Economie

Les fleuristes remontés contre la concurrence déloyale des vendeurs de bord de route

Mercredi 12 Juin 2019 - 14:33

Photo : PB
Photo : PB
1er mai mais aussi fête des mères, 1er Novembre, Saint-Valentin... Régulièrement, des vendeurs de fleurs prennent place sur le bord des routes, au grand dam des véritables fleuristes. Dénonçant une concurrence déloyale, des membres de la profession ont rendez-vous à l'antenne saint-pauloise de la Chambre de métiers ce jeudi après-midi pour faire entendre leur colère. 
 
"Ces vendeurs exemptés de toutes charges sociales ou patronales s’installent sur le bord des routes après avoir obtenu des autorisations auprès des communes, et cassent le prix de l'art floral de façon totalement injuste et inappropriée", s'insurge Marie-Christine Assani, gérante de Créafleurs Réunion. À l'initiative du mouvement de protestation, la fleuriste évoque des "ventes sauvages illégales" et réclame "un alignement des prix sur le marché" ainsi que"l'application des lois par les autorités compétentes".

Pour rappel, l’exercice d'une activité commerciale sur le domaine public est soumis à l’obtention d’un permis de stationnement ou d’une permission de voirie délivré par les autorités locales. Et c'est à ces autorités locales de vérifier que les demandeurs exercent régulièrement leur activité (articles L. 2213-6 et L. 2215-4 du Code général des collectivités territoriales).

Une pétition lancée

Également en ligne de mire, le comportement des grossistes qui "vendent à n’importe qui, sans kbis", ou qui se mettent "eux-mêmes sur le bord de la route pour vendre". Le tout à prix cassé. "Les grossistes doivent rester grossistes. S’ils veulent faire du détail, ils se mettent au prix du marché !".

Bien que le cas du 1er mai soit particulier - car il est coutumier que les collectivités autorisent à cette période la vente de muguet par des particuliers par arrêté - là aussi, la pratique fait grincer des dents. "Ça devrait être la vente de brins, mais on trouve souvent des pots, des compositions".

Pour Marie-Christine Assani, cette "anarchie" empêche les véritables fleuristes de travailler dignement. "Aujourd’hui, même les stations services ou les vendeurs de barquettes peuvent vendre des fleurs. Il n'y a plus besoin de diplôme. Et nous, nous ne pouvons plus travailler". 

Si elle assure ne pas vouloir "empêcher les gens de travailler", la fleuriste tamponnaise juge cette situation doublement contre-productive. "Ça n'encourage pas les gens à trouver un travail. Et les fleuristes n'osent plus embaucher : à quoi cela sert de former quelqu'un si demain il peut nous faire concurrence sur le bord de la route ?" 

Une pétition a été lancée pour donner un poids supplémentaire au mouvement, et  sera transmise à la préfecture et à la Région.
M.A
Lu 5363 fois



1.Posté par MARIE le 12/06/2019 14:43

C est comprehensible et il n y a pas que les fleurs et tout cela echappe au fisc


2.Posté par Yaboss le 12/06/2019 15:46 (depuis mobile)

Quid des vendeurs sur les grands marchés forain sans déclaration, dans assurances et déclaré sans emploi pour cumulé le RSA en plus de leurs ventes...et nous, qui somme déclaré, cotisons et peinons à avoir une place pour vendre notre production.

3.Posté par Yaboss (suite) le 12/06/2019 15:55 (depuis mobile)

Les mairies par le biais des placiers sont complices

4.Posté par que dire le 12/06/2019 16:30

comme disait Coluche il suffirait que les gens arrêtent d'acheter pour que ç a se vende moins

5.Posté par st Just le 12/06/2019 16:49

je vais où c'est moins cher

6.Posté par Fidol Castre le 12/06/2019 17:38

5.Posté par st Just le 12/06/2019 16:49

je vais où c'est moins cher


"Le prix s'oublie, la qualité reste". Audiard.

Aller où c'est moins cher...okay. Mais il ne faut pas en faire un principe inflexible. Sinon on est condamné à acheter exclusivement de la merde made in China.

7.Posté par Veridik le 12/06/2019 17:44 (depuis mobile)

Tout comme les dj marrons qui vous font une soirée pour 150€ ... mais tant qu'il y aura des gens pour accepter et bien il y aura toujours de l'abus

8.Posté par Marie-denise GAILLOT le 12/06/2019 18:20

les vendeurs de bord de route ,moi j'y vais ,,tout le monde a besoin de gagner sa vie

9.Posté par Ssr le 12/06/2019 18:30 (depuis mobile)

C une blague on a le droi de consomer la merde si on veu dieu merci kil est encore d gens pr vendre d choses moin cher et fair de la concurence parceque sinon les plus pauvres ne pourrai acédé à rien et les + riche ont ka aller chez le fleuriste

10.Posté par klod le 12/06/2019 19:15

en tout cas , mwin mi aime mon "poulets grillés à plats" de "bord de route" ............. après , les fleurs .............

11.Posté par que dire le 12/06/2019 20:22

ça me fait penser aux cons qui la semaines demandent un augmentation de la la commande publique donc des impôts la semaine et mettent un gilet jaunes le samedi pour lutter conter la hausse des impôts

12.Posté par Nico le 12/06/2019 21:25

Comme les grandes enseignes qui vendent tout et qui font beaucoup de mal aux petites entreprises

13.Posté par Fleuriste le 12/06/2019 21:51

Il faut arreter crier même des fleuristes professionnelles sont sur les routes, ils cassent les prix mais c'est leur problème. Dejà plaignez vous auprès des 3 chambres consulaires, c'est eux qui fournissent les kbis ou n°siret avec des activités de production diverses.... ou le vendeur peut vendre ce qu'il veut, il vend ce qui est écrit sur son attestation "produits divers" cela veut dire il peut vendre n'importe quoi.. A réfléchir.

14.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 13/06/2019 01:55

Et pour les vendeurs de brèdes, de goyaviers, de jujubes, de zattes, de zévi, thon, chouchoux ? Ca fait partie de l'image péï...comme en France les vendeurs de pêches, de melons ......

15.Posté par Fanak le 13/06/2019 06:02 (depuis mobile)

Arreter les fille il y a toujour eu des vendeur de fleur couper avant la premiere fleuriste de la reunion Mdn ROCHE elle cest jamais plaint vous navez pas de client c tout et vous n''etre pas devant le cimetiere le 1 Nov a 5h du matin

16.Posté par Samwinsa le 13/06/2019 06:45 (depuis mobile)

Vendeurs fleurs su bord la route té existe ici La Rényon, fleuristes en boutique i rêvait pas d''exister.
A. Peters : " garde mon joli bouquet, monsieur madame,..., achète roses zazalées..." Respecte l''authenticité.

17.Posté par Taloche le 13/06/2019 07:33 (depuis mobile)

Si c''est un planteur qui vend ses produits sur lrs bords des routes, moi j''adhère.

18.Posté par Houli le 13/06/2019 18:43 (depuis mobile)

Si les fleuristes considèrent que les vendeurs "sauvage" leur font de l''ombre c''est qu''ils devraient se remettre en question.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Septembre 2019 - 14:05 Corsair à l'assaut de New York