MENU ZINFOS
Société

[Les anti-Chroniques biscornues de Tonton] Comme un pied-de-nez à la morosité : Moucatage quand tu nous tiens…


L’air du temps sent mauvais ; il pue, il chlingue. Télés, journaux, médias en ligne, ce ne sont que massacres entre amis, coups sur femmes et enfants, massacres y compris sans tronçonneuse, chômage, pauvreté, virus à tous les étages, 600.000 morts du coromachin au Brésil, guerre au Nagorny-Karabak, pouvoir d’achat en chute libre, tortues et dauphins empoisonnés par nos déchets… j’en passe et des plus saumâtres. Alors, en ce jour encore moins béni que les autres, je ne ferai que dans la dérision. Histoire de vous mettre sur les rails des zygomatiques en ligne. Avec, par exemple, un éloge de la paresse (Erasme me pardonne cet affront), le plaisir de ne rien faire, de coincer la bulle dans un monde vivant (si on peut dire) à 200 à l’heure, de flemmarder sans mauvaise conscience, d’être béat les doigts de pied en éventail ! Mais aussi le plaisir que procure la lecture. Je précise d’ailleurs que même le diplodocus que je suis n’a rien contre le livre informatique, même si j’adore le parfum des pages que l’on fait défiler entre ses doigts : si cela permet de ramener les gens vers la lecture et de ne plus abattre des forêts pour en faire du papier, je suis pour. Pour vous aider à décoincer le temps d’une journée, j’ai choisi des citations d’auteurs connus ou pas. Na point d’triage dans mon café. Joyeuse rigolade à tous.

Par - Publié le Lundi 13 Septembre 2021 à 15:42

Je ne pense jamais, cela me fatigue ; ou si je pense, je ne pense à rien (Courteline).
Le mouton paresseux trouve sa laine trop lourde (proverbe anglais).
Rien ne me fascine plus que le travail ; je peux rester assis et le contempler pendant des heures (Jérome K. Jérome).
C’est faire honneur au soleil que de se lever après lui (Yvan Audouard).
Je vais élever des escargots… leur lenteur m’apaise (Patrick Cauvin).
De temps en temps, il faut se reposer de ne rien faire (Jean Cocteau).
La paresse est la mère miraculeuse du travail… parce que le père est totalement inconnu (Feydeau).
Je suis si paresseuse que je ne fais même pas mon âge (Yvette Guilbert).
Il est impossible d’apprécier  la paresse… sauf si l’on a beaucoup de travail (Jérome K. Jérome).
La paresse a cela de mortel que, dès qu’on en triomphe, on la sent qui renaît (Jules Renard).
Un paresseux est un homme qui ne fait pas semblant de travailler (Alphonse Allais).
La paresse est un mode de conditionnement physique tout-à-fait recommandable, comme le prouve le sourire de Bouddha, lequel témoigne d’une excellente forme (Bernard Arcand).
La paresse est utile à cause de l’effort qu’elle demande pour être surmontée (Tristan Bernard).
La vérité est un luxe de paresseux (Jean Cocteau).
Faut-il réagir contre la paresse des voies ferrées entre deux passages de trains ? (Marcel Duchamp).
N’anticipez pas sur les problèmes, ne vous inquiétez pas d’avance de ce qui n’arrivera peut-être pas (Benjamin Franklin).
C’est une mauvaise action d’accélérer la vie. Vous en supprimez les deux éléments sauveurs ; la distraction et la paresse (Giraudoux).
De même les paresseux essaient en vain de travailler… moi j’essaie en vain de ne rien faire (Sacha Guitry).
Jouir du jour présent (carpe diem) sans te fier le moins du monde au lendemain (Horace).
Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue (Jules Renard).
En Provence, le soleil se lève deux fois, le matin et après la sieste (Yvan Audouard).
J’ai trop d’énergie pour travailler (Marcel Achard).
J’ai toujours remis au surlendemain ce que j’aurais parfaitement pu faire l’avant-veille (Alphonse Allais).
Lire un roman qui vous emporte, que vous ne pouvez pas lâcher, que vous essayez de faire durer comme un plaisir toujours reconduit reste un des grands bonheurs de notre vie de chaque jour (Jean d’Ormesson).
Hâtons-nous de succomber à la tentation avant qu’elle ne s’éloigne (Epicure).
La pensée est le labeur de l’intelligence, la rêverie en est la volupté (Victor Hugo).
Sachez vous éloigner car quand vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr (Léonard de Vinci).
Si tu es capable de passer une après-midi sans rien faire, de façon totalement futile, alors tu as appris à vivre (Lin Yutang).
Une règle d’or : faire peu de choses (Montherlant).
Que de temps perdu à gagner du temps ! (Paul Morand).
Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre (Daniel Pennac).
Je sais pourquoi je déteste le dimanche : des gens, occupés à ne rien faire, se permettent d’être oisifs comme moi (Jules Renard).
Un érudit est un paresseux qui passe son temps à étudier. Ses erreurs sont plus dangereuses que ses lacunes (George Bernard Shaw).
Le vrai paresseux serait peut-être celui qui aurait besoin d’un autre pour dormir à sa place (Jacques Sternberg).
Si le travail est l’opium du peuple, alors, je ne veux pas finir drogué (Boris Vian).
Un paresseux est tout simplement un homme qui ne fait pas semblant de travailler (Tristan Bernard).
Le rêve est une dimension essentielle de l’existence et la poésie permet ce rêve (Jacques Chirac).
L’herbe a si peu de choses à faire que je voudrais être du foin (Emilie Dickinson). 
Une île paresseuse où la nature donne des arbres singuliers et des fruits savoureux ; des hommes dont le corps est mince et vigoureux et des femmes dont l’oeil par sa franchise étonne (Baudelaire, la Malbaraise).
Trop de repos n’a jamais fait mourir personne (Tristan Bernard).
La contemplation du temps est la clef de la vie humaine (Simone Weil).
Quand je réveille mon chat, il a l’air reconnaissant de celui à qui on donne l’occasion de se rendormir (Yvan Audouard).
Béni soit celui qui inventa le sommeil (Cervantès).
La vie n’est pas le travail : travailler sans cesse rend fou (Charles de Gaulle).
La vraie paresse, c’est de se lever à 6 heures du matin pour avoir plus de temps à ne rien faire (Tristan Bernard).
Un métier est une conspiration contre la paresse (George Bernard Shaw).
Rien ne sert d’être vivant s’il faut que l’on travaille (André Breton).
Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin sans fatigue (Alexandra David-Néel). 
La peur de l’ennui est la seule excuse du travail (Jules Renard).
Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue (Alphonse Allais).
Le temps perdu ne se rattrape jamais. Alors, continuons de ne rien faire (Alphonse Allais).
Que la paresse soit un des péchés capitaux nous fait douter des six autres (Robert Sabatier).
Vieillir est le meilleur moyen de ne pas mourir jeune… à condition de ne pas trop se fatiguer (Jules Bénard).
Voilà, amis et autres. Don’t panic ! Ne vous fatiguez pas : ne jamais remettre à demain ce que vous pourriez très bien faire… après-demain. Comme dit l’ami Jardinot : « Atotion cardiaque ! »


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par klod le 13/09/2021 19:04

une des plus belle selon moi : "Un paresseux est un homme qui ne fait pas semblant de travailler (Alphonse Allais)."

merci M. Jules pour tant d'érudition salvatrice , n'en déplaise à d'autres qui font ce que le travail ne devraient pas etre ..................... !!!!!

je rajouterais : Le Droit à la paresse, ouvrage de Paul Lafargue paru en 1880, puis en 1883 en nouvelle édition1, est un manifeste social qui centre son propos sur la « valeur travail » et l'idée que les humains s'en font.

Texte classique, très riche historiquement — il propose une monographie sociale, économique et intellectuelle et analyse les structures mentales collectives du xixe siècle —, Le Droit à la paresse démythifie le travail et son statut de valeur. :

dixit Wikipedia .... l'"encyclopédie universalis" pour les manants , et c'est bien fait généralement ! vive internet pour une fois !!!!!!!

2.Posté par Elise le 13/09/2021 20:15

Merci, très agréable papier ! ça m'a détendue !

3.Posté par Ouais... le 13/09/2021 21:09

Cher monsieur Benard au style inimitable, a l humour grinçant. Il est vrai que vous refreiniez beaucoup sur vos anciens articles, mais franchement je préfère en vous lisant sentir que vous avez pris plaisir à écrire, même si après les commentaires de biens pensant, ne comprenant pas votre style d écriture, car un jour vous m aviez dit" journaliste et écrivain", moin j ai retenu écrivain. Faites vous plaisir et a vos "fans" aussi.

4.Posté par polo974 le 13/09/2021 21:13

Ah la la...
Quel travail de compilation...

5.Posté par SOMANKE le 14/09/2021 00:02

« Le vin et la paresse se partagent mon cœur, si l’une est ma maîtresse, l’autre est mon serviteur. » (Beaumarchais - Le barbier de Séville - la chanson de Figaro).
Il n’y a pas plus productif qu’un paresseux contrarié, il va développer des trésors d’imagination pour faire mieux avec le moins d’effort possible.
Ne craignons pas la paresse de nos enfants, c’est grâce à elle qu’ils changeront le monde. Merci Jules pour cette apologie méritée de la paresse.

6.Posté par klod le 14/09/2021 16:11

c'est exactement ce que je suis en train de faire : un bon bouquin et un hamac ...........

Oté M. Jules !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes