MENU ZINFOS
Société

"Les morts sont tous des braves types"


Par Mohamed AÏT-AARAB - Publié le Vendredi 2 Avril 2021 à 11:17

« Il est toujours joli, le temps passé
Une fois qu'ils ont cassé leur pipe
On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
Les morts sont tous des braves types. »

Tonton Georges avait raison.

La mort de Didier Ratsiraka, le 28 mars 2021, en est une nouvelle fois l’illustration. Avant de devenir le chantre, lors de son dernier mandat, d’une « République humaniste et écologique », Ratsiraka avait fait preuve, entre 1975 et 1982, de son attachement à un marxisme (même tropicalisé) des plus orthodoxes, des plus dogmatiques : étatisation, nationalisation des grandes entreprises commerciales et bancaires, création d’entreprises d’État...  Résultat : échec économique sur toute la ligne amenant le pouvoir malgache à négocier un programme d’ajustement structurel avec les grands satans capitalistes : le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale.

Sur le plan des libertés publiques, le bilan n’est pas beaucoup plus reluisant : activité politique strictement contrôlée, presse censurée, opposants embastillés…

Jusqu’à la fin de sa vie, Didier Ratsiraka dira ne rien regretter de ses années de pouvoir, poussant même la provocation, lors de son retour d’exil en novembre 2011, à chantonner du Édith Piaf : « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien ». Et comme le souligne Jeannot Rasoloarison, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Antananarivo, il ne pouvait s’empêcher de « donner des leçons de patriotisme, son cheval de bataille, aux Malgaches ».

Certains titres de presse auront beau saluer la mémoire d’un « infatigable militant anticolonialiste » (Jeune Afrique), les faits, comme le disait Vladimir Ilitch (qui avait emprunté, sans droits d’auteur, la citation à Mark Twain) sont têtus : rapprochement avec Kim Il-sung, fondateur de la dynastie actuelle des dictateurs nord-coréens ; dirigisme économique qui a appauvri la population malgache ; repli culturel au nom d’une « malgachisation » légitime (tout peuple doit se réapproprier son histoire, sa langue, sa culture), mais dévoyée par une orientation idéologique contestable. 

Une phrase attribuée au roi Andrianampoinimerina résume parfaitement les années Ratsiraka : « Quand le souverain est mauvais, le royaume est comme une terre en friche ».

Saluons, pour terminer, l’esprit d’à propos et le sens politique de nos élus (pour une fois, diront les mauvaises langues) au moment de la disparition de « l’amiral rouge ». À quelques exceptions près, ils ont fait preuve de retenue dans le dithyrambe. Madagascar est un pays voisin et ami auquel nous lie une longue histoire de joies et de souffrances. Et pour cette raison, il aurait été indécent de se répandre en éloges funèbres malvenus à propos d’un dirigeant politique dont le bilan est pour le moins… controversé. Les commentaires sur les sites de certains journaux malgaches (https://www.madagascar-tribune.com/Didier-Ratsiraka-offre-sa-pension-de-retraite-pour-la-lutte-contre-le.html) en disent long sur le sentiment de la population. 
Mais les morts restent toujours de braves types !

Pour en savoir plus : Didier Ratsiraka : transition démocratique et pauvreté à Madagascar, entretien avec un président de la République à Madagascar de Cécile Lavrard-Meyer (Karthala, 2015)




1.Posté par Habitant le 02/04/2021 14:19

J'ai en effet remarqué qu'il est de plus en plus cité en référence par pas mal d'africains, notamment de la jeune génération.
Comme si bien dit ci-dessus, la malgachisation est légitime mais elle a été dévoyée et l'est toujours par une orientation idéologique contestable.

Le qualificatif qui pour moi va bien aux dirigeants de ce pays est MINABLE!
Ils n'ont de cesse chacun leur tour de dilapider les richesses par la corruption et les trafics en tout genre. Et ils vont de plus en plus loin à chaque fois.
Ils passent leur temps à se disputer le pouvoir sans se soucier un seul instant de leur pays et de la population.

C'est sur ce terreau fertile que l’extrémiste s'installe, regardez bien ce qu'il se passe déjà dans le pays voisin, le Mozambique.

Continuez comme ça, continuez à bousiller ce beau pays et ça va vous revenir en pleine figure avec une violence inouïe ensuite ... lâches comme vous êtes, vous irez vous exiler en France pour les uns et l'Afrique du Sud pour les autres après!

2.Posté par C.J. le 02/04/2021 15:58

L'Amiral rouge est parti...au large.
.
Une analyse de la situation qui ne se ressemble pas selon ses auteurs...des réactions politiques qui ne se recoupent pas...
L'échec du développement économique du pays sonne comme un glas...
14% du PIB vient de l'argent des expatriés malgaches.
Le dynamisme et l'homme "actif" relevé par Melchior, encore bien jeune à cette époque,pour en savoir plus, s'est surtout manifesté dans la répression de soulèvements populaires..et à apporter son soutien à l'armée, inspiré de ses mentors soviétiques puis chinois, plutôt qu'à la société civile et au monde économique, à la santé et à l'éducation qui s'est défrancisée..dans les villes et les campagnes !
Une décolonisation obtenue par surprise de l'Histoire,dans un vaste élan de décolonisation africaine voulue par le Gl de Gaulle, pas réussie du tout, un fatras en sommes, mal préparée, dans laquelle la bourgeoisie locale a remis les pieds dans les sabots des colons...sans rien apporter au peuple.
Échec total sauf la dignité et la condition humaine rendues aux Malgaches, dans le droit à leur nationalité.
L'ère madégasse* était tournée... mais pour rater son nouveau départ, son entrée dans une ère moderne et de progrès.
On a seulement changé le fusil d'épaule pour la minorité agissante pendant que les autres continuaient à trinquer.
Tout reste à faire 50ans après, mais avec une population qui a plus que triplé...la chose n'est pas aisée!(1)
Un mouvement royaliste subsiste dans le pays même s'il ne s'exprime pas, sauf en milieu privé.
En réactions, sur Zinfo 974, l'analyse de Wilfrid Bertile me paraît bien plus objective.
*Le terme était largement utilisé du temps de la colonisation pour faire référence au peuple malgache, à sa civilisation...On le retrouvait dans l'intitulé de certaines sociétés économiques datant de l'époque coloniale : "société madégasse d'import-export"..par exemple..il revient souvent dans les écrits datant de la colonisation..en référence au peuple malagasy.
(1) L'école publique et l'université toujours déficientes..
Les écoles privées, congréganistes ou pas, se multiplient dans les quartiers des villes,aux droits d'inscription et aux frais scolaires à la charge des familles, souvent payées par des aides venant de l'extérieur,par des particuliers ou des associations au nombre de 300 et plus..dont la plupart foireuses.
Le programme pédagogique est laissé au libre arbitre et on est encore à l'heure des polycopiés payants, en lieux et places de manuels scolaires.Foi d'observateur régulier.

3.Posté par le palmiste masqué le 03/04/2021 11:53

Comme le disait le Général De Gaulle, que je ne porte pas en haute estime, mais pour une fois il avait raison : " Madagascar est un pays sous développé et il le restera".

4.Posté par Mangceriz le 04/04/2021 06:23

Merci pour cet article !! Qu'il eclaire les esprits embrumés..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes