MENU ZINFOS
Patrimoine

Les machines à sucre de la Roseraye


A Sainte-Rose, la propriété de La Roseraye, domaine sucrier du XIXe siècle, abrite des restes de l’une des premières machines à vapeur de l’île. Enfouie sous une végétation luxuriante, le vieux domaine est, depuis 1899, aux mains des descendants de Francis Adam de Villiers.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 22 Août 2009 à 07:40 | Lu 4059 fois

Les machines à sucre de la Roseraye
En 1730, le Gouverneur Pierre Benoît-Dumas accorde les premières concessions entre la Ravine Glissante et le Quai La Rose au Sieur Ribenaire dit Saint-Marc. Peu de familles s'installent à Sainte-Rose, cette région mal déservie. C'est pourtant là que les Anglais attaquent en 1806 pour tester les forces militaires en présence. C'est seulement après l'occupation anglaise, en 1815, que la commune est séparée de Saint-Benoit. En 1818, Sainte-Rose compte 4 sucreries : Rivière de l'Est, Ravine Glissante, l'Anse des Cascades et Piton Sainte-Rose. Mais lorsqu’en 1828, Thomy Lory, Médard Malavois, Valentin Manès et Augustin Despeissis achètent la Roseraye à Alexandre Paris, le domaine abrite déjà une sucrerie. 

Les machines à sucre de la Roseraye
De 1935 à 1899, plusieurs acquéreurs se succèdent, parfois brièvement, faisant évoluer techniquement la sucrerie y ajoutant des machines performantes et propulsant Bourbon (La Réunion) dans la révolution industrielle comme en Europe. Les propriétaires sont : Mlle Betsy Adam puis Célestin Payet, époux d’Adélaïde Chasseriau,  après Jean-Marie Gallot et François Chassin laissent place à Bouquet et Jacquin, après à Pignolet et Bouquet, puis à Eugène Courbet, et encore à Denis-André de K/Véguen et à sa sœur la duchesse de Trevisse et enfin à Augustin Chassériau. Enfin en 1899, Francis Adam de Villiers en devient propriétaire, sa famille gardera le domaine jusqu’à ce jour.

Les machines à sucre de la Roseraye
Le domaine abrite une des plus ancienne machine à vapeur une Fawcett de 6 CV fabriqué à Liverpool en 1817. Elle est identique à celle que Joseph Desbassayns à installé en 1817 à sa sucrerie du Chaudron. Celle là même qui a remplacé les moulins à vent, à bras ou à mules. Sachant qu’à cette époque les machines à bras utilisaient surtout et essentiellement les forces musculaires des esclaves. Ainsi, la sucrerie de la Roseraye aurait été également à la pointe de l’industrie sucrière comme bon nombre de fabriques de sucre à l’apogée et a également connu les crises sucrières de l’île. Le sucre transitait par la  marine de Sainte-Rose, située à quelques centaines de mètre de là.

Les machines à sucre de la Roseraye
La fièvre de la fabrication du sucre atteint l’île bien tardivement par rapport à ses consœurs, Ile de France ou colonies caribéennes. Mais en réalité, ce retard permet aux sucriers de s’équiper directement de machines performantes. Cette mécanisation à la pointe du progrès amène un gain de temps, une économie en énergie et en personnel, et, des bénéfices inéluctables. La main d’œuvre esclave disparait, même si elle est remplacée par les « engagés du sucre », les machines permettent de produire plus à moindre coût. Pendant la grande période sucrière, l’ensemble des moulins sont équipés de machines à vapeur la plupart du temps commandée en Angleterre.

Les machines à sucre de la Roseraye
D’après Jean-François Géraud de l’Université de La Réunion, la machine de la Roseraye comme celle du Chaudron, est «composée d’une grosse chaudière en fer fondu boulonné, supportée par des coussinets de fer reposant sur  des madriers. Le tout était ancré sur un massif de maçonnerie. Dans la chaudière se trouvait un tube à deux branches qui véhiculait la chaleur. A l’une des extrémités se trouvait le foyer, que l’esclave « chauffeur » alimentait avec des mâchures de canne ; à l’autre  extrémité, où sortait la fumée, se trouvait un diaphragme pour régler le tirage. Sur le dessus de la chaudière on voit le cylindre de fer foré dans lequel joue le piston en acier poli ; il est relié au balancier qui communique le mouvement à la bielle qui entraine un immense volant en fer fondu. Tout ce dispositif est supporté par des colonnes de fer. Le volant tournant, il fait tourner le moulin. Un axe oblique, que le volant fait tourner, ouvre et ferme alternativement  les robinets qui font monter et descendre le piston. »

Les machines à sucre de la Roseraye
« La chaudière se trouve être une citerne d’où l’eau est élevée par une pompe aspirante et foulante dont la tige est attachée au balancier. Un robinet, actionné par un flotteur règle dans la chaudière le niveau de l’eau qui doit rester constant. L’esclave conducteur de la machine, qui était à droite, vérifiait ce niveau grâce à deux petits robinets... Une romaine en fer, graduée jusqu’à 73 livres, permettait  au conducteur de mesurer la pression de la chaudière : une soupape s’ouvrait lorsque la pression atteignait 50 livres. Un régulateur à boules, agissant sur un robinet, permet d’arrêter le mouvement. Cette machine qui consommait peu de combustibles était très robuste : au Chaudron, on l’utilisa pendant quarante ans. »

Les machines à sucre de la Roseraye
Une autre machine fait son  apparition en ce début de XIXe siècle, le broyeur à cannes. Un "moulin à cannes" vu par A. Billard en 1822 : "Trois cylindres verticaux placés à côté les uns des autres y sont mis en mouvement par un manège de mulets...ou par un courant d'eau (comme à la Roseraye) qui, au moyen d'une roue communique le mouvement aux cylindres. Les cannes... sont présentées à l'entre-deux des cylindres qui, en tournant en sens inverse, attirent rapidement ces cannes et les rendent broyées de l'autre côté... Le jus de la canne  tombe sur une table de pressoir, d'où il se rend par un conduit dans un autre bâtiment..." 

Les machines à sucre de la Roseraye
Le Broyeur de la Roseraye comporte 3 gros cylindres en métal placés à l’horizontal.  Selon J-F Géraud, il  « était plus performant que les précédents. Les trois cylindres étaient disposés en triangle. Un pignon fixe sur l’axe du volant entrainait une roue dentée qui communiquait le mouvement au cylindre supérieur : celui-ci transmettait aux cylindres inférieurs par des couronnes. Une « chambrière » de bois servait à recevoir et introduire les cannes entre les cylindres sans engager des esclaves. Une vis de rappel permettait de rapprocher plus ou moins les cylindres en fonction de la grosseur des cannes. On pouvait aussi passer 15 à 20 cannes à la fois, c’est-à-dire130 à la minute, et l’on obtenait 25.50 litres de vesou (jus de cannes) à l'heure."
Les esclaves que chacun croyait uniquement aptes au travail de la terre, s’adaptent aux machines et se transforment en techniciens. Au fil du siècle alors que la technologie évolue encore et toujours, les engagés à leur tour deviennent de fins ouvriers et des techniciens aguerris.

Sources : Documents personnels famille Adam de Villiers




1.Posté par cris le 22/08/2009 08:55

Que voilà un article riche et intéressant ..Nous , Réunionnais , nous ne connaissons pas la richesse historique de notre île ..et "on" veut nous en imposer une vue partielle et revisitée ..alors qu'il faudrait exhumer et remettre en valeur des sites oubliés ..merci S Thirel et Z'Infos .

2.Posté par Verjany le 22/08/2009 15:49

Bel article en effet, mais pas si étonnant que les réunionnais préfèrent parfois oublier ces vestiges d'un temps passé et on l'espère révolu marqué de souffrance et de vexations.
N'oublions d'ailleurs pas que la famille qui possèdent encore la Roseraye a maintenu et tenté par tous moyens de conserver un état d'esclavage à Sainte-Rose jusque dans les années 1980. Les plus âgés doivent encore s'en souvenir.
Laissons la forêt avaler ces machines couvertes de la rouille de la honte. Ni le tourisme ni l'histoire n'a à gagner à déterrer les mauvais souvenirs.

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 22/08/2009 18:08

au contraire, il serait bon que ceux qui possèdent ces vestiges, les mettent en valeur..qu'attends la Région pour proposer quelque chose..?

4.Posté par azalee le 22/08/2009 21:42

Je ne vois vraiment pas pourquoi vous parlez de "rouille de la honte" ! En quoi est-ce honteux de broyer la canne et d'extraire le sucre ?

5.Posté par Montfort le 23/08/2009 14:37

Toujours de qualité ces épisodes de voyages dans le temps. Pourquoi dépenser tant d'argent pour la création d'une maison "pied de riz francoise V " Il suffirait de restaurer tous ces lieux témoins de l'histoire Réunionaise. Donc pas d'accord avec post 2 Verjany, il faut réhabiliter ces sites sinon fermons aussi les camps témoins de la shoa.. Encore Bravo Sabine Thirel, il faut éditer...

6.Posté par gratoncui le 23/08/2009 17:28

état d esclavage à ste Rose jusque dans les années 80?! nana un la du fumm la barbe maisse.

7.Posté par whylliams le 29/08/2009 20:47

Voila un endroit ,comme dit le poste 3 qu'il faudrais mettre en valeur,pour nos enfants, on attendras un ti coup de pouce du maire de sainte'rose.Pas besoin de grand chose juste les mettre en valeur ,les degager de la vegetation ainsi que les fondations,pour pouvoir en faire un site touristique,

8.Posté par genevrier le 05/09/2009 09:56

Nous y sommes!
A force de politiser tout, d'avoir des hontes qui ne devraient pas etre, nous laissons detruire notre patrimoine!Nous nions notre passé pour ne pas heuter la susceptibilité de certains! Encore un tresor qui s'en va sous la rouille et la betise....Une question...En metropole laisse-t-on pourrir les chateaux de la loire ou Versaille sous prétexte qu'ils ont vus trimer des serfs?
C'est nul!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes