Education

Les parents d'élèves de Ste-Suzanne hostiles à la suppression de postes d'enseignants

Jeudi 19 Mai 2011 - 09:55

La rentrée des classes coïncide aussi avec l'inquiétude des parents d'élèves à Sainte-Suzanne. Reprenant leur action après la trêve des vacances, une vingtaine de parents d'élèves a manifesté son mécontentement concernant la suppression de postes d'enseignants à la rentrée dans la circonscription de l'Est.


Les parents d'élèves de Ste-Suzanne hostiles à la suppression de postes d'enseignants
"Trois postes d'enseignants seront supprimés à la rentrée prochaine", dit inquiet Florent Hurhungée, représentant de parents d'élèves à Sainte-Suzanne.

Des courriers adressés au recteur, au député Jean-Claude Fruteau et au Préfet n'auront donc pas suffi à tempérer leur inquiétude.

Ils sont une vingtaine à avoir fait un seeting devant l'école élémentaire José Barau ce matin, allant même jusqu'à bloquer l'accès à l'établissement. "Le blocage devait s'interrompre finalement à 9h", précise le parent d'élèves. "Mais trois écoles sont concernées : l'école Victor Hugo à Deux-Rives, José Barau et Antoine Bertin en centre ville. Nos gamins seront dans des classes surchargées", dit-il.

Florent Hurhungée n'accepte pas les 37 suppressions de postes à la rentrée que le ministre Luc Chatel avait pourtant exclu lors de sa réponse à la député Huguette Bello. C'était en mars dernier lors d'une séance de questions orales à l'Assemblée nationale. "Nous n'allons fermer aucune classe, aucun collège, aucun lycée" avait lancé le ministre de l'Education nationale.

Déjà, avant les vacances, les parents d'élèves s'étaient mobilisés pendant une semaine. Une fougue qui n'a pas été interrompue par les vacances. "Nous avons tenu un pique-nique samedi dernier avec d'autres parents pour rester mobilisés".

"400 parents d'élèves ont, en tout, signé notre pétition pour cette non-suppression", poursuit le représentant des parents d'élèves avant de promettre un accueil digne de ce nom à Marie-Luce Penchard à son arrivée. "Nous serons à l'aéroport pour nous faire entendre", donne rendez-vous Florent Hurhungée.
Ludovic Grondin
Lu 1037 fois



1.Posté par Ded le 19/05/2011 12:58

Le ministre ment , il n'est là que pour tuer l'éducation nationale , hier encore sur France Inter il parlait des LP où dit-il la moyenne est de 18 élèves par classe...il est débile , dans les LP d'enseignement tertiaire la norme est de 35 élèves , une dizaine de moins dans les classes industrielles ( problème concernant la sécurité des élèves face aux machines donc nombre limité en atelier dans ces sections)
Quant aux parents , toujours prompts à cracher sur les enseignants avec la bénédiction du ministère qui encourage cela en répendant des rumeurs ( enseignants toujours absents..etc) ,ils ne se réveillent que lorsque leurs progéniture est concernée...trop tard, les postes sont supprimés et le recteur en bon petit soldat ne va sûrement pas faire machine arrière!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter