MENU ZINFOS
Social

Les contractuels de l'Académie n'acceptent plus leur précarité


Par Melanie Roddier - Publié le Jeudi 9 Décembre 2010 à 17:52 | Lu 1147 fois


Sur un appel national à manifester dans la fonction publique, le SGPEN CGTR a réussi à mobiliser plusieurs dizaines de personnels contractuels devant les grilles du Rectorat, ce matin. D'autres n'ont pu se déplacer mais étaient en grève toute cette journée.

Personnels administratifs, techniciens, documentalistes… Les contractuels du Rectorat et de l'Université, soit 168 personnes à la Réunion, exigent moins de précarité et même, un plan de titularisation pour l'ensemble du personnel.

Normalement embauchés pour répondre à un besoin ponctuel, ils occupent en fait souvent des postes permanents car ils coûtent moins cher. Après 10 ans aux espaces verts à l'Université de la Réunion, Jean-Paul Nativel a appris la semaine dernière qu'il perdra son poste au mois de février 2011. "Un courrier du président de l'Université nous avait assuré qu'aucune suppression de postes n'était à craindre, finalement lors d'une réunion la semaine dernière, on nous convoque tous et on cite les noms de ceux qui sont remerciés… Et comme si de rien n'était, nous sommes conviés mardi à un pot de fin d'année avec le président ! On nous donne à manger avant de nous jeter à coup de pied dans le derrière".

Colère et détermination ce matin. Dans le calme, une délégation a fait part de ses requêtes auprès d'un représentant du Rectorat, puis auprès du président de l'Université de la Réunion. "Le président nous a expliqué ne pas vouloir s'engager à demander une extension de budget pour sauver les 16 contractuels qui perdent leur poste en février, puis les 40 les semaines suivantes", a informé en fin de matinée Marie-Claire Françoise, la responsable des non-titulaires à l'Académie de la Réunion. Ce début d'après-midi, c'est à la Région que les non-titulaires allaient chercher un soutien.

"Une disposition législative dérogatoire pour un plan local de résorption de la précarité et de transformation des emplois précaires en emplois statutaires doit être prise sans tarder", a affirmé ce matin le représentant syndical du SGPEN-CGTR, Patrick Corré.
 
Majoritairement en CDD, les contractuels peuvent depuis 2005 passer en CDI de droit public après six ans de CDD sans interruption. Mais la règle est "trop souvent détournée, notamment par les collectivités locales", selon le ministère qui a affirmé vouloir remettre de l'ordre.

Les contractuels de l'Académie n'acceptent plus leur précarité




1.Posté par noe974 le 09/12/2010 18:08

POur entrer dans la Fonction Publique , il faut passer des concours !

On ne fait pas de passage par liste d'aptitude mais par concours et ces employés(es) le savaient quand on les a recrutés !

2.Posté par Yann le 09/12/2010 20:42

@ 1 : Vous avez lu l'article ?

3.Posté par biendi le 09/12/2010 21:59

bien di noe974, le concours lé du certes mais zot lé o courant des conditions passe concours après affection a paris creteil ou versailles na pas de surprise attente des postes par la suite qui sont pour le moment occupé par des contractuels :-)))

4.Posté par Hamza le 10/12/2010 07:16

Si pour travailler à l'université, notamment les emplois verts, il faudrait passer un concours...^^ Alors dîtes-moi pourquoi les a t'on employés avec des contrats précaires...??? Dés le départ, on aurait du leur dire de passer un concours pour emplois verts...!!! N'est-ce pas Mr Noé974...? Faudrait essayer de voir plus loin que le bout de son nez... ça pourrait servir des fois...;)

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes