MENU ZINFOS
Social

Les dockers réclament trois millions d’euros de préjudice à la COR


Evincés “comme des malpropres” du capital de la Coopérative ouvrière de La Réunion en 1994, deux cent quatre dockers demandent réparation des préjudices moraux et financiers subis depuis quatorze ans. Cent d’entre eux intentent une action devant la Commission d’arbitrage de la Confédération générale des Scop, mardi prochain.

Par Jismy Ramoudou - Publié le Vendredi 24 Octobre 2008 à 07:26

Les dockers réclament trois millions d’euros de préjudice à la COR
Ils étaient plus d’une soixantaine hier à la Rivière-des-Galets, au Port, venus dire à la presse leur détresse, leur désespoir et leur espoir.
La détresse, ce sont ces quatorze années qui ont suivi leur éviction du capital de la Coopérative ouvrière de La Réunion, fondée en 1992 par Paul Vergès, actuel président de la Région Réunion et par deux cent vingt-six dockers.
“Paul Vergès l’est venu voir à nous, li l’a dit à nous, la COR sera le meilleur outil pour travailler, ce sera comme notre maison”. Ainsi la loi sur la mensualisation du travail des dockers, appliquée à partir du 1er août 1994, est passée sans dégâts.
Une fois cette loi entrée en application, Jacques Virin qui a succédé à Michel Dioflar au poste de directeur, a évincé deux cent quatre dockers associés, à l’issue d’un conseil d’administration. Une performance exceptionnelle réalisée au vu et au su de tous, qui n’a ému ni le syndicat CGTR Ports et Docks, ni les caciques du PCR ou d’un quelconque parti politique d’ailleurs.
Un directeur qui vire deux cents quatre dockers associés, du capital de leur société en leur envoyant un chèque de 2 000 francs, à l’époque, pour racheter leurs parts sociales, sans que cela n’offusque personne, c’est sans doute unique dans les annales. “C’était ça not désespoir. Personne i voulait parle de cette injustice, not’ syndicat l’avait lâche à nous. Beaucoup parmi nous i gagne ni lire, ni écrire”.
C’est également au cours de ce conseil d’administration mémorable, et sans convocation préalable, que “le directeur Jacques Virin a nommé Jacques Virin, président directeur général de la COR”. Jean-Bernard Gaillac et la plupart des dockers n’appréciaient ni l’ancien directeur, ni le nouveau PDG.
C’était surtout ses méthodes”. Jean-Bernard Gaillac a aussi attaqué Jacques Virin sur sa gestion. Dans un courrier à la Confédération générale des Scop, le docker dénonçait  le climat détestable pour les dockers. Quelques jours plus tard, Virin l’a viré, lui aussi.
Il est vrai aussi qu’il réclamait avec insistance les documents comptables de la COR. Une décision du tribunal de commerce lui a donné raison. Jean-Bernard Gaillac et la première centaine de dockers du collectif espèrent que la Commission d’arbitrage de la Confédération générale des Scop, leur donnera raison, mardi prochain.
“Ce sera un élément important pour les autres actions en justice et ce pour réclamer trois millions d’euros pour la première centaine de dockers. Ce chiffre sera revu à la hausse si nécessaire lorsque la justice nous permettra d’avoir accès aux documents administratifs et comptables de la COR. Mais cette fois-ci, nous demanderons réparation pour les deux cent quatre dockers”, précise Jean-Bernard Gaillac, porte-parole du collectif.
Et, les dockers semblent déterminés. “Nous l’est prêt à bloque le port s’il le faut. Faut pas band la, i oublie que nous l’a été à bonne école. C’est zot que la forme à nous”, explique un docker. “Maintenant, nous sa bataille pou nous, pou nout famille. Et ce ne sera que justice…”






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes