MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Les petits arrangements avec la loi de M. Terret, recteur de La Réunion


- Publié le Dimanche 4 Mai 2014 à 19:08 | Lu 299 fois

Les petits arrangements avec la loi de M. Terret, recteur de La Réunion
Le refus d’appliquer la réforme des rythmes scolaires par au moins 15 maires sur les 24 que compte l’académie de La Réunion  a fait réagir Monsieur le Recteur qui semble prêt à user de la loi à leur encontre en faisant appel à la préfecture. Pourtant, depuis son arrivée dans le département, M.Terret ne s’est pas toujours montré aussi vigilant. Ainsi, M. Thierry Robert a-t-il fermé les écoles de sa commune en raison des festivités de la Salette sans que le recteur ne s’y oppose, en pleine diffusion pourtant, de la charte sur la laïcité. De même, M. le Recteur a approuvé en 2013 le PEDT de la commune de Saint Joseph, au mépris le plus complet de la législation alors en vigueur (pas plus de 5h30 d’enseignement par jour, pas d’enseignement variable en fonction du cycle) ; de tels PEDT avaient d’ailleurs été refusés par l’autorité compétente dans d’autres académies.
 
De la même façon, M. le Recteur, pris à parti sur le manque de place en ULIS à La Réunion, va opter pour une augmentation du  nombre d’enfants dans les classes existantes, au mépris de la législation, de l’intérêt des élèves et des enseignants concernés ; pressé par les parents d’élèves  qui souhaitent une application concrète de la loi 2005 sur le handicap et du plan autisme du gouvernement, présenté il y a un an de cela par Mme Carlotti. Ce plan prévoyait 700 places pour les petits en unité d’enseignement en maternelle, ainsi que la formation de 5000 professionnels du secteur médico-social   aux méthodes éducatives. Dans l’académie, nous n’avons perçu aucune des mesures pourtant annoncées en grande pompe, de ce plan autisme. Nous aurions pourtant aimé que le recteur s’attache autant à l’application de mesures dédiées à l’intégration des enfants autistes, qu’il s’est attaché à l’application forcée de la réforme sur les rythmes scolaires.
 
Ainsi, M. le Recteur est-il habitué à faire appliquer la loi quand il veut bien l’incarner, quand elle peut servir d’obscurs intérêts politiciens très éloignés d’un quelconque intérêt public.

SONIA DELRIEU
SAIPER PAS 974




1.Posté par noelevrai le 05/05/2014 22:14

En tant que bon serviteur de l'Etat , notre Recteur fait appliquer les lois qu'on le veuille ou non !
Notre Ministre de l'EN l'a rappelé : "Je ne négocie pas l'intérêt général. Aussi, dans tous les cas de figure, les cinq matinées de classes seront obligatoires. Durant ces matinées seront concentrés les apprentissages fondamentaux car ces temps correspondent aux pics de concentration des enfants. Tous les spécialistes le confirment."
Nos enfants ont droit de ce qui se fait de mieux pour pouvoir s'épanouir dans de bonnes conditions !
Les brebis galeuses doivent etre éliminées au plus vite ou sanctionnées !
Je pense que M. le Ministre de l’Éducation nationale a offert une possibilité inappropriée aux difficultés d'apprentissage des élèves: banaliser un après-midi pour y regrouper les activités périscolaires témoigne de sa grandeur d'esprit !
Je fonctionnais avec 5 jours d'école, il y a plus de 50 ans. Je me dis : quel gâchis. Que de générations sacrifiées ! Ou comment un pays a été déclassée à cause d'un enseignement de base dévoyé par les fonctionnaires censés au contraire servir les générations montantes.
Encore beaucoup de travail !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et de la poigne !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes