Océan Indien

Les députés approuvent la limitation du droit du sol à Mayotte

Jeudi 12 Juillet 2018 - 08:21

L'aéroport sur l'ile de Petite Terre
L'aéroport sur l'ile de Petite Terre
Les députés ont adopté hier, en commission, le projet de loi asile-immigration et ont validé l’article sénatorial qui exige pour les enfants nés à Mayotte que l’un de ses parents ait, au jour de la naissance, été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois. Une modification qui était soutenue par le gouvernement.

Le Conseil d’Etat avait jugé cette "adaptation limitée, adaptée et proportionnée à la situation particulière de Mayotte", estimant que le texte "porte sur l’un ou l’autre des parents et fixe un délai de résidence régulière assez bref".

Le président de la République avait donné son aval à cette évolution dans un discours consacré à l’outre-mer, le 28 juin dernier. Il avait soutenu "cette évolution qui fait consensus sur le territoire" et cette démarche "adaptée et équilibrée". "Il s’agit de préserver le droit du sol, qui est l’un de nos principes fondamentaux, en adaptant ses conditions d’exercice à la réalité de ce territoire", avait estimé le président de la République.

Dans sa proposition de loi, le sénateur LRM Thani Mohamed Soilihi avait rappelé qu'à Mayotte, 74 % des enfants naissent de mères étrangères, en l'espèce des Comoriennes venues enceintes accoucher à Mayotte dans des kwassa-kwassa, au péril de leur vie. Nombre de ces migrants ne parviennent jamais à destination et périssent noyés.

La députée LRM de Mayotte, Ramlati Ali, a de son côté rappelé que la maternité de Mayotte est devenue la première de France, avec 10.000 naissances par an. "A ce rythme, il faudrait construire une classe par jour, alors que déjà les élèves ne peuvent aller à l’école qu’en rotation le matin ou l’après-midi", a-t-elle souligné, en mentionnant également la présence de "3.000 mineurs isolés".

Le parti Les Républicains de Laurent Wauquiez a immédiatement tenté de s'engouffrer dans cette brêche au droit du sol en prônant l’extension de cette restriction à l’ensemble du territoire "au nom de l’unité du droit de la nationalité". Une initiative qui a rencontré l'opposition du gouvernement.

La loi sera débattue devant l'ensemble des députés à partir du 25 juillet avant de repartir devant le Sénat.
Pierrot Dupuy
Lu 2504 fois



1.Posté par LORHEIN le 12/07/2018 09:38

ENFIN !!!

2.Posté par De Rome AGUILAR le 12/07/2018 09:42

Humainement,

C'est de notre devoir d'accueillir ceux qui sont dans le besoin.

Nous ne pouvons regarder d'autres êtres humains mourir, alors que nos multinationales ne se privent pas de s'enrichir sur leur territoire.

Cependant, nous devons également ouvrir les yeux... accueillir oui ... mais si c'est pour laisser les gens dans des jungles comme à calais .. peut on appeler cela de l'accueil ?

Nous devrions limiter les entrées, mais offrir un accueil digne de ce nom aux migrants.

Ensemble nous pouvons accomplir de grandes choses... C'est en laissant les portes ouvertes à tout le monde et en n'offrant rien à ceux qui parviennent à entrer sur notre territoire, que nous ouvrons les portes au racisme et aux actes de violence.

Oui à l'immigration réfléchie et maîtrisée. Non au populisme et au KLODISME. ;)

3.Posté par JORI le 12/07/2018 11:12

Bravo à nos parlementaires. Cela me paraissait plus que nécessaire.
Les Comores ne fuiront plus leurs responsabilités en disant à ses concitoyens que si les conditions de vie ne leur plaisent pas aux Comores, allez à Mayotte.

4.Posté par helene le 12/07/2018 11:18

quelle honte, comment peut-on voter une telle loi ? il n'y a pas de mot pour décrire une telle bassesse !
sans compter que le conseil constitutionnel ne pourra laisser passer cette différenciation de devenir français en fonction de là ou on nait sur le territoire national !

5.Posté par pacha25 le 12/07/2018 11:36

a Rome AGUILAR : si ensemble on peut accomplir de grandes choses comme vous dite ,alors donner nous l’exemple , prenez en quelqu'uns chez vous , si vous avez une pièce de libre ou un petit bout de terrain non???
fournissez leurs le gite et le couvert .
Ah oui j'oubliais ...toujours plus facile derrière un clavier n'est pas !!!!!

6.Posté par Marc le 12/07/2018 11:47

4. Le Conseil constitutionnel va la valider sans la moindre difficulté (c'est tout le sens de l'expertise du conseil d'Etat). Je vous présente l'article 73 alinéa 1 de la Constitution.

7.Posté par Ti tangue clandestin le 12/07/2018 11:53

@ 5. pacha25 le 12/07/2018 11:36
Avec une chambre ? Il fera une très belle action car l’hebergé pourra à son tour Hébergé un cousin et sa famille de l’île voisine , ils feront la fête tous les après midi avec leurs cousins et cousines de Saint André , tandis que l’humaniste post 2 ira travailler elle est pas belle la vie hi hi hi ... il est loin le temps de la vente des saisis et autres babioles où ils étaient si polis , gentils, aimables ....

8.Posté par De Rome AGUILAR le 12/07/2018 13:04

A pacha25 :

EN effet tout aussi simple que de juger les gens sans les connaître ! :)

N’ai je donc pas le droit de donner mon avis ? La liberté d’expression est proscrite ? Des jugements de valeur immédiatement ..

Pourquoi pas ?
Je préfère donner de mon temps et de mon espace que de l’argent à des systèmes mal gérés ...

Je n’ai jamais refusé de l’espace chez moi à quelqu’un qui ne savait pas où dormir ...

Pensez ce que bon vous semble .. quelle est votre solutiOn ?

A part me dénigrer vous ne proposez rien ...

9.Posté par etpuisquoi le 12/07/2018 13:08

c'est bidon cette loi. 3 mois de présence, du coup ces futures mères vont arriver 4 mois avant le terme sur le territoire...

10.Posté par Vache à Lait le 12/07/2018 13:10

Post 2
Tu me fait rire
Regarde cela on en reparle.
https://m.youtube.com/watch?v=t9V4YuYex1A

11.Posté par Amiral la Po le 12/07/2018 14:02

Helene ouvrez grands vos portes,fenêtres,porte monnaies....et vos bras!
Donnez l'exemple et on vous suit!
Chiche!

12.Posté par Chris le 12/07/2018 14:54 (depuis mobile)

Là les choses peut être ça diminue ??? Bravo les élu

13.Posté par Marc le 12/07/2018 16:19

9. 3 mois de présence légale. La nuance est conséquente.

14.Posté par LBB le 12/07/2018 17:31

Croyez-vous que cette " mesurette " va les empêcher de venir ? Le " droit du sol " doit être tout être tout simplement supprimé sur tout le territoire français.

15.Posté par Jp POPAUL54 le 12/07/2018 18:15

Et cela devait changer quelque chose ??
Les futures maman arriveront plus tôt et parviendront vite à contourner ce délai de résidence.
La première maternité de France ne perdra pas son titre "honorifique".

16.Posté par loulou le 12/07/2018 18:48

la France n' a plus les moyens de jouer à la marie bon cœur, des gens qui bossent et qui n'arrivent plus à venir aux bouts si les immigrés viennent en France bonne question ?

17.Posté par Gerard le 12/07/2018 20:01

Ah les Bobos bisounours, venez ici à St André, Zac Fayard, là où il fait si bon vivre et cotoyer des gens qui ne peuvent, ou ne veulent s'intégrer, à passer leur journée à dégrader, boire, chaparder, se quereller !

Sans connaitre, il est facile de se prononcer, voir passer pour un humaniste !

18.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 12/07/2018 20:08

Du pipeau. Qui peut-croire à cette loi "coup d'épée dans l'eau du lagon".

Cette loi ne changera rien pour les candidats comoriens. Quand on a faim, on a pas le temps de lire une loi étrangère et le raisonnement de croire que les gouvernants comoriens font faire la leçon à ces candidats est totalement "inconvainquant". Les gouvernants comoriens ne pensent qu'à une chose "se remplir la poche" .


On empêche pas les voleurs de voler malgré les lois. Soit on installe une alarme, soit on monte la garde, soit on paye un vigile. Il en résulte qu'il faut "barrer l'entrée" de Mayotte. Or, on ne barre pas avec une loi. On barre avec des moyens matériels et en les circonstances la France n'a pas les moyens d'empêcher cet exode vers les soins, le pain.

30000 clandestins/an. Vous les renvoyez ? Il en revient autant. Les femmes accoucheront à Mayotte et les soins seront à la charge des français car cette loi ne règle que le problème d'octroi de la nationalité mais pas les problèmes inhérents à ces accouchements massifs. L'enfant n'aura pas la nationalité. No, problème, il grandira à Mayotte et si la mère et l'enfant sont renvoyés, ils reviendront par le premier Kwassa.

...........................

Dans sa proposition de loi, le sénateur LRM Thani Mohamed Soilihi avait rappelé qu'à Mayotte, 74 % des enfants naissent de mères étrangères...

Ces mères étrangères fricoteront avec des mahorais et le tour sera joué. Restera le test de paternité. Qui paiera ? A la Reunion, la Justice ne peut déjà plus payer les tests osseux pour déterminer l'âge des clandestins.


Il faut être lucide. C'est un phénomène d'ampleur et on ne le jugulera pas avec quelques mesurettes. Il faut régler le problème à la source.

19.Posté par Question à Rome AGUILAR le 12/07/2018 20:29

C'est qui cette méchante multinationale qui s'enrichit au Comores???

20.Posté par Thierrymassicot le 12/07/2018 22:17

Bande de voyous! Jamais je l'espère le Conseil Constitutionnel ne validera une telle gabegie...Sauf à dire que Mayotte, c'est pas en France...Une seule Loi, une seule éthique partout ou flotte notre drapeau tricolore....Si problème d'immigration, mettre plus de Police de frontière......C'est vraiment n'importe quoi...Personne ne se rend compte que le fait d'appliquer la Loi à sa guise, la modifier deci-delà est la plus belle façon de diviser, d'opposer les citoyens selon leur géographie???? Vivement que Macron soit dégagé.......J'ai voté pour lui, pas le choix sinon on aurait pire que tout..La Trump au féminin........Putain Charybde moins pire que Scylla......Au secours Homère renvoie nous Achille qu'il détruise dans sa furie cette démesure qui s'installe même plus insidieusement mais outrageusement, inexorablement.....Cà pue en Europe, de plus en plus....Ca pue de plus en plus l'odieux parfum des années trente.

21.Posté par Marc le 13/07/2018 12:31

20. Vous, vous n'avez jamais lu notre Constitution...

22.Posté par loulou le 13/07/2018 16:38

la France ne gouverne plus c'est bruxelles qui commande ,et qui tire les ficelles , vive la France et les joueurs d'accordéons

23.Posté par loulou le 14/07/2018 20:01

vive la France et les joueurs d'accordéons , mayotte un cadeau empoisonné pour la France et une patate chaude pour les présidents

24.Posté par loulou le 17/07/2018 16:21

ils sont au début de la départementalisation il faudra mettre des sous sur la table pour construire MAYOTTE surtout pas d'erreur en histoire en leurs disant que vos ancêtres étaient des gaulois

25.Posté par Ressources pétrolières le 04/08/2018 13:27 (depuis mobile)

Je vous invite à consulter les résultats des recherches pétrolières dans la ZEE avoisinante et vous comprendrez l''intérêt de la France pour ce territoire.

26.Posté par li même ça le 18/08/2018 08:49

la seule solution rendre Mayotte et tous les Mahorais aux Comores auxquelles ce pays et habitants appartiennent. la France a fait une grossière erreur d'ancien pays colonialiste, il est temps de le reconnaître.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2018 - 10:00 La peste fait 2 morts à Madagascar