Education

Les chefs d'établissements débordés, l'état d'urgence les fait craquer

Mardi 20 Septembre 2016 - 12:18

Les chefs d'établissements débordés, l'état d'urgence les fait craquer
Les syndicats d’IDFO (Indépendance et direction Force ouvrière) ont tenu une conférence de presse ce mardi pour annoncer la prochaine action hebdomadaire "Les vendredis de la colère". L’action est une initiative du bureau national qui exige une amélioration des conditions de travail des chefs d’établissements scolaires et attend une réponse du ministère de l’Éducation.
 
Les équipes de direction demandent une clarification de leurs missions, une revalorisation de leurs salaires et davantage de soutien dans leurs tâches liées à l’état d’urgence en place depuis les attentats de l’année dernière. "On ne sait plus si on est chef d’établissement ou gendarme, s’indigne Pascal Coupat, proviseur au Lycée le Verger, secrétaire académique d’IDFO et membre du bureau national. Un chef d’établissement ne peut pas de substituer à l’État et être pompier ou officier de police".
 
Ils demandent donc de l’aide dans le domaine de la sécurité, une mobilisation des services de l’État et "la création d’une commission présidée par le préfet et non le directeur".
 
"La réalité du terrain est différente de ce que l’on croit, explique Eric Boyer, secrétaire adjoint d’IDFO, on nous demande d’interdire les attroupements devant les écoles mais on ne peut pas tous les garder à l’intérieur et pas tout le monde est inscrit à la cantine donc ils doivent sortir".

Pascal Coupat précise, qu’à La Réunion, la taille importante des lycées sans restauration scolaire entraîne les attroupements à l’extérieur. "Les travaux de réhabilitation de nombreuses structures créent aussi un risque avec des zones que l’on ne peut pas surveiller", ajoute-t-il.
 
Eric Boyer rappelle également que les établissements devraient normalement être équipés de six sonneries d’alerte différentes mais qu’ "aucun ne les a".
 
Les syndicalistes réalisent qu’il y a un risque réel mais insistent : "On ne peut pas tout faire seul". Une réalisation qui fait "craquer" certains cadres et augmente les risques psychosociaux, selon Pascal Coupat.
 
Ces obligations liées à l’état d’urgence s’ajoutent à l’absence d’un calendrier et de propositions sur les Parcours professionnels carrières rémunérations (PPCR) ainsi que de la mise à jour de la charte pratique de pilotage – rappelant le cadre des missions des établissements - qui date d’il y a 10 ans. Des négociations avaient été rouvertes en juillet avec le ministère de l’Éducation, suivies de quelques révisions de plans de carrière, "puis plus aucune réponse", selon le syndicat.
 
Le vendredi, ils sont présents sur leur temps libre
 
L’IDFO a donc décidé de mettre en place les vendredis de la colère, jour où le personnel de direction sera présent dans les établissements mais effectuera une activité réduite. Pour faire passer le message, le personnel est encouragé à ne pas organiser de réunion en interne, ne pas participer aux réunions externes, ne plus répondre au téléphone, différer au lundi les réponses aux mails, porter un badge, etc. "Mais libre à chacun de faire comme il le souhaite", précise Pascal Coupat.
 
Le vendredi, les syndicalistes estiment qu'ils ont déjà dépassé leur temps de travail de la semaine. L’action devrait commencer ce vendredi.
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 6559 fois



1.Posté par Zozossi le 20/09/2016 14:23

Dis-moi pour qui tu votes, je te dirai si tu as le droit de te plaindre.

On parie que ces dignes représentants de la profession le plus conformiste de France ont toujours docilement voté pour l'UMPS?

Eh! bien, s'ils ont payé pour, qu'ils dégustent en silence!

2.Posté par jpleterrien le 20/09/2016 14:51

"Pas tout le monde est inscrit à la cantine..." Ça fait plaisir d'entendre un enseignant "qui cause bien la Fance" !

Ps : je m'adapte, hein .....

Où on voit quand même bien les différences entre le public et le privé....
D'un côté, surplus de travail pour un cadre = journée d' (in)action !
De l'autre, ben, tu bosses.....

3.Posté par chikun le 20/09/2016 16:19

C'est pour cela qu'ils mettent leurs rejetons dans des écoles privées (privées de syndicalistes comme eux....)
Faut voir leur suffisance , leur égo et leur sottise !!!
Hein?! Hein !?

4.Posté par noe le 20/09/2016 16:43

Je ne comprends pas ces "chefs ..." !
Ils sont calfeutrés dans leur bureau climatisé en longueur de journée , et ils sont entourés de secrétaires en pagaille et ils osent se plaindre et "craquer" !!!!
Lamentable !
Ils touchent le pactole en restant cravatés et osent se plaindre tout le temps !
Ils doivent être recyclés au plus vite pour le mieux être des collégiens et lycéens !

5.Posté par Loubi le 20/09/2016 19:03 (depuis mobile)

Bravo pour cette action il est grand temps de se rendre compte du foutoir qu' est devenu l éducation nationale a force de supprimer postes budgets et moyens les parents attendent quoi pour se mobiliser??

6.Posté par Saint-Pierrois le 20/09/2016 19:48

Bien parlé Noé !

celui de Terre-Sainte est invisible... (le chef...)

7.Posté par Sam le pompier le 20/09/2016 19:52 (depuis mobile)

Ça reste dans leurs bureau et ça envoie des surveillants sur le terrain, et ils demandent une revalorisation de salaires pour eux?

8.Posté par tipic le 20/09/2016 19:57

Elle est où ?. Madame E.BAREIGTS avec son drapeau noir déroulé sur le fronton de l'ancienne Mairie de saint-Denis.

Il s'agissait à l’époque, en compagnie d'un grand nombres de syndicalistes, en signe de protestation contre la politique de N.SARKOZY, de dénoncer symboliquement, la mort de l’Éducation Nationale a La Réunion.

Peut-être que les syndicalistes pourraient un de ces vendredis retourner devant la maison commune avec l’étendard noir et dire a la ministre des Outres mer que les choses n'ont pas beaucoup changées a la Réunion.

une fois sensibilisé sur la question,avec son nouveau pouvoir et un recteur réunionnais qu'elle a contribué a faire nommer dans le département, elle doit pouvoir rapidement et sensiblement améliorer la situation. Non?

9.Posté par révolution le 20/09/2016 23:06

une revalorisation de salaire???????
sa branle rien presque 4 mois dans l'année, et sa demande une augmentation?????
vivement que ce peuple de mouton se réveille....

10.Posté par Dazibao le 21/09/2016 01:41

Noé tu as raison et mille fois....

Les chefs d'établissements débordés? Dans un lycée du Moufia, il y a un chef qui est tellement débordé, tellement pris par ses missions, qu'il trouve quand même trouve le temps de débloquer un budget pour d'organiser "le café des parents" mais attention, c'est pas pour dire ce qui ne va pas......

11.Posté par Vieux Créole le 22/09/2016 21:36

- MONSIEUR Noé ,avez-vous déjà été "Chef d'un Établissement dans l’Éducation Nationale " (école ,collège ,lycée d'enseignement général ou .L.E.P. ) ? ? Que connaissez-i vous des problèmes et des difficultés qu'ils rencontrent régulièrement dans leur métier (élèves ,parents ,administrations académique ,rectorale ,conseil général ,conseil régional etc ?? SI OUI ,vous pouvez donner votre avis (quel qu'il soit ) ! !Si c'est non ,ce qui semble être le cas ,écoutez plutôt l'avis des" spécialistes" ,de ceux qui connaissent trés bien les problèmes que de toute évidence vous ignorez ! Apparemment , vous n'êtes certainement pas Président ou membre d'une Association de parents d'élèves habilités ,eux à donner un avis (SOUVENT PRIS EN COMPTE ) sur ces questions ....Vous avez retenu qu'ils °(les Chefs d’Établissements " TOUCHENT LE PACTOLE EN RESTANT CRAVATÉS ET OSENT SE PLAINDRE TOUT LE TEMPS " ! ! C'EST PETIT , MESQUIN ,IGNOBLE ET INJUSTE !!! Vous parlez exactement comme certains Elus ,SUR DES QUESTION POLITIQUES qu'ils ne maîtrisent pas et qui font de la démagogie et du populisme continuellement !!! CERTES ,Ils gagnent vraisemblablement bien leur vie ( A LA REUNION) ) grâce à une majoration de 53% "dite de vie chère", "VIE CHÈRE "qui est loin d'atteindre ce taux par rapport à la Métropole !!! En France hexagonale ,les Enseignants sont considérés comme les moins bien payés d'Europe et le Gouvernement a du mal à en recruter (les jeunes ne choisissent plus tellement l'Enseignement ! Monsieur Noé ,comme disait mon Grand-Père vous parlez comme un livre fermé:" ! Alors j'ose vous dire : TAIISEZ-VOUS ,s'il vous plaît !!! - QUI DEMANDE , QUI A DEMANDÉ, OFFICIELLEMENT , la modification de cette "sur-rémunération" reconnue par tous ?? On entend de grandes déclarations:c'est tout mais pas de propositions!! !!! - Ces 3 ou4 dernières années , le P.C.R. est monté au créneau pour dénoncer cette sur -rémunération ...Le Fondateur de ce Parti - surnommé par nos compatriotes d e "Vieux Dinosaure" de la politique a occupé pendant plus d'un demi-siècle tous les mandats politiques importants( Président du Conseil Régional de 1988 à 2010( 12 ans !) ,Parlementaire à plusieurs reprises et ACTUELLEMENT TOUJOURS SÉNATEUR DE L'ÎLE !! Quelle proposition de LOI a -t-il déposé devant le Conseil Conseil Régional ,Assemblée Nationale, ou le Sénat ??? MESSIEURS ARY ( Arouêt pour les amis ) ,Déjean , Gironcel, , , ne répondez pas trop vite !!! "Le Fondateur "de votre P..CR. , comme l'ont écrit quelques compatriotes, n'aura été qu'un habile IMPOSTEUR pendant plus de 50 ans !!! Je partage aujourd'hui ,la même opinion qu'eux ,aprés avoir relu attentivement -à travers la presse locale et parisienne - tout son parcours politique : la Politique a été sa seule vraie profession et il était aussi journaliste (Témoignages ) bien sûr ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >