Economie

Les organisations patronales des DOM accusent le gouvernement d'avoir renié sa parole

Alors que le projet de loi sur le financement de la Sécurité Sociale est examiné aujourd'hui au Parlement, la FEDOM (Fédération des Entreprises des Outre-mer) et l’ensemble des organisations socio-professionnelles ultramarines dénoncent dans un communiqué, l’attitude du gouvernement concernant la révision de l’écosystème d’accompagnement économique des Outremer, n'hésitant pas à accuser le gouvernement d'avoir "renié sa parole".

Ci-dessous le communiqué de la FEDEOM en intégralité.

Lundi 26 Novembre 2018 - 20:50

© Annick Girardin Twitter
© Annick Girardin Twitter
Lorsque le Gouvernement avait annoncé en début d’année ce qu’il appelait "une révision de l’écosystème d’accompagnement économique des Outremer" avec notamment la suppression du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) transformé en exonérations de charges, il s’était engagé à ce que cette révision, présentée comme une simplification, s’effectue à périmètre constant, c’est à dire à ce que le coût du travail n’augmente pas.
 
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 (PLFSS) était très loin du compte. La conclusion de la mission confiée à un grand cabinet d’audit, est sans appel : contrairement à sa promesse, le Gouvernement faisait une économie de 180 Millions d’euros ce qui impliquait une augmentation équivalente du coût du travail dans les DOM.
 
Lors de sa dernière visite à La Réunion, il y a quelques semaines, la ministre des Outre-mer, Madame Annick Girardin, avait reconnu que le "compte n’y était pas" et s’était engagée à ce que l’on puisse confronter les chiffres.
 
Or, en violation de cette première "promesse", le Gouvernement a refusé obstinément de communiquer ses propres chiffres, instaurant dès lors un sérieux doute sur sa volonté d’arriver à un accord.
 
Les sénateurs, lors de la discussion du projet de loi, et c’est historique, ont refusé le texte du Gouvernement et ce quelle que soit leur appartenance politique, estimant eux aussi que les conséquences économiques seraient redoutables.
 
Devant les sénateurs, la ministre s’était donc engagée à revoir son projet avant la fin des discussions parlementaires. Nous pensions avoir abouti, jeudi 22 novembre en soirée, à un accord "a minima" qui permettait de donner – enfin – un peu de visibilité à nos entreprises pour l’année prochaine.
 
Cet accord, donné par la ministre des Outre-mer n’a pas été validé par le premier ministre !
 
Le projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui passe en deuxième lecture ce lundi 26 novembre à l’Assemblée Nationale est donc le résultat de discussions internes au sein du Gouvernement à laquelle les milieux économiques, concernés au premier chef, n’ont pas été associés.
 
Il ne répond aucunement à nos attentes et, "in fine", en tenant compte également de l’impact fiscal du basculement du CICE vers les charges sociales, c’est à une augmentation totale du coût du travail à laquelle les économies des DOM  vont être confrontées en 2019.
 
Ces décisions auront des répercussions économiques lourdes et durables. Le reniement de la parole du Gouvernement sur les charges sociales se rajoutera aux difficultés que traversent actuellement certains de nos territoires. Les économies domiennes vont vivre des mois et des années difficiles. Ce sera au détriment du développement économique et surtout de l’emploi. Ce projet condamne au sous-développement, au chômage de masse et donc à l’assistanat.

Gageons que chacun saura se souvenir de ceux qui en seront les responsables !
Pierrot Dupuy
Lu 4421 fois




1.Posté par PATRICK CEVENNES le 26/11/2018 21:47

fukcd473
Choc de compétitivité. le CICE les effets escomptés en matière d'exportations, d'investissements et d'emploi n'ont pas été au rendez-vous. Celui qui est à l'origine de la mesure a donc logiquement pris la décision de supprimer cette mesure au 1er janv. 2019.
Coût du CICE 100 milliards d'euros. Ils veulent quoi encore ? la crémière ?

2.Posté par klod le 26/11/2018 22:09

"Les organisations patronales " ont elles entendu parler de l" intéressement des salariés aux bénéfices de l'entreprises" ............... merci patron , si tan kontan ! si tan ........................ merci patron !

3.Posté par La vérité vraie... le 26/11/2018 22:19

Goutttttt ! Tout le temps ce sont les petites gens qui encaissent. Pour fois que ça change de camp.
Vous avez du faire barrage vous aussi non ? Moi je suis resté chez moi...
En 2019, votez...

4.Posté par Veridik le 26/11/2018 22:26 (depuis mobile)

Au fait , tout le monde sait que l'âge de la retraite à été reculé d'1an pour boucler le budget de la sécu ?

5.Posté par Enfin le 26/11/2018 22:42

Enfin une réaction à la hauteur de la mise à mort programmée des économies DOMiennes par ce gouvernement. Les gilets jaunes sont ils conscients que leur action du moment va accélérer l effet mortifère de cette loi ? Quand tout ce monde sera au chômage, qu auront ils gagné ? Je suis effrayé de voir à quel point les « gilets » par ignorance économique ne se rendent pas compte des conséquences de leurs actes.

6.Posté par klod le 26/11/2018 22:49

"Les organisations patronales " ou "le "gouvernement" et ses "élus locaux" parlent de "parole donnée" ............. ? !

merci patron ou merci les citoyens "gilets jaunes "

à chacun sa "conscience sociétale" !!!!! Dieu reconnaitra les siens ou pas .

7.Posté par Marc le 27/11/2018 14:04

4. Par le sénat, ça va être défait à l'Assemblée.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie