Société

Les déficits en eau persistent malgré des événements pluvieux soutenus

Mardi 16 Mai 2017 - 17:16

Les précipitations du mois d’avril 2017 affichent un bilan proche de la normale de saison, rapporte l'Office de l'eau. "Le résultat distingue à l’ouest une région largement excédentaire, de Saint-Paul à Saint-Leu, et à l’est une zone des hauts fortement déficitaire, de Salazie à Sainte-Rose", indique le bulletin du 15 mai 2017. 

L’entrée officielle dans la saison sèche, le 15 avril dernier, est marquée par plusieurs épisodes orageux observés au cours du mois. "En ce qui concerne les rivières, les débits médians baissent entre mars et avril sur 10 des 11 stations de mesure. Cette tendance impacte l’état des cours d’eau. Les stations de la Rivière du Mât, de la Rivière des Marsouins, de la Rivière des Roches et du Bras Laurent affichent un état fortement déficitaire de la ressource, avec des écarts respectifs de -152%, -109%, -71% et -94%", précise le bulletin.  

Concernant les nappes souterraines, quelques excédents sont localisés sur les régions du Port, de l’Ermitage, de Sainte-Marie et de Sainte-Suzanne, tandis que des déficits importants restent visibles avec des niveaux piézométriques en baisse sur 12 des 20 stations de mesure. Plusieurs forages des secteurs nord, est et sud sont fortement déficitaires.

Dans l'ouest, les nappes souterraines sont globalement excédentaires. Toutefois, l’aquifère de Saint-Gilles reste fortement déficitaire (-136%) et bat le record du minimum connu pour un mois d’avril. Enfin, dans le sud, la situation est "déficitaire à fortement déficitaire". L'Office de l'eau indique en effet que "l’état de la ressource est déficitaire dans la nappe des Cocos (-33%) et du Gol (-35%). Les nappes de Saint-Pierre et de Pierrefonds (-118% et -88%) sont fortement déficitaires. Le forage Ravine Blanche dépasse le. minimum connu pour un mois d’avril".

Les déficits persistent malgré des événements pluvieux soutenus en février et mars, conclut le bulletin, qui souligne que "cette situation illustre la fragilité des ressources liée aux recharges insuffisantes de ces dernières années".


Zinfos974
Lu 812 fois



1.Posté par Veridik le 16/05/2017 18:01 (depuis mobile)

Basculer l'eau d'est en ouest et dire qu'il y a un déficit.
Not bad!

2.Posté par DOGOUNET le 16/05/2017 21:37

A vrai dire, le déficit en question est proportionnel à l'amateurisme de ces sarzer d'lo !

3.Posté par taz le 17/05/2017 11:37

Piscines pleines à l'Ouest et robinet sec à l'Est grâce au basculement ... voleurs !
Je crois qu'il faut donc rebasculer l'eau d'Ouest en Est afin de rétablir la distribution naturelle ...


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >