Faits-divers

Les parents du détenu retrouvé mort dans une prison de La Réunion s'expriment depuis Maurice

Samedi 5 Janvier 2019 - 08:13

Capture d'écran LeMauricien.com
Capture d'écran LeMauricien.com
Ils veulent faire toute la lumière sur la mort de leur fils. Gilles et Isabelle Spanu se sont exprimés devant la presse mauricienne ce vendredi 4 janvier, date de l’anniversaire de leur fils, décédé dans la prison de Saint-Pierre à La Réunion. 

Assistée par Me Sawoo, la famille française vivant à l’île Maurice continuent d’affirmer que leur fils Yoan a été "victime d’une agression en prison". Le 7 novembre, le jeune homme de 32 ans avait été retrouvé pendu, à l’aide de draps, dans les toilettes de la prison.

La veille, il avait formulé, devant le juge des libertés du tribunal de Saint-Pierre, un message troublant : "J’ai peur pour ma vie", avait-il ainsi affirmé en présence de ses avocats réunionnais qui sollicitaient sa remise en liberté dans l'attente de son procès pour l'agression sur son colocataire. 

Que redoutait le détenu ? Sa famille continue de soutenir la thèse d’un meurtre déguisé en suicide au sein de la prison de La Réunion. "Yoan n’avait aucun problème pathologique, ni suicidaire", ont insisté son père et sa mère hier.

La famille de Yoan Spanu, qui aurait eu 33 ans ce 4 janvier, étaye sa version par la contre-autopsie réalisée par un médecin légiste à l’île Maurice. Un rapport qui ferait état de blessures sur le corps, les jambes et le dos de Yoan Spanu. Le rapport final du Dr Satish Boolell sera dévoilé dans "quelques jours" a précisé la famille hier. Elle prévoit d’ailleurs de se rendre à La Réunion prochainement, toujours dans sa quête de vérité dans la mort tragique de leur enfant.

---
16 novembre 2018 : Suicide en prison: Des traces de viol et de coups révélées par la contre-autopsie
Zinfos974
Lu 4608 fois



1.Posté par Merci patron le 05/01/2019 15:39 (depuis mobile)

Si cette affaire est vraie, la France mérite son statut de queue de peloton parmi les pays européens sur l''impartialité et l''indépendance de sa justice. Les rumeurs disent que ce n''est pas la 1ère fois que l''administration chercherait à se couvrir

2.Posté par kersauson de (p.) le 06/01/2019 11:28

post 1 ladilfé ........................;
ne prend pas position sans renseignements
les experts de la Reunion sont des pros,
cx de moriss ont été "formés ou deformés" en inde

a moriss une dame est persuadée d avoir accouché 2 jumelles, mais on n en trouve qu'une,
alors meme par cesarienne ca se serait vu, yavait 10 personnes au bloc !!
alors MORISS et ses certitudes !!

3.Posté par etpuisquoi le 07/01/2019 09:22

Comment des exilés fiscaux peuvent ils affirmer autant de certitudes, en n'étant pas sur place. Qui aurait eu intérêt à le tuer ?
"Yoan n'aurait pas dû être mis en détention dont l'état mental était incompatible à une incarcération selon la déclaration de son avocat à la presse." et les parents disent "Yoan n’avait aucun problème pathologique, ni suicidaire", ce n'est pas un peu contradictoire ça...
Il était bien en détention pour fait de délinquance, pas par hasard et quelque peu perturbé d'après son avocat, donc que s'est il vraiment passé ? Ces (pseudos) traces n'auraient t'elles pas pu être faites avant ce jour là... on parle de viol, qui dit qu'il n'y avait pas consentement... connaissez-vous ses préférences sexuelles... Et devant le juge des libertés pourquoi n'a t'il pas expliqué précisément ses craintes s'il en avait, afin qu'il soit mis en isolement. Beaucoup de questions sans réponse, dans la presse en tout cas, laissons faire les enquêteurs qui eux ne parlent pas à tort et à travers dans les journaux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Janvier 2019 - 16:23 Sainte-Rose: L'incendie du Grand Brulé maîtrisé