Education

Les enseignants de Roches Maigres dénoncent la "gestion purement comptable du Rectorat"

Vendredi 21 Février 2014 - 07:43

Les enseignants de Roches Maigres dénoncent la "gestion purement comptable du Rectorat"
Le personnel enseignant du lycée professionnel Roches Maigres de Saint-Louis entamait hier son premier jour de grève illimitée.

Parmi les 90% des enseignants grévistes, Bruno Cahour, correspondant du syndicat FSU, livre son sentiment sur ce qu'il qualifie de "gestion purement comptable du Rectorat".

Ancré dans un secteur compliqué de Saint-Louis, selon ses propres termes, le lycée professionnel permettait jusqu'à maintenant, "en toute modestie", dit-il, de "fixer des jeunes de Roches Maigres" vers des métiers alors que beaucoup nous arrivent sans le niveau en écriture/lecture.

Ce rôle social et formateur, les professeurs le perpétuaient jusqu'à maintenant, à travers l'ouverture de formations très ciblées que l'on ne retrouve pas forcément ailleurs dans l'île.

Continuer à capter ce public difficile passait par l'ouverture de formations innovantes dans ce lycée professionnel de Saint-Louis. Aux dernières nouvelles, l'ouverture de ces filières ne seraient pas retenue par le Rectorat même si Bruno Cahour concède que l'institution de Saint-Denis compose avec une pénurie de moyens. L'objectif des enseignants de Roches Maigres était de créer une attractivité autour des filières proposées dans l'établissement.

"Nous proposions l'ouverture d'une demi-classe patrimoine bâti", qui avait pour finalité de former des jeunes à la rénovation de maisons créoles. Un autre exemple de formation qui arrivait à point nommé était celle proposée en soudure. "Avec les chantiers qui se profilent de la NRL, c'est le type de métiers dont on aura besoin", dit-il.

"Au Rectorat, ils n'ont même pas ouvert nos dossiers", croit savoir l'enseignant qui comme ses collègues, comptait "redonner un intérêt à nos filières de Roches Maigres".

Comme si le tableau n'était pas assez sombre, une baisse du volume horaire d'enseignement de l'ordre d'une centaine d'heures est programmée à la rentrée, ce qui équivaudrait, selon lui, à supprimer 5 postes d'enseignants.

La grève au lycée est illimitée. Aucun rendez-vous n'était encore fixé hier soir avec le Rectorat.
LG
Lu 719 fois



1.Posté par Irresponsables le 21/02/2014 09:28

Bien sur qu'il faut avoir une gestion comptable
Ils veulent quoi ces enseignants, que les contribuables payent sans se soucier de ce que l'on fait de leur argent ?
Connaissez vous la différence entre une société privée et une administration ?
Dans le privé, on doit gagner de l'argent avant de le dépenser
Dans l'administration, on a un budget à dépenser sans l'avoir gagné.

Et quand on voit les résultats obtenus par l'éducation nationale (française) il y a de quoi s'interroger.

2.Posté par parentslpRmaigres le 21/02/2014 10:31

Ce que certains enseignants de Roches Maigres n'ont pas compris :
référentiel de compétences des enseignants, BO du 25 juillet 2013
- Prendre en compte la diversité des élèves
- coopérer au sein d'une équipe
- contribuer à l'action de la communauté éducative
- coopérer avec les parents d'élèves
- coopérer avec les partenaires de l'école
- s'engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel

J'attends vos réponses.
L'heure n'est pas à donner des heures pour sauver des postes, pour le confort des personnels. Quel est votre bilan?

3.Posté par ah oui? le 21/02/2014 10:40

Et quand on voit des boites privées user et abuser de stagiaires utilisés ( alors qu'ils sont censés être là pour y être formés) pour remplacer le personnel qualifié , et quand les boites privées téléphonent aux proviseurs des L.P. en leur disant textuellement:" j'ai un chantier qui commence , vous n'auriez pas quelques stagiaires à m'envoyer?" et quand on voit le boulot de merde que font certaines boites privées ( dans tous les domaines) boites qui profitent de toutes les exonérations que leur octroie royalement l'état ,n'y a-t-il pas aussi de quoi s'interroger?

4.Posté par Oscar DUDULE le 21/02/2014 10:46

Je croyais que le ministère avait débloqué des postes en plus dans l'éducation nationale. Alors pourquoi des suppressions de postes. Je dois êtrE un peu idiot, mais je ne comprends pas cette contradiction.

5.Posté par Quelle bande de charlots le 21/02/2014 14:34

Enlevez- leur 300 EUROS sur leurs fiches de paye , on verra alors les enseignants se préoccuper de la gestion comptable.

6.Posté par milie974 le 21/02/2014 15:31

Toutes les personnes qui ont publiés sur l'article ont un QI pas très élevé... Les pauvres...

7.Posté par noe le 21/02/2014 16:33

Toutes les études le démontrent : parmi tous les facteurs influents, c’est de la qualité de l’enseignant que dépend le plus la réussite des élèves. Une telle responsabilité de l’enseignant s’accompagne, de plus, d’attentes toujours plus exigeantes à son égard. La société française a beaucoup changé, et avec elle le rôle attribué à l’école, et plus spécifiquement, à l’enseignant. Qu’attend aujourd’hui la France de ses enseignants ? Comment les aider à assumer l’ensemble de leurs missions ?
Soit le système éducatif a un coût que le gouvernement a réduit et cherche encore à réduire. Les dernières orientations de ce système restent trop fortement guidées par les contraintes de restriction budgétaires.
Certes la crise nous affecte tous aujourd’hui, cependant l’investissement ne m’apparait pas suffisant : le VISAGE DE SOCIETE DE DEMAIN réside de façon importante dans la façon d’éduquer nos jeunes.
Il me semble important de REVALORISER l’enseignement et de notamment REINVESTIR ... dans les créations des postes attractifs !

8.Posté par ndldlp le 21/02/2014 18:36

avec le coût de deux profs actuels, on pourra en financer un 3eme..

reste à solutionner le problème des classes..

9.Posté par Esmeralda le 22/02/2014 09:10

Vive la gestion comptable ! cet argent n'est pas celui des profs mais celui des contribuables.
Stop aux gaspillages, et tout le monde sait que les profs veulent se gaver d'heures sup

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter