MENU ZINFOS
Social

Les cortèges du Nord et du Sud se sont élancés


Vers 10h15, les personnels de l'éducation et lycéens grévistes se sont élancés pour leur manifestation, aussi bien dans le Nord que dans le Sud.

Par Melanie Roddier - Publié le Vendredi 25 Février 2011 à 11:02 | Lu 1205 fois


Dans le Nord,


Le Boulevard Sud est bloqué pour laisser, en sécurité, le cortège des manifestants se rendre en direction du Rectorat. Les manifestants, environ 500 dont une partie de lycéens, veulent que le Recteur de l'Académie prenne en compte la dégradation des conditions de travail. Une audience est prévue en fin de matinée avec des représentants du Rectorat.

Ericka Bareigts du PS, et Maya Cesari ainsi que Pierre Vergès du PCR ont été aperçus.

Dans le Sud,

Le cortège s'est également élancé depuis le lycée Roland-Garros. Là encore les lycéens sont bien présents aux côtés des enseignants et rythment le cortège. Les manifestants vont symboliquement se rendre dans le centre-ville du Tampon, passer devant la gendarmerie là où Alexis Chaussalet (UNL) avait été retenu en garde à vue, puis le cortège se posera devant le parvis de la mairie. Selon les syndicats, il y aurait entre 1.000 et 1.500 manifestants dans le Sud.




1.Posté par Cambronne le 25/02/2011 11:21

Ericka Bareigts du PS, et Maya Cesari ainsi que Pierre Vergès du PCR ont été aperçus. ??? pourquoi faire
Ericka Bareigts du PS, ex Présidente de la CInor le chef d'entreprise EMR voir article de ce jour mais elle trouve le temps de manifester pour défendre des idées passéistes il est beau le corporatisme gauchiste

2.Posté par almuba le 25/02/2011 11:32

Petit Pierre et Maya, ont , enfin, une tribune pour ne pas sombrer dans l'oubli.

3.Posté par noe974 le 25/02/2011 12:00

Beaucoup de manifestants chevronnés sur nos routes , sous ce soleil de plomb ...
Beaucoup de lycéens ...

Beaucoup moins que dans les autres manifestations ...
On a l'impression que les problèmes de l'école n'intéressent pas grand monde : parents , élus de tout bord ...Bien sûr les enfants ne votent pas ...ça se comprend ...
Les riches pourront tj envoyer leurs enfants dans des écoles privées , ils ont les moyens de payer ...les autres , on s'en fiche !!!
Que deviens-tu Douce France de mon enfance ???

4.Posté par macadam cowboy le 25/02/2011 12:17

" passer devant la gendarmerie là où Alexis Chaussalet (UNL) avait été retenu en garde à vue "
un futur lieu historique de la lutte des classes et de la révolution péï !.....un mémorial y sera-t-il érigé ?
quand des posters du " chau " pour décorer les chambres d'ados ?
LoL

5.Posté par noe974 le 25/02/2011 12:38

Au royaume de l'Education Nationale , la liquidation est Reine !
Sans doute encouragé par la prime à la casse , le Recteur rivalise d'invention pour supprimer des emplois §

6.Posté par rnouf le 25/02/2011 14:07

Je suis étonné par la réponse de Noé974, auriez-vous compris les enjeux de société sur l'enseignement au delà des polémiques droite/gauche et du cas des fonctionnaires ? Je vous rejoins dans votre conviction :
- On a l'impression que les problèmes de l'école n'intéressent pas grand monde
- Les riches pourront tj envoyer leurs enfants dans des écoles privées , ils ont les moyens de payer ...les autres , on s'en fiche !!!

Tous les citoyens peuvent comprendre et approuver la nécessité des restrictions budgétaires, même les enseignants ou les fonctionnaires. Que des réformes soient nécessaires pour l'école (et la recherche), aucun ne le conteste même dans l'éducation nationale.

Un exemple simple : Le baccalauréat professionnel en 3 ans au lieu de 4, entraîne mécaniquement un baisse du besoin enseignant de 25%. A t-on intégré dans cette réforme que l'on mettait sur le marché des jeunes diplômés mineurs pour la plupart et qui auront le plus grand mal à accéder à un emploi rapidement ? Quels critères ont conduit à cela, croyez vous sincèrement que l'intérêt des jeunes ai été recherché ou que la logique comptable a primé ?
Les écoles d'ingénieurs françaises se vident d'années en années, alors que le nombre d'ingénieurs sortis des écoles chinoises ou indiennes augmente exponentiellement. Que fait-on, on attend et on blâmera les fonctionnaires de l'éducation nationale plus tard ?

La société française ne peut plus faire l'économie d'un débat sur les missions de l'école de la République. Il n'est plus possible d'accepter des simulacres de réformes soit disant géniales, qui dans un camp politique se résume à une rigueur pénalisante à la bonne marche de l'école, et dans l'autre camp se traduit par l'explosion de notre dette. Il y a nécessairement une voie médiane, ce que d'autres pays ont compris depuis longtemps.

7.Posté par parent d'éléve le 26/02/2011 06:32

j m permets de préciser que dans le privée il n'y a pas que les riches mais aussi des jeunes qui ont la bourse au mérite au brevet des collèges et préfère payé leur lycée privée pour mieux travailler car j peut vous le dire les enseignants du privée sont des professeurs méritant !!!

8.Posté par rnouf le 26/02/2011 11:18

les enseignants du privée sont des professeurs méritant : Sans aucun doute, ils le sont tout comme ceux du public, d'autant que l'état est le payeur dans le deux cas malgré les différences statutaires

il n'y a pas que les riches mais aussi des jeunes qui ont la bourse : Dans quelle proportion ? Il y a là un grand mensonge, les jeunes dans les écoles privées ne sont pas les mêmes que les jeunes dans les écoles publiques. (niveau social des parents essentiellement). Ce vous conseille le récent "théma" diffusé sur Arte sur "la classe moyenne", c'est assez éloquent sur ce point.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes