Social

Les pompiers dénoncent leurs mauvaises conditions de travail

Lundi 28 Mai 2018 - 12:14

Ce lundi matin, une cinquantaine de pompiers se sont rassemblés devant la Préfecture, pour dénoncer une nouvelle fois leurs conditions de travail très médiocres. Ils attendent de leur rendez-vous, prévu à 11 heures avec le Préfet, que ce dernier prenne les bonnes décisions et donnent les moyens aux casernes pour palier ces carences.


Issus de la vingtaine de casernes situées aux quatre coins de l'île et de différents syndicats, les pompiers sont solidaires pour leur conscience professionnelle. Ils renouvellent l'opération de grève de la semaine dernière. Ils se disent "victimes d’une désorganisation à la fois matérielle et fonctionnelle", souligne Pascal Gonneau, Président du Syndicat des sapeurs-pompiers. Ils sont présents ce lundi matin devant la Préfecture de Saint-Denis pour rencontrer le Préfet afin que ce dernier trouve des solutions dans l'urgence. 

"Côté administratif, les solutions ont été apportées, là on se rassemble uniquement sur le côté opérationnel. (...) On se rassemble pas pour les sous, on se rassemble car notre conscience professionnelle nous fait réagir. On ne peut plus mener à bien nos missions", souligne le porte-parole du SNSPP PATS, Ludovic Payet. 

Les 28 casernes des sapeurs-pompiers de l'île ont de sérieux problèmes de moyens. Les prochaines ambulances seront livrées d'ici juillet août, mais les pompiers demandent à ce que les ambulances actuelles défaillantes soient réparées. "Comme la ville de Saint-Denis une seule ambulance, comme Saint-André la semaine dernière pas d'ambulances, comme la ville du Port ce matin qui n'avait pas d'ambulances jusqu'à 10h30, donc là on ne peut pas continuer comme ça", souligne Ludovic Payet. 

"Nous devons être dotés d’une cinquantaine d’ambulances et aujourd’hui le SDIS n'en a plus que 30. (...) Nous sommes là pour dire à la population ‘vous êtes en danger’". D'autant que "cela explique les incivilités, les gens sont mécontents et donc on reçoit des coups des jets de projectifs, voire même des des incivilités verbales, des agressions", confie Pascal Gonneau. 
Charline Bakowski
Lu 2319 fois



1.Posté par Pub ! le 28/05/2018 15:57

Un petit coup de pub avant les élections...

2.Posté par Kabri le 28/05/2018 17:10 (depuis mobile)

Na point feu pas de prime
Bonna pas content

3.Posté par un habitant de la réunion le 28/05/2018 17:52

Bonjour les habitants de la réunion. oui des problèmes, ils se trouvent. Tout ce que raconte les médias,
depuis plusieurs semaines sont vraies. Beaucoup d'injustice dans les carrières du personnels opérationnel
des PATS et des sapeurs volontaires. Oui il a y des décalages entrent les hommes de terrains et la nouvelle direction. Ils se trouvent seulement les nominations des chefs de bureaux copains et coquin, demande à papa. La cour des comptes, il faut le transmet aux personnels ce rapport. Avoir trop de pourvoir
tous contrôler à le côté favorable et défavorable. Un seul homme ne peut pas tout faire, chef de groupement
être présent dans tous les commissions de Navarre. Je te dit, ta santé est en danger, c'est un conseil qui vient aux
profonds dans le cœur de mes amies. Tango il faut arrêter d'avoir de haine et de rancœur. Vous êtes de
passage comme tes collègues dans ces nobles métiers. Le sang qui coule dans ce métier, le personnel doit
mérité plus de respect d'un homme de calibre comme toi. D'après mes amies tu a aussi des qualités, range
ton gros cœur et respect l'opinion et les idées contraires. Laisse tes collègues dans le choix de progresser et
d'amélioré leurs parcours professionnels, SVP merci. Je pense tes enfants ta femme na pas envie de connaitre. Tu a le pourvoir d'amélioré les conditions de vie dans ce métier, ne fait pas le contraire SVP merci. Pas de chasse à l'homme, devient meilleur serve plutôt tes collègues SVP merci. Monsieur devient
responsable, je pense que mes amies va vous respect, mais ne fait pas le contraire SVP merci.

4.Posté par laurent le 28/05/2018 18:11

eh oui !!!! st-denis , le centre le plus sollicité !!!! vous faites bien de le dire !!!!! non seulement pas d'ambulance en bonne état , mais c'est le centre ou l'avancement ne se fait pas du tout et personne ne veut venir y travailler !!!!

5.Posté par loulou le 28/05/2018 18:15

à chaque fois c'est la même chose la solidarité lé pas not fort ; matériels lé hors d'usage lé pas grave, le créole lé PSG ou olympique de MARSEILLE, vive la solidarité créole le jour nora baisment laisse dors à tère après va crier au fé laisse grillé au fé vive les pompiers et vive leurs courages 974 SDIS

6.Posté par LBB le 28/05/2018 18:16

Mais que fait donc POUNY ?

7.Posté par Luce Océane le 28/05/2018 21:56 (depuis mobile)

Moi je suis de tout coeur avec les pompiers se sont eux qui mérite plus grand respect il risques leurs vie pour sauver la notre mais vous vous rendez compte de leurs bravoure les gens. Arretter les cailliasser les insulters respecter les un peu nan.

8.Posté par andré le 29/05/2018 04:48

Bravo Messieurs les pompiers. Chapeau bas. Vous dénoncez le manque de matériel pour bien travailler et secourir la population dans de bonne condition. Il faudrait pas un jour un élu perd un membre de sa famille parce que les pompiers n'ont pas pu arriver à temps.
C'est incroyable de voir certains commentaires. Dites vous bien, les pompiers vous aurez besoin un jour, pour vous, votre enfant, votre famille pensez- y!
Messieurs les élus, le peuple a voté pour vous, pour que vous soyez disponible, respectez au moins cela, la sécurité de la population est en danger, agissez vite.

9.Posté par Fière d'être pompiers le 29/05/2018 06:58 (depuis mobile)

Enfin
Merci à toi Luce Océane
Au moin une personne qui est capable qui est capable de voir plus loin que le bout de son nez ...
Encore merci

10.Posté par David CHANE TING SANG le 29/05/2018 09:15

Tout est dit dans leur devise :"Sauver ou périr" mais malheureusement pour les cons…!

11.Posté par Fundisantim le 29/05/2018 21:11 (depuis mobile)

Pascal ,une seule solution pour obtenir gain de cause : uchi mata dans la face!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter