Politique

Les hommages se succèdent suite à la disparition de Winnie Mandela

Mercredi 4 Avril 2018 - 10:21

Suite à la disparition de l'ex-femme de Nelson Mandela, Winnie Mandela, décédée lundi à l'âge de 81 ans, de nombreux partis et responsables politiques locaux ont tenu à rendre un hommage à cette figure de la lutte anti-apartheid.


Nous avons appris hier soir le décès de Winnie Mandela. Cette femme, mère de famille, militante, figure de la lutte anti-apartheid, est devenue le symbole de toute une nation.

Surnommée "Mama Africa" elle a mis sa vie au service de son peuple.

Malgré quelques outrances et débordements, elle n’a jamais failli et aux moments les plus difficiles, elle a fait face avec une farouche détermination.

Femme engagée, Winnie Mandela a plusieurs fois été emprisonnée. Elle avouait elle-même ne plus savoir le nombre de fois où elle avait été jetée en prison, "où les prisonniers politiques étaient mêlés aux autres prisonniers, avec seulement une natte et une petite couverture".

Cela n’est pas sans nous rappeler d’autres femmes actuellement prisonnières qui, à l’image de Winnie, se battent, elles aussi pour la libération de leur pays.

Son pays a été finalement libéré du régime honteux de l’apartheid. Son combat, son courage et sa dévotion sont ce que le monde entier retiendra d’elle.

Les femmes communistes de La Réunion ont fait partie de ceux qui, dans le monde, ont milité et apporté leur soutien à la lutte anti-apartheid, aussi nous souhaitons saluer aujourd’hui la mémoire de Winnie Mandela.
-  Les femmes communistes de La Réunion

L'Union des Femmes Réunionnaises salue avec émotion l'infatigable combattante anti-apartheid qu'elle fut. Pendant les 27 années d'emprisonnement de Nelson Mandela, elle s'est dressée contre l'infâmie de la ségrégation raciale, par la parole et par les armes.
Pendant ces années de combat, les Réunionnaises et les Réunionnais ont été solidaires des Sud-Africains pour mettre fin au régime de l'Apartheid. L’UFR a sans relâche manifesté son soutien au peuple sud-africain. Durant ces années terribles notre organisation a toujours manifesté le 9 août Journée de la Femme Sud-Africaine.

Depuis La Réunion, nous avons rejoint la protestation internationale contre les massacres de Sharpeville, de Soweto, contre l'assassinat de Steve Biko...

Nous avons rejeté avec force, l'implantation d'un consulat sud-africain à la Réunion. Winnie Mandela a été cette grande figure indomptable qui a inlassablement dénoncé et combattu le régime blanc raciste.

L'UFR n'oublie pas cette ardente combattante de la liberté, un roc pour l'Afrique du Sud, un exemple de courage et de détermination.
- Huguette Bello, présidente de l'Union des femmes réunionnaises
 
La mère de la nation Winnie Mandela née le 26 septembre 1936 à Mbizana, est décédée le 2 avril 2018 à l’âge de 81 ans, l’ex épouse de Nelson Mandela de 1958 à 1996 avait porté le flambeau de la lutte contre l’apartheid durant les 27 ans d’incarcération de Nelson Mandela. Une femme politique, parfois même controversée dans la lutte des Noirs, devenue députée au sein du parti de l’ANC, qui a fait résonner la voix des Sud Africains afin d’achever le chantier débuté par Nelson Mandela concernant une redistribution des terres aux bénéfices des noirs en Afrique du Sud. 

Après son long combat en faveur de l’abolition de l’apartheid, Winnie Mandela participe activement à une reforme radicale en ce qui concerne l’expropriation des terres sans compensation aux Sud Africains blanc qui possédaient 72% des terres agricoles pour une population de 8%. Elle n’hésitait aucunement à relayer "la nation arc en-ciel" qu’est l’Afrique du Sud, au rang "d’illusion".
Le CRAN Réunion salue la mémoire d’une guerrière Sud Africaine qui a vaincu à juste titre le privilège blanc sur une terre africaine composée de 82% de noirs, car pour Winnie Mandela : "La richesse de ce pays est toujours entre les mains d’une minorité de blancs".
La mère de la nation Sud Africaine, l’icône de la lutte contre l’apartheid, la jeune femme de Soweto reposera éternellement auprès des grands guerriers et guerrières qui ont consacré leur existence à lutter contre l’injustice des blancs, le racisme des blancs, la domination des blancs, et cela même en terre africaine.
- Erick Murin, CRAN Réunion
NP
Lu 1079 fois



1.Posté par sinsonido le 04/04/2018 12:28

Un petit bémol à votre façon de présenter cette icône qui a eu un côté sombre méconnu du public :

« Winnie s’était entourée de gardes du corps peu recommandables, le Mandela United Football Club, qui semaient la terreur dans Soweto. Le capitaine du club était Jerry Richardson, mort dans sa cellule en 2009 alors qu’il purgeait une peine à perpétuité pour le meurtre de Stompie Moeketsi, un gamin de 14 ans enlevé avec trois autres garçons et battu à mort dans la maison où nous serons bientôt assis autour d’une tasse de café. Winnie a été condamnée à six ans de prison pour enlèvement, peine qui en appel a été réduite à une simple amende.

En 2003, elle est reconnue coupable par la justice sud-africaine de 43 accusations de fraudes, de 25 accusations de vols et est condamnée à quatre ans de prison. Récemment, Winnie fustigeait le train de vie des dignitaires de l’ANC

Quelques jours avant de fêter ses 81 ans, le 26 septembre 2017, elle avait accordé à Jeune Afrique un long entretien qu’elle conclue ainsi : « La nation Arc-en-Ciel est un mythe total »

2.Posté par raphael le 04/04/2018 14:17

à propos de "l'hommage" de mr eric murin du cran:
ce courrier respire le racisme anti-blanc; que dit la loi? que fait la loi? le racisme est puni par la loi, et pas seulement le racisme "anti-noirs"; je suppose que mr erick murin se serait empressé et fait une joie de porter plainte pour peu qu'à la place des mots "blancs" eurent été écrits les mots "noirs"..

3.Posté par Paul Hoarau le 04/04/2018 14:45

Il y a sûrement d'autre personne, à honorer sur cette bonne terre : si j'ai une larme à verser, se serait pour les victimes de cette dame, qui ont subi l'horrible supplice du pneu !

4.Posté par Chris le 04/04/2018 14:59

Les commentaires des politiques ou associatifs manquent de discernement et traduisent une connaissance assez imparfaite du rôle joué par Winnie Mandela. Certes, elle s'est dressée avec constance et courage contre l'apartheid en relayant l'idéal de liberté emprisonné à Robben Island porté par son mari mais elle a aussi bien plus tard fait preuve d'une grande cruauté à l'égard de jeunes Sud-Africains considérés comme sympathisants du pouvoir blanc.
On ne peut mettre sur le même plan son extrémisme (et, pourquoi ne pas le dire, son racisme) et l'humanisme de Nelson Mandela. Le pays va lui rendre hommage mais ce ne sera probablement pas avec cette unanimité et cette ferveur qui avaient entouré la disparition de son ex-mari. Quand le corps de Nelson Mandela avait été exposé en 2013 à Prétoria, à l'Union Buildings, siège de la présidence et du gouvernement, pendant 3 jours il y a eu des files interminables pour honorer ce grand dirigeant. J'étais parmi tous ces gens et quand j'ai enfin pu moi aussi m'incliner (brièvement car on ne pouvait pas rester longtemps vu les dizaines de milliers de personnes qui faisaient dignement la queue), j'ai été submergé par une émotion à nulle autre pareille. Les journaux avaient alors fait le rapprochement avec ces files impressionnantes qu'avait connues le pays en 1994 pour les premières élections multiraciales. Et si je peux me permettre, Winnie Mandela ne mérite peut-être pas le surnom de Mama Africa. Pour moi, je le réserve à l'incomparable Miriam Makeba!

5.Posté par Yab bon des hauts le 04/04/2018 17:47

Le révisionnisme historique et le roman national sont monnaie courante partout.
Mais l'oligarchie mondialiste a besoin de ces icônes pour faire tenir son discours par lequel leur vital maintien au pouvoir prévaut.

6.Posté par A mon avis le 04/04/2018 18:26

Monsieur Erik MURIN du CRAN Réunion :
Vous concluez par
" ...grands guerriers et guerrières qui ont consacré leur existence à lutter contre l’injustice des blancs, le racisme des blancs, la domination des blancs, ..."

Avec moins de parti pris "anti blancs", qui pourrait laisser percevoir quelque relent raciste, vous auriez pu conclure ainsi :
"... grands guerriers et guerrières qui ont consacré leur existence à "lutter contre l'injustice, le racisme, et le despotisme".

Car, de nos jours, l'injustice, la domination despotique, le racisme, ne sont pas l'apanage des seuls "blancs", même et surtout en terre africaine !

Remarque : le parcours de Winnie Mandela, n'est pas sans tache ! Mais bon, dans l’hommage rendu à une défunte, il est logique d'oublier les petits à-côtés "noirs" de son âme.


7.Posté par Zarlor le 04/04/2018 18:39 (depuis mobile)

Le Cran lire byin lo liv listwar Winnie Mandela..Li té in vré sèf de gang kan lapartèd té fini..Et pou rézon li té in zépine dann ''pié Madiba alork li té essèye mett'' don péi an ord''..Gramoun la la largue à èl pou marié ek Graça Machel..

8.Posté par PATRICK CEVENNES le 04/04/2018 20:06

fukcd473
Rappelez-moi pourquoi Nelson s'est séparée de cette #denoncetatruie ?
Et Uguette de l'Hermitage qui en rajoute une louche. Pdr !

9.Posté par L'Ardéchoise le 04/04/2018 20:42

A mon avis, tout à fait bien votre post...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 14:29 PS: "Didier Robert fait comme Emmanuel Macron"