professeurs, en signe de mécontentement, ont décidé de mettre en place des piquets de manifestation, demain vendredi, devant les grilles du lycée. Pas question de faire grève, pour l'instant. Les piquets seront assurés par des enseignants n'ayant pas cours, de façon à ne pas pénaliser encore plus les élèves. Le but est d'informer parents et élèves de la situation.

Le secrétaire général, de son côté, s'est dit prêt à rencontrer à nouveau une délégation des enseignants dans quelques jours, une fois qu'on lui aura fait remonter une liste précise de revendications.

Et la réunion devrait se dérouler cette fois dans une salle, et non plus debout devant la porte du rectorat...

Le secrétaire général du rectorat fait face aux manifestants
Le secrétaire général du rectorat fait face aux manifestants

La rencontre s'est déroulée devant la porte du rectorat, un manque de considération selon certains professeurs
La rencontre s'est déroulée devant la porte du rectorat, un manque de considération selon certains professeurs


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par ancien prof le 28/04/2017 06:46

Reçus devant la porte , normal , les recteurs sont des hauts fonctionnaires nommés pour raisons politiques ( et pas forcément pour leur compétences) qui se foutent bien de ce qui se passe sur le terrain, eux qui sont calfeutrés dans leur bureau climatisé et très sécurisé...
Certains( en fait quasiment tous) préfèrent aller faire des petits tours en hélico à Mafate , histoire de se montrer plutôt que d'aller voir sur le terrain où sont les vrais problèmes que la plupart des mairies n'assument plus ou seulement si parents ou enseignants manifestent.( sécurité aux abords des écoles , saleté des locaux voire dangerosité de certains, rats , souris et autres)

2.Posté par eric le 28/04/2017 08:39

Sympa cette salle de réunion !... quand on pense a tout ces bureaux ou il n'y a aucun signe de vie ou presque... i fé pitié non ?

3.Posté par Zarin le 28/04/2017 09:04

"Cet argument fait sourire -jaune- les professeurs "

Visible pour des peaux blanches !

4.Posté par Fragile le 28/04/2017 09:22

Attention !
Fragile !

5.Posté par verolia le 28/04/2017 10:56

La situation est encore pire à (...). Les jeunes passent les oraux du Bac
en ce moment, et pour une fois donc, le proviseur sort de sa tanière pour réclamer le SILENCEEEEEEE aux machines. Marteau piqueurs etc qui fonctionnent à fond..

Travaux sans queue ni tête depuis FIN 2016...(le lycée est toujours aussi sale, sans moyens, fait de bric et de broc)


Une Honte.

_ modéré

6.Posté par yenamarre le 28/04/2017 16:53

"Le secrétaire général du rectorat fait face aux manifestants", elle fait sourire cette phrase non ? Quelle courage ce monsieur devant les 4 tondus 3 pelés !! Faudrait demander à la ministère OM de venir à la prochaine confrontation qui sait peut-être qu'une envelopp€ aussi belle que celle octroyée à la Guyane viendra jusqu'à la Réunion.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes